Catégories
Des livres pour être soi Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Les livres du Bonheur Financier Top 10 Votre relation à l'argent

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Qu'est-ce qui nous rend vraiment heureux?Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Le livre de Sonja Lyubomirsky

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?, c’est le titre du livre de Sonja Lyubomirsky, cette psychologue américaine d’origine russe qui a étudié la question pendant 20 ans.

Eh oui, 20 ans!

Serait-ce la preuve que ce qui nous rend vraiment heureux est un état qui n’est pas plus simple à comprendre qu’à vivre?

Selon moi, il nous faut apprendre à nous réjouir de notre vie présente plutôt que de rêver inutilement à une vie impossible ou à nous comparer aux autres.

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Dans son livre, Sonja Lyubomirsky nous motive, études à l’appui, à effectuer quelques changements dans nos vies.

1 Dépenser son argent en expériences plutôt qu’en possessions

D’abord, dit-elle, l’argent que l’on dépense pour une expérience, comme une sortie ou un voyage, nous rendra bien plus heureux que l’acquisition de biens matériels (pensez laveuse-sécheuse!). Et en plus, le plaisir subsistera plus longtemps!

Sonja Lyubomirsky nous explique de façon très convaincante qu’il est possible d’être plus heureux en consommant moins.

Il suffit de dépenser son argent en expériences plutôt qu’en possessions. Une promenade en famille apporte plus de satisfaction qu’une télévision grand écran dernier cri.

2 « Je serai heureux quand j’aurai payé mon hypothèque… »

Ensuite, le fait de se répéter « je serai heureux quand … «  ne mènera à rien de bon!

Par exemple, « je serai heureux quand j’aurai payé mon hypothèque » ne fonctionne pas. Quand vous aurez payé votre hypothèque, vous développerez une autre excuse… (Je le sais, je l’ai essayé!)

Que se passe-t-il si nous comprenons que nous avons apparemment tout, au moins en théorie, mais que nous ne sommes quand même pas heureux? Parce que nous sommes la proie du présupposé selon lequel une fois que nous aurons la fortune ou le succès, où ce dont nous rêvons en général, nous serons enfin heureux, et quand ce bonheur s’avère insaisissable ou éphémère, nous éprouvons des émotions mêlées, de l’abattement et même de la dépression. Ces expériences sont regrettables, parce qu’elles sont évitables.

(Dans le livre, il est expliqué comment éviter ces moments de crise.)

3 Avoir de la gratitude

Et enfin, si, vous êtes une personne reconnaissante, c’est-à-dire que si vous avez de la gratitude pour ce qui tout ce qui vous arrive de bien dans votre vie, – en pensant le moins possible à ce qui vous arrive de moins bien! – vous augmenterez de beaucoup vos chances de vivre heureux!

L’auteur de ce livre super bien vulgarisé m’a grandement fait réfléchir! Car, bien que je croyais avoir déjà assez longuement réfléchi sur le sujet du bonheur et du bonheur financier, Sonja Lyubomirsky remet en question plein d’idées reçues « … pour aider à prendre un meilleur recul sur nos vies et nos ambitions souvent déçues ».

De plus, elle remet en question nos croyances souvent erronées à propos de l’argent, du bonheur, de la vie de couple et de notre travail.

4 Le piège de l’argent

Nos fantasmes sur notre premier million ou sur notre villa sur le bord de la mer ne sont presque jamais aussi palpitants dans la réalité que dans notre imagination, et même quand ils le sont, leur surcroît de plaisir ne dure jamais très longtemps. 

La réussite financière, selon les études de Sonja Lyubomirsky, ne serait qu’un court bonheur, rien de plus!

Pourquoi? Parce que nous ne pouvons jamais réitérer l’expérience d’une première fois. Telle est la vérité essentielle lorsqu’on arrive en haut d’une montagne ou de sa hiérarchie professionnelle. Les moments, les semaines ou les années qui conduisent jusqu’à ce sommet peuvent être épuisants, mais exaltants. 

Quand notre rêve est sur le point de se concrétiser, cela nous inspire à la fois ivresse, assurance et témérité.

Quand nous atteignons le succès: c’est merveilleux, mais pour un temps seulement.

Les êtres humains sont programmés pour désirer, pas pour apprécier, et pour vouloir plus, pas pour se contenter de ce qu’ils ont.

 

5 Plus d’argent ne rend pas plus heureux!

Pour beaucoup d’entre nous, l’argent et le succès ne font qu’un. L’aisance peut avoir de nombreux atouts – outre la possibilité d’acheter plus, elle nous aide à rencontrer le partenaire potentiel et nous offre sécurité et stabilité -, mais un fait inévitable est que l’on s’y habitue.

Les économistes ont montré que les deux tiers des avantages d’une hausse de revenus s’effacent au bout de tout juste un an, en partie parce que nos dépenses et nos nouveaux « besoins » augmentent en parallèle et parce que nous commençons à fréquenter des gens qui, eux aussi, gagnent plus. 

Même si avoir plus d’argent nous rend plus satisfait de la vie, cela n’a pratiquement aucun impact sur les émotions positives et négatives au quotidien et sur les hauts et les bas que nous connaissons.

L’individu moyen est plus soucieux de comparaison sociale, de statut, de rang et de signes extérieurs de richesse que de la valeur absolue de son compte en banque ou de sa réputation. 

Une étude réalisée en 1998 a montré que les gens préfèrent vivre dans un monde où ils touchent un salaire annuel de 50,000$ (quand les autres gagnent 25,000) plutôt que toucher un salaire annuel de 100,000$ (quand les autres en gagnent 200,000).

Il semble que ce que gagnent nos semblables détermine notre bonheur, plus encore que ce que nous gagnons, si confortables que soient nos revenus.

 

6 Devenir minimaliste?

Plus nous gagnons de l’argent, plus nous nous y habituons, et plus nous voulons en gagner. Cette réalité a deux conséquences potentiellement néfastes.

Premièrement, nous ne profitons pas de notre richesse autant que nous le devrions.

Deuxièmement, notre désir d’acheter et de posséder toujours plus pour atteindre le même niveau de plaisir peut nous conduire sur la voie du matérialisme effréné, nous inciter à dépenser de plus en plus pour en tirer de moins en moins de bonheur.

Des masses de recherches ont montré que le matérialisme nuit au bonheur, menace la satisfaction que nous inspirent nos relations, nuit à l’environnement, nous rend moins chaleureux, moins aimables et moins compatissants, et moins susceptibles d’aider les autres et d’oeuvrer pour notre communauté.

Serait-ce une raison de plus pour éviter les excès du matérialisme et pour devenir minimaliste? Et pour dépenser notre argent afin de vivre plus heureux?

 

7 Les six plaisirs de l’argent

Comment l’argent rend vraiment heureux?

La psychologie suggère six principes à respecter si nous voulons tirer le maximum de plaisir de notre argent:

  1. Dépensez votre argent en expériences plutôt qu’en possessions!
  2. Séparez vos expériences dans le temps!
  3. Dépensez votre argent en activités qui satisfont vos besoins d’épanouissement!
  4. Dépensez de l’argent pour les autres, pas pour vous!
  5. Vous pouvez dépenser maintenant, mais attendez avant d’en profiter!
  6. Dépensez votre l’argent pour vous offrir du temps!

C’est la dépense sociale qui cause le plus grand bonheur!

 

 8 Dépenser son argent en activités qui satisfont nos besoins

Qu’est-ce que cela veut dire satisfaire nos besoins?

C’est certain que quand on dépense, on vise à satisfaire nos besoins, sinon, on ne dépenserait pas!

Sonja Lyubomirsky est plus précise et nous fait voir nos lacunes à ce sujet.

Si l’argent ne nous rend pas heureux, c’est sans doute que nous le dépensons afin d’être à égalité avec nos voisins, afin de valider notre richesse ou d’étaler notre beauté, notre puissance et notre statut social.

Le problème n’est pas alors dans l’argent, mais dans notre façon de l’utiliser.

Le moyen le plus direct et le plus fiable pour maximiser le bonheur et l’épanouissement que nous tirons de l’argent est peut-être de satisfaire nos besoins, par exemple, en dépensant notre capital pour notre propre développement humain, pour progresser, en l’investissant dans les connexions interpersonnelles.

Les dépenses qui génèrent le plus de bénéfices émotionnels sont celles qui satisfont au moins les trois besoins fondamentaux qui suivent:

  1. La compétence. Par exemple, investir dans une formation qui vous fera sentir plus compétent, capable ou expert dans un domaine.
  2. La connexion. Comme choisir une activité qui vous permettra de vous sentir relié aux autres, d’aider une communauté.
  3. L’autonomie. Toute activité qui vous donne le sentiment de maîtriser votre vie!

La recherche a montré que ces activités apportent le bonheur et, fait tout aussi important, ne suscitent pas les désirs addictifs croissants.

 

8 Devenez le maître de votre vie!

C’est en changeant vos croyances que vous arriverez en devenant graduellement le «maitre», le maître de votre vie! 

Et en vous libérant des pièges de l’argent en vous. Et autour de vous.

Pour découvrir ce que j’appelle: l’heureuseté, cet état de bonheur permanent dont je parle ici: lisez ce magnifique livre de Sonja Lyubomirsky!

Et pour être heureux, sans avoir à gagner plus d’argent, profitez de mes ateliers de croissance et apprenez à vivre délibérément!

Au plaisir de vous rencontrer,

Marc Blais

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Comment trouver et vivre ses passions?

Vivre ses passions est certainement le rêve de tous. Mais y parvenir ne semble pas si facile!

Pour ceux qui me lisent pour la première fois, mon blog traite de mission de vie et de votre bonheur financier, sous toutes ses formes.

Pour moi, le bonheur financier et parvenir à réaliser ses passions sont deux conditions nécessaires pour réussir sa vie.

Les gens qui vivent leurs passions sont des gens heureux!

Et celui qui n’arriverait pas à vivre ses passions?

Tu n’es peut-être pas si loin du but… Tu verras!

 

Pourquoi est-il difficile de vivre ses passions ?

D’abord, tout le monde a des passions, même ceux qui croient ne pas en avoir!

C’est que ceux qui disent ne pas avoir de passions en ont aussi… Mais ils les rejettent, les repoussent, les reportent… à plus tard.

Beaucoup plus tard…

Mais pourquoi donc ?

Ils n’ont pas le temps ou ils n’ont pas (encore) l’argent pour le faire…

Est-ce que ce sont vraiment de bonnes raisons pour s’éloigner de son but, pour ne pas vivre ses passions?

Oui et non…

Oui, car décider de vivre ses passions, c’est choisir de vivre pleinement notre raison d’être, notre mission de vie !

Non, car si c’est une question d’argent, il est toujours possible de trouver de faire d’autres choix et de faire moins cher.

On rêve souvent d’une vie idéale sans penser qu’on peut y arriver par étape. On doit commencer quelque part.

Débuter dans sa passion à temps partiel est une belle étape pour vivre ses passions!

Car même si on n’a pas tout l’argent qu’il faut, quand on le veut ardemment, on découvre des façons d’arriver à faire ce dont on rêve le plus dans la vie.

Et commencer est plus facile que l’on n’aurait pu imaginer!

 

Vivre ses passions, mais quand ?

Il y existe une période dans notre vie où nos obligations professionnelles et familiales nous empêchent temporairement de tout laisser pour nous tourner fermement et résolument vers nos passions.

Mais cette période ne dure pas toute la vie!

Et il existe des façons de rester en contact avec le monde qui nous captive. Que ce soit l’art, l’écriture, le théâtre, la gestion, les communications, etc.

Aujourd’hui, il est possible d’accéder à des sites et pages spécialisés qui nous permettent de baigner dans notre passion d’un seul clic.

Tu veux te réaliser? J’ai créé le groupe FB Le défi d’être soi pour toi!

Si tu as des enfants et que tu ne veux pas les négliger, c’est bien mais voir son parent heureux a aussi une certaine valeur éducative pour eux!

Des fois, il est bon de se rappeler qu’on est beaucoup plus libre qu’on le croît.

Pense au temps…

Si tu te dis: il ne me reste que 33 ans à travailler, là il y a un problème!

Et ce problème peut simplement être que ta perception du mot travail est erronée…

Dans plusieurs familles, travailler est considéré une chose pénible, une obligation, une simple façon de gagner sa vie!

99% d’entre nous doivent travailler pour vivre. Mais je crois qu’il est possible de s’ouvrir, de choisir un métier qui soit aussi une passion!

Dans ma 1ère carrière (de comptable), un travail agréable était un travail pour lequel 1/3 du temps était carrément passionnant, 1/3 plutôt intéressant et le dernier 1/3, disons, moyennement agréable!

Ma seconde carrière (en gestion) était 75% du temps plutôt inspirante.

Et maintenant que je sais quelle est ma mission de vie, je dirais que seules quelques tâches administratives me rendent la vie moins agréable.

Si tu veux découvrir ta mission de vie, clique ici!

 

Vivre ses passions: dans les rêves ou dans la vraie vie?

Crois-tu vraiment qu’il est impossible d’être payé pour faire ce que tu aimes?

Comment fais-tu pour savoir que tu vis une passion?

Par exemple, j’ai choisi d’écrire le premier jet de cet article le jour de mon arrivée à Paris vers les 19h (13h à Montréal). J’avais 6 heures de décalage dans le corps et je n’avais pas dormi depuis 29 heures…

Et j’ai fait ce choix car j’avais du plaisir!

Tous les jours, je lis plein d’articles et de livres sur des sujets reliés au développement personnel et surtout à la découverte de sa mission, de sa raison d’être dans la vie.

Je lis souvent le soir, plutôt que de regarder la TV! Et je ne sens aucune frustration de me priver de ce que plusieurs considèrent leur vie. Car je le fais par choix. Et pour mon propre plaisir.

Quand un travail est une passion, le temps, le lieu n’existent pas.

Il n’y a que le plaisir!

 

Vivre ses passions, mais lesquelles?

Je t’invite à réfléchir aux activités que tu fais trop peu à ton goût… Et qui te rendraient vraiment plus heureux.

Si tu veux, fais-en une liste immédiatement:

1

2

3

4

5

6

7

8

Maintenant que c’est fait. Demandez-toi quel métier tu pourrais éventuellement faire en lien avec tes passions.

Je dis « éventuellement », car tu as plein d’empêchements et d’obligations, n’est-ce pas ?

Plusieurs ont des tonnes d’obligations!

Des vraies et des moins vraies…

Tes obligations familiales, financières, morales ou autres ne devraient jamais t’empêcher de vivre tes passions et à les partager avec d’autres.

Tu peux débuter par une heure ou deux par semaine.

Commence donc dès aujourd’hui!

Vis au moins une de tes passions maintenant que tu as ta liste!

Tu vas commencer à vivre plus richement.

Et tu auras le loisir de tester si cette passion peut éventuellement devenir ton nouveau métier… Et ce, sans risquer ta chemise!

 

Tes passions, plus tard ou maintenant ?

Il y a trois ans, j’ai fait mon plan de vie.

En finances personnelles, on appelle ça un plan financier. 

Moi, j’appelle ça faire ton plan de vie!

C’est très simple au fond, cela consiste à faire la liste de tes envies et de tes rêves, c’est-à-dire de tes passions. Comme tu viens de faire…

Et de transformer tes passions en objectifs de vie, en y ajoutant une date et un prix.

En faisant cet exercice, je me suis immédiatement rendu compte que:

  1. Je pouvais réaliser presque tous mes objectifs de vie dès aujourd’hui.
  2. Je pourrais probablement réaliser mes autres objectifs si je trouvais un moyen moins dispendieux d’y arriver. Et croyez-moi, il est toujours possible d’atteindre un objectif en dépensant moins!

Et maintenant, que penses-tu de la possibilité de vivre tes passions?

Si tu veux, écris-moi ce qui te limite présentement. Je te dirai comment je peux t’aider à créer ta vie!

C’est pour maintenant ou pour plus tard ta réussite?

Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.

Antoine de Saint-Exupéry

Marc Blais, expert en mission de vie.

Catégories
Être soi dans la vie Le défi d'être soi Mission de son entreprise Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Votre relation à l'argent

Kim Auclair : Être soi et avancer dans la vie pour réussir en affaires!

Être soi et avancer dans la vie!

Immédiatement après mon entrevue avec Kim Auclair, c’est le titre qui m’est venu spontanément!

 

Vous pensez à lancer une entreprise, mais votre projet d’entreprise n’est pas encore parfaitement clair?

Le meilleur chemin à prendre est celui qui est tracé selon notre propre rythme.

Kim Auclair

 

Parler de soi pour avancer dans la vie!

La raison pour laquelle les gens s’abstiennent de parler d’eux ou de leur parcours professionnel, c’est qu’ils s’imaginent que cette démarche est réservée uniquement aux célébrités médiatiques. 

Selon Kim, plusieurs personnes croient n’avoir rien d’intéressant à dire, comme si leur vécu ne pouvait servir à personne d’autre!

Mon expérience sur le Web, ainsi que mon vécu avec le mentorat pour entrepreneurs, m’ont permis de découvrir que les gens achètent beaucoup l’histoire, la philosophie du travail accompli et les valeurs derrière une entreprise. 

Ce sont ces éléments de notre personnalité qui permettent aux entrepreneurs de vraiment se différencier et de se démarquer de leur concurrence.

Sinon, quelle différence y aurait-il entre deux personnes offrant des services dans un même domaine? 

 

Le conseil de Kim

Et, pour ces raisons, surtout si vous pensez à vous lancer en affaires et à démarrer une entreprise dans un avenir proche, je vous conseille fortement, et ce, très rapidement de vous faire connaitre sur le Web selon vos valeurs et vos passions. 

Depuis 14 ans, Kim Auclair travaille sa visibilité sur le web, avec peu de moyens, précise-t-elle, quand elle se compare avec d’autres grands noms du web francophone.

Ce n’est pas toujours facile, car tu as tendance à te comparer avec ceux qui ont plus de moyens que toi… Mais c’est le chemin que j’ai choisi de prendre.

Ça prend de la ténacité pour réussir ainsi, mais cela ne peut que vous apporter des avantages à long terme.

Car en vous faisant connaitre, vous allez tout simplement commencer à laisser des traces et à piquer la curiosité des gens de votre entourage sur votre projet en développement.

Croyez-moi, dit-elle, ce sera plus facile par la suite de lancer votre projet!

Pour nous démarquer, il faut mettre en avant-plan les éléments qui nous différencient!

 

La meilleure façon de sécuriser une idée, c’est de la concrétiser »

Kim Auclair

 

Réussir à sa façon et avancer dans la vie

N’est-il pas beaucoup plus valorisant d’être intègre avec soi-même pour devenir ce que l’on désire vraiment être que de faire ce que les autres veulent que l’on fasse pour devenir, par le fait même, comme tous les autres, sans identité unique, pour se démarquer? 

La réalité est que dès que l’on trouve sa raison d’être, on est appelé à devenir ce que l’on veut vraiment être. Ainsi, j’ai compris que je pouvais me rendre disponible et me donner la permission de réaliser mes souhaits les plus chers. 

JE SAIS maintenant que tout individu a une façon d’apprendre qui lui est propre. 

 

Suivre sa voie…

Kim Auclair avancer dans la vieEn lisant Dans la tête d’une entrepreneure, Mes débuts en affaires  et en discutant avec Kim, j’ai compris que Kim Auclair est vraiment une chanceuse! Mais une chanceuse qui n’arrête pas de faire sa chance…

Personne n’a toutes les qualités qu’il aimerait posséder pour réussir comme entrepreneur.

C’est plus difficile pour moi de réussir, car je n’ai pas de papier, je n’ai qu’un DEC en graphisme… me dit-elle.

Ses échecs et ses défis lui ont servi, à apprendre ce qui ne s’apprend pas autrement dans la vie.

Elle est simplement elle-même comme vous et moi. Et elle est prête à continue à faire sa chance!

 

Pourquoi ça fonctionne en affaires d’être soi-même?

Développer un contenu qui nous ressemble permet aux clients potentiels de découvrir qui nous sommes et de se reconnaitre dans nos témoignages. C’est ce qui rend la couleur de notre entreprise unique!

De là il se développe des affinités avec notre futur client avec qui on partage les valeurs.

C’est sûr que c’est beaucoup plus le fun de travailler avec quelqu’un qui partage nos valeurs!

En plus, ça permet d’aller chercher des clients à plus long terme!

Les gens nous achètent pour qui nous sommes. Ainsi, nous développons une relation à plus long terme avec ceux qui nous suivent.

Être soi-même fait que l’on n’a pas besoin de rien vendre!

Kim Auclair

 

S’inspirer des gens qui nous entourent, c’est bien, mais…

Qui de mieux que quelqu’un qui a réussi dans quelque chose qui nous intéresse pour nous l’enseigner? Mais il faut rester soi-même précise kim!

Prendre ce qui nous touche, nous ressemble et nous aide est une bonne chose en soi.

Mais, il faut faire les choses à sa façon aussi. Être soi!

 

Qui se ressemble s’assemble.

Sois celui que tu es, calme et clair et brillant, te demandant à chaque minute « est-ce vraiment ce que je veux faire », et le faisant seulement lorsque la réponse est oui.

Cela rebutera ceux qui n’ont rien à apprendre de celui que tu es, et attirera ceux qui ont à apprendre de toi, et de qui tu as à apprendre également.

Richard Bach

 

Suivre son inspiration et… écrire un livre à l’envers!

Étant moi-même auteur de deux livres, j’étais curieux de savoir comment Kim Auclair avait procédé pour écrire son livre.

Je n’ai pas été surpris d’apprendre qu’elle avait procédé à l’envers, tout comme moi!  Tout le monde sait que l’on doit d’abord écrire le plan de son livre, lequel devient la table des matières et qu’ensuite, on n’a qu’à écrire le contenu de chacun des chapitres et sections…

C’est du moins ce qui est enseigné. Et Kim a fait exactement le contraire!

Elle était inspirée : alors elle a écrit…

« J’ai raconté mon histoire, j’ai passé mes messages… »

Et ensuite?

J’ai fait mon plan!

D’ailleurs, il semble qu’elle aime voyager de la même façon!

 

Combien d’heures par semaine travailles-tu Kim?

Je ne sais pas… Ce matin, je me suis levée à 5 h pour préparer une entrevue et hier, j’étais très nerveuse du lancement de mon premier livre et j’étais réveillée à 2 h du matin! Je suis comme ça ; je tente de tout bien faire et quand quelque chose me tracasse, je dois le faire!

J’aime sentir que je mérite ce que j’ai! dit-elle.

 

Être soi et avancer dans la vie !

Ce qui est remarquable dans l’histoire de Kim, c’est que son succès est à la portée de tous :

J’ai décidé de créer ma propre histoire, de me bâtir une carrière à mon image.

Y a-t-il une meilleure façon de vivre… heureux?

 

Marc

Crédit photo: Myriam

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Votre relation à l'argent

Simplicité volontaire ou simplicité INvolontaire?

La simplicité volontaire, un phénomène social?

On peut se demander si la simplicité volontaire, qui est un phénomène social qui semble prendre de l’ampleur, est volontaire ou involontaire.

Mais tout d’abord, qu’est-ce que la simplicité volontaire?

Prenons cette définition du Réseau Québécois pour la simplicité volontaire.

La simplicité volontaire est un courant social, un art de vivre ou une philosophie de vie qui privilégie la richesse intérieure par opposition à la richesse matérielle manifestée par l’abondance de la consommation.

La simplicité volontaire s’est développée depuis le début des années 80. D’abord aux Etats-Unis, puis au Québec surtout depuis la fin des années 90.

L’histoire de la simplicité volontaire remonte possiblement à plusieurs siècles. Mais elle a été popularisée au cours des dernières décennies aux États-Unis, au Canada et en Europe.

Ce mode de vie est une approche multiforme, qui peut toucher tous les aspects de la vie. Et se manifester de bien des façons et se pratiquer pour toutes sortes de raisons.

C’est aussi une réalité qui porte des noms multiples.

Selon les priorités et selon les pays, on l’appellera: simple living, downshifting, mouvement slow, good life, consumerinden, austérité joyeuse, décroissance, etc.

Bienvenue dans l’univers de la simplicité volontaire!

Car il y a presque autant de définitions que d’auteurs sur le sujet!

En passant, l’Office de la langue française du Québec la définit, depuis 2002, comme un « mode de vie consistant à réduire sa consommation de biens en vue de mener une vie davantage centrée sur des valeurs essentielles ».

 

La simplicité volontaire est-elle vraiment un choix?

La situation économique mondiale des 10 dernières années m’a fait me demander si le mouvement appelé simplicité volontaire – que j’appelle aussi parfois simplicité involontaire à tort ou à raison – existe pour les mêmes raisons qu’il y a 10 ou 15 ans?

Ou si la popularité de la simplicité volontaire serait plutôt la conséquence d’une dégradation de la situation financière d’une majorité de la population…

simplicité volontaire - situation économique mondiale

Comment savoir?

Et vous, dans quelle catégorie vous situez-vous ?

Il est évident que les divers mouvements du genre sont des choix motivés par des raisons différentes, mais ils ont tous leurs raisons d’être.

Que ce soit pour des raisons idéologiques, sociétales, financières ou tout simplement personnelles, ces choix auront une incidence directe sur la situation financière des individus qui ont choisi ce mode de vie.

Un mode de vie qui, en soit, ne fait de mal à personne et qui permet de vivre plus simplement.

Et surtout, d’être plus heureux!

Les effets positifs de la simplicité volontaire

simplicité volontaireChoisir la simplicité volontaire a plusieurs effets positifs.

Que ce soit pour retrouver un équilibre sur la façon de mieux consommer.

Ou simplement afin de diminuer la pression financière des personnes qui vivent une situation financière précaire.

Car ce meilleur équilibre de vie peut servir comme effet de levier pour les personnes qui souhaitent améliorer leur situation financière. Tout en respectant leurs objectifs personnels à l’intérieur du mouvement auquel ils adhèrent.

Car il n’y a pas d’incompatibilité entre mieux vivre et mieux gérer ses finances!

En fait, mieux gérer son argent passe très clairement par une meilleure évaluation de ses besoins. Et nos besoins, ils sont apparemment illimités!

À moins que l’on accepte de se simplifier la vie.

 

Michel Bélanger et

Marc Blais, coach financier et auteur

Livre de Marc Blais Reprenez rapidement le contrôle de votre vie financière

Crédits photos: Fotolia/123RF

Catégories
Avoir plus d'argent Votre relation à l'argent

3 remèdes pour cesser de souffrir financièrement 

La souffrance financière est un mal qui existe vraiment trop dans notre société.

Mais il y a une bonne nouvelle:

Cesser de souffrir financièrement est possible et surtout, beaucoup plus accessible qu’on le croit.

Et j’ai pensé – comme un médecin financier le ferait – vous prescrire les trois remèdes suivants qui ont fait leur preuve, pour éliminer la souffrance financière.

livre-de-marc-blais-reprenez-le-controle-de-votre-vie-financiereComme je le mentionne dans mon livre Reprenez rapidement le contrôle de votre vie… financière; un seul de mes trucs que vous appliquerez régulièrement changera votre vie!

 

1 Que pensez-vous de l’argent?

D’abord, fermez les yeux et demandez-vous ce que vous pensez vraiment de l’argent? Et écrivez votre réponse.

— À cette question, un ami me répondait récemment: Hum... Je n’aime pas ce mot en fait!

— Pourquoi ça?

L’argent me rappelle trop de mauvais souvenirs…

Des mauvaises expériences, des souvenirs de tes parents, des peurs quelconques?

— Ouf! Un peu de tout… J’aime mieux ne pas y penser!

En effet, l’argent peut prend plusieurs formes dans notre subconscient.

L’argent symbolise et représente tour à tour l’amour, le pouvoir, le succès, la stabilité, la sécurité, etc.

Ou tout son contraire!

On peut vouloir devenir plus riche, plus puissant, plus important grâce à l’argent tout comme on peut vouloir s’en détacher pour ne pas ressembler à ceux qui n’on pas notre respect.

En général, c’est la seconde option qui nous nuit le plus à mieux gérer nos finances personnelles.

Deuxièmement, pensez à quelqu’un à qui vous n’aimeriez vraiment pas ressembler et qui est une personne riche. Et écrivez cette réponse.

Enfin, regardez vos deux réponses. Quel lien faites-vous?

 

2 Un truc à la fois, devenez votre propre banquier!

Pour arriver à être libre financièrement, faites peu à peu ce que vous n’avez jamais fait!

Vous êtes là ou vous êtes aujourd’hui. Acceptez-le!

C’est comme si vous constatiez que vous avez 20 livres à perdre. Dites OK à votre poids actuel et lancez-vous en avant. Et apprenez chaque jour. Car c’est ce qui arrivera de toute façon!

N’essayez pas de devenir un comptable professionnel en 24 h!

Allez-y peu à peu.

Changer une seule de vos habitudes financières fera une grande différence dans votre vie.

Il y a différents réflexes à adopter pour atteindre le bonheur financier.

Tous ces petits trucs qu’on découvre et qu’on intègre graduellement dans notre vie feront très rapidement toute une différence sur vos finances.

Et tout ça s’acquiert graduellement…

Tout cela ne s’apprend pas en un jour! vous me direz.

Mais l’important, c’est de commencer à adopter des changements durables qui vous rendront fiers de vous. Et pour cela, il faut changer quelque chose ou ajouter une action dans votre vie.

Quand quelque chose ne réussit pas avec la façon dont vous vous y prenez, continuer de la même manière vous apportera encore et toujours le même résultat.

La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent.

Albert Einstein

Ouvrez-vous à une nouvelle façon de faire et observez les résultats, la différence que cela fait dans votre vie.

Une des actions à poser est de décider par vous-même quel genre de dépense est prioritaire pour vous. Quel est la dépense qui vous a rendu le plus heureux ce mois-ci?

Essayez ce truc et vous serez surpris!

Être libre financièrement, devenir votre propre banquier; ça vous plairait?

 

3 Décidez de votre plan de vie!

Vous n’avez pas encore de plan de vie financier?

Quand on prend la route, il est bon de savoir où on s’en va!

On naît tous pour faire quelque chose. On existe pour une raison…

Et cette raison, la connaissez-vous?

Je sais que vous avez des passions. Mais les connaissez-vous vos passions?

Aussi, je vous suggère de faire immédiatement une liste de vos aspirations les plus importantes et profondes de votre vie, comme: acheter une maison, réaliser un voyage, changer d’emploi, etc..

Et notez tout ce qui vous vient.

Cela vous aidera à regarder en avant, à clarifier certains aspects de votre vie.

Et éventuellement de choisir entre deux dépenses importantes.

Enfin, vous éviterez sûrement bien des dépenses irréfléchies que vous regretterez plus tard.

Vous devez être conscient que le marketing subliminal – sans vouloir vous déresponsabiliser – est devenu extrêmement pernicieux et influence inconsciemment beaucoup de nos choix de consommation.

Bref, plus vous saurez qui vous êtes et ce que vous voulez dans cette vie, moins on vous passera un sapin!*

 

Cesser de souffrir financièrement est possible

Cesser de souffrir financièrement est réalisable. Mais par étape.

Par contre, certains espèrent gagner le million pour y arriver, d’un coup!

Pourtant, c’est peu probable que cela se produise.

Et comme disait un ami: la souffrance, c’est optionnel!

Alors que choisissez-vous: la souffrance financière ou le bonheur financier?

 

Marc Blais, Auteur et Coach en Bonheur Financier

*Se faire passer un sapin au Québec signifie se faire avoir…

Droit d’auteur photo: 123RF

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

Le plaisir de mieux consommer… Et d’être heureux!

Vous saviez que mieux consommer et économiser à chaque occasion possible est un jeu pour les millionnaires?

En effet, les gens riches prennent beaucoup de plaisir à payer le moins cher possible tout ce qu’ils achètent.

C’est peut-être pour ça qu’on dit d’eux qu’ils sont gratteux ou Picsou.

Mais en réalité, c’est une qualité qui leur permet de rester à l’aise financièrement. Car après quelques décennies dans le domaine financier, je peux vous dire que personne ne peut se permettre de dépenser sans compter!

Le plaisir de mieux consommer

À première vue, il n’y a que des contraintes à bien gérer ses dépenses et à chercher à économiser dans toutes nos décisions de consommation.

Il y a quelques années de cela, je croyais que d’avoir à se préoccuper constamment de chercher les bons prix était se rendre la vie vraiment misérable.

Mais j’ai enfin réussi à me convaincre du contraire et à vivre plus heureux tout en gérant mieux mon argent. Comme le font la plupart des millionnaires, qui recherchent constamment à satisfaire leurs vrais besoins au meilleur prix!

Disons que vous êtes un acheteur un peu impulsif ou compulsif et que vous voulez acheter un produit X. Vous pourriez considérer la poursuite vers cet achat important, plus ou moins comme une conquête…

Et l’émotion aidant, avec détermination, vous avez décidé que vous l’auriez cet objet et vous l’aurez!

Bien que vous ne sachiez pas encore comment vous allez faire pour le payer, vous le voulez vraiment ce produit!  De plus, il est dispendieux. En fait, il est bien trop dispendieux pour vos moyens actuels! Et c’est pour ça que vous le voulez tant, vous savez que vous n’aurez pas plus les moyens plus tard, car vous dépensez sans compter… Et que cet objet, il ne fait pas partie de vos dépenses prioritaires.

Alors que si vous vous calmiez et que vous continuiez vos recherches patiemment, vous pourriez rencontrer l’occasion qui vous attend.

Vous vous demandez d’abord comment et où le trouver cet objet pour moins cher.

En plus, vous ne cessez de vous imaginer avec ce magnifique veston, ce bijou de marque, ce sac à main de renommée, cette voiture…

Vous attendez donc une occasion, votre occasion. Vous attendez, par exemple, que vienne la basse saison si c’est un produit saisonnier. Ou le Boxing Day. Ou bien les offres de produits usagés.

Et là, « Boum! », ça y est. Vous l’avez!

Et en plus, vous l’avez obtenu à votre prix!

N’est-ce pas réconfortant de savoir que votre longue attente a été si bien récompensée?

Un achat compulsif est toujours le plus coûteux

Attendre et évaluer les autres possibilités plutôt que d’acheter compulsivement est presque toujours la meilleure chose à faire.

Cela vous donne le temps de mieux raisonner votre achat.

Et en y réfléchissant bien, vous vous dites quelques fois que ce produit est très bien, mais que va-t-il m’apporter que je n’aie pas déjà? Puis si j’ai vraiment besoin de ce type de produit, y aurait-il un substitut moins dispendieux qui me conviendrait? Et il y en a toujours!

Il y a toujours une solution à un faux besoin ou à un besoin secondaire.

Sans compter qu’à force d’y regarder de plus près, souvent on se rend compte par nous-mêmes que notre désir n’était pas si important. Et que le besoin n’y était pas vraiment, non plus.

Alors, si vous laissez tomber, la magie s’opère!

Ce qui m’arrive souvent, c’est que je me rends compte de tout ce que je pourrais faire avec cette même somme d’argent.

Et je réalise soudainement que j’étais en train de me laisser emporter par un faux désir et non par un besoin réel.

  Le pire, c’est quand ce désir ne vient pas de moi...

Mais plutôt d’une image que je veux donner… de moi!

Pour vivre plus heureux

D’où l’importance de se poser des questions comme :

  • Pourquoi est-ce que je veux ce produit?
  • Est-ce vraiment utile?
  • Ce produit est pour moi ou pour impressionner les autres?
  • Est-ce que je possède déjà un produit similaire?
  • Et si j’y pensais une journée de plus?

La vraie déception, c’est lorsque j’achète un produit qui est en fait un désir et que je me rends compte trop tard que mes besoins prioritaires ne sont pas encore tous comblés.

C’est un apprentissage.

Cela ne m’arrive presque plus maintenant. C’est pourquoi je continue à jouer à économiser, car mieux consommer m’apprend tous les jours sur moi-même. Et je continue de m’améliorer.

Et vous, ça vous dit de jouer à mieux consommer?

Marc Blais

Votre coach financier