fbpx

Devrait-on parler d’argent avec ses enfants?

Comme parents, nous voulons offrir le meilleur à nos enfants.

Mais comment faire quand c’est impossible financièrement?

Et surtout comment aborder le sujet de l’argent et se déculpabiliser d’en manquer?

 

La famille et le manque d’argent…

La réponse que nous faisons le plus souvent à nos enfants est: je n’ai pas d’argent! Cette réponse a, bien sûr, le mérite de mettre fin à la discussion et au harcèlement de notre enfant… Mais est-ce vraiment la bonne réponse à faire?

D’un point de vue éducatif, on aimerait pouvoir faire mieux. On aimerait tellement qu’ils ne vivent pas les doutes, les risques, la souffrance que nous avons vécue!

Et d’un point de vue personnel, on aimerait tant ne jamais avoir à leur dire: non!

C’est que lorsque nous manquons d’argent, plusieurs occasions que nous ne voulons pas manquer nous touchent fortement comme parents. Il y les fêtes commerciales, où la pression sociale est à son comble!  Il y a les vacances estivales, les anniversaires de nos enfants, les camps d’été… Sans parler des nécessités de la vie! 

Au fait, qu’est-ce qui est nécessaire?

Mais qu’est-ce qu’offrir le meilleur à nos enfants?

 

Quoi faire si vous manquez d’argent pour vos enfants?

« Pour le monde, vous pouvez être une personne parmi tant d’autres, mais pour une de ces personnes vous représentez le monde. »

Dr Seuss

Comme parents, vous savez déjà ce que c’est que de manquer d’argent pour vos enfants.

Il y a le fait de manquer du nécessaire, c’est-à-dire de la nourriture, de vêtements chauds et de chauffage à la maison. C’est très culpabilisant pour tous les parents.

Et il y a aussi quand on manque d’argent pour faire plaisir à ses enfants.

J’aimerais maintenant vous faire réfléchir sur tout ce dont on rêve pour nos enfants…

 

La famille et l’argent: le rêve des parents

Lorsque mes enfants étaient jeunes, je voulais tout leur offrir!

Je rêvais des plus belles vacances possible pour eux… Comme, par exemple, des vacances à Disney. Et si je n’y arrivais pas, je n’étais pas fier de moi. J’avais l’impression d’avoir échoué dans mon rôle de parent, de pourvoyeur…

C’est que comme parents, on rêve souvent d’offrir à nos enfants ce qu’on n’a pas eu…

Mais est-ce vraiment ça être un bon parent?

J’ai remarqué que les bons parents veulent que leurs enfants aient plus qu’eux. Les bons parents aiment que leurs enfants réussissent mieux qu’eux, qu’ils fassent aussi des choses qu’ils n’ont pas faites…

Car ce qu’on désire au fond, c’est que notre enfant devienne – d’une façon qui sera la sienne – bien meilleur que nous!

Et ça, c’est merveilleux comme valeur familiale! C’est extraordinaire de participer à élever son enfant au-dessus de nous, de lui montrer ce dont il est capable…

Beaucoup plus tard, je me suis rendu compte que ce que je ne pouvais pas offrir à mes enfants ne pénalisait que moi.

Quand il y avait quelque chose que je ne pouvais pas leur offrir matériellement, c’était moi qui en souffrais le plus, moi seul! Car généralement, eux, mes enfants, ne savaient même pas ce que je voulais tant leur offrir… En conséquence, ça ne pouvait pas leur manquer!

 

Ce que nos enfants penseront de nous plus tard!

Je n’ai encore jamais rencontré personne qui se soit plaint que ses parents étaient de mauvais parents parce qu’ils étaient pauvres!

Tout comme vous, j’ai souvent entendu: chez moi, il n’y avait pas d’argent ou bien on était pauvre.

Mais aucun adulte de mon entourage ne s’est jamais plaint que ses parents étaient des incapables parce qu’ils ne parvenaient pas à tout acheter ce que les magasins essayaient de nous vendre!

J’ai toutefois souvent été témoin de critiques envers des parents qui avaient manqué d’amour et de compréhension et de tendresse pour leurs enfants. Ou, des parents qui avaient critiqué leurs enfants injustement…

Aussi, s’il n’y avait pas d’argent dans la famille, cela pouvait être parfois difficile à vivre, mais l’enfant devenu adulte avait apparemment très bien compris avec le temps que ses parents avaient fait de leur mieux.

Mais le manque d’amour, lui n’a pas été accepté!

Ce qui veut dire qu’un bon parent saura compenser le manque d’argent par l’amour qu’il donne à son enfant!

L’amour c’est gratuit!

Et aussi qui se plaindra d’en recevoir trop?

Soyez donc généreux!

 

Pourquoi parler d’argent avec ses enfants?

Vous ne gagnerez jamais le respect de vos enfants en leur achetant tout. Vous allez vous ruiner, mais ils ne vous aimeront pas plus!

Prenez plutôt le temps de discuter avec eux même si vous les croyez trop jeunes pour comprendre. Et expliquez-leur vos conditions, vos limites financières. Il n’y a pas de honte à ça.

Parler d’argent avec ses enfants ouvrira la porte à de meilleurs rapports avec eux. Ils vous apprendront des choses sur vous. Eh oui, les enfants font ça!

Et vous leur apprendrez à réfléchir sur leurs priorités…

Si ça se trouve, votre discussion sera un déclencheur pour votre enfant qui sera motivé à mieux gagner sa vie plus tard. Et à mieux dépenser. À mieux gérer sa vie financière. N’est-ce pas ce que vous voulez: un enfant qui fera éventuellement mieux que vous?

Aussi;

 Lorsque vos jeunes enfants vous font des critiques ou lorsqu’ils font des comparaisons avec leurs amis dont les parents sont plus fortunés (ou plus dépensiers que vous!), saisissez donc l’occasion pour leur enseigner certains mystères de la vie financière.

J’ai un dernier truc: montrez-lui le contenu de votre portemonnaie. Ma mère faisait ça avec moi… Et ma compréhension était immédiate!

Vous pourriez terminer votre petite discussion en leur disant quelque chose comme: mon fils / ma fille, je te souhaite vraiment de gagner beaucoup plus d’argent que moi et d’en profiter! 

 

6 bonnes raisons de parler d’argent avec ses enfants

Dans mes recherches, j’ai retracé une statistique qui confirme mes doutes. Apparemment, seulement 25% des parents ont développé cette habitude de parler d’argent avec ses enfants.

Pourtant, les enfants sont, dès leur plus jeune âge, plongés dans un univers de consommation. Malgré cela, l’argent compte encore parmi les sujets tabous auprès des parents. Pour casser la glace, vaut mieux aborder le sujet plus tôt que tard.

Imaginez que vos enfants soient ceux qui vous poussent en avant!

Imaginez un instant qu’en leur enseignant, vous appreniez sur vous-même et sur l’argent…

Quel plaisir ce serait de parler d’argent avec ses enfants…

  1. Vous pourriez clarifier le vocabulaire financier de base. C’est si nécessaire de comprendre entre 20 et 30 termes financiers pour faire face à son banquier et comprendre les nouvelles économiques.
  2. Éliminer ce grand tabou inutile qu’est l’argent!
  3. Assainir votre relation à l’argent. Et ça je vous le dis; on en a tous besoin. Vous pouvez consulter mes articles et découvrir les multiples facettes que prend l’argent pour nous exprimer nos pistes d’amélioration personnelles.
  4. Enseigner à ses enfants que l’argent vient de notre travail, de nos efforts et de nos rendements sur nos économies. Que personne ne peut dépenser sans compter: même pas un millionnaire!
  5. Faire découvrir la nuance entre l’argent qu’on possède et l’argent qu’on emprunte. Et leur faire comprendre qu’il faut éviter à tout prix un certain type d’endettement.
  6. Faire réfléchir son enfant sur ses buts à court terme et lui enseigner qu’il aura aussi des attentes à long terme. Et lui montrer le plaisir d’économiser pour soi, pour se réaliser dans un an, 5 ans, 10 ans…
  7. La plus importante raison de parler d’argent à ses enfants est ce que vous apprendrez en leur enseignant à faire mieux que vous avec vos finances personnelles.

 

***

Plusieurs années plus tard…

Un jour, vous vous direz sûrement que vous auriez dû faire plus, leur inculquer les notions de l’argent bien avant… Mais avoir des enfants n’est pas une science parfaite et le temps (pas seulement l’argent) nous manque pour agir parfaitement.

Agir, parler d’argent avec ses enfants du mieux qu’on peut, ça on peut le faire!

Aujourd’hui, mes enfants sont toutes les deux dans la vingtaine…

Je rêve de les emmener de nouveau à Disney. Mais je garde ce rêve secret, juste pour moi.

De peur de me décevoir!

 

Je vous invite à partager cet article avec ceux que vous aimez…

Marc Blais