Catégories
Investir dans l'or et l'argent Investir dans les sociétés minières Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement ! Top 10

4 idées pour se protéger de l’inflation au cours des prochaines années

Se protéger de l’inflation?

Mais quelle inflation?!

Les taux d’inflation officiels sont de 2% en Europe et en Amérique du Nord…

On parle de quoi là?

Je vous invite à lire « Et si le vrai taux d’inflation était plus élevé? ».

Ainsi, vous pourrez vous faire une idée par vous-même. À mon avis, il est possible qu’il y ait bien plus inflation qu’on le croit dans l’économie actuelle. Et cela affecte et influence tout le système financier international.

Aussi, je crois fort possible que le taux d’inflation augmente à l’avenir.

L‘inflation d’aujourd’hui pourrait bien s’aggraver pour devenir l’hyperinflation de demain!

Car imprimer de l’argent – ce qu’on appelle techniquement; la création monétaire – constitue une prise de risque énorme qui se transforme immanquablement en une mesure très inflationniste.

Depuis la crise de 2008, les banques centrales expérimentent plusieurs nouvelles techniques dont le dosage est minutieusement calculé pour contrôler l’économie. Mais certaines de ces mesures, comme les taux d’intérêt négatifs, ainsi que le mix de ces techniques n’ont jamais été testés auparavant.

On est clairement en terrain inconnu!

Et malgré toute la force et l’habilité déployé en relations publiques autour du succès apparent de ces mesures, personne ne sait vraiment comment cette crise se terminera.

Quoiqu’il advienne des politiques monétaires à court terme des banques centrales à l’avenir, une hausse du taux réel d’inflation est sans doute le résultat le plus probable à moyen et long terme.

Il existe heureusement certaines catégories d’actif qui vous aideront à protéger votre patrimoine contre l’inflation.

Évidemment, elles ont toutes leurs limites, leurs avantages et leurs inconvénients.

Je vous partage maintenant quelques-unes de mes idées et réflexions.

1 Les marchés boursiers 

Tous les investisseurs sont conscients que les ratios cours/bénéfices des principaux marchés boursiers du monde sont actuellement très élevés en comparaison à leur moyenne historique.

Toutefois, plusieurs considèrent que des ratios P/E élevés sont normaux en raison des bas taux d’intérêt dictés par les banques centrales.

Mon opinion est qu’effectivement, il est normal que les investisseurs se tournent vers d’autres marchés – comme la bourse, les cryptomonnaies et l’immobilier – pour obtenir un rendement plus décent.

Mais bien que ce soit normal de rechercher un meilleur rendement, ce n’est pas une bonne raison pour prendre beaucoup plus de risque que notre tolérance normale.

En conséquence, je considère que les Fonds Négociés en bourse (FNB) basés sur le rendement moyen des indices boursiers et les fonds de placement en actions diversifiés sont beaucoup trop chers en ce moment.

En fait, tant que la bourse montera, on sera content…

Mais le risque d’une correction boursière et même d’un krach boursier augmente de jour en jour.

Aussi, si vous décidez tout de même d’investir ou de rester investi sur le marché boursier, il vaudrait mieux rechercher des secteurs et des sociétés vraiment très sous-évaluées.

Ou, vous pourriez tout simplement attendre une correction!

Rappelez-vous: Cash is King!

2 L’immobilier

L’immobilier est la protection classique pour se protéger de l’inflation. L’histoire des crises impliquant une hyperinflation a clairement prouvé son efficacité. 

Mais, il faudra se méfier de la hausse inévitable des taux d’intérêt qui fera baisser la valeur marchande de tout le secteur immobilier (et celle de votre résidence!). 

Il y a aussi l’état actuel de l’économie mondiale et le revenu disponible des ménages qui affectera les revenus locatifs de l’immobilier résidentiel et commercial.

Les bas taux d’intérêt dictés par les banques centrales ont créé une bulle immobilière à l’échelle mondiale. Aussi, presque toutes les régions du monde sont touchées: le Canada (surtout à l’ouest), les États-Unis, la Chine et l’Europe.

Toutefois, je maintiendrais certainement un certain pourcentage de mes avoirs dans l’immobilier. Même si le risque d’une hausse des taux d’intérêt est en vue.

Trop posséder d’immobilier serait une erreur, en posséder trop peu aussi!

À vous de doser votre répartition d’actif à votre satisfaction.

L’immobilier, ça reste du concret!

3 L’or pour se protéger de l’inflation

vrai taux d'inflation - la monnaie c'est l'or

L’or, c’est la monnaie. Tout le reste, c’est du crédit!  JP Morgan

L’or et l’argent physique sont des actifs de première qualité pour protéger son capital et faire face à la crise financière actuelle. 

Heureusement, il existe des solutions alternatives et moins risquées que de détenir des contrats à terme de vente d’or. En voici une: investir dans les pièces en or.

Si vous désirez explorer l’idée d’investir dans l’or ou dans les sociétés minières, vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide Comment investir en début de cycle minier!

La reflation de l’énorme montant de dettes détenu par les banques centrales ne sera possible qu’avec une inflation des dettes et une inflation monétaire. Ce qui sera très douloureux pour les épargnants, les retraités et la plupart des investisseurs!

Aussi, les monnaies sans dettes comme les métaux précieux seront des actifs de qualité à privilégier pour traverser cette crise…

Les métaux offrent une bonne protection contre l’inflation et la déflation. Cette propriété découle de leur statut de valeur réelle. Une position en or dans un portefeuille offre une certaine protection contre les risques systématiques du marché. Le temps.

4 Les minières

Le secteur minier est de tous les secteurs du marché boursier, le plus volatile au monde.

Aussi, la question est: quel est le meilleur moment pour investir dans les minières?

Voyons d’abord l’état du marché actuel…

On sait que le secteur minier n’a fait que baisser à partir de 2011. Mais le GDXJ (Un ETF de minières à capitalisation moyenne) a considérablement augmenté depuis le 1er janvier 2016.

protéger son patrimoine GDXJ 2018-2018

Quand on regarde la hausse rapide en début d’année 2016, on a vraiment l’impression d’avoir manqué le bateau! La hausse a été de plus de 100% en quelques mois seulement. Le marché s’est ensuite consolidé pour se stabiliser par la suite. Trop! Car je crois que les fondamentaux sont excellents pour une hausse additionnelle au cours des prochaines années.

Donc, vous ne devriez pas penser avoir raté le prochain cycle minier haussier. Le nouveau cycle haussier ne fait que commencer… Investir dans de bonnes minières sera peut-être non seulement une excellente façon de se protéger de l’inflation, mais aussi de faire croitre votre patrimoine.

Voici pourquoi.

Un nouveau cycle minier haussier

En fait, très peu d’investisseurs ont vraiment profité de la hausse extraordinaire de 78% du GDXJ (calcul arrondi de 18$ à 32$) depuis le 1er janvier 2016, jusqu’au 31 mars 2018.

Et il faut savoir que tous ceux qui avaient investi AVANT le 1er janvier 2016 et après 2011 on soit gagné très peu ou ils ont nettement perdu de l’argent.

Ce qui veut dire qu’à moins d’avoir été excellent pour sélectionner de bons titres miniers individuellement, la majorité des investisseurs miniers ont perdu de l’argent entre 2011 et 2016!

Il fallait avoir du timing pour trouver le point d’entrée idéal du 1er janvier 2016!

Mais pratiquement personne – même pas  Rick Rule que j’ai eu en entrevue exclusive – n’a pu profiter du début du nouveau cycle minier haussier. (Rick Rule est reconnu comme étant un des meilleurs investisseurs miniers au monde.)

La bonne nouvelle, c’est que ce nouveau cycle minier haussier devrait se prolonger sur quelques années additionnelles. L’autre bonne nouvelle, c’est que dans un bon cycle minier, il est possible d’atteindre des ten baggers! C’est-à-dire de multiplier par 10 votre investissement, si vous choisissez bien vos titres.

C’est d’ailleurs personnellement mon but!

Se protéger de l’inflation et de la crise

Prenez donc le temps de bien réfléchir à ce qui précède. Car une répartition d’actif adaptée à votre personnalité est cruciale pour se protéger de l’inflation et de la crise financière!

Ensuite, il vous restera à choisir des titres de qualité pour chacune des catégories d’actif…

Merci de me lire!

Marc

Catégories
Investir dans les sociétés minières Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

Les gourous et la bourse en 2018

Les gourous et la bourse en 2018-2019 ?

Les gourous financiers, c’est nous qui les créons. Dans la réalité, ça n’existe pas!

Je lis sur l’économie et les finances personnelles depuis plus de 35 ans et je n’ai pas encore trouvé un seul gourou financier!

Mais – tout comme vous! – je continue à chercher…!

Bien sûr, il y a des gens qui ont une bonne moyenne au bâton.

Et il y a de bons prévisionnistes ont un genre de sixième sens, un pif pour sentir les grands mouvements à venir.  Mais ils se trompent tout de même régulièrement.

Presque 50% du temps en fait!

Alors, la boule de cristal, il vaut mieux ne pas trop s’y fier!

 

« Aujourd’hui, c’est différent! »

La bourse atteint des niveaux records et les ratios cours/bénéfices ne cessent d’augmenter…

 

la bourse en 2017 - ratio cours bénéfice
http://www.multpl.com/shiller-pe/

 

Aussi, et pour plusieurs raisons que vous pourrez lire ici; que la bourse pourrait plutôt baisser que monter en 2018 et 2019.

Vous voyez, je vous fais une prévision! (Et je vais sans doute me tromper!)

Aujourd’hui c’est différent, entendrez-vous de plus en plus autour de vous, car il y a les arguments des optimistes (les Bulls). Aujourd’hui, disent-ils:

  • Il existe de meilleurs contrôles du système financier et les mécanismes de règlementation ont été nettement améliorés depuis la crise de 2008-2009.
  • Les investisseurs sont maintenant plus expérimentés, donc plus stables émotivement.
  • L’économie a changé, s’est diversifiée.
  • Et surtout, les taux d’intérêt sont très bas (l’investisseur n’a pas d’autres choix que la bouse s’il veut un bon rendement).

Pourtant, on disait tout cela il y a 10 ans, il y a 20 ans …

Et les corrections et les krachs boursiers se sont produits régulièrement depuis… toujours.

Jetez un coup d’oeil sur cette liste des crises monétaires et financières depuis 1637.

Vous verrez qu’il n’y manque pas d’actions (sans jeu de mots!). Et vous remarquez aussi qu’il y a une crise tous les cinq ans, environ!

Avant de prendre panique, il faut savoir reconnaitre que dans tous les marchés, certaines sociétés et certains secteurs demeurent sous-évalués.

Par exemple, avez-vous remarqué le secteur minier? Avez-vous pensé investir dans les sociétés minières?

 

Le marché boursier a besoin de vacances!

En définitive, la bourse nous ressemble beaucoup, nous les humains. Le marché boursier est quelques fois agressif, émotif et aussi, souvent irrationnel!

Le marché boursier nous représente bien, car autant les petits que les grands investisseurs, nous sommes tous humains.

D’une part, nous ressentons la peur…

En revanche, nous avons soif de gains, soif de réussir. Et nous sommes aussi compétitifs et audacieux. Quelques fois, trop!

En somme, ce sont toutes ces émotions qui composent le CAC40, le TSX, le DOW, le S&P 500.

Et enfin, tout comme nous, les bourses ont besoin de vacances!

Annuelles? Aux trois ans?

Ça dépend!

La question est de savoir si elles iront-elles en vacances en 2018 ou en 2019?

 

Un aperçu du passé pour prévoir les crises boursières

(Au moins, le passé, c’est du connu!)

Vous avez ici la liste de toutes les crises financières et krachs boursiers en France et dans le monde depuis 1929.

Désormais, vous ne pourrez plus dire que ça n’arrive jamais ou très rarement !

En outre, sachant qu’en moyenne les baisses boursières sont d’environ 30%, vous vous devez d’y réfléchir!

Réfléchir à quoi?

Bien, réfléchir à votre tolérance à la volatilité.

Chaque personne est différente. En matière d’investissement, vous ne pouvez donc pas simplement imiter votre beau-frère ou votre patron !

 

À court terme, l’émotion dirige la tendance boursière

Malgré les apparences de rigueur et d’analyse rationnelle des différents intervenants du marché boursier, les mouvements boursiers sont grandement influencés par l’émotion!

Vous voulez un exemple?

Supposons qu’un milliardaire comme Warren Buffet ou Bill Gates se réveille un beau matin et déclare que: la bourse va s’écraser en 2018!

Que faites-vous?

Plusieurs ne réfléchiront pas (ou presque pas!) et vendront d’un coup tous leurs titres boursiers!

D’autres croiront un autre gourou financier qui prétendra tout à fait le contraire. Et dans une sortie très convaincante, ce gourou pourrait même ajouter: la bourse va doubler d’ici 3 ans!

Vous voyez le lien entre les gourous et la bourse?

Comprenez-vous que c’est tout ce lot d’émotions qui affectent les marchés boursiers? Et ce, toutes les minutes, toutes les heures et tous les jours…

Et vous, pourrez-vous y résister et garder le cap?

 

Que fera la bourse en 2018 et 2019?

Que vous me posiez la question aujourd’hui, dans un an ou dans 10 ans, ma réponse ne changera pas!

Je n’en sais rien et personne ne le sait!

Et c’est la seule réponse sensée.

Personne ne peut prévoir l’avenir avec certitude.

Sinon, ça se saurait!

C’est comme ça, cela a toujours été et ce le sera toujours: les gourous et la bourse, il vaut mieux oublier ça !

 

À long terme, la croissance dirige la tendance boursière

Y a-t-il (selon vous) une réelle croissance économique?

C’est la question, car sans croissance, la bourse n’aurait aucune raison de prendre de la valeur!

Et ne posez pas la question à votre beau frère! Il ne le sait pas…

Observez.

Observez autour de vous…

Que voyez-vous? Y a-t-il des fermetures de magasins? Sont-ils remplacés par des magasins moins luxueux? Y a-t-il création d’emplois, je veux dire une création de vrais emplois avec de bonnes conditions de salaire?

Remarquez vos habitudes de consommation. Avez-vous réduit vos dépenses récemment? Si oui, peut-être que vous n’êtes pas le seul…

Sortez-vous dans les mêmes restos qu’il y a deux ou cinq ans?

Et vos amis, dépensent-ils plus ou moins qu’avant, en général?

Y a-t-il – selon vous, pas selon Statistiques Canada ou selon la BCE! – une croissance modérée de l’économie ou pas de croissance du tout (c’est-à-dire une récession)?

Techniquement, répondre à cette question nécessiterait un grand débat technique impliquant plusieurs excellents économistes. Et la conclusion serait sans doute mitigée et composée de réponses très variées comme:

  •  Cela dépend de…,
  • Il se pourrait…,
  • Si toutefois…

Mais ce qui est important, c’est ce que vous, vous en pensez! Car c’est votre argent que vous investissez!!

 

Si vous vous posez la question « que va-t-il se passer avec la bourse ? », vous ne devriez pas investir en bourse!

La bourse c’est pour les investisseurs avertis!

Avertis de quoi?

Averti que les marchés boursiers varient constamment, positivement et négativement.

Et quelques fois, les variations (on emploie souvent le mot volatilité pour ne pas vous faire peur!) se produisent très rapidement et très radicalement!

En fait, la vraie question c’est:

Pourriez-vous bien dormir cette nuit sachant que votre portefeuille de titres boursiers (la partie de votre patrimoine composée d’actions) pourrait perdre 30% de sa valeur (il s’agirait d’un krach) en une semaine?

Si votre réponse est oui, alors ça va! Vous êtes donc fait pour investir une partie importante (de 30% à 70%) de votre patrimoine (de vos avoirs) dans des titres boursiers et des FNB qui calquent le rendement des grands marchés boursiers internationaux comme le CAC40, le TSX, le S&P500 et le Dow.

Sinon?

Si votre réponse est non, c’est que vous n’êtes pas au bon endroit du tout! Réévaluez tout de suite votre stratégie de placement!

Et surtout soyez honnête, car comme je le mentionne dans mon livre Le guide de l’investisseur intelligent, il n’est pas facile de s’avouer franchement sa vulnérabilité aux corrections boursières. Surtout si vous êtes un homme!

En effet, les hommes ont généralement ce défaut de ne pas répondre franchement aux tests de tolérance à la volatilité. Alors que ces tests fonctionnent plutôt bien chez les femmes.

Pour imager un peu; je dirais qu’investir à la bourse sans avoir la tolérance à la volatilité requise, c’est comme si un végétarien affamé entrait dans une boucherie…

 

« Que va-t-il se passer avec la bourse ? » n’est pas la bonne question !

La bonne question c’est: s’il y avait une baisse importante de valeur à la bourse, sauriez-vous tenir le coup?

Pensez-y!

Personnellement, j’aime bien cette réflexion de Peter Lynch, il est d’ailleurs un des meilleurs gestionnaires de tous les temps:

Il y aura des récessions et des chutes à la Bourse. Si vous ne comprenez pas cette réalité, alors vous n’êtes pas prêt, vous ne réussirez pas sur les marchés.

Si vous êtes de ceux qui aiment connaitre l’avenir, vous n’êtes vraiment pas le seul! Mais vous voyez bien que ce n’est pas possible.

Tout ce que vous pouvez faire, par contre, c’est de vous préparer au pire.

Avant de vous laisser réviser vos stratégies, je vous offre une piste de réflexion complémentaire. Lisez ceci si vous croyez vraiment que la bourse c’est toujours le plus rentable des investissements.

Marc Blais, auteur et conférencier international

Votre coach financier
Cliquez ici pour recevoir gratuitement mon ebook sur l’investissement minier.

Catégories
Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

La bourse vous empêche de dormir?

Trouver ce qui cloche lorsque la bourse vous empêche de dormir n’est pas si évident!

Il est possible que le choix de vos investissements ne soit plus optimum pour vous, que votre vie ait changé…

Mais ce n’est pas toujours aussi simple! Et j’ai souvent constaté que la plupart des investisseurs vivent ce que j’appelle le paradoxe de l’investisseur.

 

Le paradoxe de l’investisseur…

Le paradoxe de l’investisseur, c’est comme si deux versions de nous-mêmes s’affrontaient!

C’est que d’une part, nous investissons trop sur le marché boursier, sans considérer suffisamment notre capacité à faire face à la volatilité.

Et cela se produit car comme nous croyions faussement qu’à très long terme (10 ans et plus), investir à la bourse était plus rentable que d’investir dans les titres à revenu fixe (comme les obligations et les certificats de dépôts).

Si vous doutez de ce qui précède, je vous invite à lire Investir en bourse, c’est toujours le plus rentable! Vraiment? 

D’autre part, il y a ce qu’on appelle tout simplement; la peur!

Car oui, dans notre vie de tous les jours, nous avons peur! Nous avons peur que des évènements négatifs viennent affecter notre avenir.

La vérité, c’est que nous ne sommes pas tous également aptes à vivre un grand changement de valeur en un court laps de temps.

Surtout quand nos rendements tournent rapidement au rouge!

C’est alors dans le drame que l’on découvrira notre vraie tolérance à la volatilité. Et non celle que nous croyions avoir!

Notre tolérance à la volatilité est différente de toutes les autres personnes. Nous sommes uniques. Et c’est la raison pour laquelle on ne peut pas se comparer…

 

Mesurer notre tolérance à la volatilité…

Techniquement, vous pouvez mesurer votre tolérance à la volatilité grâce à des tests plus ou moins scientifiques.

Mais vous devez aussi savoir que le résultat que vous allez obtenir grâce à ce type de test sera imprécis.

C’est que, selon moi, il n’y a que votre propre expérience d’investisseur qui vous guidera vraiment à déterminer le pourcentage d’actions que vous devriez posséder dans vos différents portefeuilles d’investissement.

C’est un exercice que vous devriez d’ailleurs faire pour chacun de vos portefeuilles.

Sans quoi, il se pourrait que la bourse vous empêche de dormir!

 

La bourse vous empêche de dormir?

La volatilité se définit comme étant la variation de valeur dans le temps.

Et c’est cette volatilité non désirée qui fait peur autant aux petits investisseurs que nous sommes qu’aux grands investisseurs institutionnels.

De plus, j’ai pu vérifier à maintes reprises nous sommes tous pareils, petits ou grands investisseurs!

Mais comment savoir si vous avez trop investi en bourse?

Si vous êtes très préoccupé par vos investissements et que la bourse vous empêche de dormir, c’est probablement que vous avez trop investi en bourse.

Pour investir intelligemment sur les marchés boursiers, il faut être à l’aise avec la grande volatilité de la bourse.

C’est en quelque sorte le prix à payer pour profiter d’un bon rendement à très long terme.

 

Et si vous n’étiez pas fait pour investir en bourse!

Un retraité me confiait l’an dernier qu’il avait complètement quitté la Bourse après le krach de 2008-2009.

A-t-il bien fait?

Regardons ce qui s’est passé depuis.

D’un côté, la bourse canadienne (TSX), la bourse américaine (Dow Jones) et la bourse française (CAC 40) ont repris plus que le terrain perdu après une baisse généralisée de 50 % en 2008-2009.

Donc, mon ami retraité aurait été avantagé de conserver son portefeuille boursier! Au lieu de cela, il a réalisé un rendement 2% à 6 % par an en revenu d’intérêt, à la banque ou encore en investissant dans des obligations.

Quelle différence!

Mais au-delà des chiffres, car il est très facile d’analyser tout ça après coup, mon ami s’est sécurisé et il dort mieux!

Être confortable avec ses investissements, ça n’a pas de prix!

Et bien dormir, non plus!

Investir en bourse offre l’énorme avantage de participer directement à la croissance économique et aux profits des entreprises. La question est de savoir si on est vraiment en croissance économique ou si la crise de financière de 2008 se continue sous une autre forme.

Il y a aussi un autre avantage à investir sur le marché boursier qu’on oublie souvent, c’est qu’il offre une protection de notre portefeuille contre l’inflation. En effet, l’inflation se traduit dans le chiffre d’affaires ainsi que dans les profits des bonnes entreprises listées en bourse, ce qui augmentera leur valeur boursière.

Investir en bourse nous permet donc de protéger notre capital et aussi de maintenir notre pouvoir d’achat comme consommateur.

Retraité ou non, ça c’est important!

 

Pourquoi tolérer que la bourse vous empêche de dormir?

Investir en bourse nous est vendu comme la bonne décision à prendre pour atteindre un rendement plus élevé sur le long terme.

Mais même si c’est vrai au cours de certaines périodes, il faut savoir que le prix à payer pour ce rendement est la volatilité des marchés et la peur qui en résulte!

Investir en bourse ne convient donc pas à tous et à toutes les situations.

Et si la peur vous empêche de dormir, aussi bien être honnête avec vous-même et investir moins ou pas du tout sur les marchés boursiers. Car se sentir bien et bien dormir la nuit, ça n’a pas de prix!

J’espère que vous avez apprécié mes réflexions!

Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous suggère mon livre.

Marc Blais