Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Économiser facilement Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

3 trucs pour retrouver l’équilibre si vous manquez d’argent

Est-ce vous manquez d’argent pour faire ce dont vous rêvez dans la vie?

Si vous manquez d’argent, vous avez surement déjà vécu le sentiment de manquer d’air. Ce sentiment qui nous prend à la gorge, comme si vous étiez votre compte en banque! Et pourtant, vous êtes loin d’être votre compte de banque!

Vous n’êtes pas votre compte de banque,

vous êtes vous!

En fait, souvent on vit ces deux terreurs à la fois, le manque d’argent et le stress d’en manquer. Et on ne sait plus quel moyen prendre pour s’en sortir…

Je suis passé par là à quelques reprises…

Je m’en suis sorti et je vais pour vous en parler.

 

Le grand défi de reprendre le contrôle de sa vie

Comment atteindre ses objectifs personnels si vous manquez d’argent?

Plusieurs de nos objectifs ne coutent pas très cher à réaliser mais quand on ne parvient pas à les atteindre, cela nous amène rapidement à la déception.

C’est très frustrant de se fixer des objectifs vitaux comme celui de mettre de l’argent de côté pour son loyer ou pour rembourser sa carte de crédit et de les rater!

Et un jour, on devient très très agacé de notre incapacité à réaliser nos buts.

Et là, on s’éloigne peu à peu du bonheur…

Enfin, notre défi au plan financier se résume souvent à réduire l’ensemble de nos dépenses pour se donner un peu d’air à respirer. Mais au plan humain, comment fait-on?

J’ai moi-même relevé ce grand défi…

 

3 trucs pour retrouver l’équilibre si vous manquez d’argent

Le livre de Marc BlaisVoici 3 trucs pour vous donner un peu d’air financièrement et psychologiquement. Ces trucs sont tirés de mon livre Le Bonheur Financier en 7 minutes par jour.

Je sais très bien que retrouver l’équilibre dans sa vie n’est pas chose facile. Et que c‘est un processus qui prend du temps. Et bonne dose de ténacité…

On se fait tous des promesses au Nouvel An, comme celles de perdre du poids ou de vivre une vie plus équilibrée financièrement et autrement.

Mais dans la vraie vie (je parle de la vie de tous les jours avec ses attaques de marketing subliminal), il est réellement difficile de garder le cap sur ses objectifs.

Et le défi est alors et toujours de dépenser en fonction de qui on est vraiment. 

Car si vous manquez d’argent pour le nécessaire comme l’épicerie et le loyer, c’est une chose mais si vous manquez d’argent pour vous réaliser comme personne, là c’est autre chose. C’est d’ailleurs le sujet de mon blogue et plus particulièrement de ceux-ci.

Être soi-même avec son argent exige une bonne dose de gestion de soi-même. 

Un des trucs est de savoir se récompenser…

 

1 Savoir se récompenser

vous manquez d'argent - savoir se récompenserJe sais (pour l’avoir expérimenté à quelques reprises) que célébrer vos petites victoires, vous mènera à une plus grande victoire!

Aussi, récompensez-vous à chaque fois que vous réaliserez une étape de votre plan de vie. SI vous n’avez pas de plan de vie, lisez cet article.Car vous avez le droit de réussir votre vie ! Et aussi de réussir votre vie financière!

Si vous décidez de perdre 20 livres. Et qu’au bout de six semaines, vous en avez perdu cinq. Ne serait-il pas le temps de prendre une petite pause? Et de vous payer une crème glacée ou un bon chocolat chaud?

N’attendez pas d’être arrivé à la fin de votre vie pour comprendre que vos efforts méritent d’être récompensés!

Permettez-vous de petites folies occasionnelles. Mais, sans mettre vos autres objectifs en péril!

Il y a quelques années, j’étais un acheteur impulsif. Et j’ai progressé par étape. Aujourd’hui, je suis devenu un consommateur équilibré

 

2 Éliminez vos cartes de crédit!

vous manquez d'argent - détruisez vos cartes de crédit Il y a très peu de gens qui utilisent intelligemment leur carte de crédit.

Selon moi, pour 8 personnes sur 10, la carte de crédit est une arme de destruction massive dans leur vie!

Si vous manquez d’argent, pensez à votre ressenti lorsque vous utilisez la carte plastifiée.

D’ailleurs, si vous portez attention aux publicités, vous constaterez qu’elles sont principalement destinées aux clients les plus sensibles à la consommation irréfléchie. Bref, à des gens comme moi. Avant!

Les institutions financières visent clairement des consommateurs qui perdent le contrôle de leurs émotions devant une occasion d’achat! Mais, vous savez, vous êtes bien plus qu’une dépense!

Lorsque j’ai compris que mon cerveau ne faisait pas le lien correct et concret entre la carte plastifiée Visa et l’argent que j’avais durement gagné, j’ai immédiatement détruit toutes mes cartes de crédit personnelles. 

Depuis, je n’utilise la carte de crédit que pour mes affaires.

Je règle maintenant toutes mes dépenses, soit en argent comptant, soit avec ma carte débit.

Considérez que les mauvaises dettes — comme celles des cartes de crédit — sont vos pires ennemis. Et vous ne vous tromperez pas!

Également, faites-vous un plan pour les rembourser au plus vite car ce sont les dettes les couteuses!

Votre pire ennemi pour réussir une vie agréable financièrement ce sont vos cartes de crédit.

Les mauvaises dettes, c’est vraiment le genre de dettes qui vous empêchent d’être libre. Et de vous réaliser.

Les soldes sur vos cartes de crédit sont à éliminer au plus tôt, car – contrairement à ce que la publicité vous enseigne – les cartes de crédit vous volent toute votre liberté!

 

Est-ce que vos dépenses vous ressemblent?

Regardez bien vos derniers relevés de cartes de crédit. Vous verrez que ces transactions sont généralement des dépenses qui et non de l’investissement! Coïncident-elles avec votre plan de vie?

Vous devrez faire de meilleurs choix de dépenses pour vivre la vie qui vous est destinée.

Que devrez-vous changer?

Devriez-vous réviser votre choix de carrière?

Joignez mon groupe Le défi d’être soi!

 

3 Faites le ménage autour de vous

vous manquez d'argent - faites le ménageFaire le ménage autour de soi, c’est faire le ménage en soi!

En faisant le tri des objets de votre logement, vous découvrirez probablement que vous avez beaucoup plus d’espace que vous ne le pensiez!

Ensuite, lorsque vous ferez votre rangement, vous découvrirez sans doute que vous possédez déjà plein de produits utiles que vous n’aurez pas besoin d’acheter pendant un certain temps!

Ça m’est arrivé et ça m’arrive encore encore aujourd’hui de découvrir des trésors cachés!

Car devenir minimaliste est un processus sans fin.

C’est ça le paradoxe: d’un côté, vous manquez d’argent et de l’autre vous avez possiblement trop de choses inutiles.

Le rangement, c’est payant!

Prenez quelques minutes et regardez attentivement le contenu de tous vos espaces de rangement.

Qu’est-ce qui s’y trouve?

Posez-vous la question franchement (pour chaque objet) : est-ce vraiment utile?

Combien avez-vous dépensé pour toutes ces choses qui ne serviront probablement plus jamais? 

Et qu’aujourd’hui vous regrettez sûrement d’avoir achetées?

Pourquoi conserver toutes ces choses inutiles qui prennent beaucoup trop d’espace?

Si elles ne vous servent plus, c’est qu’elles sont sans valeur pour vous.

Alors vendez-les, donnez-les!

 

Les vêtements

Pour le rangement des vêtements, la 1ère étape est de faire l’inventaire de vos vêtements et d’identifier ce que vous n’avez porté qu’une seule fois ou pas… encore!

Est-ce que ces achats étaient des achats réfléchis?

Dans mon cas, lorsque j’ai fait cet exercice, j’ai découvert des vêtements que je n’aurais jamais dû acheter. Je les avais achetés tout simplement parce que je les trouvais beaux!

À moins que je les avais achetés parce qu’ils étaient en solde!

En faisant mon rangement, j’ai aussi découvert des vêtements oubliés. Et je me suis retrouvé avec un inventaire fulgurant de bas, de pantalons et de chemises que j’allais maintenant pouvoir porter. Bref, j’avais découvert un inventaire de vêtements presque neufs. Un vrai magasin!

Et c’était autant d’économies pour l’avenir!

Et qu’en sera-t-il pour vous?

Regardez autour de vous… Imaginez les surprises qui vous attendent!

 

Retrouver l’équilibre dans votre vie!

vous manquez d'argentJ’espère que ces 3 trucs vous aideront à vous donner un peu d’air, si vous manquez d’argent.

Je souhaite que cette 1ère étape de votre transformation vers un mieux-être vous aide à trouver votre chemin.

Et que cela vous conduira vers ce que j’appelle le Bonheur Financier. C’est-à-dire l’équilibre entre les sept sphères de votre vie.

Aussi, si vous voulez aller un peu plus loin dans votre démarche, choisissez de relever le défi de 21 jours « Vivre le Bonheur Financier »!

C’est pourquoi j’ai conçu pour vous le programme d’accompagnement le plus humain au monde! Profitez-en!

Au plaisir de vous retrouver sur mon chemin et de vous accompagner dans ce défi.

Marc Blais

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi

Se libérer d’un manipulateur pour enfin être soi et avancer!

[et_pb_section admin_label= »section »]
[et_pb_row admin_label= »row »]
[et_pb_column type= »4_4″]
[et_pb_text admin_label= »Text »]

Savoir te libérer d’un manipulateur est incontournable si tu veux avancer, te découvrir et faire profiter aux autres le talent unique que tu possèdes !

Dans le contexte de #moiaussi et de toutes les récentes dénonciations populaires, on reconnait de plus en plus nos agresseurs passés, présents et futurs.

Qu’ils ou qu’elles soient prédateurs sexuels, sociopathes, manipulateurs, narcissiques, on n’en veut plus dans nos vies!

Toutefois, il est vrai que se libérer d’un manipulateur est autant un incontournable qu’un défi. Et souvent le défi de se libérer d’un manipulateur avec qui on vit ou on travaille représente LE DÉFI DE NOTRE VIE.

En général, tout le monde connaît ou en a connu au moins un manipulateur dans sa vie. Et il s’en souvient!

Apparemment, on se les attire…

On attire TOUT de toute façon!

 

Le fonctionnement du manipulateur

Impossible d’être soi avec un manipulateur!

Mais ces emprisonneurs, comme Annabelle Boyer les décrit si bien dans son livre: Relations sous emprise, n’ont qu’un but: se faire plaisir à eux (elles)-mêmes!

Le processus d’emprisonnement est subtil, intelligent et raffiné.

Au début de la relation, le manipulateur discute ouvertement (en apparence) avec toi, il te fait parler. En fait, il te laisse s’ouvrir à lui… Ce qui est trompeur, c’est qu’il semble s’intéresser à toi. Et il te donne même à croire que tu as une certaine valeur à ses yeux. Mais tout ça est faux!

En vérité, son but est de découvrir ta faiblesse, trouver la faille qu’il exploitera ensuite pour te dominer… On en a tous au moins une!

En fait, il cherche à découvrir ta vulnérabilité.

Pense à l’une des cinq blessures qui t’empêchent d’être toi-même…

Laquelle portes-tu déjà?

Dès qu’il saura, lui, il passera à l’action. Et il l’exploitera très finement pour son seul bénéfice. Et, sans émotion pour ce que tu vis ou vivras ensuite.

Le manipulateur fera en sorte que tu adoptes ses valeurs à lui, ce qui aura pour conséquence de t’éloigner graduellement des tiennes…

Dans ce contexte, chercher à être toi-même te sera impossible. Car chaque manifestation d’auto-estime, de recherche de croissance personnelle, d’expression de tes valeurs sera rejetée radicalement par cet être contrôlant.

Sa réaction variera de la subtilité à l’agressivité verbale ou physique.

 

Le processus de l’emprisonneur

Annabelle Boyer parle d’un processus qui s’élabore graduellement par l’emprisonneur, d’un processus qui s’échelonne sur plusieurs semaines, voire des mois au cours desquels le piège se refermera sur vous (si vous ne faites rien pour l’en empêcher).

La 1ère phase, c’est l’hameçonnage, la phase de séduction, de l’éblouissement.

La seconde phase, c’est l’endoctrinement de ta façon de penser. Il fera en sorte que tu adoptes ses valeurs. (Et que tu nies les tiennes!)

La 3e phase est celle de la pression. L’emprisonneur passe à l’action, il augmente son contrôle…

La 4e et dernière phase est soit celle du dénigrement ou de l’indifférence selon ce qui sera le plus utile au manipulateur.

***

Une relation sous emprise s’instaure graduellement. Si le lien était étouffant dès le début, personne n’y resterait ! Ce serait facile à déceler.

Tout bon empoisonneur sait qu’il doit amadouer sa proie, engourdir sa vigilance et implanter le doute dans l’esprit de l’empoisonné.

Annabelle Boyer

 

Fais le test pour démasquer le manipulateur qui te titille!

Dans son livre: Les manipulateurs sont parmi nous, Isabelle Nazare-Aga décrit 30 critères pour découvrir si celui ou celle qui te titille est un manipulateur.

Pour simplifier, je te suggère de faire le test en écoutant discrètement cette vidéo de Stéphanie Milot.

Personnellement, je suis récemment arrivé à en démasquer un grâce au critère du menteur. Ici, je ne parle pas d’un petit menteur un peu comique, je parle d’une personne qui ment plus qu’il respire! En fait, le manipulateur ment tellement qu’il en oublie ses mensonges…

Il peut même arriver à un manipulateur de se contredire dans la même phrase!

C’est que ce type de menteur qu’on appelle mythomane n’est pas apte à distinguer ses fabulations de la vérité. Il s’invente  une vie heureuse et aisée, en y ajoutant des exploits fictifs.

Ses mensonges ont comme seul objectif de susciter l’admiration et surtout, de fuir sa réalité. Car, croyez-le ou non, le menteur pathologique souffre. Et, contrairement aux apparences, il souffre d’un grand manque de confiance en lui, qu’il tente d’ailleurs de transposer sur tout son entourage!

C’est difficile de le prendre en défaut. Car chez le manipulateur, le mensonge est tellement pathologique qu’il ne se rend même pas compte qu’il ment.

C’est au point où si quelqu’un a le courage de lui en faire la remarque, il lui répondra agressivement en le regardant droit dans les yeux: c’est pas vrai, ça! 

Pas facile de se libérer d’un manipulateur!

 

Le manipulateur n’a pas d’amis

L’emprisonneur n’a pas d’amis!

En fait, sur le long terme, il pourra conserver une ou deux relations forcées, mais sans plus, selon mes observations. Généralement, des gens qui ne savent pas dire non, ou qui espèrent encore en tirer un avantage…

L’emprisonneur connait très bien le jeu du chat et de la souris. Il joue avec sa proie. Il crée un moment de bonheur et de plaisir, puis s’éloigne et l’attise, la fait languir, la torture avec son silence et son désintéressement.

 

Quand sa proie se morfond d’ennui et qu’elle est rongée d’inquiétude face à son silence, il la relance et l’emprisonné retombe avec avidité et soulagement dans son piège.

 

Un chat ne devient jamais ami avec une souris. Il la mange.

Annabelle Boyer

 

Pour enfin te libérer d’un manipulateur…

En lisant ce texte, peut-être te sens-tu coupable de n’avoir pu te libérer d’un manipulateur?

Et tu aurais sans aucun doute préféré t’en rendre compte bien avant, mais…

Quand on commence à se rendre compte que l’on est possiblement pris dans le carcan d’un manipulateur, généralement, notre première réaction sera de le nier. C’est qu’on n’y croit pas, on doute de soi. C’est normal, le manipulateur a fait son travail…

Ensuite, on a honte de soi. On ne veut pas en parler.

D’ailleurs, à qui pourrait-on se confier?

On est tellement pas fier qu’on n’en fera certainement pas un post Facebook!

Et aussi, on a peur…

On a peur des représailles de la part du manipulateur. On connait leur réseau de gens (encore) fidèles, de dénonciateurs. Aussi, on sait qu’ils sont très observateurs pour ce genre de chose… Et enfin, en général, ils ont du pouvoir; l’argent, un contact dans la hiérarchie, le contrôle pervers sur certaines personnes bien placées, le chantage, etc.

 

On a pourtant pas à avoir honte!

Bien des gens pensent qu’il faut être faible pour tomber dans le piège. Or, il n’en est rien. On peut être intelligent, fort, courageux, sensé et tout de même se faire avoir par quelqu’un qui trouve le bon angle, le besoin non comblé.

Annabelle Boyer

Et justement, ce besoin non comblé en toi, c’est toi, toi seul qui le combleras.

Ce ne sera certainement pas ton manipulateur!

Penses-y! As-tu vraiment besoin d’un manipulateur ou d’une manipulatrice dans ta vie ou au travail?

Pense à l’image que tu donnes de toi à tes enfants, à ton conjoint…

Donne toi la chance de devenir toi, de te consacrer à ta mission de vie, elle est unique. TU ES UNIQUE.

Fais-le pour toi, fais-le pour les autres.

AGIS, fais-toi conseiller, mais agis.

J’espère qu’aujourd’hui est le jour où tu décideras de te libérer d’un manipulateur!

Marc Blais
[/et_pb_text]
[/et_pb_column]
[/et_pb_row]
[/et_pb_section]

Catégories
Des livres pour être soi Être soi dans la vie Le défi d'être soi Les livres du Bonheur Financier Trouver sa mission de vie

Se perdre pour mieux se retrouver et Au nom du corps

Il faut parfois savoir se perdre pour mieux se retrouver…

C’est en lisant le roman initiatique Au nom du corps, de Caroline Gauthier que j’ai compris ce qui me fait vibrer dans ma vie.

Se perdre pour mieux se retrouver?

D’abord, pourquoi lire Caroline Gauthier?

Pour reprendre le contrôle de votre vie, pour apprendre ce qui vous fait vibrer et pour savoir établir vos priorités.

J’ai lu le roman de Caroline Gauthier, Au nom du corps.

Je dois dire que j’ai débuté ce livre un an auparavant. Et pourtant j’ai dû le poser, me poser en fait. Car durant presque un an, sans doute, je devais continuer à cheminer, à assimiler cette première partie du livre. Avant de m’autoriser à le poursuivre, à le terminer et comprendre ce que je venais y chercher.

Et après avoir terminé, je suis tombé sur ce passage au début de ce roman initiatique ;

Vous reviendrez à moi, même si vous me laissez sur la table de nuit pour un temps, parce que vous savez déjà intuitivement que je détiens des clés ; des clés qui vont vous permettre de cerner ce qui est à l’œuvre, non seulement dans notre société, mais aussi et surtout à l’intérieur de votre propre demeure.

Je suis certain que relire ce livre m’apporterait le même plaisir. Et, bien d’autres découvertes insoupçonnées sur moi-même !

Au nom du corps est un livre sans fin. Car la fin dépend uniquement de ce que nous en ferons…

Se reconstruire après un échec

De la dépression à l’éveil à travers un chemin initiatique…

Une femme qui vit dans le matérialisme perd tout ; travail, mari et surtout… l’espoir !

Mais en perdant tout, elle gagnera tout. Car elle se (re)trouvera.

Elle comprendra graduellement qui elle est.

Et elle se reconstruira peu à peu.

Elle se refera des bases, ses bases.

Pour guérir.

Pour être…

J’aimerais tellement à l’issue de ma lecture, vous voir hurler, crier, rugir, rire, danser, pleurer, jouir, et sourire…, afin d’avoir la preuve que vous êtes de nouveaux vivants !

Derrière notre mort possible, y aurait-il une vie? Notre vie.

Mais comment me retrouver ?

Ce qui aide vraiment quand on cherche quelque chose, c’est de chercher au bon endroit.

Vous cherchez votre salut à l’extérieur de vous-même, mais il n’y a point de salut en dehors de votre centre, de votre corps qui est votre maison. Et il temps de l’habiter cette demeure laissée sans propriétaire depuis trop longtemps.

À travers du journal intime de l’héroïne du roman, Charline, vous devez être prêt à découvrir l’itinéraire d’une âme qui pourrait bien être la vôtre.

Et avoir le courage de votre propre traversée du désert !

En entrevue exclusive avec l’auteure de Au nom du corps, j’ai creusé certaines questions à Caroline Gauthier pour clarifier ma lecture, ma compréhension.

Bio de Caroline Gauthier

Un jour, un tsunami intérieur et extérieur non contrôlé a tout déconstruit ce qui ne m’appartenait pas et m’a conduite pas à pas sur le chemin de ma féminité perdue.

Après une longue traversée de mes blessures les plus profondes, j’ai pu suivre l’élan de mon cœur et de ma terre intérieure.
Je suis donc passée d’un statut de femme doctorante en économie, cadre et salarié, à la création de ma propre activité ; et je me suis lancée en parallèle dans l’écriture d’un Roman , d’articles et de poèmes, témoignant de cette transformation.

Je suis donc passée d’un statut de femme doctorante en économie, cadre et salarié, à la création de ma propre activité ; et je me suis lancée en parallèle dans l’écriture d’un Roman , d’articles et de poèmes, témoignant de cette transformation.

Entrevue exclusive avec Caroline Gauthier

Votre livre me semble un livre pour se re-trouver…, comment se rend-on compte que quelque chose ne va pas dans notre vie?

Voici quelques signes qui montrent que quelque chose ne va pas, ou ne va plus dans notre vie :

• Le refus de ne pas vouloir toucher l’espace du vide.
• Le fait de vouloir fuir la douleur et la solitude.
• Le refus de s’accorder une pause dans notre vie. Comme si nous devrions toujours marcher à fond !

On a appris à toujours vouloir quelque chose !

Pourtant, en regardant la nature qui nous entoure, on se rend bien compte que des périodes de calme et de récupération sont bien normales.

Les cycles font partie de la vie.

Et nous, on voudrait toujours être en été ou au printemps !

Bref, vivre un creux est vu comme quelque chose d’anormal.

Surtout pour un homme, il n’a pas le droit de s’arrêter. C’est un peu comme une course en avant…

Quand on refuse un temps de repos, c’est la mort!

Pourquoi faut-il un coup dur pour décider de changer ?

Notre éducation nous a appris à nier nos émotions, encore plus pour les hommes que pour les femmes. Et puisqu’on est si loin de nos émotions, on a besoin de vivre une crise immense pour se reconnecter.

S’il y avait une éducation précise sur nos émotions…

C’est-à-dire que si on nous enseignait le sens d’une peur ou de la colère plutôt que de nous dire ce n’est pas grave, n’y pense plus…, on n’aurait pas à vivre une crise pour changer.

Et si on nous expliquait tout jeune : tu es en colère parce que quelqu’un a empiété sur ton territoire et pour toi c’est une valeur importante… On se comprendrait mieux.

Pourquoi est-ce si difficile de changer ce qui doit être changé ? 

Qu’est-ce qui nous retient de tenter de changer, de faire face, de tenter de devenir un peu plus lumineux ?

C’est la peur de faire des erreurs, de traverser nos douleurs, de faire face à nos peurs. Alors, on préfère refouler le tout.

On a tous peur de revivre notre ou nos grandes peurs du passé.

Le truc c’est d’être présent à la sensation qui m’habite à ce moment-là.

De passer de l’émotion à la sensation qui m’habite.

À la limite, on peut remercier ce qui arrive et …l’aimer ! Car c’est ainsi qu’on s’en libèrera. En étant tout près de son corps, pour le sentir, le ressentir.

C’est un peu comme si on aimait la mer sans aimer ses vagues… Les vagues étant les émotions qui nous traversent.

C’est parce que nous voulons les contrôler ces émotions négatives, qu’elles continuent de nous nuire.

Il s’agit de toujours être attentif à la sensation qui nous arrive. Sans la juger !

Et de là on regarde ce que cela veut dire… sans jugement.

Et on laisse aller !

Par exemple, tiens j’ai de la colère, ce n’est pas bien !

C’est au plus près du corps que l’on accède à l’esprit !

On a tellement décrié le corps, pourtant c’est lui le temple. C’est là que tout se passe… Aussi, se reconnecter avec lui permet la libération.

Il s’agit simplement d’être présent à l’émotion qui m’habite à ce moment-là.

Quelle est la sensation qui m’habite ?

Et être présent à la sensation sans juger.

En lui disant « merci d’être là ».

Et de capter le message qu’il porte…

Un exercice pour retrouver notre essence véritable ?

Bref, qui sommes-nous et comment pouvons-nous arriver à nous définir ?

Ce n’est pas un exercice facile que de retrouver sa pépite personnelle.

Il y a toute cette peur à dépasser du jugement que les autres peuvent avoir sur ce que vous vous apprêtez à faire naître… Ce qui demande de connaître le processus à mettre en œuvre pour y arriver. Car de là, vous vivrez vos plus grandes blessures, car c’est ce qui vous empêchait d’être vous-même.

Étape 1: Quelle stratégie mettez-vous en place quand un de vos besoins n’est pas respecté ?

Souvent notre façon de réagir quand on est coincé (comme crier, se crisper ou quitter les lieux) est à l’inverse de notre besoin d’être reconnu.

Souvent, on a mis en place une protection et non une stratégie qui nous aide à atteindre notre but.

Étape 2 : Qu’est-ce que tu ferais si tu étais reconnu ?

Et là, la personne ne sent pas le besoin de mettre une protection.

Il n’y a pas de besoin de se protéger en fait.

Étape 3 : Es-tu conscient que quand tu vas lâcher ça, tu vas vivre la chose la plus douloureuse pour toi ?

Imaginez une situation dans laquelle vous n’êtes pas reconnu et que vous agissez différemment : vous ne fuyez pas, vous ne criez pas, vous ne faites rien.

Vous restez.

Vous accueillez.

C’est une souffrance énorme à vivre, mais ensuite, ça va !

Comment fait-on pour trouver sa ou ses missions de vie ?

Notre mission de vie est l’une des notions les plus importantes à connaître pour comprendre le sens global de nos vies, et peut-être même la raison essentielle pour laquelle nous nous sommes incarnés sur cette Terre.

Grâce à cette notion, on peut trouver notre légende personnelle, trouver ce qui nous anime, et irriguer tous nos projets de vie…

Il y a d’abord la notion de projet de vie, celui que nos parents ont eu pour nous bien avant la conception et dans le ventre de notre mère. On est évidemment en fusion avec notre mère durant neuf mois au cours desquels on vit ce que vit notre mère. Un genre de fusion….

On vient donc au monde avec marque de fabrique, on hérite d’un programme qui peut être assez limitant.

On est appelé à vivre ça, soit comme quelque chose de très contraignant ou comme un défi !

Et il y a notre façon de réagir à nos blessures est-ce que je peux le mieux enseigner aux autres.

Pour ça, il ne faut pas avoir peur de traverser l’ombre pour la transmuter.

Il ne faut pas tenter de cacher que l’on n’est pas que lumineux. On ne peut pas toujours être dans la lumière. C’est impossible. Il n’y a pas de lumière sans ombre !

Le vivant n’est pas parfait. Et c’est bien ainsi !

Quand je parle, je parle avec mes blessures et c’est pourquoi les gens s’identifient à moi.

Quel livre! Comment avez-vous fait?

Ce livre était en gestation depuis plusieurs années…

Et ce n’était jamais le moment de l’accoucher.

Et tout d’un coup, je n’avais plus le choix, il y avait une force brute qui m’a traversé, il fallait que ça sorte ! C’était une vibration qui me traversait dans la chair, plus grande que moi. Plus je plongeais dans mes blessures et plus je trouvais, j’étais passionné. Je n’ai pas eu d’autres choix que de la sortir.

Je suis quelqu’un de très structuré, je suis un docteur en économie, je suis donc en train de théoriser mon livre à l’intérieur d’une formation….

Qu’est-ce que décoder son émotion

La femme a un avantage à ce niveau.

Et souvent l’homme ira toucher un peu plus à ses émotions grâce à la femme.

La sexualité donne à l’homme la chance de vivre ses émotions. C’est en sens que le couple est magnifique !

Et la femme, elle, a besoin de l’axe, d’une direction que lui fournit l’homme

Le couple, un beau sujet pour un second roman!

En conclusion

En conclusion, ce livre figure parmi les plus beaux livres que j’ai lus dans ma vie. Il est, selon moi, un outil pour vous libérer de ce qui ne vous appartient pas et pour vous aider à créer le renouveau dans votre vie.

Se perdre pour mieux se retrouver…

Vous vous demandez sans doute pourquoi j’ai écrit cet article alors que mon blogue traite de Bonheur financier. C’est que des années de réflexion m’ont confirmé l’importance d’être soi… avec son argent! C’est là un défi que je peux vous aider à relever, en 21 jours!

Merci de me faire vos commentaires !

Marc Blais, coach en bonheur financier

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Votre relation à l'argent

Prêt à reprendre le contrôle de votre vie… financière?

Vous aimeriez vraiment reprendre le contrôle de votre vie et de votre vie financière?

Dans cet article, je vous propose d’abord de voir si vous vous reconnaissez à travers l’histoire de Anne. Anne est une femme brillante qui réussit bien plusieurs aspects de sa vie, sauf ses finances…

Ensuite, je vous présenterai 4 étapes simples pour vous aider à reprendre le contrôle de votre vie financière. Et à mesurer vos progrès à l’avenir!

Voici Anne…

 

Elle ne sait plus comment faire pour reprendre le contrôle de sa vie

Anne ne peut plus continuer ainsi. Depuis belle lurette, elle essaie, mais elle ne sait plus comment faire pour reprendre le contrôle de sa vie financière.

Ses problèmes financiers qui s’ajoutent au stress de sa vie de mère, d’épouse en plus de ses fonctions de directrice des communications, c’est trop! C’est trop pour elle.

Anne est à bout.

Vendredi soir 23h11, Anne est dans le noir, couchée dans son lit, elle est écrasée par trop de stress. Elle est totalement épuisée de sa semaine, une semaine horrible! Désespérée, elle se demande comment elle va faire pour trouver les moyens de reprendre le contrôle sur sa vie.

Elle aimerait tant pouvoir oublier sa situation, son stress financier. Mais, beaucoup trop fatiguée pour dormir, elle se remémore malgré elle, sa semaine de fou où tout a mal été! Les enfants (et son mari, pourtant loin d’être un boutentrain!) qui lui ont paru de vrais hyperactifs… Des amis qui ont débarqué chez elle sans prévenir!  Il y eut même son patron, généralement si courtois, qui a oublié qu’une semaine de travail n’a pas 80 heures! Et aussi, pour conclure cette si belle semaine, ses deux cartes de crédit ont été refusées au resto ce soir. Et devant ses meilleures amies, en plus! La honte.

C’était vraiment trop!! Elle n’en peut plus de tout ce stress. Elle s’avoue, pour une première fois, qu’elle ne peut plus continuer comme ça…

Anéantie, elle était à se dire que si au moins mon compte bancaire était bien garni, je me porterais tellement mieux…, quand son mari entra.

Son coeur faillit exploser. Elle se dissimula derrière un de ses oreillers et fit semblant de dormir…

 

Voir la réalité en face

Samedi matin 10h, la maison est tranquille lorsqu’elle se réveille. Les enfants sont déjà partis à leurs cours de danse, avec leur père.

Elle ressent la même fatigué que la veille, mais sent que son esprit est tout de même relativement alerte. D’habitude, lorsqu’elle est stressée, elle se réveille plutôt maussade et l’esprit coincé.

Sentant qu’elle avait les idées suffisamment claires pour réfléchir , elle en profita pour questionner son guide intérieur:

  • Comment vais-je faire?
  • Comment annoncer ma situation financière à mon mari?
  • Et surtout, par où commencer pour reprendre le contrôle de ma vie…financière?

Rassemblant son courage, elle se décida finalement. Elle allait commencer par le plus difficile. C’est-à-dire: voir la réalité en face.

Faire face à la réalité, c’est de comprendre où on en est dans notre vie. Et pour y arriver, il n’y a rien de mieux que de faire son bilan.

Grâce à son bilan, elle saura ou elle en est dans sa vie et dans sa vie financière.

Ensuite, elle chercherait les meilleurs moyens pour reprendre le contrôle de sa vie.

Elle s’était juré (elle ne savait plus si c’était en se levant ou dans son sommeil)  qu’elle allait tout faire pour stopper sa souffrance financière.

Depuis, elle se sentait bien, comme si elle était guidée, de l’intérieur…

Bien sûr, se disait-elle, je ferai mon plan de vie avec mes buts, mes ambitions et mes rêves. Et je sais maintenant que je réaliserai tout ça, par étape et avec le temps.

J’apprendrai à économiser…, se surprit-elle à penser. C’est décidé, ma prochaine étape sera de faire mon plan financier!

 

Faire son bilan

Depuis des mois, elle se disait qu’elle irait bientôt voir un comptable pour faire préparer son bilan financier…

Ce matin, elle décida que le comptable, ce serait elle!

Après tout, voulait-elle vraiment partager sa situation avec un inconnu? Pas aujourd’hui, en tout cas!

Elle se souvenait d’un article qu’elle retrouva facilement. Préparer son bilan, c’est si simple! Et voilà, se dit-elle.

L’information était gratuite et c’était exactement ce dont elle avait besoin en ce moment. Elle consulterait plus tard, au besoin…

L’article disait:

Étape 1: Rassemblez les informations et les documents suivants:

  1. États de vos comptes bancaires
  2. Comptes de taxes
  3. Contrats d’assurance
  4. Contrat de location ou achat d’auto
  5. Bail ou contrat de votre hypothèque de maison
  6. États de vos cartes de crédit

 

Étape 2 : Additionnez vos actifs comme suit :

  1. Encaisse (Vos soldes bancaires et votre argent comptant)
  2. Sommes à recevoir (amis, impôt, prestations, etc.)
  3. Placements (à la banque et ailleurs)
  4. Résidence

 

Étape 3 : Additionnez vos dettes comme suit :

  1. Solde à découvert à la banque
  2. Cartes de crédit
  3. Prêts personnels
  4. Prêt hypothécaire

 

Étape 4 : Calculez votre valeur nette en soustrayant le total de vos dettes du total de vos avoirs

Elle venait tout juste d’inscrire les derniers chiffres de son bilan personnel lorsque sa fille Édith – qui revenait de sa leçon de danse – entra en trompe et en criant, comme d’habitude. Cet enfant…

Heureusement qu’elle a encore quelques minutes à elle, pour compléter son calcul final et prendre connaissance du résultat, avant que toute la famille quitte pour le weekend…

Hum… ce n’est pas si éclatant comme situation, se dit-elle, mais c’est tout de même moins pire que je ne le pensais!

Elle décida qu’elle allait commencer à s’intéresser à son argent, elle avait tellement négligé cet aspect de sa vie…

Elle comprenait maintenant qu’elle avait laissé l’argent avoir un pouvoir sur elle… Et l’argent l’avait presque détruit.

Alors qu’elle avait tant prospéré dans presque toutes les autres sphères de sa vie, elle avait fait l’erreur d’oublier que l’argent faisait partie de sa vie! .

Mais elle comprenait maintenant que l’argent ne pouvait être renié sans se renier et renier son bonheur.

L’argent pour l’argent, jamais! Mais l’argent comme outil de mon succès, ça oui!!

Après avoir tant négligé sa vie financière, avec le résultat qu’elle avait eu, elle se disait qu’elle méritait mieux…

 

Reprendre le contrôle de votre vie

Reprendre le contrôle de votre vie financière, c’est reprendre le contrôle de votre vie!

Ne le faites pas pour l’argent, faites-le pour vous!

Qui sait comment se sentira Anne dans quelques semaines!

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Voyager plus !

Réduire ses frais variables et vivre le bonheur

Il n’est pas facile de réduire ses frais variables!

À une certaine époque de ma vie, je n’avais pas le contrôle de ma vie financière.

En fait, je dirais qu’à ce moment-là, c’était plutôt l’inverse.

C’était mes finances qui contrôlaient ma vie! Malheureusement.

Mais un jour, tout a changé!

livre-de-marc-blais-reprenez-le-controle-de-votre-vie-financiereCar j’ai décidé de reprendre le contrôle de ma vie financière, à ma manière. (Je raconte comment dans mon livre.)

Et ce fut une grande surprise pour moi de constater tous les résultats positifs sur ma vie!

En quelques semaines seulement, j’avais réussi à réduire mes frais variables de 50%…

Moi-même (je suis comptable), quand j’ai refait le calcul; j’ai été surpris!!

En fait, je ne croyais pas mon propre calcul!

Laissez-moi vous raconter…

 

Laissez-moi vous raconter comment on peut réduire ses frais variables

Il y a quelques années, j’étais ébloui par la nécessité de toutes mes dépenses.

Je croyais à tort que tous mes désirs étaient de réels besoins.

D’ailleurs, j’explique dans cet article comment gérer la différence entre désirs et besoins.

Bref, j’étais un acheteur impulsif et je suis devenu minimaliste (sans le savoir)!

Et voici quelques-uns de mes secrets (durement appris!) pour mieux réduire ses frais variables.

Quelques-uns de mes secrets pour réduire ses frais variables

D’abord, pour vous mettre dans le contexte, je ne parle pas de travailler davantage pour gagner plus d’argent!

Mais plutôt d’effectuer l’une des tâches suivantes chaque semaine.

Et je n’aime pas l’idée de me forcer à faire des choses, surtout quand elles sont monotones et répétitives!

C’est pourquoi je me suis appliqué à décortiquer et simplifier la façon traditionnelle de faire son budget et de contrôler son budget afin de rendre le tout plus agréable.

Et surtout, afin que vous trouviez cette tâche beaucoup plus simple!

Car, pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis un comptable qui ne fait pas son budget!

Mon secret #1: Contrôlez vos dépenses de la semaine.

Sans cette action, je ne vois vraiment pas comment j’aurais pu y arriver!

Il s’agit d’additionner bêtement toutes vos dépenses variables de la semaine. Sans en oublier.

Et sans exclure ce que vous considérez des petits montants.

Une application sur votre téléphone intelligent ou un calepin avec des colonnes seraient des outils idéals.

Quelles dépenses variables devez-vous considérer?

Je vous suggère d’additionner chaque jour et au fur et à mesure que vous les dépensez, les frais variables qui suivent:

  • Épicerie
  • Essence et réparation d’auto, frais de transport
  • Restos et bar
  • Soins de santé et de beauté
  • Pharmacie
  • Vêtements

 

Mon secret #2: Révisez vos frais variables de la semaine

À partir d’ici, vous commencerez déjà à profiter des résultats de votre assiduité à noter vos dépenses variables. En effet, une à deux semaines devraient suffire pour que vous ayez un premier portrait de vos dépenses variables réelles.

Vos dépenses secondaires

Vous trouverez peut-être que certaines de vos dépenses sont discutables…

En fait, les dépenses qui ne vous apportent pas tant de satisfaction en regard au montant dépensé sont plutôt des dépenses secondaires. Elles sont tout simplement des dépenses non prioritaires pour vous.

Et c’est important que vous le sachiez. Que vous les haïssiez un peu, car ces dépenses sont secondaires, c’est-à-dire qu’elles ne vous apportent que peu de plaisir en comparaison à vos dépenses prioritaires.

 

Vos dépenses prioritaires

Identifiez vos dépenses dont vous êtes fiers! C’est-à-dire celles qui vous apportent un réel bienêtre…

Celles que vous trouvez essentielles dans votre vie pour être heureux!

Ce sont vos dépenses prioritaires.

Dans mon cas, c’est l’épicerie, un bon expresso et le bon vin!

Et vous?

Ah! j’oubliais; voyager plus souvent est important pour moi!

 

Vos dépenses irrationnelles

Et il y a aussi les dépenses dont le prix vous surprend encore et encore. Et qui vous font souffrir, car elles ne vous ressemblent pas.

Vous savez le genre de dépenses que l’on fait pour faire comme les autres, pour paraitre…?

Celles-là vous devriez y réfléchir.

Et prendre une décision. Comme je l’ai déjà fait!

Cela vous semble difficile?

Et ne vous trompez pas: ça l’est! Mais ce n’est pas impossible.

Je l’ai fait. Et vous pouvez le faire!!

 

Mon secret #3: Lisez et informez-vous constamment

Je vous suggère de lire, chaque semaine, au moins un article de mon blogue Bonheur Financier (ou d’un journal que vous aimez et comprenez bien).

Idéalement, vous devriez lire des articles qui traitent de finances personnelles, sans chercher à vous vendre un produit. D’abord, parce que les produits financiers sont souvent complexes. Ensuite, parce que vous ne cherchez pas à acheter un produit financier ou autre, vous cherchez à économiser facilement!

Mais faites bien attention de ne pas confondre ce que vous cherchez avec un article qui traite d’économie et d’investissement, comme mon blogue L’investisseur intelligent. Car à moins que le sujet de l’investissement ne vous intéresse, les nouvelles sur l’économie ne vous apporteront rien de bon pour vous aider à mieux gérer vos dépenses.

 

Et il y a aussi les frais fixes qui peuvent étouffer votre vie!

Si vous sentez qu’il y a quelque chose qui cloche entre vos revenus et vos dépenses, c’est peut-être que vous avez des dépenses fixes trop importantes à votre goût.

Les dépenses fixes sont des dépenses que l’on regrette rapidement!

Car nos frais fixes contrairement à nos frais variables sont là pour rester un certain temps. bref, vous ne pouvez pas vous en débarrasser d’un coup. Étant donné que vous avez des engagements (loyer, emprunt, location de voiture, etc.) que vous ne pourrez modifier qu’avec le temps.

Mais vous devriez penser tout de suite à un plan pour vous réduire vos dépenses fixes et rétablir l’équilibre dans votre vie!

Vous y gagnerez en liberté. Vous savez, ce qu’on la liberté financière… Et bien, c’est ça!

 

Que feriez-vous avec des centaines de dollars de plus par mois?

Pensez à vos objectifs des 12 prochains mois; comme vos vacances, votre nouvelle décoration intérieure, vos rénovations, votre voyage de rêve, etc.

Et estimez-en le budget correspondant et aussi, discutez-en en couple. C’est très important!

Aussi, pour vous motiver, pensez donc à vos objectifs à long terme :

  • L’achat d’une résidence
  • Les études des enfants
  • Votre retraite
  • Vos rénovations majeures
  • La naissance d’un enfant
  • Une réorientation professionnelle
  • Une année sabbatique

 

Bref, on n’a rien à perdre à réduire ses dépenses variables!

Ne trouvez-vous pas?

Faites comme moi. Et libérez des centaines de dollars par mois pour ce que vous aimez le plus!

Marc Blais, coach financier