Catégories
Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

Les gouvernements influencent l’avenir des marchés boursiers

Quel est l’avenir des marchés boursiers?

Depuis une quinzaine d’années, je lis plusieurs heures par semaine sur l’avenir des marchés boursiers, obligataires, immobiliers et sur l’économie mondiale.

Ce qui inclut plusieurs journaux spécialisés, magazines et rapports de diverses grandes institutions financières disponibles dans mes trois langues, dont l’anglais et l’espagnol.

Souvent, je m’arrête pour réfléchir à ce que cela signifie pour nous les investisseurs, propriétaires et aussi comme parents. Je tente de me faire une tête sans me laisser influencer par des convictions politiques, sociales ou économiques.

Aussi, je me fais rigueur! J’essaie de m’en tenir aux faits.

Le problème, c’est que depuis que j’ai commencé sérieusement mes lectures sur l’état de l’économie, il y a des faits qui me surprennent et qui me font peur. Là, je parle de chiffres… Je parle exclusivement d’un point de vue comptable et mathématique.

En fait, je découvre que la réalité économique est camouflée par nos gouvernements autant en Europe, en Asie qu’en Amérique.

En somme, je constate des faits. Je soulève des doutes.  Et je discute de réalités que plusieurs économistes et conseillers en placement m’ont souvent confirmé en me disant tout bas: je suis d’accord avec toi, personne ne croit ces chiffes (officiels)!

Pour ceux qui me suivent depuis un certain temps, vous savez que je fais référence au taux d’inflation sous-évalué, au grand danger des taux d’intérêt négatifs, à notre monnaie qui a perdu beaucoup de sa valeur au fil des années.  Et aussi à la fragilité du système bancaire international.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire mes articles afin de mieux comprendre la crise financière qui perdure et pour vous en protéger!

Mais revenons au sujet de cet article; l’avenir des marchés boursiers dans un contexte de crise financière qui perdure depuis plus de dix ans malgré les efforts de nos gouvernements?

 

Les gouvernements et l’avenir des marchés boursiers

Il y a un peu moins de trois ans, en 2015, une de mes références économiques a produit un rapport intéressant sur la bourse comme instrument de la politique monétaire des banques centrales. Cela m’a ouvert les yeux sur une réalité que je soupçonnais, mais pour laquelle je n’avais eu aucune preuve, jusqu’à maintenant.

J’avais déjà lu sur ce sujet, mais ce qui n’était pas encore clair pour moi, c’était l’impact réel que les gouvernements avaient en investissant directement sur les marchés boursiers afin d’aider et de stimuler l’économie.

Natixis est une grande banque internationale de financement, de gestion et de services financiers du Groupe BPCE. C’est aussi le deuxième acteur bancaire en France. Mon premier contact avec un de leur analyste remonte à 1994, alors que j’étais CEO d’une nouvelle société minière cotée en bourse.

Dans son rapport, Natixis confirme que les marchés boursiers des États-Unis, du Japon, du Royaume-Uni et de la Chine sont artificiellement poussés à la hausse dans le but de faire redémarrer l’économie: *

« Aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon, la hausse des cours boursiers a joué et joue encore un rôle important dans la transmission de la politique monétaire à l’économie … »

« En Chine, aujourd’hui, le gouvernement organise des achats massifs d’actions pour faire remonter le marché. La Bourse devient donc un instrument important de la politique monétaire, la zone euro restant pour l’instant une exception. »

Les gouvernements tentent donc de stimuler l’économie en achetant massivement des titres boursiers. Ce qui a comme conséquence de faire gonfler les valeurs boursières. Et de faire croire à l’investisseur boursier que l’économie va mieux qu’en réalité.

Ce qui me fait dire que:

La croissance partiellement artificielle des marchés boursiers montre une fausse impression de croissance économique.

 

Les gouvernements cherchent à tout prix à faire redémarrer l’économie

En effet, les gouvernements cherchent à tout prix à redémarrer l’économie en:

  • Réduisant les taux d’intérêt, dans le but de nous pousser à dépenser et à investir davantage en nous endettant à un taux très bas. Mais les taux remonteront, c’est uniquement une question de temps!
  • Imprimant plus d’argent. Cet argent a servi aux États-Unis et sert encore en Europe à renflouer les banques pour leurs erreurs du passé. Rappelons que ces banques ont investi dans des créances risquées (prêts immobiliers et dettes gouvernementales telles que la Grèce).

Tiré du rapport de Natixis* :

« De plus en plus de pays utilisent les cours boursiers comme un instrument supplémentaire de la politique monétaire.

Ceci est dangereux : les hausses des cours boursiers mises en place par les gouvernements ou les Banques Centrales créent un aléa de moralité : les acheteurs d’actions se sentent protégés, assurés, par les gouvernements ou par les Banques Centrales.

Cela va clairement être le cas en Chine après les interventions récentes, et déclenche normalement une vague d’achats et une bulle actions incontrôlable. »

 

Pourquoi les gouvernements influencent-ils l’avenir des marchés boursiers?

Le but des gouvernements, en créant une hausse artificielle des cours boursiers, est clairement de faire:

  1. Baisser le taux d’épargne des ménages. Bref de nous pousser à la consommation!
  2. Augmenter l’investissement des entreprises au-delà de ce qu’implique l’évolution de la croissance. Soit de motiver artificiellement les entreprises à investir dans des équipements en vue d’une augmentation future de clientèle.

La question que je me suis posée est : comment les gouvernements en sont-ils rendus à agir ainsi?

Ce n’est pas surprenant répondent certains économistes. Puisque les autres instruments (baisse des taux d’intérêt et augmentation de la masse monétaire) ont déjà été pleinement utilisés avec peu de résultats. Alors, quel moyen leur reste-t-il pour améliorer l’économie?

Cette situation est pourtant très dangereuse car* :

« Elle crée un aléa de moralité sur les marchés d’actions (les investisseurs pensant être assurés par les états ou les Banques Centrales), qui est favorable à l’apparition de bulles. La situation chinoise est très claire ici. »

 

Que faire comme investisseur ?

Plusieurs investisseurs seront sans doute induits en erreur quant à l’avenir des marchés boursiers.

Sauf vous, je l’espère !

Depuis quelques années déjà, je considère qu’il vaut mieux rester en retrait de la bourse pour le moment…

Éviter les risques importants est toujours une excellente stratégie!

Ce qui ne veut pas dire de ne rien investir en bourse.

Car il y a et il y aura toujours des sociétés et des secteurs sous-évalués dans lesquels investir profitablement.

Par contre, c’est peut-être le temps de sous-pondérer ses investissements sur le marché boursier.

Certains argumenteront que l’on ne retrouve pas encore de signe d’euphorie chez les investisseurs (en janvier 2019).

Et c’est bien vrai!

D’autres diront que les ratios P/E (cours/bénéfices) sont actuellement très élevés mais que compte tenu des très faibles taux d’intérêt, ces ratios sont amplement justifiés. Et vu l’absence de concurrence pour l’investisseur individuel et institutionnel, l’avenir ses marchés boursiers est assuré…

L’indice PER Shiller décembre 2018

 

Mais rappelez-vous les dots-COM en 1999. On disait: cette fois-ci ce n’est pas pareil!

Selon votre situation, le problème n’est peut-être pas de posséder des actions, mais d’en posséder trop!

 

Trop d’actions ?

Maintenant que vous comprenez mieux mon point de vue sur l’état actuel des marchés boursiers, que pensez-vous de votre répartition en actions dans vos portefeuilles?

Ou si vous préférez; quel % de l’ensemble de vos investissements devrait être investi sur les marchés boursiers?

Livre L'art d'investir à sa façonPour ceux qui veulent en savoir plus, dans le chapitre 4 de mon livre L’art d’investir à sa façon en temps de crise  (le chapitre 1 vous est offert gratuitement), je vous dépeins le portrait de l’économie mondiale selon ma lecture des évènements et des faits.

Bon investissement!

Marc Blais, CPA, CGA

* Source : Natixis Flash économie, recherche économique. La bourse comme instrument de la politique monétaire. 24 juillet 2015 –  (Les mots en caractère gras ont été mis en évidence par Marc Blais). http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=86291

Catégories
Investir dans l'or et l'argent Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

La vraie valeur de notre monnaie, c’est…

Quelle est la vraie valeur de notre monnaie, selon vous?

La notion de monnaie, telle que vous la connaissez aujourd’hui, n’a pas vraiment changé.

La monnaie, c’est tout simplement un moyen d’échange, qui existe depuis plus de 3000 ans. Et bien que les principes d’une monnaie forte demeurent les mêmes, vous aurez deviné que la forme a considérablement évolué au fil des ans.

Pourquoi les gouvernements font-ils baisser la valeur de notre monnaie?

En fait, l’or physique a été la toute première monnaie. Et au cours des siècles, plusieurs autres formes de monnaie avec soit une composante en or métal ou une protection sous la forme de réserve en or physique ont suivi.

Et l’or physique a éventuellement été remplacé par des pièces frappées (estampillées) d’or et d’autres métaux, principalement de l’argent.

Mais au cours des dernières décennies, le contenu en or et en métaux des pièces de monnaie a graduellement baissé. Et nous nous retrouvons aujourd’hui avec à la fois du papier monnaie et des pièces de monnaie, pratiquement sans valeur intrinsèque!

Pourquoi?

D’une part, cycliquement dans l’histoire des monnaies, on a vu les états faire baisser volontairement la valeur de leur monnaie pour faciliter les exportations. C’est le cas encore aujourd’hui. Et depuis quelques années, on assiste paisiblement à ce qu’on appelle une guerre des monnaies ou chacun compétitionne pour que sa monnaie ait la plus faible valeur possible.

D’autre part, tout aussi cycliquement, d’autres raisons ont poussé les gouvernements à affaiblir la valeur de notre monnaie, de façon involontairement.

Car la baisse de valeur de notre monnaie peut aussi être une conséquence d’une décision financière de l’état. Par exemple, un gouvernement (ou sa banque centrale) peut décider de vendre une partie de ses réserves d’or ou d’imprimer beaucoup de billets de banque dans le but de financer ses promesses électorales ou pour faire face à ses engagements.

 

La valeur de notre monnaie d’hier à aujourd’hui

Notre monnaie actuelle, celle que vous utilisez tous les jours, a-t-elle encore de la valeur?

Nous avons officiellement deux formes physiques de monnaie: le papier monnaie et les pièces de monnaie.

 

La monnaie d’hier…

La monnaie a pris au cours de l’histoire les formes les plus diverses : bœuf, sel, nacre, ambre, métal, papier, etc.

Après une très longue période où l’or et l’argent (et divers métaux) en ont été les supports privilégiés, la monnaie est aujourd’hui principalement dématérialisée : les espèces ne constituent plus qu’une petite partie de la masse monétaire.

On parle de plus en plus de monnaie électronique. Mais quelle est la valeur intrinsèque de cette monnaie?

 

Mais qu’est-ce que la monnaie?

Chaque monnaie est définie, sous le nom de devise, pour une zone monétaire. Elle y prend la forme principalement de crédits qui font les dépôts, et accessoirement de billets de banque et de pièces de monnaie, dites aussi monnaie fiduciaire. Les devises s’échangent entre elles dans le cadre du système monétaire international. (Wikipédia)

 

Les pièces de monnaie

 

valeur monnaie

Retournons en arrière et voyons comment étaient frappées les premières pièces de l’histoire.

Selon ce que l’on sait, il s’agissait de pièces en or pur d’un poids préétabli.

Autrefois les monnaies étaient frappées par le marteau, tantôt à froid, tantôt à chaud, et il en a été ainsi jusqu’à la seconde moitié du xvie siècle. Après avoir fait subir aux matières d’or et d’argent l’alliage légal, on les fondait et on les coulait en lames, qui étaient ensuite recuites pour être étendues sur l’enclume. Quand les lames avaient à peu près l’épaisseur des espèces à fabriquer, on les coupait en morceaux à peu près de la grandeur des espèces, ce qu’on appelait couper « quarreaux ». (Wikipédia)

Donc, le poids en or signifiait et donnait la valeur de la pièce.

 

La valeur métal des pièces de monnaie a disparu!

Un phénomène a été observé au Canada et aux États-Unis depuis les années 1970. La valeur en métal physique des pièces a pratiquement complètement disparu!

Je me souviens lorsque le contenu de nos pièces de 5 cents a été modifié. Le contenu en métal argent avait été considérablement diminué (pratiquement éliminé) en faveur du métal nickel beaucoup moins dispendieux.

Et je me souviens aussi que ni la population ni les experts financiers n’avaient réagi!

La plupart des gens s’étaient dit que c’était une bonne idée que les choses avaient changé et que cela ferait même épargner de l’argent à l’état!

Sauf exception, personne ne s’était alors interrogé sur la baisse de la valeur intrinsèque (et tangible) de notre monnaie. Et lorsque la question était posée, on répondait simplement que dans le fond, on pourrait dire la même chose du papier monnaie! Alors qu’en réalité, les réserves d’or sont là pour supporter le papier monnaie.

Des historiens ont noté que quelques dizaines d’années avant la chute finale de l’Empire romain. Le contenu en or et en argent des pièces de monnaie de l’empire avait graduellement diminué pour ne finir avec presque aucun contenu en valeur métal.

 

La valeur de notre monnaie papier est nulle

Pour que votre papier-monnaie ait de la valeur, il faudrait que votre banque centrale détienne des actifs tangibles de qualité pour soutenir 100% de sa valeur.

Ce serait bien logique que ce soit le cas me direz-vous! (Et c’est d’ailleurs ainsi que tout a commencé.) Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui!

En 2017, aucune monnaie n’est supportée à 100% par des valeurs sures comme l’or physique.

Si on remonte dans l’histoire, on constate que les pièces d’or ont été remplacées par le papier-monnaie suite à la garantie de la banque centrale (ou son équivalent à l’époque) de remettre à son détenteur des pièces d’or de même valeur. Et ce, sur demande du détenteur.

Le papier monnaie était donc convertible en or à 100%. Ce principe de convertibilité est appelé étalon or.

Au cours des derniers 3000 (à 4000 ans), l’or a servi de devise fiable et a survécu à toutes les crises financières. On ne peut pas en dire autant de la valeur des autres monnaies!

 

L’histoire récente de la monnaie aux États-Unis

Voyons un peu l’histoire récente aux États-Unis pour mieux comprendre la valeur de notre monnaie.

En 1933, l’or cotait 20$US, avant que le gouvernement américain force ses citoyens à vendre son or à la Réserve fédérale américaine (FED).

Aujourd’hui, en 2018, l’or cote plus de 1300$US.

Ce qui signifie qu’un dollar américain achète aujourd’hui 65 fois moins d’or qu’il y a 84 ans!

Le dollar américain a donc perdu plus de 98% de sa valeur!

Il est intéressant de noter que la majeure partie de la perte de valeur du dollar américain s’est produite suite à la décision du président américain Richard Nixon de ne plus supporter le $US par des réserves d’or.

Dans mon exemple, j’ai voulu comparer deux monnaies très connues: l’or et le dollar américain.

Voici en comparaison, les pertes de valeur constatées pour le franc suisse, le yen japonais et l’euro:

 

valeur de notre monnaie en comparaison avec l'or

https://www.goldbroker.fr/

Qu’est-ce que l’étalon-or?

L’étalon-or (en anglais : Gold Standard) est un système monétaire dans lequel l’unité de compte ou étalon monétaire correspond à un poids fixe d’or.

Dans ce système, toute émission de monnaie se fait avec une contrepartie et une garantie d’échange en or. Les parités de deux monnaies différentes sont donc fixées par rapport à l’or et les taux de change sont stables entre pays participants. L’or constitue une monnaie internationale, qui sert au règlement des échanges et comme instrument de réserve pour les banques centrales des pays qui l’ont adopté. (Wikipédia)

 

De l’étalon-or à la monnaie de singe!

Que reste-t-il aujourd’hui de ces beaux principes de convertibilité sur demande par le bon citoyen?

Presque rien!

En Europe, et plus particulièrement en France et en Allemagne, l’or physique garantit encore plus ou moins 15% de la valeur de la monnaie en circulation. Ce taux est encore plus faible dans les autres pays européens.

 

Quel pays détient une monnaie forte?

En langage financier, une monnaie forte est une monnaie garantie à 100% par des réserves d’or.

Il y a quelques années, la Suisse correspondait à cette définition. Mais ce n’est malheureusement plus le cas maintenant!

Au Canada, selon les dernières informations, notre monnaie ne serait couverte par aucune garantie tangible comme l’or et l’argent par la banque du Canada (l’équivalent de la BCE).

Les crises monétaires, c’est-à-dire les crises de confiance envers la monnaie, se produisent cycliquement. Et ce sont tout de même de très longs cycles ! Mais, s’il y avait une crise de confiance au Canada, on estime aujourd’hui que la garantie se situe à seulement 1%.

1%, c’est la valeur qu’un citoyen canadien recouvrerait pour son papier-monnaie suite à une crise monétaire au Canada.

L’or symbolisait depuis des siècles la richesse d’un État. Mais le Canada se départit depuis des décennies de ses réserves de métal jaune. Depuis quelques années, en fait, Ottawa s’est tourné notamment vers le dollar américain et la livre sterling. (La presse) (N.D.A. Ce sont deux monnaies papier pratiquement sans valeur intrinsèque)

Aux États-Unis et en Chine, il n’y a pas moyen de vraiment savoir combien d’or physique il y a dans les coffres de la Federal Reserve. Car les Américains s’obstinent et refusent un audit de leurs coffres! C’est un mauvais signe!

Et en Chine, l’information est publiée avec un an ou deux de retard, sans savoir non plus si cette information est exacte!

valeur monnaie - L'or composante des principales devises

 

Dans le tableau qui précède, vous aurez une estimation qui se rapproche le plus de la vérité.

 

L’histoire et la valeur de notre monnaie…

L’histoire répond bien à nos questions en ce qui concerne l’avenir de nos monnaies et de l’économie mondiale. En fait, l’histoire des monnaies nous enseigne et surtout nous renseigne de ce qui pourrait bien se produire!

Depuis plusieurs années déjà, les gouvernements et les particuliers s’endettent à un rythme effarant. Au point où les dettes étatiques ne pourront JAMAIS être payées!

Les états impriment électroniquement de la monnaie pour payer ses dépenses, pour éponger ses déficits annuels répétés et pour aider les banques constamment en difficulté, et ce, depuis déjà une dizaine d’années.

Et si on en croit l’histoire, le déclin de l’Empire romain fut une longue crise de confiance. Une crise qui s’est terminée par le démantèlement de l’empire. L’histoire se répètera-t-elle?

Aujourd’hui, l’Europe, l’Amérique, la Chine et le Japon sont plus ou moins dans la même situation risquée et dangereuse. Car ces importants pays possèdent tous aujourd’hui une monnaie pratiquement sans valeur!

valeur monnaieUn beau matin, plusieurs se réveilleront (en même temps ou presque!) en se posant la question qui tue:

Mais quelle est la vraie valeur de notre monnaie? 

Heureusement que vous connaissez déjà la réponse!

Car pour tous les autres, il sera trop tard!

Connaissez quelqu’un qui désire vraiment protéger son patrimoine? N’hésitez pas à lui partager cet article.

Ça lui rendra service!

Marc Blais