Catégories
Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

L’introverti et ses finances, de quoi faire l’envie des extravertis!

Pourquoi traiter de l’introverti et ses finances?

Nous avions déjà compris ici l’importance pour l’introverti de donner un sens à sa vie lorsqu’il recherche un emploi idéal.

 

C’est aussi la base de tout en éducation financière.

 

Je m’explique.

 

Savoir ce que l’on veut vraiment et prendre les moyens de l’atteindre sont deux des clés pour mieux gérer ses finances comme je l’explique au chapitre 1 de mon livre Reprenez rapidement le contrôle de votre vie… financière:

 

Nos objectifs sincères et profonds sont comme notre gouvernail pour mieux gérer nos finances personnelles.

 

La pression du marketing subliminal sur l’introverti et ses finances

 

Nous sommes sollicités dès que nous ouvrons les yeux le matin et nous nous demandons bien comment nous allons faire pour atteindre nos objectifs, c’est-à-dire de dépenser notre argent en fonction de ce qui a vraiment du sens pour nous.

 

Dans le cas contraire, nous dépenserons à droite et à gauche…

 

 

L’introverti peut-il être avantagé lorsqu’il gère ses finances?

 

Selon moi, l’introverti a plus de chance de réussir, car il a une grande capacité de réflexion.

Et au net, en finances personnelles, prendre vraiment son temps avant de décider d’un achat ou d’un investissement est généralement un profil gagnant bien que l’image qui transparait est souvent peu flamboyant socialement!

 

L’introverti résiste-t-il mieux à la pression sociale?

 

Bien qu’il soit aussi sensible (et possiblement plus) que les extravertis à propos de ce que les autres pensent de lui, l’introverti sera un peu moins enclin à dépenser comme les autres.

Il aura donc lui aussi tendance à consommer selon son rang social pour le démontrer – quoiqu’à un niveau moindre que les extravertis – ce qui le rendra moins vulnérable et sensible à toutes ces publicités de type subliminales qui laissent planer que grâce à ce produit, vous serez :

  • Plus beau ou plus attirante
  • Enfin reconnu par vos pairs
  • Récompensé pour tous vos efforts (vous le méritez bien!)

 

 

Les qualités de l’inverti pour gérer ses finances avec succès

 

Parmi les qualités de l’introverti, j’en ai retenu quatre vraiment importantes en lien avec ses finances.

 

  1. L’introverti a une grande capacité d’écoute

L’introverti est doté d’une grande capacité d’écoute.

Ce qui permet à l’introverti d’analyser un grand nombre d’informations qui seraient passées à côté de nos amis extravertis – pendant qu’ils parlent…! (1).

On sait comment certains produits d’investissements et contrats de vente peuvent être complexes. Le degré d’attention qu’il faut pour bien les analyser ce que dit le conseiller financier et lui poser les bonnes questions est un atout certain.

 

 

  1. L’introverti est une personne réfléchie

 

Nous pesons le pour et le contre, les différents arguments, analysons la situation en profondeur, avant de prendre une décision. (1)

Je pense, entre autres, aux décisions d’investissements et à tous ceux qui achètent une voiture neuve 15 minutes avant la fermeture!

Combien de fois ai-je vu des gens investir et acheter sur un coup de tête?

 

 

  1. L’introverti est capable de concentration prolongée, et cela lui plaît

 

Loin de dire que les extravertis ne sont pas capables de concentration, ce ne serait pas vrai. Mais certaines études ont prouvé que les extravertis ont tendance à moins apprécier une concentration prolongée que les introvertis. Ils s’en lassent au bout d’un moment, alors que les introvertis s’y épanouissent des heures durant. Ainsi, les introvertis seraient par exemple plus aptes à rendre des travaux écrits de grande qualité, demandant de longues heures de réflexion dans le calme. (1)

C’est là une autre qualité d’analyse de l’introverti qui l’aidera à réduire ses risques autant dans le domaine de l’investissement que dans ses décisions de consommation.

 

 

  1. Les introvertis aiment peu les risques

 

Nous sommes moins enclins à risquer notre vie. (1)

 

Ce qui implique une meilleure gestion des risques financiers en général.

 

Aussi, l’introverti tentera de prévoir ce qui peut mal tourner autant dans sa vie privée (financière et personnelle) que professionnelle (un atout pour une entreprise!)

 

 

L’introverti et ses finances

 

Être introverti amène son lot de doutes et d’incompréhension. Se découvrir, mieux se connaître… c’est la vie!

Et après tout, les deux plus grandes fortunes au monde, Warren Buffet et Bill Gates, ces deux hommes d’affaires célèbres sont des introvertis!

De quoi faire l’envie de plusieurs… extravertis!

 

(1) http://unmondepourlesintrovertis.fr/10-qualites-pour-lesquelles-vous-devriez-etre-fier-d-etre-introverti/

Catégories
Avoir plus d'argent Votre relation à l'argent

TOP 10 des leçons financières que tout parent devrait donner à son enfant

Je voudrais commencer par vous féliciter parce que si vous avez ouvert cet article, c’est sans doute parce que vous êtes un parent responsable qui veut le meilleur pour son enfant. Apprendre à gérer son argent est une compétence primordiale aujourd’hui. Et pourtant, c’est rarement enseigné à l’école ! Comme d’autres compétences importantes. Cette idée rejoint d’ailleurs un article polémique de mon blog.

 

Chacun d’entre nous a une relation particulière à l’argent. Certains se sentent rassurés lorsqu’ils ont un compte en banque bien garni. D’autres ont besoin de dépenser pour se sentir vivre. L’argent révèle une partie de notre personnalité et nos comportements d’achat trouvent souvent leurs origines dans les croyances bien ancrées depuis notre enfance.

 

Alors comment apprendre à nos enfants à gérer leur argent ? Comment faire pour ne pas leur inculquer de mauvaises habitudes concernant l’argent ? Comment leur apprendre la valeur de l’argent sans en faire un radin ou une cigale.

 

Cet article vous propose plusieurs pistes pour permettre à votre enfant, en fonction de son âge, de développer une relation responsable avec l’argent.

 

Vers 3-4 ans

1# Montrez-lui à quoi sert l’argent.

A cet âge, il est inutile d’essayer d’expliquer à votre enfant des notions complexes comme la planification des dépenses, le passif et l’actif ou l’investissement. Par contre, il est important de lui faire comprendre que l’argent est gagné à partir d’un travail et qu’avec cet argent vous pouvez payer ce dont vous avez besoin comme une maison, de la nourriture, des médicaments. Ce qui reste peut servir à des choses moins importantes. Par exemple donnez-lui quelques pièces pour qu’il achète une friandise ou un petit jeu. Ainsi votre enfant comprendra qu’on doit donner quelque chose pour recevoir.

 

A partir de 6 ans

 

2# Confiez-leur une petite somme

Vous pouvez commencer à leur confier une petite somme d’argent, sous forme d’argent de poche qu’ils peuvent économiser dans une tirelire. C’est vous qui décidez combien vous lui donnez en fonction de ce que votre enfant aura à payer. Son lunch à l’école, le bus, des livres ou des jouets ?

 

économiser enfant

Pour que l’expérience soit vraiment un apprentissage financier, il faut que votre enfant puisse avoir un extra quand il a payé ce qu’il devait acheter. Comme un vrai salaire. L’argent qu’il lui restera pourra servir à s’offrir un petit bonus. Quand on fait cette expérience, on observe souvent les enfants réfléchir à leur achat. Est-ce que ça en vaut le prix ? Est-ce que je vais l’utiliser longtemps ? Et si j’attendais un peu plus pour m’offrir quelque chose de plus beau encore ? Les enfants apprennent à la fois à gérer leurs dépenses, à réfléchir à la valeur des choses et à économiser.

 

 

 

 

3# Apprenez à votre enfant à faire son budget

Plus vous lui apprenez jeune, plus ils intègre les bonnes pratiques rapidement. La psychologie a montré que les enfants sont plus réceptifs pendant leurs premières années. Vous pouvez faire du budget un jeu. Faites lui par exemple dessiner un tableau, mettre dedans ce qu’ils aimeraient pouvoir se payer, ce qu’il doit absolument acheter et combien de temps il lui faudra économiser. Par exemple si votre enfant veut un nouveau jeu vidéo qui coute 50€/$ et qu’il peut économiser 5€/$ (cashflow) chaque semaine, il saura qu’il devra attendre 10 semaines pour profiter de son jeu. Encouragez-le à faire ce genre de calcul.

 

4# Jouez !

Un enfant apapprendre en jouantprend énormément en jouant, c’est bien connu. Et il existe de nombreux jeux qui peuvent développer une logique financière chez vos enfants, on pense tout de suite au « Monopoly » ou à « La bonne paye ». Même si ça reste des jeux, ils vont familiariser vos enfants avec des notions importantes comme les gains, l’investissement, l’épargne ou les dettes.

 

Si vous n’avez pas ces jeux chez vous, Robert Kiyosaki, l’auteur du célèbre livre Père riche, Père pauvre, a aussi créé une version online de son jeu « cashflow » (pas disponible en français mais quelques mots d’anglais sont suffisants pour pouvoir y jouer). C’est ludique et pédagogique à la fois.

 

 

5# Faites le shopping avec lui

Quand vous entrez ensemble dans un magasin, profiter-en pour vous faire aider et en même temps lui donner une petite leçon financière. Quand j’étais enfant, j’étais toujours content d’accompagner mon père pour faire les courses parce que c’était un jeu pour moi. Mon père me faisait calculer le prix des produits et le total. J’ai appris le coût des marchandises et aussi qu’il fallait comparer les produits pour essayer de trouver le meilleur rapport qualité/prix.

Vos enfants vont comprendre que le salaire qu’on gagne n’est pas entièrement disponible pour s’amuser. Il y a des obligations et des priorités comme payer son logement, sa nourriture et les services publics avant d’avoir une somme d’argent disponible pour se faire plaisir.

 

A partir de 10 ans

 

#6 Encouragez votre enfant à gagner un peu d’argent

On imagine souvent le bon vieux stand de limonade quand on pense à comment les enfants peuvstand limonadeent gagner un peu d’argent. Ce qui compte, évidemment, ce n’est pas combien vont gagner les enfants mais surtout ce qu’ils vont apprendre. Gérer un stock, gérer une caisse, faire de la publicité, vendre son produit,… Toujours sur la surveillance d’un adulte, à côté du stand de limonade, il y en encore beaucoup d’autres idées pour inculquer la notion de travail et d’argent à vos enfants. Peut-être que quelques voisins aimeraient qu’on s’occupe un peu de leur jardin, du nettoyage de leur voiture,… Ou bien peut-être que vos enfants pourraient revendre sur internet les vêtements et jouets qu’ils n’utilisent plus ?

 

A partir de 12 ans

 

#7 Apprenez-leur à faire des affaires

Un bon exercice est de les emmenez faire une brocante, ils découvriront qu’ils peuvent acheter beaucoup moins cher des jeux et des livres et donc faire des économies importantes sur leur argent de poche. Ils auront aussi une première expérience de l’art de la négociation. Je vois encore un avantage à la brocante, c’est que vous pourrez aussi faire comprendre à votre enfant qu’un objet qu’on n’utilise plus peut encore servir à d’autres personnes et les faire devenir des consommateurs responsables.

 

8# Faites leur découvrir un allié et non un ennemi

Si vous estimez que votre enfant dispose de la compétence à gérer son argent de façon responsable, accompagnez-le à la banque pour ouvrir un compte à son nom. C’est toujours une expérience inoubliable pour un enfant. On se sent important, responsable et respecté. Avoir une carte va responsabiliser encore davantage votre enfant avec son argent. Il devra vérifier plus régulièrement ses dépenses et ses avoirs. Demandez toujours à votre banque leurs conseils en matière de sécurité.

 

A partir de 16 ans

 

9# Faites les entrer dans la vie active

Beaucoup de pays ont une législation qui permet aux adolescents de travailler. Que ce soit pendant l’année ou pendant les vacances comme job d’étudiant. Avec l’âge qui augmente, les frais aussi. Mais on peut toujours faire d’un problème, une nouvelle opportunité pour apprendre. C’est une occasion unique pour votre enfant de gagner un premier vrai salaire, de développer des compétences professionnelles et de découvrir la réalité de la vie active.

 

10# Soyez son mentor

mentor pèreEnfin, si vous achetez compulsivement les derniers gadgets ou que vous vous disputez régulièrement avec votre conjoint au sujet de l’argent, vos enfants le remarqueront. Votre comportement révèle quelle place à l’argent dans votre vie. Leur meilleur exemple, c’est vous-même. N’hésitez pas à leur parler de vos réussites et de vos échecs en matière d’argent. Ce que vous avez vous-même appris.

 

En conclusion, j’espère que cet article, vous donnera des idées pour responsabiliser vos enfants face à l’argent. Il y aurait encore beaucoup à dire sur un sujet si vaste et important que l’éducation financière. Si vous avez des questions posez-les-moi en bas dans les commentaires. 😉

 

 

Description de l’auteur

Julien est formateur d’adultes, coach des apprentissages et collabore avec plusieurs universités en tant que chercheur. Sur le blog L’étudiant malin, avec d’autres spécialistes, il partage ses meilleurs conseils et outils pour des adultes ou des étudiants qui souhaitent développer leurs capacités d’apprentissages. Comme par exemple; améliorer sa concentration, arrêter de procrastiner, libérer sa créativité, choisir son université sans se tromper, … et bien d’autres encore.

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Votre relation à l'argent

En finances personnelles, apprenons des meilleurs!

J’ai cette conviction que l’on apprend des meilleurs!

Devant une situation quelconque, n’hésitez pas à poser la question à quelqu’un de votre entourage que vous admirez pour son succès dans un domaine précis. Cela vous gêne ?

Même si vous connaissez peu cette personne que vous admirez, il devrait normalement être content de partager avec vous les raisons de son succès.  Sinon, c’est qu’il n’est pas la personne que vous pensiez…

C’est le « flash » que j’ai eu ce week-end lorsque je posai cette difficile question à Florence :

Comment fais-tu pour épargner, Florence?

Comment faire pour épargner ?

J’ai une amie, que nous appellerons Florence. Florence avait été ma cliente alors que je produisais ses rapports d’impôt il y a plusieurs années. Ce qui m’avait frappé à cette époque, c’était ses revenus. Ils étaient plutôt bas, c’est-à dire bien en deçà de la moyenne de mes clients. Mais malgré cela, ses revenus de placements étaient élevés!

J’ai tout de suite pensé à un héritage… Mais après vérification; ce n’était pas le cas.

D’où lui venait donc cet argent qui générait autant de revenus d’intérêt?

Quand cette personne est devenue mon amie quelques années plus tard, je lui ai posé directement la question :

– Comment fais-tu pour avoir ce capital à ton âge et compte tenu de tes revenus (je voulais dire:  » bas revenus ») ?

– Florence me répondit: « J’épargne depuis mon tout premier chèque de paie… »

« Comment fais-tu pour épargner ? »

Je me suis dit: pourquoi ne pas lui poser directement la question qui tue:

« Comment fais-tu pour épargner? »

Elle me répondit, un peu gênée – non pas de la question, mais de sa réponse :

— Moi, je ne fais pas comme les autres…

— C’est à dire… ?

— Je sais que ce n’est pas comme ça qu’il faut faire… mais moi je décide d’abord de mon épargne et je dépense le reste!

— Ben voyons donc!

— Oui, oui me dit Florence. Elle ajouta :

— Ce que je fais, c’est qu’en début d’année, j’estime mes revenus (après impôt) et je décide combien je vais épargner cette année.

— Wow!

— Et si tes revenus baissaient?

— J’ajusterais!

— Et si tu as des revenus imprévus?

— Là, soit que j’épargne un peu plus ou j’évalue des projets comme des rénovations à la maison, l’achat d’un chalet ou un voyage un peu plus coûteux que ce qui était prévu en début d’année…

— Et si tu as des dépenses imprévues?

— Ça n’arrive pas!

— C’est impossible, dis-je, tout le monde a des dépenses imprévues. Dès que tu as une maison, une voiture, des enfants, ça devient presque impossible de tout prévoir.

— C’est vrai, mais j’ai un fonds spécial pour ces choses et ça n’arrive vraiment pas souvent. Je dépense rarement en dehors de mon budget et je planifie TOUJOURS plus de dépenses au cas où!

Wow! Quelle approche!

Une approche inspirante

Mais il y a encore mieux.

Pour Florence, ce ne sont pas seulement des paroles en l’air. Elle applique VRAIMENT tout ce qu’elle dit depuis plusieurs années.

Et – comme par miracle – les résultats sont au rendez-vous:

  1. Elle vit sans dette.
  2. Les mauvaises surprises sont rares. Et si elles se produisaient, elle aurait les moyens d’y faire face!
  3. Elle pourrait bientôt prendre sa retraite et elle n’a pas 50 ans.

Je crois que son approche inspirante lui vient de sa conviction que l’épargne c’est utile. Que cet argent qu’elle épargne lui servira un jour!

Cela rejoint ma philosophie à l’effet que l’épargne est une dépense future, moi qui n’aime pas beaucoup épargner… J’ai trouvé dans cette façon de voir une motivation à épargner davantage.

Pour nos finances personnelles et pour tout le reste, apprenons des meilleurs!

Tout comme on peut apprendre quelque chose du comportement des millionnaires – même si devenir millionnaire n’est pas notre objectif – je crois que l’on peut toujours apprendre des gens qui nous entourent et qui ont plus de succès que nous dans un domaine particulier.

Je n’hésite jamais à côtoyer des gens meilleurs que moi dans un domaine. Même si je n’ose pas toujours leur demander comment ils font pour réussir tel ou tel aspect de leur vie. On dirait que je m’enrichis toujours de m’entourer de gens supérieurs à moi sur un aspect ou un autre de ma vie.

Par contre,  il faut noter que le contraire est aussi vrai!

L’approche de Florence en finances personnelles

Personnellement, ce que je retiens de ma conversation – je devrais dire; « consultation » – avec Florence, c’est :

 

Revenus — Dépenses = Épargne

Plutôt que:

Revenus — Épargne = Dépenses

Bonne journée!

Marc

Catégories
Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

Comprendre l’économie mondiale, c’est comme faire du pain!

Bien comprendre l’économie mondiale

Dans cet article, je démystifie ce qui se passe actuellement dans l’économie mondiale. Mon but est de montrer comment agissent nos gouvernements pour nous donner l’illusion que tout va bien même si on est toujours en crise financière.

J’ai donc pensé à cette analogie avec la préparation du pain!

Le pain?

Oui, en fait je réfléchissais – tout en pensant à mes vacances ! – à comment l’économie est gérée actuellement. C’est à dire artificiellement.

Je m’explique.

Pour faire du pain, il faut de la farine, du lait et de la levure. Trois ingrédients.

Ce sont les ingrédients de base.

On peut, bien sûr, remplacer le lait par de l’eau. Ça n’aurait pas le même goût mais ça deviendrait quand même du pain. Pourquoi de l’eau? C’est moins cher. Mais, c’est aussi moins bon!

Et la farine et la levure? Il y a plusieurs sortes de farine et de levure et là aussi, on peut varier pour le plaisir et le goût. Et le prix aussi!

Où je m’en vais avec ma levure?

J’y arrive.

Mais avant, j’aimerais ajouter que pour faire un pain plus sophistiqué, on peut ajouter – comme vous savez – des noix, du fromage, des fruits et … Et ça deviendra un super bon pain!

***

Bien comprendre l’économie mondiale et vos investissements

– Je t’ai perdu Marc!

Et l’économie mondiale dans tout ça? Quel est le lien avec les noix? Les allergies peut-être?

– Tu brûles!

L’économie mondiale est présentement gérée par des gens qui testent des nouvelles théories.

Ces recettes – ou plutôt ces anciennes recettes ont souvent fait leur preuve -, mais comme vous savez les recettes d’antan demeurent très bonnes en autant que l’on utilise les même bons ingrédients d’antan!

L’inflation, c’est comme la levure, il n’en faut pas trop car sinon le pain lèvera beaucoup trop et il y aura trop d’air et pas assez de substance. Et tout le monde y perdra …

Les taux d’intérêt, tout comme la farine, on a tendance à en mettre le moins possible pour baisser les coûts – du crédit – pour vendre plus de pains à un meilleur prix et ainsi stimuler l’économie…

Mais le problème actuellement, c’est que comme c’est moins nourrissant, le consommateur n’en consomme pas plus. Il se détourne de la consommation et de l’investissement, en attendant…

– En attendant quoi ?

– En attendant que quelque chose se produise.

– Comme ?

– Il attend que l’économie reprenne pour de bon, solidement. Que l’on trouve la bonne recette. Pour ça, il faut que le consommateur ait VRAIMENT des euros et des $ en surplus …

– C’est foutu, donc! On est tellement loin de l’objectif … Et en plus, on ne peut rien faire, on a pas le contrôle de la classe politique et de ce que font les gouvernements…

– C’est vrai. On a seulement le contrôle de ce que l’on fait avec notre argent. Mais ça on l’a! Et c’est déjà beaucoup!

– C’est suffisant ?

– Oui!

Faites votre propre pain! Reprenez le contrôle de vos investissements!

Tandis que les politiciens des cinq continents essaient de voir jusqu’où on pourra aller en ajoutant toujours plus d’eau dans un pain – c’est-à-dire en imprimant de l’argent -, nous on peut tout simplement mieux comprendre l’économie mondiale.

Et si on comprend que l’on est en toujours en crise financière 10 ans après la crise de 2008-2009, il est temps de réviser ses investissements…

Surtout, on ne doit pas attendre de voir si la prochaine recette de pain diluée des gouvernements américain, européen ou canadien va lever … ou non.

Préférez-vous attendre de voir si la prochaine fournée sera meilleure, sachant que les gouvernements y mettront encore plus d’eau – en proportion de la farine et de la levure – et que cela va (encore) diluer la valeur de votre argent, ce qui augmentera encore plus votre coût de vie?

– Ben là, je suis vraiment perdu!

– Si tu choisis de contrôler ce que tu peux contrôler, c’est-à-dire d’investir intelligemment, toi et ta famille vivrons sûrement mieux que tous ceux qui attendent tout des autres et des gouvernements!

– Qu’en penses-tu?

 

Si vous connaissez quelqu’un qui ne comprend pas encore que la crise financière et l’état de l’économie mondiale, partagez-lui cet article!

Merci de me lire!

Marc
Crédit photo: 123rf

Catégories
Avoir plus d'argent Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

Vous avez le droit de réussir votre vie financière !

Bien réussir votre vie financière est certainement un des aspects importants à maitriser pour réussir votre vie.

Pourtant, on entend souvent: il n’y a pas que l’argent dans la vie! 

Bien sûr ! Mais il y a aussi l’argent !

Car cet aspect de la vie est intimement et entièrement lié à tous les autres aspects de votre vie.

À moins que quelqu’un d’autre vous fasse vivre et gère, à votre place, tous vos soucis financiers; réussir votre vie financière est et restera un incontournable toute votre vie.

Alors, que faire?

Dans cet article, je vous propose trois courtes réflexions et à la fin, je vous partage mon plan d’action rapide pour réussir votre vie financière !

 

Deux courtes réflexions pour réussir votre vie financière

1ère réflexion: que signifie le mot argent pour vous?

Je lisais récemment un livre de psychologie (1) où l’on mentionne que chaque mot de notre vocabulaire a une signification particulière, c’est-à-dire que chaque mot a un sens différent, pour chacun de nous. (Du coup, ça m’a impressionné.)

Prenons le mot « voyage ». Si vous fermez les yeux en pensant au mot voyage, il vous viendra des images et des émotions bien à vous, ces images seront certainement très différentes des miennes, de celles de votre meilleur ami et même de celles de votre conjoint.

Pour vous, ce mot voudra peut-être dire « plages ensoleillées et cocktails sur le bord de la mer ». Tandis que pour une autre personne, ce sera peut-être, « tour du monde avec sac à dos ». Et pourtant on parle du même mot « voyage » pour lequel la définition dans le dictionnaire est la même pour tous!

Croyez-le ou non, il en est de même du mot « argent ».

Dans notre perception du mot argent, il y a certainement du positif et du négatif ainsi que de possibles peurs qui y sont associées. Ces peurs influencent non seulement notre définition personnelle du mot argent, mais aussi votre vision de l’argent.

 

Mais d’où nous vient cette perception personnelle de l’argent? Et comment l’avons-nous développé?

Elles nous viennent, bien sûr, des expériences personnelles de notre vie. Mais aussi d’expériences familiales qui remontent quelques fois à plusieurs générations. Toutes ces expériences passées ont laissé un message (potentiellement négatif) dans notre esprit. Un message qui a définit et bâtit graduellement nos croyances autour de l’argent!

Aussi, nos croyances face à l’argent peuvent sérieusement influencer nos actions et nos décisions financières. La peur peut nous pousser à ne pas aller de l’avant. À ne pas nous prendre en main financièrement. Vous pouvez donc ne pas totalement réussir votre vie financière alors que vous êtes très capable de réussir bien d’autres facettes de notre vie.

Quel paradoxe!

 

2e réflexion: Comment changer nos croyances face à l’argent?

D’abord, il faut essayer de comprendre d’où nous viennent ces valeurs dont il nous faudrait nous débarrasser. La peur est un sentiment dont il faut se méfier. Pourquoi aurait-on peur de réussir financièrement alors que ce qui s’est passé dans le passé est bel et bien passé?

L’humain est programmé pour avoir peur. C’est un mécanisme de survie qu’il a appris il y a bien longtemps afin de réagir au danger physique.

Le danger physique est une peur rationnelle. La peur rationnelle nous stimule physiquement et mentalement à agir. Si un train fonce sur vous, il est normal (et même souhaitable!) d’avoir peur. Notre cerveau se met alors en marche (vitesse grand V) pour trouver une solution… Certaines glandes de notre corps sécrètent alors ce qu’il faut pour trouver une solution rapide et efficace au problème.

La peur irrationnelle, elle, nous vient d’une croyance que nous avons achetée, qui fait maintenant partie de nos valeurs, de comment on pense. Un bon exemple d’une peur irrationnelle serait la peur des souris!

Vos mauvaises expériences sont derrière vous. Il suffit de regarder en avant, pas en arrière!

Vous n’êtes pas comme vos parents et vous ne ressemblez à personne d’autre qu’à vous même puisque vous êtes VOUS.

Et sachez qu’une souris, tout comme une fausse croyance, ne représente AUCUN danger!

Ne laissez pas la peur écrire le film de votre vie alors que vous en êtes le metteur en scène, le scénariste et aussi et surtout l’acteur principal de votre vie. En complément, cliquez ici pour lire Des problèmes d’argent à solutionner, l’EFT.

 

 Mon plan d’action rapide pour réussir votre vie financière

1 Faites une liste de ce que vous aimeriez réaliser dans votre vie.

Des exemples?

  • Payer mes comptes à temps
  • Ne plus utiliser ma carte de crédit (elle me fait trop souffrir)
  • Régler un emprunt qui me fatigue depuis longtemps
  • Mettre de l’argent de côté pour partir en voyage
  • Ne plus penser à mes soucis financiers

 

2 Faites une liste des obstacles auxquels  vous aurez à faire face.

Vous en avez peu je sais (!), mais juste au cas, je vous fournis quand même quelques exemples :

  • Je n’ai pas de talent avec l’argent. Réponse : ça s’apprend (comme tout le reste)!
  • Je n’ai pas le temps de me préoccuper de mes finances. Réponse : Vous trouverez le temps de vous préoccuper des conséquences?
  • Je n’ai pas le goût. Réponse : 60 minutes par semaine suffisent pour bien commencer votre conversion vers VOTRE réussite financière. Il s’agit essentiellement de prendre le temps de vous aider vous-même à réaliser ce que vous voulez accomplir dans votre vie.

 

Vous êtes prêt à continuer ? Reprenez le contrôle de vos finances, une semaine à la fois!

Marc

 

(1) La communication efficace par la PNL, René de Lassus, Marabout.
Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Votre relation à l'argent

Financer ma retraite, Bof… Demain!

Quand nous pensons à financer notre retraite, c’est souvent en nous disant : Bof… demain!

Car…

Notre perception de la retraite est erronée

Les gens à qui je parle de retraite me répondent (d’un air généralement désintéressé) soit :

« De toute façon, à mon âge (55ans), je n’ai plus le temps d’épargner. Et il est trop tard pour accumuler suffisamment pour une retraite confortable! »

Ou

« À 25 ans, je suis trop jeune, je viens tout juste de commencer à travailler… Je veux vivre ma vie avant de penser à ma retraite! »

Les deux ont bien raison!

Mais ce qui se produit, dans les deux cas, c’est qu’on se laisse tout doucement bercer par une vision à court terme!

Pourtant, on prévoit les vacances annuelles, la naissance d’un enfant, le téléviseur, la décoration intérieure…

On planifie généralement mieux les événements à court terme (des douze prochains mois) dans la vie.

Mais les années passent et tout à coup on se rend compte que nous avons oublié de prévoir nos besoins à très long terme; comme la retraite!

 

Le paradoxe de la retraite!

Quand on est jeune, on se dit que nous avons toute la vie pour penser à quand nous serons vieux.

Ceux qui ont 55 ans aujourd’hui pensaient exactement la même chose que vous, 30 ans plus tôt!

Alors que pouvons-nous faire pour nous protéger contre nous même?

Pourtant, tout le monde le dit : « épargner est une saine habitude de vie financière ».

Tout comme bien s’alimenter et faire de l’exercice. Mais qui dans votre entourage s’alimente parfaitement bien et épargne systématiquement? Il y en a peu.

Jusqu’à tour récemment, j’étais d’opinion qu’au Canada et en Europe, moins de 50 % des travailleurs épargnaient systématiquement, à moins d’en être forcé par leur employeur.

Mais j’étais trop optimiste!

La réalité,  selon l’OCDE, c’est que 60 % des travailleurs canadiens n’ont pas accès à un régime de retraite de leur employeur et que de ceux-ci seulement 25 % contribuent eux-mêmes à leur retraite.

La question de savoir s’ils contribuent suffisamment est restés sans réponse.

Comment feront tous ceux qui n’ont pas de régime de retraite de leur employeur et qui n’ont pas contribué à un régime privé de retraite?

L’état leur fournira des prestations de base, suffisamment pour survivre, espère t’on.

Est-ce ce que vous voulez comme retraite?

 

Financer ma retraite, Bof… Demain!

Épargner pour la retraite, ça vous stimule? Pas moi!

Personnellement, je ne peux pas dire que l’idée d’épargner pour ma retraite me stimule vraiment!

Lorsque l’idée m’effleurait l’esprit dans la vingtaine, je me disais (probablement comme plusieurs d’entre vous); je verrai ça l’an prochain!

Dans la quarantaine, ça m’a un peu stressé, mais j’étais beaucoup trop occupé à gagner de bons revenus et à faire vivre ma famille.

J’ai atteint mon objectif de retraite d’une façon peu orthodoxe, comme vous pouvez lire ici. et je la décris dans ce livre.

 

Des trucs pour cesser de vous dire « la retraite, Bof… demain! »

Bien sûr, il y a des trucs bien connus et pourtant simples pour épargner mais ils sont tellement difficile à appliquer:

  • Mettre de côté une somme reçue en boni ou en cadeau.
  • Épargner le revenu d’un travail en heure supplémentaire.
  • Trouver une seconde source de revenus et épargnez-la en entier.

Voici une astuce simple: même si le montant vous semble trop petit, peu importe lequel, épargnez-le!

À très long terme, ce petit montant fera une grande différence.

Moi je préfère dépenser moins plutôt que de gagner plus d’argent. Êtes-vous prêt pour ce défi?

L’épargne systématique pour les nuls

À long terme, rien ne peut rivaliser avec l’épargne systématique!

L’épargne systématique consiste à mettre de côté un montant 10 à 20 % de votre revenu à chaque période de paie.

C’est LE moyen le plus simple et le plus sûr à condition de le mettre en pratique à long terme.

Pour simplifier, si vous avez:

  • entre 20 et 30 ans vous mettrez de côté 10 %,
  • si vous avez plus de 30 ans, 15 %
  • et si vous avez plus de 40 ans, 20 %.

 

Certains diront que c’est trop simplifié.

Moi je dis:

– Oui, mais ça marche!

 

Cette idée vous a plu, partagez-la!

Marc
Votre coach financier
Crédit photo: 123rf