Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Votre relation à l'argent

Financer ma retraite, Bof… Demain!

Quand nous pensons à financer notre retraite, c’est souvent en nous disant : Bof… demain!

Car…

Notre perception de la retraite est erronée

Les gens à qui je parle de retraite me répondent (d’un air généralement désintéressé) soit :

« De toute façon, à mon âge (55ans), je n’ai plus le temps d’épargner. Et il est trop tard pour accumuler suffisamment pour une retraite confortable! »

Ou

« À 25 ans, je suis trop jeune, je viens tout juste de commencer à travailler… Je veux vivre ma vie avant de penser à ma retraite! »

Les deux ont bien raison!

Mais ce qui se produit, dans les deux cas, c’est qu’on se laisse tout doucement bercer par une vision à court terme!

Pourtant, on prévoit les vacances annuelles, la naissance d’un enfant, le téléviseur, la décoration intérieure…

On planifie généralement mieux les événements à court terme (des douze prochains mois) dans la vie.

Mais les années passent et tout à coup on se rend compte que nous avons oublié de prévoir nos besoins à très long terme; comme la retraite!

 

Le paradoxe de la retraite!

Quand on est jeune, on se dit que nous avons toute la vie pour penser à quand nous serons vieux.

Ceux qui ont 55 ans aujourd’hui pensaient exactement la même chose que vous, 30 ans plus tôt!

Alors que pouvons-nous faire pour nous protéger contre nous même?

Pourtant, tout le monde le dit : « épargner est une saine habitude de vie financière ».

Tout comme bien s’alimenter et faire de l’exercice. Mais qui dans votre entourage s’alimente parfaitement bien et épargne systématiquement? Il y en a peu.

Jusqu’à tour récemment, j’étais d’opinion qu’au Canada et en Europe, moins de 50 % des travailleurs épargnaient systématiquement, à moins d’en être forcé par leur employeur.

Mais j’étais trop optimiste!

La réalité,  selon l’OCDE, c’est que 60 % des travailleurs canadiens n’ont pas accès à un régime de retraite de leur employeur et que de ceux-ci seulement 25 % contribuent eux-mêmes à leur retraite.

La question de savoir s’ils contribuent suffisamment est restés sans réponse.

Comment feront tous ceux qui n’ont pas de régime de retraite de leur employeur et qui n’ont pas contribué à un régime privé de retraite?

L’état leur fournira des prestations de base, suffisamment pour survivre, espère t’on.

Est-ce ce que vous voulez comme retraite?

 

Financer ma retraite, Bof… Demain!

Épargner pour la retraite, ça vous stimule? Pas moi!

Personnellement, je ne peux pas dire que l’idée d’épargner pour ma retraite me stimule vraiment!

Lorsque l’idée m’effleurait l’esprit dans la vingtaine, je me disais (probablement comme plusieurs d’entre vous); je verrai ça l’an prochain!

Dans la quarantaine, ça m’a un peu stressé, mais j’étais beaucoup trop occupé à gagner de bons revenus et à faire vivre ma famille.

J’ai atteint mon objectif de retraite d’une façon peu orthodoxe, comme vous pouvez lire ici. et je la décris dans ce livre.

 

Des trucs pour cesser de vous dire « la retraite, Bof… demain! »

Bien sûr, il y a des trucs bien connus et pourtant simples pour épargner mais ils sont tellement difficile à appliquer:

  • Mettre de côté une somme reçue en boni ou en cadeau.
  • Épargner le revenu d’un travail en heure supplémentaire.
  • Trouver une seconde source de revenus et épargnez-la en entier.

Voici une astuce simple: même si le montant vous semble trop petit, peu importe lequel, épargnez-le!

À très long terme, ce petit montant fera une grande différence.

Moi je préfère dépenser moins plutôt que de gagner plus d’argent. Êtes-vous prêt pour ce défi?

L’épargne systématique pour les nuls

À long terme, rien ne peut rivaliser avec l’épargne systématique!

L’épargne systématique consiste à mettre de côté un montant 10 à 20 % de votre revenu à chaque période de paie.

C’est LE moyen le plus simple et le plus sûr à condition de le mettre en pratique à long terme.

Pour simplifier, si vous avez:

  • entre 20 et 30 ans vous mettrez de côté 10 %,
  • si vous avez plus de 30 ans, 15 %
  • et si vous avez plus de 40 ans, 20 %.

 

Certains diront que c’est trop simplifié.

Moi je dis:

– Oui, mais ça marche!

 

Cette idée vous a plu, partagez-la!

Marc
Votre coach financier
Crédit photo: 123rf
Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement

Donner à Noël sans se ruiner, comme un enfant…

Donner à Noël est un moment privilégié pour faire plaisir à ceux qu’on aime!

Mais jusqu’à quel point devrions-nous abuser de ce plaisir?

Et comment survivre financièrement au temps des fêtes sans se ruiner alors que Noël est un moment si merveilleux pour les retrouvailles en famille et avec les amis?

Et aussi, pour apprécier les étincelles dans les yeux des enfants, que nous sommes tous!

Notre plaisir de donner à Noël

Mais d’où nous vient ce plaisir de donner? Est-ce universel?

Dans un sondage récent, on a questionné trois catégories de gens; des gens très riches, des gens à revenus moyens et des gens à faibles revenus. 

Croyez-le ou non, le résultat a été le même pour les trois catégories de revenus. Y compris pour les très riches que certains auraient pu croire au-dessus de tout ça…

En effet, ce sondage dont je parle dans mon article Le secret de la richesse c’est dire « Merci » a démontré que parmi toutes les dépenses que nous faisons annuellement;

Le don est la «dépense» qui nous procure le plus de satisfaction personnelle.

L’experte en bonheur Sonja Lyubomirsky.

C’est ce qui explique l’approche des publicistes durant les fêtes! Disons qu’ils ne nous ratent pas!

En fait, les deux derniers mois de l’année représentent une excellente période pour les ventes au détail.

Ces spécialistes du marketing subliminal nous confectionnent avec doigté une foule de solutions pour que nous soyons encore plus heureux au cours de cette grande période de réjouissance.

Également, tous les commerces veulent être bien certains qu’on profite pleinement du temps des fêtes!!

Aviez-vous remarqué que la majorité de la publicité que vous voyez est axée sur le plus grand de nos plaisirs: notre plaisir de donner à Noël !

Pas surprenant qu’il soit si difficile de survivre financièrement au temps des fêtes!

Donner à Noël sans souffrir financièrement ni engraisser votre crédit

Notre plus grand piège financier : notre carte de crédit!

Les mois se suivent. Décembre et ses festivités seront magnifiques et laisseront de magnifiques souvenirs… Mais justement, il faut aussi penser au moins suivant, à janvier!

Et c’est là que ça se gâtera, car la plupart d’entre nous utiliseront encore ce grand piège conçu pour encourager la consommation: la CARTE DE CRÉDIT!

Cette invention de misère est un sérieux problème pour 80 % d’entre nous (c’est mon estimation).

Nous ferons toutes ces dépenses pour le bien de nos enfants et pour faire plaisir à nos amis.

C’est tellement satisfaisant de voir les étincelles dans leurs yeux lorsqu’ils voient tous leurs cadeaux.

Mais en janvier?

Il y a certainement une meilleure façon de débuter la nouvelle année… pensais-je en janvier, il y a quelques années.

Donner à Noël en pensant comme l’enfant en nous

Pour savoir apprécier ce que l’autre ressent, il est bon de se mettre à sa place.

Rappelons-nous donc un peu quand nous étions enfants…

Les enfants eux, ne connaissent pas les prix des choses. Mais ils connaissent ce qu’est le plaisir!

Et le plaisir n’a absolument rien à voir avec le prix.

Nous devons nous rappeler que la valeur de quelque chose n’a rien à voir avec son prix. Outre la qualité bien entendu!

Aussi, combien de fois avons-nous vu un enfant jouer plus longtemps avec la boîte qu’avec le cadeau?

Serait-ce quelque chose que nous aurions oublié comme adulte?

Ce serait tellement plus simple (et moins dispendieux!) de se rappeler comment on était enfant.

Comment pensait-on, enfant?

Essayons de nous rappeler brièvement comment pense un enfant à Noël:

  • L’enfant sait avoir du plaisir avec tout ce qu’il voit!
  • L’enfant a beaucoup plus de plaisir avec l’emballage du cadeau qu’avec contenu!
  • Et l’enfant sourit et remercie avec joie quand il reçoit un cadeau!

Avez-vous remarqué qu’il n’est pas du tout question de prix là-dedans?

Alors, pourquoi dépenser beaucoup pour donner à Noël pour faire plaisir à un enfant qui ne connait même pas la valeur du cadeau?

Et pourquoi dépenser beaucoup pour un adulte qui ne désire certainement pas vous ruiner?

Comment je suis arrivé à survivre financièrement au temps des fêtes

Ma décision

Il y a une dizaine d’années, j’ai décidé que Noël à crédit, c’était vraiment fini!

J’avais suffisamment souffert de l’effet boomerang des cartes de crédit.

Vous savez, la grande tristesse qui se manifeste sournoisement en janvier de chaque année, quand on constate les dégâts financiers des fêtes?

L’état de compte qui nous arrive par-derrière au moment où on s’y attend le moins!

Alors que l’on tentait justement de l’oublier…

C’est pervers, cette souffrance financière qui nous prend à la gorge et qui nous lâchera en février, en mars ou même en juin!

Quelle vie!

Mais j’avais décidé que j’en avais assez de vivre cette souffrance financière et ce fut la fin!

Pour y arriver, j’ai changé ma façon de voir et je vous invite à faire la même chose.

Voici comment j’ai fait

Cette année-là, je me suis demandé : combien d’argent puis-je me permettre de dépenser pour Noël.

C’était une mauvaise année : la réponse était triste: « presque rien! »

Je suis allé à ma banque et j’ai retiré ce montant, c’était un montant vraiment minimum. Une centaine de dollars, je crois.

Et j’ai fait avec!

J’ai bien expliqué à mes enfants ma nouvelle philosophie financière et ils l’ont très bien compris.

Ils m’ont aussi fait d’excellentes suggestions :

  • «Ce cadeau-ci ne serait pas cher papa »!
  • «Celui-là, aussi… »!

Depuis, mes enfants ont grandi et nous maintenons nos cadeaux de Noël à un niveau qui correspond à notre situation financière annuelle. Certaines années sont meilleures que d’autres…

Aussi, pour faire un effet de joie et d’abondance, le traditionnel bas de Noël est une excellente solution. Et il est très très apprécié!

Et il y a aussi un budget (variable) pour l’évènement du  Boxing Day, lequel est pour nous une occasion de magasiner des aubaines en famille.

Chacun prépare à l’avance sa liste de « besoins » et il aura une enveloppe « budget surprise » pour l’occasion. Ainsi, on profitera des meilleurs prix sur des biens que l’on désire vraiment!

Magasinez vos cadeaux de Noël sans votre carte de crédit

Avec le temps et en analysant mes réactions émotives face à un produit que je désirais, je suis arrivé à mieux me comprendre. À être moi… avec mon argent!

Me promener dans un magasin sans utiliser ma carte de crédit et en pensant que si je suis tenté par quelque chose je devrai régler avec mon argent comptant a complètement changé ma façon de consommer.

Non seulement je dépense moins, mais je dépense mieux.

J’ai remarqué que je réfléchis beaucoup plus à mon besoin avant d’acheter.

Je compare plus les prix et face à une tentation, je lui dis non à beaucoup plus souvent!

Et surprise, en bonus, je suis plus heureux en achetant moins!

Pour être plus heureux financièrement après Noël

Nous sommes en quelque sorte de grands enfants.

Nous pourrions donc faire comme les jeunes enfants et nous réjouir de peu…

On essaie ça cette année?

Je vous souhaite chers amis lecteurs de passer de joyeuses fêtes en famille et entre amis.

livre-de-marc-blais-reprenez-le-controle-de-votre-vie-financiereDe même, je vous souhaite d’être plus heureux et moins stressé financièrement que l’an dernier, en janvier!

Donner à Noël est fantastique, mais bien démarrer l’année 2018 aussi!

Le plus beau dans la vie, c’est d’être vrai, comme un enfant! Êtes-vous authentique avec votre argent?

Marc Blais
Auteur, conférencier et coach financier

Catégories
Investir intelligemment, penser autrement !

Que faire pour devenir millionnaire? 5 trucs…

Pour devenir millionnaire, vous devez savoir dès le départ que vous devrez faire des choses que les autres ne font pas et/ou les faire différemment.

 

C’est sans doute pourquoi devenir millionnaire est considéré un rêve inaccessible et un objectif pratiquement  impossible par la majorité de la population.

Selon mes observations, il me semble que pour devenir millionnaire et le rester; cela demande une attitude particulière à long terme face à l’argent.

Car sinon; comment expliquer que dans presque toutes les économies libres du monde, le taux de millionnaire per capita ne dépasse rarement les 2% de la population?

J’ai côtoyé des centaines de millionnaires dans ma vie personnelle et professionnelle et de toute évidence.

Les millionnaires partagent presque tous la même philosophie. La même attitude éclairée face à l’argent. Et, face à la vie.

Pour moi, un millionnaire c’est autant celui qui l’est devenu par lui-même au cours de sa vie que celui qui a hérité et qui est parvenu à continuer à faire fructifier son héritage.

Car il y a un fait surprenant que vous devez savoir si vous voulez devenir millionnaire, c’est que rester millionnaire est plus difficile que de le devenir!

 

Vous aimeriez vraiment devenir un millionnaire?

Alors, décidez-le!

Ça peut sembler simpliste, mais c’est la base de toutes les grandes réalisations.

Et ça marche!

En assumant que votre réponse est oui. À partir de maintenant, pour devenir millionnaire, tous vos choix devront être orientés vers votre objectif!

Vos goûts, vos valeurs, votre occupation principale et toutes vos autres occupations et passe-temps devront aller dans le même sens.

Pour devenir millionnaire, tout ce que vous faites devra être connecté d’une façon ou d’une autre avec votre objectif ultime.

Tout! Y compris le choix de votre conjoint…

De vos temps libres jusqu’à la sélection de vos relations amicales.

Bref, chacune de vos décisions, chacun de vos choix personnels, incluant votre emploi du temps à tout moment de la journée, vos vacances, vos loisirs et même vos activités, tout ça devra changer!

Vous me suivez?

Aussi, vous devrez développer une nouvelle philosophie de vie et un comportement différent. Dans toute votre vie.

À partir de maintenant, TOUT ce que vous faites et toutes vos pensées se doivent d’être orienté vers les moyens pour devenir millionnaire!

Votre plan d’action pour devenir millionnaire

Un vrai plan d’action pour devenir millionnaire – comme je fais en coaching privé – doit-être adapté à votre réalité et à vos besoins.

En conclusion, je vous présente rapidement quelques éléments d’un plan d’action pour devenir millionnaire :

1. Engagez-vous envers vous-même à augmenter vos revenus à chaque année (disons de 10 % par année).

2. Investissez 100 % de ce surplus de façon sécuritaire. Pour y arriver, utilisez des comptes bancaires séparés. Et investissez ces sommes selon vos connaissances et votre tolérance à la volatilité.

3. Procédez annuellement à une diversification de votre capital et réévaluez votre répartition d’actif.

4. Diversifiez possiblement vos investissements dans un domaine que vous connaissez à fond. Pour moi, ce serait le secteur minier car je connais à fond ce secteur et investir dans les métaux précieux est une bonne façon de protéger son capital. Pour vous, ce peut être l’immobilier ou la technologie, ça dépend uniquement de vous.

5. Choisissez un domaine dans lequel vous aurez du plaisir! C’est là un des secrets des millionnaires, ils sont passionnés de leur travail. Puisque pour gagner plus d’argent que les autres dans un domaine, vous aurez à vous former plus que les autres et à y investir plusieurs heures pour apprendre.

On ne devient excellent que dans ce que l’on aime.

En effet, faire tous les jours ce que l’on aime nous donne le goût de travailler plus fort et de devenir encore meilleur!

 

livre Le guide de l'investisseur intelligent

Imaginez-vous millionnaire!

Et maintenant, imaginez ce que sera votre vie: vous ferez ce que vous aimez le plus faire dans votre vie et vous deviendrez riche! (Les deux sont des objectifs importants).

Le reste, c’est uniquement une question de temps pour devenir millionnaire!

Et quand vous aurez réussi, il ne vous restera qu’à faire le bonheur des autres avec votre argent!

Vous avez aimé cet article? Alors partagez-le avec un ami qui veut, lui aussi, devenir millionnaire!

Marc Blais

Crédit photo: 123rf