Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Économiser facilement Votre relation à l'argent

Pour éviter les mauvaises dettes et ne plus recommencer!

Les mauvaises dettes, c’est quoi ça?

Les mauvaises dettes sont les dettes qui ont été engagées pour une dépense courante comme un repas au restaurant, les vêtements ou un voyage.

Une mauvaise dette peut aussi avoir servi à financer l’achat d’un bien qui perdra de la valeur, comme une automobile ou une table de cuisine.

On retrouve les mauvaises dettes sous la forme de cartes de crédit ou de prêts personnels. En général, leur taux d’intérêt est assez élevé.

Quand on décide de reprendre sa vie financière en main, les mauvaises dettes sont les dettes qu’il faut rembourser en priorité!

Il y a un bon côté aux mauvaises dettes

Peut-être que le simple fait de penser à vos mauvaises dettes vous fait déjà frémir. Soit que vous n’êtes pas fier…

Soit que vous n’aviez pas le choix. Et qu’à ce moment, c’était une façon de survivre…

Ça m’est arrivé, moi aussi. Donc, loin de moi l’idée de vous rappeler de si mauvais souvenirs et de ressasser inutilement des erreurs du passé.

En revanche, les mauvaises expériences sont quelques fois utiles!

Aussi, servez-vous de cette émotion pour avancer, pour changer quelque chose de votre vie! Je dirais même que, si vous le pouvez, rappelez-vous en toute votre vie!

Ainsi la mauvaise expérience de vos mauvaises dettes vous servira et vous aidera… à ne pas recommencer!

Comment tourner une erreur financière en apprentissage de vie?

Si vous êtes actuellement dans cette situation malheureuse, c’est peut-être que vous avez, tout comme moi avant, une certaine difficulté à bien dépenser votre argent.

Vous devrez donc apprendre à mieux consommer afin de rembourser vos mauvaises dettes. Et en apprenant, vous allez éviter de vous embourber à nouveau!

Aussi, lors de chaque paiement de cette mauvaise dette, posez-vous la question : qu’est-ce que j’aurais pu faire de plus agréable avec cet argent?

Et — tout comme moi — vous aurez un petit pincement au cœur et vous vous direz que cette foutue dette vous empêche de vous payer les petits plaisirs de la vie auxquels vous avez droit.

Dans mon cas, mes mauvaises dettes n’ont jamais atteint un niveau extrême si je les comparais à mes revenus. Aussi, tout ce que j’avais à faire en général, c’était de réduire mes dépenses pendant un ou deux mois. Le temps de reprendre le dessus.

Et je réussissais à rembourser tranquillement et surement ma carte de crédit.

Jusqu’au jour…

 

Comment j’ai éliminé mes mauvaises dettes

Jusqu’au jour où le montant de mes mauvaises dettes a atteint un niveau vraiment élevé suite à un mauvais concours de circonstances.

Ce n’était pas de ma faute!

J’avais eu des dépenses imprévues, un changement de carrière, des vacances plus chères qu’à l’habitude (elles avaient été planifiées, donc je ne les avais pas annulées!), des bris d’auto, les rénovations de ma maison qu’il fallait bien faire un jour…

Bref, on dirait que tout était arrivé en même temps!

Et là, ça explosait!

Je n’ai compris que bien plus tard que mon impulsivité était la cause de ce fardeau financier. 

Ce n’était vraiment pas le fruit du hasard!

Les 14 longs mois qui m’ont été nécessaires pour reprendre le contrôle de ma vie financière m’ont permis de travailler sur moi-même.

Et de finalement retrouver le Bonheur Financier!

Cela n’a pas été facile… Mais je suis bien plus heureux maintenant qu’à l’époque où je dépensais sans compter. 

Je sais que vous y arriverez à votre façon en changeant ce qui doit être changé dans votre façon de dépenser votre argent.

Et en vous adaptant à dépenser moins pour un certain temps, afin de finir par rembourser ces foutues mauvaises dettes. D’Ailleurs, je vous propose un plan pour aller de l’avant!

Aujourd’hui, je vis bien avec mon argent. Je dépense en fonction de qui je suis. Je ne dépense plus pour plaire ou pour bien paraître!

Bref, maintenant, je vis et j’enseigne le Bonheur Financier! 

Marc Blais CPA, CGA

En passant, j’offre le coaching Bonheur Financier en privé. Écrivez-moi!

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

Ai-je le droit d’être malheureux à cause de l’argent?

Tout le monde a le droit d’être malheureux! Pourquoi cette question?

C’est que la vie de tous les jours nous semble parfois difficile… Et que les défis se présentent constamment à nous et parfois, nous brusquent.

Mais ne vaut-il pas mieux croire que la vie nous donne tout ce dont nous avons besoin?

Ce serait bien mieux!

Mais…

Mais tout n’est pas toujours parfait. Et nous devons quelques fois gratter un peu pour arriver à voir l’aspect de bien dans le mal que nous vivons.

Trouver le bon côté d’un échec n’est pas toujours évident, surtout à court terme!

Accepter le bien et le mal, admettre que tous deux sont utiles, qu’on ne peut passer d’un bonheur à un autre bonheur sans subir quelques contrariétés, voilà qui est laborieux.

Une bonne nouvelle, c’est un médicament formidable, une mauvaise nouvelle, un coup de couteau, une blessure, peut-être aussi la fin, la mort.

Claude Lelouch, Le dictionnaire de ma vie

Comme dirait François LemayIt’s a process !

Dans son livre Tout est toujours parfait, il nous convainc que tout ce que nous vivons — le bon comme le mauvais — arrive car chaque évènement a quelque chose à nous apprendre.

Mais en attendant d’assimiler la subtilité de son concept et de comprendre pourquoi il faut quelques fois souffrir pour apprendre, j’aimerais pouvoir vous convaincre que notre vie matérielle n’a jamais été aussi facile!

Vraiment?

 

Notre vie de tous les jours n’a jamais été aussi facile!

Quand on regarde un peu en arrière, on comprend bien que l’effort physique qui devait être déployé par nos ancêtres, pour survivre, n’existe à peu près plus sur les continents américains et européens.

En effet, les travaux manuels hyper épuisants ont pratiquement disparu. Et on se retrouve aujourd’hui avec la possibilité de gagner sa vie sans la perdre. Physiquement du moins!

De plus, le nombre d’accidents au travail a diminué drastiquement depuis les dernières décennies.

Bref, notre vie de tous les jours n’a jamais été aussi facile!

Vous avez certainement tous regardé de vieux films qui montrent le mode de vie difficile de nos ancêtres…

Tous les appareils électroménagers qui se sont ajoutés au cours des derniers cinquante ans ont grandement facilité notre vie de tous les jours.

 

La vérité, c’est que nous dépensons trop!

Nos revenus ont aussi beaucoup augmenté depuis cinquante ans.

Et on peut malheureusement en dire autant de nos dépenses!

C’est là le cœur du problème : nos revenus ont augmenté et nos dépenses ont suivi!

Dans la tête de plusieurs, c’est comme s’il fallait tout dépenser notre argent pour être heureux!

Heureusement, il y a ceux qui (comme moi!) ont graduellement compris que dépenser ne rend pas si heureux. Certains ont donc adopté le minimaliste.  En effet, la vie peut-être si simple et agréable sans que l’on ait à tout acheter ce que l’on nous offre!

Mais pour plusieurs d’entre nous, l’argent c’est aussitôt reçu, aussitôt dépensé! Et même que certains mois, nous dépensons plus que nous recevons…

Quel paradoxe de voir que ce qui nous rend malheureux et tristes, c’est le stress financier et le malêtre que l’on vit, souvent en permanence.

C’est d’ailleurs ce qui nous fait croire que la vie est vraiment difficile! Puisque plusieurs études démontrent que le stress est causé en grande partie par le stress financier.

 

C’est la faute à l’argent!

Se révolter contre l’argent ne donnera rien!

Se répéter plusieurs fois par jour:  maudit argent ne changera rien à votre vie, à votre détresse.

Pas plus que de tenter de se convaincre que de se foutre de l’argent vous aidera à améliorer votre réalité et votre plaisir de vivre.

Alors, que faire sinon comprendre la chance que l’on a…

 

Mieux comprendre la chance que l’on a

Ce qu’il faut, c’est mieux comprendre la chance que l’on a!

Quelle chance?

Je vous explique ça en quelques chiffres seulement!

Statistiquement, les pays riches d’Europe, le Canada, les États-Unis, l’Australie et le Japon représentent moins d’un milliard de personnes. Arrondissons et disons que cela représente 10 % de la population mondiale.

Et vous faites partie de ce 10%!

Et maintenant, si je vous disais que puisque vous faites partie de la grande classe moyenne:

vous faites partie des 5 % des gens les plus riches du monde!

Oui, vous êtes bien plus riche que vous ne le pensez! Puisque vous avez plus de ressources financières que 95 % des habitants de notre planète!

Ce n’est pas rien ça!

Oui, oui, je sais. L’envie de vous comparer avec plus riche que vous ne manque pas…

C’est humain! On ne manque jamais de se comparer avec un plus riche, un plus beau, un plus instruit, un plus chanceux que nous!!

Mais on n’a pas le droit d’être malheureux pour ça!

Tu n’as pas le droit d’être malheureux, car tu as déjà plus. Tu as déjà plus que la majorité des gens qui t’entourent mais tu en veux encore plus!

Des études en psychologie décrites dans le livre de Sonja Lyubomirsky ont d’ailleurs montré nos faiblesses comportementales en ce qui concerne l’argent. Imaginez-vous que si on nous donne le choix entre gagner plus d’argent que la moyenne nationale ou de gagner plus que notre entourage immédiat, on préfèrera gagner plus que nos semblables!

C’est ridicule! Mais, c’est humain…

 

Je n’ai pas le droit d’être malheureux!

Vous comprenez maintenant que se plaindre tous les jours lorsqu’on fait partie du premier 5 % de la population, c’est se plaindre le ventre plein!

En choisissant le titre mon article: Et si on n’avait pas le droit d’être malheureux, je n’ai pas voulu vous choquer, bien au contraire!

Toutefois, mon but était de vous faire prendre conscience de l’importance d’apprécier ce que l’on a plutôt que de focaliser sur ce qui nous manque dans notre vie. C’est d’ailleurs tout simplement ce qui vous rendra vraiment heureux!

Alors… si vous croyez (comme moi, et Einstein!), que quand quelque chose ne va pas, il faut changer quelque chose dans notre vie, alors changez-le!

Êtes-vous prêt à relever ce défi?

Au plaisir,

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Être soi dans la vie Le défi d'être soi Votre relation à l'argent

Comment être plus heureux? Les 6 clés du hygge!

Comment être plus heureux?

Ce serait si agréable si on pouvait y arriver sans rien changer!

Mais, apparemment, on y arrivera en modifiant quelque peu notre façon de voir la vie. Car comme disait Einstein, pour arriver à un résultat différent, il faut changer quelque chose!

Selon mon expérience, une des meilleures façons de réussir sa vie est d’améliorer constamment quelque chose de sa vie.

Quoi?

Cela dépend de ce qui nous arrive… Car la vie se charge toujours de nous montrer ce qui ne va pas! C’est souvent un signe de là où il faudrait regarder un peu plus.

Personnellement, quand j’identifie une faiblesse en moi, je tente de la surmonter en appliquant cette approche ultra simple: je regarde ce que font ceux qui réussissent là où j’échoue!

Et c’est dans cet esprit que j’ai découvert un mode de vie authentique qui vient du Danemark, le hygge (prononcer « hooga »).

Le Danemark est ce petit pays du nord de l’Europe qui remporte régulièrement le titre du pays où les gens sont les plus heureux au monde!

Comment être plus heureux, n’est-ce pas ce que l’on veut tous?

Et réussir sa vie, n’est-ce pas tout simplement d’être heureux?

 

Comment être plus heureux grâce au hygge?

Vous verrez ici les 6 clés du hygge. Ces clés vous aideront à mieux profiter des bons côtés de la vie. En bonus, vous découvrirez que ce mode de vie est très accessible financièrement!

De plus, il faut avouer qu’une philosophie de vie plus humaine améliorerait grandement notre vie sociale si déficiente en Amérique…

 

Les 6 clés du hygge

Donc, voici en quelques mots comment être plus heureux en intégrant le hygge à votre vie.

  • Lors des rencontres amicales et familiales, vous mettrez vos frustrations de la journée de côté. Et vous apprécierez ce que chacune des personnes du groupe a à vous apporter. (Pas facile mais ça peut marcher!).
  • Comme il faut éviter de juger les autres et leurs idées, vous ne serez pas jugé et critiqué en retour! (Vous ferez une bonne affaire, j’en suis sûr!).
  • Les repas se préparent et se partagent en gang et tout le monde contribue le plus également possible au résultat final; une bonne bouffe de type familiale!
  • Le groupe (familial ou amical) constitue une cellule de protection ou tout le monde est libre de s’exprimer sans jugement. Sans critique. Et sans comparaison sociale ou compétition…
  • Cette philosophie aide à survivre aux longs mois d’hiver. Une couverture de laine douce, une bougie (essentiel à la culture danoise), un chocolat chaud ou un thé parfumé… Vous voyez le genre cocooning?
  • En été, c’est un peu la même philosophie. Un BBQ entre amis, des lumières joyeuses dans la cour arrière et un abri pour se protéger du froid en fin de soirée.

Bref, une vie tranquille dans le respect des opinions des autres et… des siennes!

 

Comment intégrer le bonheur dans notre vie

En raison des médias omniprésents et de la nature humaine en général, nous sommes définitivement trop axées sur les aspects négatifs de nos vies.

Et c’est pourquoi on ne voit pas suffisamment tout le positif qui nous entoure.

Pour moi, le défi d’intégrer le bonheur (ou le hygge) dans notre vie est justement dans la capacité de chacun à pratiquer le positivisme.

Par exemple, on peut apprendre à remercier plus souvent pour tout le beau et le bien que l’on vit à chaque instant de notre vie.

 

Comment intégrer le bonheur au travail

Aussi, il faut savoir que les Danois ont même appliqué leur philosophie en contexte de travail. En fait, ils ne travaillent pas plus de 32 heures par semaine tout en tentant de quitter le bureau avant 17h!

Ailleurs dans le monde, certaines entreprises ont commencé à intégrer cette notion d’équilibre entre le travail et la vie personnelle. Cette philosophie qui consiste à croire que l’on devrait travailler moins pour passer plus de temps avec sa famille gagne du terrain.

Et quelques leaders inspirants sont récemment passés de la parole à l’acte en interdisant de travailler plus que les heures permises. Du coup, l’efficacité a augmenté. Pour le bénéfice de tous!

 

Le bonheur est dans les petites choses

Ce que j’aime le plus du hygge, c’est que cette philosophie vise à chercher le bonheur dans les petites choses de la vie. Et non dans la consommation exagérée!

Aussi, le bonheur, après le retour au travail lors d’une journée froide, peut tout simplement se trouver dans un bon bain chaud avec une coupe de votre vin préféré! On voit bien que le hygge est accessible à tous…

Car dans le fond, le hygge, pour les danois, c’est un havre de paix temporaire. C’est une réunion paisible avant d’affronter, de nouveau le lendemain, les défis de la vie normale…

De plus, une des conséquences de vivre ce mode de vie réparateur, c’est de pouvoir apprécier ce que l’on a. Mais sans envier ceux qui en ont plus que nous.

Un beau défi!

En somme, le but du hygge (ou de toute philosophie de vie qu’il vous conviendra d’adopter) est de créer des interactions équilibrées qui se concentreront sur le plaisir de profiter du moment présent.

Aussi, on profitera ensemble d’une bonne bouffe. Et de la bonne compagnie de gens avec qui nous tenterons d’avoir que des échanges constructifs… 

 

Comment être plus heureux, sans gagner plus d’argent?

Quand on est satisfait de ce que l’on a, on ne peut qu’être heureux!

Nous avons souvent l’impression que notre qualité de vie dépend de l’argent que nous n’avons pas!

En revanche, vous savez maintenant que vous pouvez changer ce qui ne va pas. Vous pouvez immédiatement adopter une nouvelle façon de penser et un mode de vie différent qui vous rendront plus heureux.

Au fait, des études démontrent maintenant qu’on peut développer nos gènes heureux!

Sur la base de ce que nous savons de la plasticité du cerveau, on peut considérer que le bonheur et la compassion comme étant des compétences qui ne sont pas différentes de l’apprentissage d’un instrument de musique ou d’un sport de haut niveau. Il est possible d’entraîner nos cerveaux à être heureux.

Richard Davidson, neuroscientifique.

Hum… Ça vous tente d’essayer?

Enfin, pour en apprendre plus sur comment être plus heureux, je vous invite à consulter mon article qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?.

Une vie plus heureuse vous attend, j’en suis convaincu!

Marc Blais