fbpx

Pourquoi l’éducation financière ne suffit pas?

On dit souvent que le manque d’éducation financière est la cause de bien des attitudes financières néfastes, du surendettement et des problèmes d’argent en général.

Je ne nie pas que l’éducation financière soit nécessaire. En revanche, je me questionne à savoir si le manque d’éducation financière est vraiment la cause principale des problèmes d’argent de plus en plus d’individus.

Pour moi, l’éducation financière n’est pas la seule solution à l’endettement personnel.

 

Pourquoi l’éducation financière ne suffit pas?

Y aurait-il un lien entre nos actions et notre passé ?

Qu’est-ce que je veux dire par là?

Dans mon livre, je parle de nos valeurs et de nos croyances comme suit:

Pourquoi avons-nous la perception de la vie que nous avons?

Depuis notre naissance, nous avons accepté la plupart des valeurs de notre famille, de nos amis et de la société. Nous les avons acceptés comme étant vrais, sans même les vérifier.

De plus, nous avons créé notre propre système de pensées, de valeurs personnelles et de croyances. Celles-là ont été créées à partir des expériences personnelles que nous avons vécues tout au long de notre vie.

Nous avons donc acheté ces valeurs et nous vivons avec. Jusqu’au jour où elles ne feront plus notre affaire… Jusqu’au jour où elles ne nous conviendront plus pour avancer convenablement dans notre vie.

Et alors, quand une situation ne me convient plus, je dois changer!

 

Changer ce qui doit être changé!

Vous allez voir pourquoi l’éducation financière ne suffit pas toujours à retrouver le bonheur financier…

Pour Zarah Issany, coach et formatrice:

« Les croyances, les attentes, les besoins non satisfaits sont des freins à notre bonheur.

Pour éviter de perpétuer et de faire arriver ce que l’on ne veut pas, on doit apprendre à connaître nos automatismes, notre fonctionnement par rapport à l’argent.

Saviez-vous que nous avons cinq blessures qui nous empêchent d’être nous-mêmes : le rejet, l’injustice, l’abandon, la trahison et l’humiliation.

Chacune de ces blessures a son mécanisme de défense. Lorsqu’elle est activée, la personne n’est plus elle-même.

Voici un exemple ; une femme entrepreneure veut avoir un poste de cadre, mais elle se dénigre et se rejette car elle pense qu’elle ne le mérite pas. Elle n’applique donc jamais sur le poste de cadre. Qui a dit qu’elle n’a pas le droit à ce poste ? Personne, c’est elle qui s’autosabote. Ce n’est pas un cas isolé, sois-en certain, je les vois tous les jours dans mon travail de coaching. 

Les mêmes genres de mécanismes inconscients se produisent aussi avec l’argent.

Et plusieurs techniques utiles et sans douleur se répandent et sont maintenant disponibles comme le coaching financier, l’EFT l’hypnose, la PNL, etc. »

 

Les blessures émotionnelles

Une autre raison qui peut explique pourquoi l’éducation financière ne suffit pas, ce sont nos blessures émotionnelles!

Quand une action est en lien avec des blessures émotionnelles, c’est l’inconscient qui l’emportera. Ce qui veut dire que nous n’avons pas le contrôle !

Et parmi les exemples de croyances limitantes, on retrouve le manque d’argent dans la famille.

Cette situation peut, par exemple, faire en sorte que le manager ne veuille pas devenir plus riche que ses parents. Aussi, un dirigeant d’entreprise peut se permettre d’avoir de beaux vêtements et un style de vie élevé, mais il ne se permettra pas d’accumuler un patrimoine personnel important !

Il y a aussi des enfants qui décident qu’ils ne ressembleront pas à leurs parents. Or, si ceux-ci sont riches, l’enfant tentera de ne pas l’être, pour ne pas leur ressembler.

 

Le paradoxe de l’argent

Mais aussi, il y a un paradoxe avec les croyances sur l’argent, que me relate Zarah :

Souvent si l’enfant a jugé ses parents dans leur relation à l’argent, le problème, le paradoxe est que plus l’enfant fait tout pour ne pas les ressembler, plus il devient comme eux !

Aussi, l’important c’est comprendre que les croyances achetées des parents nous accompagnent toute notre vie à moins de les déconstruire.

J’ai souvent vu un gestionnaire ou un entrepreneur qui travaille tellement fort pour l’entreprise que lorsqu’il arrive à la maison, il lâche la prise de décision.

Et c’est là que le bas blesse si la personne qui prend les décisions n’a pas des connaissances financières ou s’il a des croyances qui l’empêchent de prendre les meilleures décisions.

 

Pourquoi l’éducation financière ne fonctionne pas pour tout le monde?

En fait, l’éducation financière enseignée dans nos écoles est vraiment un plus pour nos jeunes. Et il est clair que plus de formation en ce sens ne pourrait qu’aider à éviter à soulager le stress financier.

Toutefois, certains chercheurs ont démontré que l’apprentissage théorique a peu d’effet pour changer des comportements de consommation et autres habitudes financières.

« Our meta-analysis revealed that financial education interventions studied explained only about 0.1 percent of the variance in the financial behaviors studied, » the authors concluded.

Selon cette étude, les cours théoriques d’éducation financière auraient un impact très limité sur le changement de comportement financier.

Mais pourquoi l’éducation financière ne fonctionne pas suffisamment?

Il y a lieu de se poser la question!

Car certaines études américaines n’ont démontré aucune corrélation entre l’éducation financière et le niveau de littératie financière chez les étudiants de high school.

D’ailleurs, comment expliquer tous ces cordonniers mal chaussés de la finance?

Alors pourquoi l’éducation financière ne suffit pas à enrayer l’absence de raisonnement financier approprié?

 

Pourquoi est-il devenu si difficile de faire des choix financiers justes et éclairés?

Je crois que la psychologie (nos blocages face à l’argent, nos croyances et expériences de vie, etc.) affecte sérieusement la logique de nos choix financiers.

La vérité, c’est que nous ne sommes pas rationnels!

Je n’invente pas cette réponse, malheureusement! C’est le prix Nobel d’économie 2017 Richard Thaler qui a été parmi les premiers à parler d’économie comportementale.

Selon Thaler, la plupart des consommateurs, loin d’agir comme le voudraient les théories économiques basées sur la logique, adoptent souvent des comportements contraires à leur intérêt.

L’autre raison est la complexité du système financier. Et là, je fais référence autant aux termes utilisés dans le marketing des institutions financières, à la structure de frais qu’à la description trop technique des produits financiers.

 

Les 7 sphères de la réussite

Depuis une quinzaine d’années, j’applique le principe des 7 sphères de la réussite. (Il y en a peut-être plus de sept, à vous de voir !)

Pour moi, les sept piliers de la réussite sont :

La santé physique, la santé émotionnelle (être heureux, aimer, se sentir aimé), la réalisation de soi par le travail, le bénévolat, le développement de sa spiritualité et la réussite financière sont tous des aspects importants de notre vie!

S’il vous manque un de ces aspects, vous êtes en déséquilibre! Et vous devriez travailler pour le retrouver.

Car autrement ce serait comme s’il vous manquait un muscle important dans une jambe ou un bras.

Ce serait tout de même possible d’avancer, mais ce serait bien plus difficile!

Tout est question d’équilibre !

Et le terme réussite financière est personnel à chacun de nous.

Réussir financièrement ne veut pas nécessairement dire devenir multi millionnaire. Mais plutôt de savoir comment utiliser l’argent que l’on gagne et qu’on accumule pour atteindre ses buts à court terme et à long terme, pour réaliser son plan de vie.

Marc Blais