Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Votre relation à l'argent

Pourquoi l’éducation financière ne suffit pas !

Pourquoi l’éducation financière ne suffit pas?

On dit souvent que le manque d’éducation financière est la cause de bien des attitudes financières néfastes, du surendettement et des problèmes d’argent en général.

Je ne nie pas que l’éducation financière soit nécessaire. En revanche, je me questionne à savoir si le manque d’éducation financière est vraiment la cause principale des problèmes d’argent de plus en plus d’individus.

Pour moi, l’éducation financière n’est pas la seule solution à l’endettement personnel.

 

Pourquoi l’éducation financière ne suffit pas?

Y aurait-il un lien entre nos actions et notre passé ?

Qu’est-ce que je veux dire par là?

Dans mon livre Le bonheur financier en 7 minutes par jour, je parle de nos valeurs et de nos croyances comme suit:

Pourquoi avons-nous la perception de la vie que nous avons?

Depuis notre naissance, nous avons accepté la plupart des valeurs de notre famille, de nos amis et de la société. Nous les avons acceptés comme étant vrais, sans même les vérifier.

De plus, nous avons créé notre propre système de pensées, de valeurs personnelles et de croyances. Celles-là ont été créées à partir des expériences personnelles que nous avons vécues tout au long de notre vie.

Nous avons donc acheté ces valeurs et nous vivons avec. Jusqu’au jour où elles ne feront plus notre affaire… Jusqu’au jour où elles ne nous conviendront plus pour avancer convenablement dans notre vie.

Et alors, quand une situation ne me convient plus, je dois changer!

 

Changer ce qui doit être changé!

Notre passé, nos croyances et nos pensées pourraient expliquer pourquoi l’éducation financière ne suffit pas toujours à retrouver le bonheur financier.

Pour Zarah Issany, coach et formatrice:

« Les croyances, les attentes, les besoins non satisfaits sont des freins à notre bonheur.

Pour éviter de perpétuer et de faire arriver ce que l’on ne veut pas, on doit apprendre à connaître nos automatismes, notre fonctionnement par rapport à l’argent.

Saviez-vous que nous avons cinq blessures qui nous empêchent d’être nous-mêmes : le rejet, l’injustice, l’abandon, la trahison et l’humiliation.

Chacune de ces blessures a son mécanisme de défense. Lorsqu’elle est activée, la personne n’est plus elle-même.

Voici un exemple ; une femme entrepreneure veut avoir un poste de cadre, mais elle se dénigre et se rejette car elle pense qu’elle ne le mérite pas. Elle n’applique donc jamais sur le poste de cadre. Qui a dit qu’elle n’a pas le droit à ce poste ? Personne, c’est elle qui s’autosabote. Ce n’est pas un cas isolé, sois-en certain, je les vois tous les jours dans mon travail de coaching. 

Les mêmes genres de mécanismes inconscients se produisent aussi avec l’argent.

Et plusieurs techniques utiles et sans douleur se répandent et sont maintenant disponibles comme le coaching financier, l’EFT l’hypnose, la PNL, etc. »

 

Les blessures émotionnelles

Une autre raison qui peut explique pourquoi l’éducation financière ne suffit pas, ce sont nos blessures émotionnelles!

Quand une action est en lien avec des blessures émotionnelles, c’est l’inconscient qui l’emportera. Ce qui veut dire que nous n’avons pas le contrôle !

Et parmi les exemples de croyances limitantes, on retrouve le manque d’argent dans la famille.

Cette situation peut, par exemple, faire en sorte que le manager ne veuille pas devenir plus riche que ses parents.

Aussi, un dirigeant d’entreprise peut se permettre d’avoir de beaux vêtements et un style de vie élevé, mais il ne se permettra pas d’accumuler un patrimoine personnel important !

Il y a aussi des enfants qui décident qu’ils ne ressembleront pas à leurs parents. Or, si ceux-ci sont riches, l’enfant tentera de ne pas l’être, pour ne pas leur ressembler.

 

Le paradoxe de l’argent

Mais aussi, il y a un paradoxe avec les croyances sur l’argent, que me relate Zarah :

Souvent si l’enfant a jugé ses parents dans leur relation à l’argent, le problème, le paradoxe est que plus l’enfant fait tout pour ne pas les ressembler, plus il devient comme eux !

Aussi, l’important c’est comprendre que les croyances achetées des parents nous accompagnent toute notre vie à moins de les déconstruire.

J’ai souvent vu un gestionnaire ou un entrepreneur qui travaille tellement fort pour l’entreprise que lorsqu’il arrive à la maison, il lâche la prise de décision.

Et c’est là que le bas blesse si la personne qui prend les décisions n’a pas des connaissances financières ou s’il a des croyances qui l’empêchent de prendre les meilleures décisions.

 

Pourquoi l’éducation financière ne fonctionne pas pour tout le monde?

En fait, l’éducation financière enseignée dans nos écoles est vraiment un plus pour nos jeunes. Et il est clair que plus de formation en ce sens ne pourrait qu’aider à soulager le stress financier.

Toutefois, certains chercheurs ont démontré que l’apprentissage théorique a peu d’effet pour changer des comportements de consommation et autres habitudes financières.

« Our meta-analysis revealed that financial education interventions studied explained only about 0.1 percent of the variance in the financial behaviors studied, » the authors concluded.

Selon cette étude, les cours théoriques d’éducation financière auraient un impact très limité sur le changement de comportement financier.

Mais pourquoi l’éducation financière ne fonctionne pas dans tous les cas?

Il y a lieu de se poser la question!

Puisque certaines études américaines ont démontré qu’il n’existe aucune corrélation entre l’éducation financière et le niveau de littératie financière chez les étudiants de high school.

D’ailleurs, comment expliquer tous ces cordonniers mal chaussés de la finance?

Et pourquoi l’éducation financière ne suffit pas à enrayer l’absence de raisonnement financier approprié?

 

Pourquoi est-il devenu si difficile de faire des choix financiers justes et éclairés?

Je vois trois raisons pourquoi l’éducation financière théorique ne suffit pas à enrayer les problèmes financiers.

1 Nous ne sommes pas des êtres rationnels!

Je crois que la psychologie (nos blocages face à l’argent, nos croyances et expériences de vie) affecte sérieusement la logique de nos choix financiers.

Le prix Nobel d’économie 2017 Richard Thaler a été parmi les premiers à parler d’économie comportementale.

Selon Thaler, dont parle le CPA Magazine: la plupart des consommateurs, loin d’agir comme le voudraient les théories économiques basées sur la logique, adoptent souvent des comportements contraires à leur intérêt.

 

2 Le langage financier est devenu trop complexe…

L’autre raison, pour moi, est la complexité du système financier.

Et là, je fais référence autant aux termes utilisés dans le marketing des institutions financières, à la politique de frais qu’à la description trop technique de tous les produits financiers.

Dans les faits, pratiquement plus personne n’arrive à s’y comprendre!

Même les spécialistes s’y perdent…

 

3 On apprend de la vie, pas des mots!

L’apprentissage théorique a ses limites.

Comme étudiant, il faut se rappeler combien de fois nous avons appris seulement dans le but de réussir un examen. Et non pas pour améliorer notre vie!

Qu’avons-nous retenu de nos cours de mathématique, par exemple? Qu’avons-nous intégré pour nous en servir, plus tard, le moment voulu dans notre vie?

C’est là toute la différence entre les leçons de mots et les leçons de vie.

Qu’est-ce qu’une leçon de mots?

Une leçon de mots influence principalement votre intellect et, d’habitude, elle s’arrête là.

Une leçon de mots peut faire que vous sachiez quels sont les bons choix tout en continuant compulsivement à faire les mauvais choix.

Au pire, une leçon de mots conduit à la honte et au dégout de soi. Plutôt qu’à l’amélioration de soi.

Harry Palmer

Une leçon de vie…

Une leçon de vie vous touche physiquement avec un effort et du mouvement, suscite des réactions émotionnelles, et à mesure que vous la traversez, ou que vous y repensez plus tard, elle vous touche intellectuellement.

Vous vous en souvenez parce qu’elle a du sens dans le cadre de votre vie.

Elle change votre attitude et votre comportement.

Harry Palmer

 

Les 7 sphères de la réussite

Depuis une quinzaine d’années, j’applique le principe des 7 sphères de la réussite. (Il y en a peut-être plus de sept, à vous de voir !)

Pour moi, les sept piliers de la réussite sont :

La santé physique, la santé émotionnelle (être heureux, aimer, se sentir aimé), la réalisation de soi par le travail, le bénévolat, le développement de sa spiritualité et la réussite financière sont tous des aspects importants de notre vie!

S’il vous manque un de ces aspects dans votre vie, vous êtes en déséquilibre! Et vous devriez travailler pour le retrouver.

Car autrement ce serait comme s’il vous manquait un muscle important dans une jambe ou un bras.

Ce serait tout de même possible d’avancer, mais ce serait bien plus difficile!

Tout est question d’équilibre !

Et le terme réussite financière est personnel à chacun de nous.

Réussir financièrement ne veut pas nécessairement dire devenir multi millionnaire. Mais plutôt de savoir comment utiliser l’argent que l’on gagne et qu’on accumule pour atteindre ses buts à court terme et à long terme pour réaliser son plan de vie.

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

Ai-je le droit d’être malheureux à cause de l’argent?

Tout le monde a le droit d’être malheureux! Pourquoi cette question?

C’est que la vie de tous les jours nous semble parfois difficile… Et que les défis se présentent constamment à nous et parfois, nous brusquent.

Mais ne vaut-il pas mieux croire que la vie nous donne tout ce dont nous avons besoin?

Ce serait bien mieux!

Mais…

Mais tout n’est pas toujours parfait. Et nous devons quelques fois gratter un peu pour arriver à voir l’aspect de bien dans le mal que nous vivons.

Trouver le bon côté d’un échec n’est pas toujours évident, surtout à court terme!

Accepter le bien et le mal, admettre que tous deux sont utiles, qu’on ne peut passer d’un bonheur à un autre bonheur sans subir quelques contrariétés, voilà qui est laborieux.

Une bonne nouvelle, c’est un médicament formidable, une mauvaise nouvelle, un coup de couteau, une blessure, peut-être aussi la fin, la mort.

Claude Lelouch, Le dictionnaire de ma vie

Comme dirait François LemayIt’s a process !

Dans son livre Tout est toujours parfait, il nous convainc que tout ce que nous vivons — le bon comme le mauvais — arrive car chaque évènement a quelque chose à nous apprendre.

Mais en attendant d’assimiler la subtilité de son concept et de comprendre pourquoi il faut quelques fois souffrir pour apprendre, j’aimerais pouvoir vous convaincre que notre vie matérielle n’a jamais été aussi facile!

Vraiment?

 

Notre vie de tous les jours n’a jamais été aussi facile!

Quand on regarde un peu en arrière, on comprend bien que l’effort physique qui devait être déployé par nos ancêtres, pour survivre, n’existe à peu près plus sur les continents américains et européens.

En effet, les travaux manuels hyper épuisants ont pratiquement disparu. Et on se retrouve aujourd’hui avec la possibilité de gagner sa vie sans la perdre. Physiquement du moins!

De plus, le nombre d’accidents au travail a diminué drastiquement depuis les dernières décennies.

Bref, notre vie de tous les jours n’a jamais été aussi facile!

Vous avez certainement tous regardé de vieux films qui montrent le mode de vie difficile de nos ancêtres…

Tous les appareils électroménagers qui se sont ajoutés au cours des derniers cinquante ans ont grandement facilité notre vie de tous les jours.

 

La vérité, c’est que nous dépensons trop!

Nos revenus ont aussi beaucoup augmenté depuis cinquante ans.

Et on peut malheureusement en dire autant de nos dépenses!

C’est là le cœur du problème : nos revenus ont augmenté et nos dépenses ont suivi!

Dans la tête de plusieurs, c’est comme s’il fallait tout dépenser notre argent pour être heureux!

Heureusement, il y a ceux qui (comme moi!) ont graduellement compris que dépenser ne rend pas si heureux. Certains ont donc adopté le minimaliste.  En effet, la vie peut-être si simple et agréable sans que l’on ait à tout acheter ce que l’on nous offre!

Mais pour plusieurs d’entre nous, l’argent c’est aussitôt reçu, aussitôt dépensé! Et même que certains mois, nous dépensons plus que nous recevons…

Quel paradoxe de voir que ce qui nous rend malheureux et tristes, c’est le stress financier et le malêtre que l’on vit, souvent en permanence.

C’est d’ailleurs ce qui nous fait croire que la vie est vraiment difficile! Puisque plusieurs études démontrent que le stress est causé en grande partie par le stress financier.

 

C’est la faute à l’argent!

Se révolter contre l’argent ne donnera rien!

Se répéter plusieurs fois par jour:  maudit argent ne changera rien à votre vie, à votre détresse.

Pas plus que de tenter de se convaincre que de se foutre de l’argent vous aidera à améliorer votre réalité et votre plaisir de vivre.

Alors, que faire sinon comprendre la chance que l’on a…

 

Mieux comprendre la chance que l’on a

Ce qu’il faut, c’est mieux comprendre la chance que l’on a!

Quelle chance?

Je vous explique ça en quelques chiffres seulement!

Statistiquement, les pays riches d’Europe, le Canada, les États-Unis, l’Australie et le Japon représentent moins d’un milliard de personnes. Arrondissons et disons que cela représente 10 % de la population mondiale.

Et vous faites partie de ce 10%!

Et maintenant, si je vous disais que puisque vous faites partie de la grande classe moyenne:

vous faites partie des 5 % des gens les plus riches du monde!

Oui, vous êtes bien plus riche que vous ne le pensez! Puisque vous avez plus de ressources financières que 95 % des habitants de notre planète!

Ce n’est pas rien ça!

Oui, oui, je sais. L’envie de vous comparer avec plus riche que vous ne manque pas…

C’est humain! On ne manque jamais de se comparer avec un plus riche, un plus beau, un plus instruit, un plus chanceux que nous!!

Mais on n’a pas le droit d’être malheureux pour ça!

Tu n’as pas le droit d’être malheureux, car tu as déjà plus. Tu as déjà plus que la majorité des gens qui t’entourent mais tu en veux encore plus!

Des études en psychologie décrites dans le livre de Sonja Lyubomirsky ont d’ailleurs montré nos faiblesses comportementales en ce qui concerne l’argent. Imaginez-vous que si on nous donne le choix entre gagner plus d’argent que la moyenne nationale ou de gagner plus que notre entourage immédiat, on préfèrera gagner plus que nos semblables!

C’est ridicule! Mais, c’est humain…

 

Je n’ai pas le droit d’être malheureux!

Vous comprenez maintenant que se plaindre tous les jours lorsqu’on fait partie du premier 5 % de la population, c’est se plaindre le ventre plein!

En choisissant le titre mon article: Et si on n’avait pas le droit d’être malheureux, je n’ai pas voulu vous choquer, bien au contraire!

Toutefois, mon but était de vous faire prendre conscience de l’importance d’apprécier ce que l’on a plutôt que de focaliser sur ce qui nous manque dans notre vie. C’est d’ailleurs tout simplement ce qui vous rendra vraiment heureux!

Alors… si vous croyez (comme moi, et Einstein!), que quand quelque chose ne va pas, il faut changer quelque chose dans notre vie, alors changez-le!

Êtes-vous prêt à relever ce défi?

Au plaisir,

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Votre relation à l'argent

Pour retrouver la liberté financière, brisez vos chaines!

Vous aimeriez retrouver la liberté financière?

Mais vous vous sentez peut-être comme cet éléphant…

 

Vous sentez-vous enchainé financièrement ?

Savez-vous comment on dompte un éléphant pour qu’il vive tranquille et en captivité le reste de sa vie? Et pour qu’il en oublie même la très grande liberté qu’il avait, jadis?

L’éléphant est – comme vous le savez – un des animaux le plus forts au monde. Et pour le dompter, il faut éviter d’employer la force. Car avec lui, ce ne serait pas facile!

Donc, au lieu d’employer la force – ce qui nécessiterait de monopoliser les efforts de plusieurs hommes et des équipements de toutes sortes – son dompteur lui fait croire qu’il est un être faible. On lui fait voir qu’il a des limites… En fait, on lui enseigne qu’il est tout petit face à son destin…

Ouch!

– Mais comment fait-on?

– De la même façon qu’avec les gens qui perdent leur liberté financière!

 

Comment perd-on sa liberté?

Voici comment on fait avec un éléphant.

On lui enseigne petit à petit tout ce qu’il ne peut pas faire en lui inculquant la fausse croyance qu’il ne peut pas s’échapper.

On lui fait voir que son espace vital, son terrain, est tout petit.

Bref, on l’enferme dans de faux murs.

On lui fait croire qu’il a des limites, de fausses limites en fait!

***

En fait, l’énorme mammifère subit un processus raffiné en 4 étapes.

1) D’abord, lorsque l’éléphant est capturé il est maintenu en cage durant un certain temps.

2) Ensuite, il est attaché très solidement à plusieurs chaînes très solides.

3) Et quelques semaines plus tard, son dompteur lui enlève graduellement une chaîne à la fois, pour finalement ne conserver qu’une seule chaîne solide.

4) Et enfin, plusieurs mois plus tard, le puissant éléphant n’est attaché qu’à une simple corde!

Une simple corde qu’il pourrait briser d’un coup sec!

S’il le voulait…

Si seulement il se souvenait… qu’il en est capable!

 

Êtes-vous enchaîné par une fausse pensée?

Il y a tant de gens qui ne sont pas heureux et qui, pourtant, ne prendront pas l’initiative de changer leur situation parce qu’ils sont conditionnés à vivre dans la sécurité, le conformisme, toutes choses qui semblent apporter la paix de l’esprit, mais rien n’est plus nuisible à l’esprit aventureux d’un hommequ’un avenir assuré.

– Jon Krakauer ; Into the wild –

Vous sentez-vous enchaîné, coincé dans votre vie financière?

Comment est-ce arrivé, vous en souvenez-vous?

D’abord, vous devez savoir que cette fausse pensée, cette fausse croyance n’existe absolument pas!

Car ce n’est qu’une fausse croyance, une fausse chaîne devenue, avec le temps, une simple corde… dont vous pourriez vous libérer et retrouver la liberté financière que vous méritez.

Donc, cette corde, elle serait très facile à briser…

D’ailleurs, êtes-vous prêt à la briser cette croyance qui vous retient à votre passé? Cette fausse certitude qui affecte votre présent et limite tellement votre avenir!

Car vous pourriez enfin retrouver la liberté financière et commencer à réaliser vos rêves et concrétiser vos plus profondes aspirations!

Selon Dawson Church, auteur de Le génie dans vos gènes, nous avons le pouvoir de concevoir notre bonheur.

Loin de voir notre identité et notre essence déterminées une fois pour toutes par nos gènes, nous réécrivons en fait l’expression de nos gènes à chaque seconde par le simple fait de choisir ce que nous faisons, disons et pensons.

L’expression génétique dépendante de l’activité nous apprend que nous pouvons « en avoir l’expérience et le créer », puisque nous encodons délibérément de nouvelles voies dans notre cerveau.

Pensez à tous les projets que vous avez mis de côté au fil des années!

Brisez vos chaînes MAINTENANT!

Un plan d’attaque pour retrouver la liberté financière:

Passez à l’action en trois étapes:

  1. D’abord, il vous faut une motivation! Donc, faites la liste de vos rêves sur une feuille de papier, posez-en une copie près de votre lit. Et apportez une autre copie avec vous en tout temps. Ainsi, vous serez constamment en étroit contact avec un bien plus bel avenir: le vôtre!
  2. Éliminez graduellement vos croyances négatives. Aussi cet avenir deviendra aussi, graduellement, votre présent.
  3. Relisez la liste de vos rêves trois fois par jour durant un mois.

Faites-moi part des changements que cela aura dans votre vie!

Dans un mois, vous aurez changé!

Vous vous serez approché de qui vous êtes

Et ça, ce n’est pas rien!

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

Mais pourquoi je n’ai jamais d’argent ?

Pourquoi je n’ai jamais d’argent ?

Bonne question!

D’une part, il y a les autres et d’autre part, il y a nous!

Comment ça les autres?

Oui, les autres! Les autres, c’est notre environnement, c’est tout ce qui est beau et qui semble briller encore plus lorsque nous ne pouvons pas l’atteindre, se l’approprier, se l’acheter…

Vous savez quand vous voyez quelqu’un qui semble heureux – et qui l’est peut-être! – nous sommes tenté de croire qu’il possède quelque chose que nous n’avons pas! Ce qui pourtant faux!

Tout ce que les autres possèdent, c’est merveilleux et ça me manque … tant que je ne le possède pas!

Mais dès que je l’ai, ça ne compte plus et c’est toujours à recommencer.

N’est-ce pas?

Et ils me manquent tellement tous ces produits si merveilleux…

J’entends souvent: Tout le monde …

– part en vacances, sauf moi. 

–  s’achète tout, sauf moi.
–  est heureux et s’achète tout ce qu’il veut sauf moi…

C’est que le contexte ne nous aide pas du tout!

Il y a tant d’excellentes publicités, des publicités subliminales qui me disent et me convainquent comment je serais beau, fort, belle et attirante SI j’achetais LEUR produit. Mais c’est tellement cher d’être heureux!

(Lisez Économiser est un jeu pour vivre plus heureux, cela vous aidera à reprendre pied.)

Et si c’était (en partie) à cause de nous ?

Comment ça?

Chaque décision de dépenser ou non, c’est nous qui la prenons. N’est-ce pas?

Devant un problème, je préfère toujours me dire – avec un peu de recul !- que je suis LE responsable même si je n’aime pas vraiment me le rappeler et même si ce n’est peut-être pas totalement vrai.
Pour me culpabiliser? Non pour me sentir responsable!

Parce que lorsque je suis responsable, je PEUX agir, je peux décider. Et je suis LIBRE!

Et surtout, je me sens en contrôle.

Au contraire, si je ne me sens pas responsable de ce qui m’arrive, je reste là. Et je souffre!

Une anecdote

Récemment, quelqu’un m’a fait perdre du temps et de l’argent. Je lui en veux parce qu’il est incompétent et peut-être aussi qu’il est peu scrupuleux … Mais à la fin, c’est moi le responsable car en lui accordant ma confiance, j’ai fait une erreur et j’en ai payé le prix.

Je peux continuer à lui en vouloir mais dans les faits je m’en veux, moi!

Et qu’en est il pour vous ?

Quelles décisions de consommation regrettez-vous? Et surtout qu’avez-vous appris de cette erreur?

Quelles décisions laissez-vous aux autres, au temps ?
Qui gère vos placements? Vous a t’on fait perdre de l’argent?

Qu’allez-vous faire à l’avenir?

Le temps d’agir est arrivé

Où serez-vous dans un an? Où plutôt, où voulez-vous être dans un an?

Qui décide? Vous ou encore les autres?

Je suis coach financier. Une mauvaise réponse à l’une de ces questions vous amènerait à vous poser encore et encore la même question dans 1 an, 5 ans, 10 ans: Pourquoi je n’ai jamais d’argent?

La bonne réponse est droit devant vous quand vous regardez le miroir!

Marc

Catégories
Avoir plus d'argent Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Votre relation à l'argent

3 trucs pour dépasser vos limites et avoir plus d’argent!

Croyez-vous possible de dépasser vos limites?

Combien de fois vous êtes-vous trompé à propos de vous-mêmes et de vos limites? Moi, souvent!

Et combien de fois avez-vous été convaincus de ne pas être capables de faire quelque chose ou d’atteindre un but, pour finir par réussir ce que vous croyiez impossible? Moi, souvent!

Et combien de fois vous êtes-vous dit que vous n’auriez jamais ceci ou cela? Moi, souvent!

Nous pouvons dépasser nos limites!

Je ne peux m’empêcher de penser à un professeur d’anglais qui m’avait su me convaincre que je n’étais pas doué pour les langues. J’y ai vraiment cru pendant une quinzaine d’années… jusqu’au jour où j’ai remis en question cette certitude.

Et aujourd’hui, je suis trilingue!

J’y repense souvent à cette erreur. Car si j’ai pu croire en une limite, je dois bien croire en plusieurs, sans le savoir!

Mais j’ai en quelque sorte pris ma vengeance… sur moi-même. Et aujourd’hui j’en suis fier!

Car j’ai dépassé cette limite qui était réellement une fausse croyance que j’avais achetée d’un professeur de bonne foi qui ne voulait que mon bien en me conseillant de ne plus jamais suivre de cours d’anglais, afin de m’éviter d’autres échecs.

Et vous, quelle fausse croyance avez-vous achetée au cours de votre vie, pour vous protéger ou pour toute autre raison?

Quelles limites financières aimeriez-vous dépasser?

Réfléchissez. Et soyez audacieux, vous en avez le droit!

Pourquoi croit-on en nos limites?

Malheureusement, nous ne croyons en nous que partiellement! Et nous croyons en nos limites?

Vous êtes-vous déjà entendu dire:

« Je ne serai jamais… riche »

« Je n’aurais jamais… d’argent »

« Moi, je ne suis pas bon pour…épargner de l’argent »

Peut-être qu’il vous vient d’autres exemples?

Vous savez qu’Il existe plusieurs bonnes explications psychologiques pour ne pas dépasser nos limites et une de celles-là est que l’on y croit vraiment.

Pour simplifier, disons que c’est un choix – plus ou moins conscient – que l’on fait!

Réfléchissez bien à ce qui suit:

Qui a décidé que votre vie actuelle serait votre limite? 

Voici quelques possibilités, peut-être que certaines s’appliqueront à vous:

  • Peut-être que quelqu’un qui a eu peur pour vous et qui voulait vous protéger – au cas où vous échoueriez – vous a dit ou laissé voir que vous ne seriez jamais capable de faire quelque chose?
  • Y aurait-il quelqu’un qui ne veut pas que vous réussissiez là où il a échoué, par jalousie, ou pour vous protéger d’un échec?
  • Ou est-ce tout simplement que je me protègerais moi-même, simplement pour m’éviter l’échec?

Notre vie financière est un bon exemple des limitations que nous nous imposons dans nos vies.

Et nous en vivons souvent et malheureusement difficilement les conséquences!

Et à la longue, à force de se répéter des phrases comme :

« Je n’ai pas d’argent »

« Je suis foutu »

« Encore une facture! »

On n’arrive plus à croire en nous, suffisamment fort, pour dépasser nos limites…

3 façons efficaces pour dépasser vos limites

Je vous suggère ces 3 trucs super efficaces que j’utilise en coaching privé et qui vous aideront à rapidement dépasser vos limites, à condition que vous passiez à l’action.

1) Faites une liste de tout ce qui va bien dans votre vie!

Oui, oui, une liste!

Par exemple;

« Je suis en bonne santé! »

« J’ai de beaux enfants! »

« Mes parents et mon conjoint m’aiment! »

« Je suis utile aux autres et ils me le rendent bien! »

Je suis certain que vous pouvez continuer ainsi longtemps… Alors, allez-y, épuisez-vous à écrire! Et n’arrêtez que lorsque plus rien ne viendra.

Et continuez les jours suivants!

Vous croyez peut-être que votre liste sera courte, mais vous verrez qu’elle s’agrandira de jour en jour, avec votre bonheur de vivre.

2) Décidez les aspects vous voulez vraiment améliorer dans votre vie

Prenez le temps de noter tous les objectifs qui vous viennent en tête et choisissez-en seulement deux ou trois pour commencer.

mieux gérer mon argent Marc BlaisSi vous possédez déjà mon livre, consultez le premier chapitre pour vous aider, sinon téléchargez le 1er chapitre, c’est gratuit!

Vos objectifs de vie peuvent être variés, par exemple, vous aimeriez:

  • Trouver un bon emploi qui vous plaît et qui vous ressemble
  • Retrouver votre calme face à vos finances
  • Vous sentir en contrôle dans votre vie

Ça vous parle?

Allez-y, continuez…

3) Changez votre dialogue intérieur

Si vous avez l’habitude de penser intérieurement et de vous répéter :

« Je n’aurai jamais d’argent »

Changez votre réalité en vous répétant 3 fois contre une :

« J’aurai bientôt plus d’argent! »

« Encore un compte! »

À chaque fois, répétez-vous 3 fois

« Ah, comme prévu, le compte que j’attendais! »

« Je n’ai pas d’argent »

Répétez-vous 3 fois intérieurement

« Pour le moment, je n’ai pas d’argent! »

Donnez-vous un peu de temps pour dépasser vos limites!

Atteindre un objectif prend du temps et des efforts, c’est normal.

Car si par exemple, vous n’avez jamais été économe, vous n’allez pas le devenir en une semaine!

Quoique vous pourriez sans doute réussir en relevant ce défi pour reprendre le contrôle de vos finances en 21 jours!

Et aussi, si vous aimez observer les autres, vous pourriez apprendre beaucoup de ceux qui réussissent bien ce vous avez le plus à apprendre.

Êtes-vous prêt à dépasser vos limites?

Marc Blais, Coach en Bonheur Financier

Crédit photo: 123rf