Catégories
Des livres pour être soi Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Les livres du Bonheur Financier Top 10 Votre relation à l'argent

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Qu'est-ce qui nous rend vraiment heureux?Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Le livre de Sonja Lyubomirsky

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?, c’est le titre du livre de Sonja Lyubomirsky, cette psychologue américaine d’origine russe qui a étudié la question pendant 20 ans.

Eh oui, 20 ans!

Serait-ce la preuve que ce qui nous rend vraiment heureux est un état qui n’est pas plus simple à comprendre qu’à vivre?

Selon moi, il nous faut apprendre à nous réjouir de notre vie présente plutôt que de rêver inutilement à une vie impossible ou à nous comparer aux autres.

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Dans son livre, Sonja Lyubomirsky nous motive, études à l’appui, à effectuer quelques changements dans nos vies.

1 Dépenser son argent en expériences plutôt qu’en possessions

D’abord, dit-elle, l’argent que l’on dépense pour une expérience, comme une sortie ou un voyage, nous rendra bien plus heureux que l’acquisition de biens matériels (pensez laveuse-sécheuse!). Et en plus, le plaisir subsistera plus longtemps!

Sonja Lyubomirsky nous explique de façon très convaincante qu’il est possible d’être plus heureux en consommant moins.

Il suffit de dépenser son argent en expériences plutôt qu’en possessions. Une promenade en famille apporte plus de satisfaction qu’une télévision grand écran dernier cri.

2 « Je serai heureux quand j’aurai payé mon hypothèque… »

Ensuite, le fait de se répéter « je serai heureux quand … « ne mènera à rien de bon!

Par exemple, « je serai heureux quand j’aurai payé mon hypothèque » ne fonctionne pas. Quand vous aurez payé votre hypothèque, vous développerez une autre excuse… (Je le sais, je l’ai essayé!)

Que se passe-t-il si nous comprenons que nous avons apparemment tout, au moins en théorie, mais que nous ne sommes quand même pas heureux? Parce que nous sommes la proie du présupposé selon lequel une fois que nous aurons la fortune ou le succès, où ce dont nous rêvons en général, nous serons enfin heureux, et quand ce bonheur s’avère insaisissable ou éphémère, nous éprouvons des émotions mêlées, de l’abattement et même de la dépression. Ces expériences sont regrettables, parce qu’elles sont évitables.

(Dans le livre, il est expliqué comment éviter ces moments de crise.)

3 Avoir de la gratitude

Et enfin, si, vous êtes une personne reconnaissante, c’est-à-dire que si vous avez de la gratitude pour ce qui tout ce qui vous arrive de bien dans votre vie, – en pensant le moins possible à ce qui vous arrive de moins bien! – vous augmenterez de beaucoup vos chances de vivre heureux!

L’auteur de ce livre super bien vulgarisé m’a grandement fait réfléchir! Car, bien que je croyais avoir déjà assez longuement réfléchi sur le sujet du bonheur et du bonheur financier, Sonja Lyubomirsky remet en question plein d’idées reçues « … pour aider à prendre un meilleur recul sur nos vies et nos ambitions souvent déçues ».

De plus, elle remet en question nos croyances souvent erronées à propos de l’argent, du bonheur, de la vie de couple et de notre travail.

4 Le piège de l’argent

Nos fantasmes sur notre premier million ou sur notre villa sur le bord de la mer ne sont presque jamais aussi palpitants dans la réalité que dans notre imagination, et même quand ils le sont, leur surcroît de plaisir ne dure jamais très longtemps. 

La réussite financière, selon les études de Sonja Lyubomirsky, ne serait qu’un court bonheur, rien de plus!

Pourquoi? Parce que nous ne pouvons jamais réitérer l’expérience d’une première fois. Telle est la vérité essentielle lorsqu’on arrive en haut d’une montagne ou de sa hiérarchie professionnelle. Les moments, les semaines ou les années qui conduisent jusqu’à ce sommet peuvent être épuisants, mais exaltants. 

Quand notre rêve est sur le point de se concrétiser, cela nous inspire à la fois ivresse, assurance et témérité.

Quand nous atteignons le succès: c’est merveilleux, mais pour un temps seulement.

Les êtres humains sont programmés pour désirer, pas pour apprécier, et pour vouloir plus, pas pour se contenter de ce qu’ils ont.

 

5 Plus d’argent ne rend pas plus heureux!

Pour beaucoup d’entre nous, l’argent et le succès ne font qu’un. L’aisance peut avoir de nombreux atouts – outre la possibilité d’acheter plus, elle nous aide à rencontrer le partenaire potentiel et nous offre sécurité et stabilité -, mais un fait inévitable est que l’on s’y habitue.

Les économistes ont montré que les deux tiers des avantages d’une hausse de revenus s’effacent au bout de tout juste un an, en partie parce que nos dépenses et nos nouveaux « besoins » augmentent en parallèle et parce que nous commençons à fréquenter des gens qui, eux aussi, gagnent plus. 

Même si avoir plus d’argent nous rend plus satisfait de la vie, cela n’a pratiquement aucun impact sur les émotions positives et négatives au quotidien et sur les hauts et les bas que nous connaissons.

L’individu moyen est plus soucieux de comparaison sociale, de statut, de rang et de signes extérieurs de richesse que de la valeur absolue de son compte en banque ou de sa réputation. 

Une étude réalisée en 1998 a montré que les gens préfèrent vivre dans un monde où ils touchent un salaire annuel de 50,000$ (quand les autres gagnent 25,000) plutôt que toucher un salaire annuel de 100,000$ (quand les autres en gagnent 200,000).

Il semble que ce que gagnent nos semblables détermine notre bonheur, plus encore que ce que nous gagnons, si confortables que soient nos revenus.

 

6 Devenir minimaliste?

Plus nous gagnons de l’argent, plus nous nous y habituons, et plus nous voulons en gagner. Cette réalité a deux conséquences potentiellement néfastes.

Premièrement, nous ne profitons pas de notre richesse autant que nous le devrions.

Deuxièmement, notre désir d’acheter et de posséder toujours plus pour atteindre le même niveau de plaisir peut nous conduire sur la voie du matérialisme effréné, nous inciter à dépenser de plus en plus pour en tirer de moins en moins de bonheur.

Des masses de recherches ont montré que le matérialisme nuit au bonheur, menace la satisfaction que nous inspirent nos relations, nuit à l’environnement, nous rend moins chaleureux, moins aimables et moins compatissants, et moins susceptibles d’aider les autres et d’oeuvrer pour notre communauté.

Serait-ce une raison de plus pour éviter les excès du matérialisme et pour devenir minimaliste? Et pour dépenser notre argent afin de vivre plus heureux?

 

7 Les six plaisirs de l’argent

Comment l’argent rend vraiment heureux?

La psychologie suggère six principes à respecter si nous voulons tirer le maximum de plaisir de notre argent:

  1. Dépensez votre argent en expériences plutôt qu’en possessions!
  2. Séparez vos expériences dans le temps!
  3. Dépensez votre argent en activités qui satisfont vos besoins d’épanouissement!
  4. Dépensez de l’argent pour les autres, pas pour vous!
  5. Vous pouvez dépenser maintenant, mais attendez avant d’en profiter!
  6. Dépensez votre l’argent pour vous offrir du temps!

C’est la dépense sociale qui cause le plus grand bonheur!

 

 8 Dépenser son argent en activités qui satisfont nos besoins

Qu’est-ce que cela veut dire satisfaire nos besoins?

C’est certain que quand on dépense, on vise à satisfaire nos besoins, sinon, on ne dépenserait pas!

Sonja Lyubomirsky est plus précise et nous fait voir nos lacunes à ce sujet.

Si l’argent ne nous rend pas heureux, c’est sans doute que nous le dépensons afin d’être à égalité avec nos voisins, afin de valider notre richesse ou d’étaler notre beauté, notre puissance et notre statut social.

Le problème n’est pas alors dans l’argent, mais dans notre façon de l’utiliser.

Le moyen le plus direct et le plus fiable pour maximiser le bonheur et l’épanouissement que nous tirons de l’argent est peut-être de satisfaire nos besoins, par exemple, en dépensant notre capital pour notre propre développement humain, pour progresser, en l’investissant dans les connexions interpersonnelles.

Les dépenses qui génèrent le plus de bénéfices émotionnels sont celles qui satisfont au moins les trois besoins fondamentaux qui suivent:

  1. La compétence. Par exemple, investir dans une formation qui vous fera sentir plus compétent, capable ou expert dans un domaine.
  2. La connexion. Comme choisir une activité qui vous permettra de vous sentir relié aux autres, d’aider une communauté.
  3. L’autonomie. Toute activité qui vous donne le sentiment de maîtriser votre vie!

La recherche a montré que ces activités apportent le bonheur et, fait tout aussi important, ne suscitent pas les désirs addictifs croissants.

 

8 Devenez le maître de votre vie!

C’est en changeant vos croyances que vous arriverez en devenant graduellement le «maitre», le maître de votre vie! 

Et en vous libérant des pièges de l’argent en vous. Et autour de vous.

Pour découvrir ce que j’appelle: l’heureuseté, cet état de bonheur permanent dont je parle ici: lisez ce magnifique livre de Sonja Lyubomirsky!

Et pour être heureux, sans avoir à gagner plus d’argent, profitez de mes ateliers de croissance et apprenez à vivre délibérément!

Au plaisir de vous rencontrer,

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Vous pouvez être riche sans le savoir!

Vous pouvez être riche sans le savoir, vous savez! 

– « Être riche », ça va mais « sans le savoir », ne n’est pas possible ça! Car si j’étais riche, je serais bien le premier à le savoir!

– Hum… cela dépend de ta définition de la richesse! Si, par exemple, être riche veut dire faire la vie que tu aimes, alors peut-être es-tu déjà riche?

 

Est-il possible d’être riche sans le savoir ?

Eh oui ! J’ai déjà appris à plusieurs personnes qu’ils étaient millionnaires !

Évidemment, ils ont réagi avec surprise. Car ils n’avaient jamais fait le calcul de leur patrimoine auparavant.

Incroyable!

 

Être millionnaire ou être riche?

En outre, être millionnaire ne veut pas toujours dire être riche car cela dépend de vous et non pas du chiffre: un million!

Comment ça ?

Récemment, lors d’un coaching, une personne me partageait son objectif financier :

– Je veux être indépendant financièrement à l’âge de 50 ans, me dit-il.

OK super ! Et qu’est-ce que ‘l’indépendance financière » veut dire pour toi ? (Cette question fait toujours réfléchir. Et la réponse diffère grandement d’une personne à l’autre…).

Certains me répondent spontanément : ne manquer de rien !  Alors je dois leur demander de préciser:  mais qu’est-ce que cela veut dire pour toi, « ne manquer de rien »?

Quelques fois, la réponse est trop simple, comme: pouvoir acheter tout ce que je veux quand je le veux. 

Je leur réponds alors que c’est impossible car même les ultras riches (les milliardaires) ne peuvent pas dépenser sans compter! 

Puisque s’ils agissaient ainsi, ils redeviendraient pauvres rapidement !

La vérité, c’est qu’il n’y a aucune fortune qui ne puisse être dépensée.

 

Comment être riche sans le savoir?

D’abord, vous n’avez sans doute pas autant besoin d’argent (et de biens) que vous ne le pensez.

Ensuite, il est prouvé que quand on a un plan de vie, on augmente grandement nos chances… d’être heureux !

Combien coûtent vos rêves?

Faites le calcul.

Vous serez surpris du résultat!

Un plan de vie, c’est seulement trois colonnes:

  1. Quel est votre but?
  2. Quand voulez-vous l’accomplir?
  3. Combien ça coute?

Si vous voulez fixer clairement vos objectifs, référez vous au chapitre 1 de mon livre.

Pourquoi faudrait-il être riche pour être heureux?

 

Se comparer pour être heureux ?

Cet article de Oxfam parle des 62 personnes les plus riches qui possèdent autant que 50% de la population mondiale.

Au-delà du discours social entourant ces chiffres, la question que je me pose est: pourquoi nous comparons-nous aux autres ?

Le bonheur n’a pas besoin de comparaison!

 

Il est où le bonheur?

Ceux qui ne savent pas encore comment et où trouver le bonheur, la tentation est d’imiter ceux qui semblent avoir réussi.

Imiter?

Comment ça imiter l’autre?

C’est que je suis unique moi!

Tu sais quand tu essaies d’imiter ton voisin en achetant tout ce que ton voisin (ou ton ami) achète… (Au Québec, on parle alors de « voisin gonflable » ou de « beau-frère gonflable »!)

Il y a aussi ceux qui se disent que s’ils étaient en couple avec l’épouse ou le mari de l’autre…. Alors là, ils seraient vraiment heureux! Mais ils oublient que le secret de la relation est dans le mot relation.

En fait, il y a une différence entre tenter de vivre la vie superficielle de l’autre et sentir son énergie, son état d’esprit dans différentes situations pour apprendre d’eux!

 

Vous aussi, vous pouvez être riche sans le savoir !

Maintenant que vous savez que vous pouvez être riche matériellement, ou autrement, sans le savoir, vous vous dites peut-être : bof, ce n’est pas mon cas !

Pourtant, vous pouvez  être déjà riche sans le savoir, autrement si:

  • Vous êtes en amour.
  • Vous avez des relations de qualité avec les autres.
  • Votre vie spirituelle vous épanouit.
  • Votre travail vous aide à vous réaliser.
  • Vous êtes utile aux autres.
  • Etc.

 

Vous pouvez être riche de différentes manières!

Vous pouvez être riche matériellement, si vous avez suffisamment d’argent pour être heureux.

Ou vous pouvez être riche socialement, si vous êtes entourés de super amis et d’une belle famille.

Et vous pouvez être riche d’amour, si vous êtes chanceux en amour ou si vous savez simplement apprécier vos relations avec votre conjoint et vos enfants.

Aussi, vous pouvez être riche de votre talent en partageant vos dons à votre travail ou bénévolement afin de faire grandir vos valeurs.

Tout comme vous pouvez être riche de votre santé.  Et riche de votre générosité à des causes qui aident les autres; même des inconnus.

 

Vivre le bonheur financier

Il est clair que l’on s’habitue rapidement à tout ce qu’on possède matériellement ou autrement.

Bref, on en veut toujours plus.

C’est en pensant que le bonheur est à l’extérieur de nous que nous continuons d’y chercher la satisfaction.

Et c’est alors que, sans savoir ce qui nous rend vraiment heureux, on continue à accumuler des biens (et des dettes). Puis on consomme plus. Et on l’attend encore et encore ce fameux bonheur, cet avenir merveilleux que l’on envie tant!

Pourtant, le bonheur n’existe pas sous cette forme!

Vous êtes déjà riche sans le savoir.

Le bonheur est là, en vous, saisissez-le !

livre-de-marc-blais-reprenez-le-controle-de-votre-vie-financiere

Êtes-vous prêt à passer à l’action ?

Puis-je vous suggérer mon livre?

Vous y apprendrez comment être plus heureux avec l’argent que vous avez déjà, et cela sans augmenter vos revenus!

Parcourez mon blogue, vous y apprendrez plein de nouvelles façons de penser pour atteindre le Bonheur Financier!

À bientôt,

Marc

Catégories
Devenir minimaliste Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Être soi-même au travail et dans la vie

Pourquoi être soi-même au travail et dans la vie est-il difficile?

Je crois que nous partageons presque tous ce triple défi :

  • Être soi dans la vie de tous les jours,
  • Être soi-même au travail et
  • Vivre en harmonie avec son argent.

Et quoi qu’on en dise, ces trois défis font très souvent vie commune. En ce sens qu’une personne qui n’est pas lui-même dans ses rapports avec les autres aura généralement des rapports distorsionnés et biaisés dans son travail et avec son argent.

Lorsque je présente ma conférence « Être soi dans la vie et avec son argent », je tente de répondre à deux questions :

  • La question à la fois basique et complexe: qui suis-je ?
  • Et la seconde, guère plus simple, qui concerne ma raison de vivre ; pourquoi j’existe ? 

 

Qui suis-je ?

Pour être soi-même au travail, dans la vie, avec ses amis et avec soi, il faut d’abord savoir clairement qui on est !

Et savoir qui on est vraiment n’est pas si évident!

Car plusieurs évènements de notre vie, depuis notre naissance, sont venus biaiser notre vraie nature.

C’est qu’en plus de certains moments précis qui nous ont marqués, il y a des mots, des paroles et des évènements que nous avons perçus d’une certaine façon, voir négativement.

Et nous avons été blessés. Consciemment ou non. Pour la vie.

Aussi, nous vivons notre vie, en traînant avec nous, une ou deux blessures importantes parmi les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même que Lise Bourbeau appelle aussi les 5 blessures de l’âme:

  • Le rejet
  • L’abandon
  • L’humiliation
  • La trahison
  • L’injustice

Au moins une de ces blessures devrait vous avoir fait réagir (simplement en la lisant). Intérieurement, vous pourriez avoir ressenti un truc désagréable, anormal ou même violent.

C’est tout à fait normal. Cette ou ces blessures viennent et reviennent régulièrement dans nos vies…

Le pire c’est qu’en plus de nous faire souffrir quand les conditions propices se présentent, nos blessures personnelles dicteront nos actions, à notre place.

C’est ainsi que nous pouvons avoir une réaction inexplicable et exagérée à une situation qu’une autre personne n’ayant pas la blessure pourrait ignorer complètement.

On appelle ça l’égo !

Et puis, cette distorsion de notre comportement nous fait sortir de nous, de notre essence véritable dès qu’un déclic amené par un certain souvenir se présente…

 

Pourquoi j’existe ?

Tu ne peux être heureux si tu oublies ta raison d’être.

Lise Bourbeau

On a tous une raison d’être !

Pour moi, chaque individu est ici pour quelque chose…

Car dans la nature, toute chose a sa raison d’être.

Sinon, elle n’existerait pas !

Pourquoi j’existe est la question déterminante à laquelle chacun de nous doit parvenir à répondre au cours de sa vie.

On se plaint souvent de l’absence d’éducation financière dans nos écoles, je crois qu’il n’est absolument pas normal que l’on n’enseigne pas à mieux se connaître et à améliorer sa vie !

En plus, bien que ce soit frustrant qu’une question en apparence si simple, comme pourquoi j’existe, soit si difficile à répondre, la vérité, c’est que découvrir pourquoi j’existe est très difficile.

Car cela nécessite un travail sur soi, pas toujours agréable…

Et on sait que s’analyser soi-même est beaucoup moins palpitant que de dire aux autres comment solutionner leurs problèmes. C’est vrai pour moi, en tout cas !

Qui n’a jamais vécu de tels moments de questionnements existentiels importants ?

Aussi, le paradoxe, c’est que d’une part, on se pose tellement souvent la question ! Et que d’autre part, on n’ose pas (ou peu) en parler, s’en parler. À soi.

Jusqu’au jour où l’on constate que l’on sent que l’on a perdu le fil de son existence, que l’on est déconnecté de notre essence…

Quelques fois, il faut savoir se perdre pour se retrouver !

Bref, il faut trouver ce bout de fil manquant qui fait toute la différence dans une vie, dans NOTRE vie. Et qui pourra influencer positivement, jusqu’à la vie des autres.

Car la vérité, c’est que nous sommes responsables de nous. Et des autres.

Trouver sa mission, c’est partager ses talents.

 

Je ne sais pas encore pourquoi j’existe…

Si vous faites partie de la majorité qui ne sait pas encore, mais que vous êtes de ceux qui aimeraient bien un jour, le savoir (!), je vous invite à suivre ces trois étapes simples qui vous aideront sûrement à trouver un sens à votre vie !

C’est certain qu’à la longue, on peut se sentir diminué de ne pas avoir encore trouvé sa réponse.

En revanche, ce n’est pas comme si la réponse était simple!

En fait, la réponse à pourquoi j’existe? – lorsqu’on l’a trouvé – est très simple, mais c’est le parcours pour y arriver qui est tumultueux !

En fait, la pire chose à faire, c’est de se comparer! Car quand on regarde aller les autres autour de nous, sur les médias sociaux ou à la télé, on peut avoir la fausse impression que tout le monde réussit sa vie.

Tout le monde… sauf nous!

Serait-ce que l’on ne voit que le succès des autres, ceux que l’on admire le plus?

Et aussi ceux que l’on envie…

La vérité c’est que les gagnants de notre société nous cachent plusieurs de leurs échecs !

C’est qu’ils parlent peu de toutes leurs tentatives ratées. Car ils savent bien qu’on préfère penser qu’ils sont des gagnants, des gens particuliers qui n’échouent jamais ou très peu ! Ce qui est faux.

En fait, les gagnants parlent peu de leurs échecs, car ils savent qu’on ne s’intéresse qu’à leurs succès. Ils avent bien se vendre…

Et c’est pourquoi se comparer avec les autres ne serait pas honnête.

Alors, pourquoi ne pas arrêter ça ? Tout de suite.

 

Comment trouver un sens à sa vie ?

Lorsque nous traitons notre personne avec la dignité qui lui revient, lorsque nous nous aimons, nous allons de découverte en découverte, nous comprenons ce que nous sommes et ce qu’il importe que nous aimions.

Carl Jung

Pour trouver un sens à sa vie, pour découvrir pourquoi j’existe?, votre défi est de poursuivre, oui, de poursuivre votre quête.

En vous rapprochant un peu plus chaque jour, de votre objectif, de votre vraie mission ; vous allez un jour sentir votre raison d’être vous envahir.

Ce ne sera pas un miracle, ce sera simplement le fruit d’un cheminement qui vient souvent avec une décision simple difficile : celle de sortir de votre zone de confort ! 

Aussi, soyez à l’écoute du bienêtre que vous ressentez lors de certaines de vos actions. Ce sera un signe que vous cheminez, dans la bonne direction.

Ces choses prennent le temps… Leur temps.

Et votre rôle est de continuer… à être honnête avec vous.

Et à chercher en vous.

 

Qu’est-ce qui vous motive à vivre?

Je vous invite à répondre à la simple question suivante :

Qu’est-ce qui vous plait lorsque vous aidez l’autre ?

___________________________________

(Quelle émotion venez-vous de ressentir ?)

C’est un signe.

Suivez cette piste, elle vous mènera vers… vous. Puis, vers votre vérité.

 

Devenir un entrepreneur à succès…

Vous vous demandez sûrement: comment vais-je monnayer mon talent?

Dans un premier temps, imaginez seulement que vous serez utile, que vous saurez bientôt de quoi vous parlez. Devenez pleinement compétent!

Et un jour, on vous reconnaitra pour cette petite niche, si utile, que vous occuperez.

Car plus vous serez clair avec vous-même et en lien avec votre niche d’entrepreneur, plus vous attirerez le succès.

Trouver votre mission dans la vie peut vous amener à devenir entrepreneur et peut-être à souffrir financièrement un certain temps…

Car devenir entrepreneur, ne veut pas nécessairement dire que vous deviendrez millionnaire dans six mois, ni même dans six ans.

Le succès peut venir de différentes sources. Et, en pratique, le succès d’être soi dans la vie prend effectivement différentes formes…

 

Pas facile de trouver sa raison d’être

La vérité, c’est que ce n’est pas si facile de trouver pourquoi j’existe. 

Car une de ces raisons est que chaque étape et chaque évènement important que la vie nous amène provoquent son lot de changements, à l’intérieur de nous.

C’est alors l’occasion de perdre de nos vieilles convictions…

Et d’en gagner de nouvelles, qui sont en fait des messages quant à notre destinée.

Par conséquent, celui qui a choisi son métier ou sa profession en croyant que son choix était définitif sera très déçu de constater que son choix n’était, en fait qu’une étape de sa longue vie.

Car souvent, un choix n’est qu’une simple marche sur l’escalier de son existence que nous escaladons inconsciemment vers notre raison d’être.

 

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Mission de son entreprise Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Votre relation à l'argent

Lorsque l’entrepreneur minimaliste trouve sa mission…

Qu’est-ce qu’un entrepreneur minimaliste ?

On entend de plus en plus parler d’entrepreneuriat humaniste. Et aussi, de cette philosophie de vie qui implique une façon plus sobre de gérer son argent, le minimalisme. La fusion des deux représente un idéal de vie, celui de l’entrepreneur minimaliste !

Mais comment ces valeurs peuvent-elles vraiment s’intégrer autour d’une cause qui motive l’entrepreneur minimaliste à réussir sur tous les plans de sa vie?

 

L’entrepreneur minimaliste

C’est quoi un entrepreneur minimaliste?

Nous retrouvons principalement ces missionnaires chez les générations X et Y mais aussi chez de plus vieux entrepreneurs, comme moi !

Pour réaliser cet article, j’ai discuté avec deux jeunes femmes entrepreneures dynamiques : Kim Auclair de Québec et Roxane de Bruxelles. Je souhaite donc vous faire réfléchir sur la vision de ces entrepreneurs nouveau genre qui remplaceront les dinosaures qui nous entourent. Car eux, ils sont motivés par des valeurs, par une cause!

 

Kim Auclair et ses finances personnelles

Vu le type d’entreprise que j’exploite, je vis de l’insécurité comme tous les entrepreneurs. Les valeurs familiales en ce qui concerne l’argent personnel sont basées sur les besoins fondamentaux. En fait, mon père, surtout, m’a enseigné très tôt qu’une vie sans dette est une belle vie financière ! Kim Auclair

La mission que Kim Auclair s’est donnée est de vous aider à développer vos compétences entrepreneuriales sur le Web. Elle est très visible au Québec et elle a une excellente réputation auprès des entrepreneurs. Je parle d’ailleurs de son livre Dans la tête d’une entrepreneure.

Je structure beaucoup plus mon entreprise que mes finances personnelles.

Comme plusieurs entrepreneurs, je donne plus d’importance à mon entreprise qu’à moi ! Kim Auclair

Kim est consciente que son entreprise est très importante dans sa vie. Aussi, elle tient de plus en plus compte de ses besoins personnels:  mes souhaits personnels prennent de plus en plus d’importance dans ma vie.

***

 – Faire tes comptes, ça te motive Kim?

– Pas vraiment ! Ce qui me sauve, c’est que je ne suis pas dépensière… dans le sens que je n’abuse pas…

– Vraiment ?

– La vérité est que j’ai placé en priorité le voyage… Mes folies ces temps-ci, ce sont donc mes voyages… Dès que je le peux et que je m’organise bien avec mon travail… je pars !

 

L’entrepreneur minimaliste fait souvent passer son entreprise avant soi!

C’est comme si notre raison d’être, c’est à dire la mission de notre entreprise avait plus d’importance que nous, que notre petit bonheur personnel.

Mais si on réussissait à se considérer UN, notre entreprise et nous, le problème serait réglé!

Comment se fusionner pour faire seulement UNE cause qui réussit, qui réussit à gagner de l’argent, beaucoup PLUS d’argent ?

Au fait, pourquoi ne pas devenir riche ?

Cela aiderait notre cause (la cause de notre entreprise) et financerait l’importante mission que l’on s’est donnée!

C’est là qu’il y a un frein.

Car généralement, l’entrepreneur minimaliste ne cherche pas la richesse pour lui-même. Il chercher à combler ses besoins comme un minimaliste. Il vit avec moins...

 

Le défi d’être un entrepreneur minimaliste

Le défi de l’entrepreneur minimaliste aujourd’hui, c’est de se défaire d’une limite qu’il s’est créée.

En devenant entrepreneure, Kim se disait que gagner suffisamment pour vivre serait un succès.

Maintenant qu’elle a réussi, elle aimerait bien passer à un autre niveau, développer de nouveaux marchés, de nouvelles idées…

Mais comme on a besoin de peu pour être heureux…

C’est là le piège du minimalisme : se suffire de peu !

***

Le minimalisme serait-il un blocage pour gagner plus d’argent ?

Et voir plus grand, faire exploser sa mission sur toute l’étendue de la planète ne serait-elle pas une approche à développer pour l’entrepreneur minimaliste ?

Il y a tellement à faire sur cette planète… Pour changer le monde!

Je vous pose la question ; gagner TROP d’argent, ça veut dire quoi ?

 

 

Le succès est-il en contradiction avec le fait d’être minimaliste ?

J’ai posé la question à Roxane qui est connue pour son blogue rafraichissant Les conseils money de Tati. Aussi, il ne faut pas rater ses vidéos sur l’argent, le minimalisme et… l’entrepreneuriat!

Se suffire de peu…

Comme tu dis à un moment, Marc, l’entrepreneur minimaliste qui est en moi m’a empêché de (vouloir) gagner de l’argent.
En tant que minimaliste, je me suffis de peu : je me suffis d’une vieille voiture, de vêtements que je reçois car je n’aime pas perdre mon temps en faisant du shopping, j’aime être chez moi car je suis casanière et tournée essentiellement sur mes projets.
Du coup, ayant peu de besoins, j’ai besoin de peu de rentrées financières.
Et se suffire de peu ça ne motive donc pas à vouloir plus, à gagner plus d’argent… puisque… » à quoi ça servirait, j’ai déjà tout ce qu’il me faut » ?
Si on a pas de gros besoins, de grandes envies, qu’on se contente de ce qu’on a parce que ça nous rend heureux on n’a pas le même esprit de gains, de bataille pour gagner plus comme certains chefs d’entreprises qui ne rêvent que de s’agrandir encore et toujours plus pour gagner plus, plus plus !
Personnellement, j’ai toujours fait les choses sans penser à l’argent (ce qui n’est pas terrible pour un entrepreneur!), juste parce que j’avais envie d’aider les autres et qu’une bonne idée me passait par la tête.
Après, il faut savoir que j’ai une situation particulière où mon mari gagne assez bien sa vie que pour me permettre de ne pas ramener d’argent dans le ménage si jamais cela devait arriver. Ce qui enlève du stress et qui m’a toujours donné l’impression de vivre dans l’abondance et d’avoir tout ce qu’il me faut.

S’accorder le droit de gagner plus!

Récemment pourtant, quelqu’un m’a fait une réflexion qui m’a vraiment fait réfléchir… Et je me suis rendue compte qu’en ayant plus d’argent on pouvait impacter encore plus le monde et vivre mieux : payer un avion direct plutôt que de devoir faire deux escales, voyager en première classe, louer une chambre dans un hôtel haut de game avec un lit confortable plutôt qu’une guest-house avec un matelas qui nous donne des courbattures le matin…
Et j’ai eu une soudaine envie de moi aussi gagner plus d’argent pour m’offrir tout cela…
Même si consciemment, je sais que je préférais dépenser mon argent pour construire mon avenir financier (immobilier, investissements divers) plutôt que de le dépenser dans des plaisirs immédiats…
Mais ça fait du bien de rêver, parfois !
Je pense que mon côté minimaliste m’a empêché de réaliser que je pouvais m’accorder de gagner tout simplement plus.
Aujourd’hui, j’ai changé mon mindset, on verra ce que fin 2018 – 2019 nous réserve !
Selon Jenny d’Happylogie, on se sent comme un imposteur quand on veut à la fois aider les gens et gagner de l’argent. Il faut, selon cet entrepreneur minimaliste, équilibrer le donner et le recevoir. Car si on ne reçoit pas assez, éventuellement on ne pourra plus donner…

 

Mais à quoi ça sert d’être riche si on est minimaliste ?

D’un point de vue philosophique, on peut se demander: mais à quoi ça sert d’être riche si on ne dépense pas cet argent?

Pourquoi gagner plein d’argent si je ne le dépense pas ?

Est-ce une bonne idée d’accumuler de l’argent… jusqu’au cimetière ?

Ce qui m’intéresse, ce ne sont pas les objets, ce sont les expériences ! claironnent les riches et encore trop peu nombreux entrepreneurs minimalistes.

Pourtant, en creusant, on se rend bien compte que, comme tout le monde, ils aiment bien se faire plaisir…

Est-ce qu’eux aussi, comme tout le monde, succomberaient au plaisir de l’argent?

Car l’entrepreneur minimaliste sait se remettre en question. Et il se demande, lui aussi, à quoi ça sert de travailler autant.

En fait, tous les entrepreneurs prospères que je connais travaillent plus de 60 heures/semaine, tout en postant sur Instagram des photos d’eux joggant avec leurs chiens ou travaillant tout sourire avec leur iPad sur la plage !

Mais dans la réalité, ils travaillent comme tous les autres PDG et les professionnels à succès de l’ancienne génération: trop !

Alors, à quoi ça sert de travailler autant surtout quand on sait très bien qu’il y a une limite au revenu annuel qui peut nous rendre plus heureux ?

Pour Olivier Roland, un entrepreneur minimaliste qui a réussi, il n’y a pas que le bonheur dans la vie, il y a la liberté…

Aussi, l’argent est un levier pour nous aider à nous épanouir, dit-il.

Il dit qu’il a plus de temps libre qu’un homme d’affaires classique. Ce qui lui donne la possibilité de voyager six mois par an, d’épouser une cause et de faire une différence dans le monde.

Un riche peut aider le monde à aller mieux, ajoute-t-il. Comme l’a fait Elon Musk avec Tesla et beaucoup d’autres entrepreneurs à succès.

Donc?

 

Trouver sa cause

La question qui pose souvent un problème à l’entrepreneur minimaliste (pour toute entreprise en fait!), c’est de connaître sa cause. De savoir pourquoi il se lève le matin!

Et que vous soyez un entrepreneur minimaliste ou non, vous saurez quoi faire de cet argent que vous aurez en trop.

Dès que vous aurez trouvé votre pourquoi, vous aurez votre cause à défendre, à faire prospérer, à diffuser. À l’infini.

Si vous vous demandez: qu’est-ce que je ferais de plus d’argent alors que j’en ai assez pour combler tous mes besoins?

La seule réponse qui tienne est… de le donner !

Car donner est ce qui apporte le plus de satisfaction. Encore plus que de dépenser, en fait!

Il n’y a pas de fin à votre mission. Et ce sera encore plus vrai le jour où vous en aurez les moyens !

Marc Blais CPA, CGA

Si tu crois que je peux t’aider à trouver ta raison d’être, écris-moi en privé.

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Économiser facilement Être soi dans la vie Le défi d'être soi Les livres du Bonheur Financier Votre relation à l'argent

Trouver le chemin vers soi et vivre selon ses valeurs

Découvrir le chemin vers soi est tout un défi!

J’étais loin de me douter de ce qui suit quand j’ai demandé à Joanie de nous partager ce qu’elle avait compris des cinq livres sur les finances personnelles qu’elle venait de lire…

Marc

 

Ma situation

J’ai toujours été travaillante et économe, jeune j’amassais mon argent pour m’acheter ce dont je rêvais, quelle fierté d’acheter mon 1er système de son 300$ dans le temps avec mes payes de gardiennage (voir 2$/h à l’époque!).

Avec l’arrivée de l’âge adulte sont arrivés les premières vraies payes, les responsabilités et aussi les aléas de la vie !

C’est là que j’ai appris qu’un coussin de sécurité ça fond 10 fois plus vite que ça se constitue!

Tout cela a commencé par une blessure professionnelle qui a réduit de beaucoup mon salaire, ensuite la perte d’emploi.

Je n’arrivais plus à payer tous mes comptes alors je les payais avec mes cartes de crédit qui se sont vite remplies! Jamais je n’ai mis quelque chose de non essentiel sur mon crédit, je me privais, j’essayais de gagner plus mais malgré tout je n’avais pas le choix : mon coussin ayant fondu complètement j’ai dû recourir au crédit pour payer mes charges pendant un bout de temps.

Le problème avec le crédit c’est qu’il faut rembourser, et en double! Le montant minimum était maintenant de 700$ / mois alors je payais ma carte avec ma paye et ensuite il ne me restait rien pour payer les comptes courants que je repayais avec le crédit.

On s’en sortait pas!

 

Mon déclic… vers le chemin vers soi

C’est là que j’ai découvert les émissions Princesse et Nul en finance de Gail Vax Oxlade.

Là, j’ai appris que j’étais loin d’être la seule dans cette situation et qu’il y avait bien des solutions!

Ç’a été une véritable révélation pour moi!

Je me suis donc mise à noter chaque dépense aussi minime soit-elle.

J’ai fait un emprunt auprès de ma famille ce qui a beaucoup diminué mes versements mensuels et je me suis sortie tranquillement de l’endettement.

Depuis quelques années, je me suis découvert une passion pour les finances ce qui est étonnant dans mon cas!

On va se le dire; à l’école les mathématiques n’étaient pas mon fort!

Pas besoin d’être comptable pour voir à ses finances. Lorsqu’on rend cela simple, il y a moyen de trouver cela amusant!

J’ai commencé à suivre toutes les émissions qui parlaient de finances : Princesse, Nul en finances, l’indice Mcsween et je suis tombé en amour avec l’animateur de cette dernière. Un comptable qui présente les finances de façon ludique et non moralisatrice, ça, ça me parlait!

Je me suis ensuite mise à lire tous les livres que je trouvais qui parlait de finances aux gens simples. Pas de termes comptables compliqués seulement des anecdotes et des trucs facilement applicables!

 

Ma motivation à lire tous ses livres ?

Je lis déjà des tonnes de livres. Alors pourquoi pas faire aussi des lectures utiles?

J’adore apprendre et je suis une femme très organisée dans la vie. J’aime que tout soit simple, pratique, accessible.

Parfois, je connais plusieurs trucs dans ces lectures mais je ne les applique pas ou peu. Aussi, lire et relire me rappelle que même si ça va mieux, on doit rester vigilant pour ne pas replonger dans l’endettement!

Parfois, j’apprends un nouveau truc. Et je le note dans un cahier que je garde spécifiquement pour ce genre de chose. Chaque fois que je lis quelque chose d’intéressant, je le prends en note. Et j’essaie de l’appliquer pour trouver les trucs qui me conviennent le plus dans ma vie actuelle.

J’aime lorsque je me reconnais dans les auteurs, les situations décrites et je fuis le théorique! La théorie, c’est bien beau mais si c’est compliqué à appliquer. Et ça ne durera pas !

 

Ce que j’ai appris de mes lectures ?

Qu’un budget ça ne marche pas pour moi!

Ayant un horaire variable donc des payes inégales, ça ne me donne rien de prévoir combien je vais dépenser d’avance pour chaque poste, ça n’arrive jamais à la fin du mois!

J’ai aussi appris qu’il n’y a pas de mauvais trucs, de mauvaises méthodes, il n’y a que la nôtre!

Ces auteurs proposent parfois les mêmes choses, parfois des façons totalement différentes de voir, de faire les choses et elles se valent toutes. Il faut prendre ce qui nous plaît et l’appliquer à long terme !

En appliquant de nouvelles façons de faire, j’ai appris que finalement, j’étais bonne en calcul, que je pouvais me permettre d’avoir des rêves.

J’ai appris que j’avais autant de valeur qu’un autre. Et que même si on est au salaire minimum, il est possible de vivre et non seulement survivre chaque mois.

En changeant ma façon de voir l’argent, ce n’est plus un fardeau, un stress, un supplice mais plutôt une façon d’obtenir ce dont on a besoin ou ce dont on rêve.

J’ai aussi changé ma façon de vivre.

 

Ce que j’ai changé ?

Je me suis placée en premier dans mes priorités budgétaires!

Lorsque je reçois mon salaire, même si j’ai des comptes ou des dettes à rembourser, je mets 10% de mon salaire de côté dans un compte épargne.

Ensuite, je paie ce qui doit être payé et s’il en reste, je peux me gâter.

Au début, je le faisais en me disant que j’allais me gâter avec ce montant mis de côté… Ou qu’au pire, en cas d’aléas, je pourrais survivre un bout sans toucher au crédit ( mon but étant de mettre l’équivalent de 6 mois de salaire de côté).

En le regardant grossir, j’ai changé d’avis. J’adore voir le montant grossir! C’est devenu un plaisir !

J’ai découvert que finalement, je n’ai pas tant d’envies que ça, que je deviens de plus en plus minimaliste et que j’adore ça!

En fait, j’ai plus de plaisir à économiser qu’à me procurer un bien matériel. La satisfaction est plus durable!

 

La satisfaction durable, le début du chemin vers soi

Je jardine et cuisine davantage et j’adore ça! C’est un plaisir de trouver des façons ingénieuses d’apprêter le contenu du frigo pour faire de bons petits plats antigaspillage…

Et puis nos goûts ont changé… On n’apprécie plus trop manger au restaurant maintenant car on s’y régale moins qu’à la maison!

Je tiens un inventaire de mes placards et de mes congélos. Ce qui me permet de savoir ce que j’ai. Et donc, de ne pas acheter en double.

Chaque semaine, sans faire de menus stricts, je vois ce que je peux cuisiner avec ce que j’ai. Et je note à mesure ce dont j’aurai besoin prochainement.

Si l’article n’est pas en solde le jour de l’épicerie, bien souvent je m’en passe et je le substitut par autre chose.

J’ai découvert les magasins d’occasions autant pour les livres (ma passion) que pour les vêtements. On y retrouve parfois de vraies merveilles pour si peu! Par exemple, j’achète en solde des vêtements neutres qui vont avec tout. J’ai passé 2 hivers avec les mêmes 6 chandails et personne n’a passé de commentaires!

 

Je maximise chaque dollar…

Je me suis payé une styliste! C’était les 300$ les mieux investis de ma vie selon moi. Car depuis, j’achète peu mais uniquement des vêtements qui me vont bien, qui vont avec tout et sont facile à porter.

Chaque jour je prends un moment pour regarder combien j’ai dans chaque compte, noté ce que j’ai dépensé et voir si je peux faire un petit changement pour améliorer les choses ou garder le bilan positif.

J’utilise aussi la wish list. C’est-à-dire que dès que j’ai envie de quelque chose, je l’inscris sur une liste que j’apporte avec moi les rares fois où je magasine. Rendu là, bien souvent, soit je ne souhaite plus me procurer ce bien ou encore je l’achète mais au plus petit prix possible. Ou encore cette liste me sert pour les suggestions de cadeaux aux fêtes.

On se gâte encore mais on fait des sorties plus spéciales qui nous apportent davantage de souvenirs. On préfère partir une fin de semaine par année, plutôt qu’aller au restaurant toutes les semaines.

Maintenant je regarde à la qualité mais aussi à la quantité. J’essaie de maximiser au maximum chaque dollar dépensé !

J’épure ma vie autant au niveau matériel que social! Je priorise ce qui me rend heureuse à long terme, je pense à moi.

J’ai appris à distinguer besoins et envies et des envies. Et j’en ai de moins en moins!

Apprécier ce qu’on a au lieu de toujours vouloir plus!

 

Ce que cela m’apporte de vivre selon mes valeurs?

Une certaine liberté!

Je n’ai pas beaucoup d’amis. Mais ceux que je côtoie encore sont des gens qui partagent davantage mes valeurs actuelles, on se voit peu mais c’est plus agréable.

Je ne ressens plus autant de pression de faire comme les autres, avoir les mêmes objets, être à la mode, etc.

En pensant à moi, je découvre peu à peu mes propres goûts, intérêts, valeurs. Et je me sens plus en contrôle de ma vie.

Chaque petit geste fait diminue progressivement les dettes, augmente l’épargne et cela me procure une sécurité très appréciable.

Je peux depuis peu de temps choisir de moins travailler mais faire quelque chose que j’aime.

Je sais que si jamais ça ne me convient plus, je pourrai partir ailleurs. Et quand même être en mesure de payer les comptes pendant la transition.

J’ai plus confiance en moi, je découvre ma valeur autant morale que financière.

Je me choisis de plus en plus. Les autres abusent beaucoup moins de moi maintenant car je dégage de la confiance.

Il est certain que je vais continuer de m’instruire toute ma vie, selon mes passions, mes intérêts. J’apprends à l’école de la vie.

Que ce soit par les blogues, les émissions télé, les vidéos You tube, les livres, etc. trouvez ce qui vous apporte de la joie, de la sécurité, de la confiance.

Si vous cherchez le bonheur regardez au fond de vous-même!

Ce qui vous cause du stress doit être éliminé ou du moins diminué. Et pour ça, avec un peu de recherches, d’efforts et de volonté; tout est possible!

Joanie Simoneau

 

Conclusion

Curieusement, on peut trouver le chemin vers soi en étudiant notre rapport à l’argent. En s’étudiant soi, on apprend sur soi. Et on découvre qui on est, ce qui est important pour être et vivre heureux longtemps.

On s’étudie, on se comprend…

On se découvre des valeurs qui nous appartiennent. Alors, on se sent libre. Libre d’être soi. Dans la vie, au travail et avec son argent. 

Le chemin vers soi, c’est un processus unique que tu vis à ta façon.

Comme moi, comme Joanie, comme toi!

Je te souhaite cette découverte. Et je t’invite à te joindre à notre groupe Facebook Le défi d’être soi!

Marc Blais

 

Joanie Simoneau

reduire votre endettement - Joanie SimoneauÉducatrice spécialisée, Joanie a travaillé auprès de plusieurs clientèles. Mais sa passion c’est vraiment les enfants! Elle a eu la chance de travailler avec eux depuis plusieurs années.
Joanie est amoureuse de l’humain en général. Les gens se confient facilement à elle, même si elle ne les connait pas!
Je suis quelqu’un de simple, je n’ai pas des goûts très luxueux et je priorise le temps de qualité avec mes proches.
Joanie Simoneau
Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Économiser facilement Votre relation à l'argent

Pour éviter les mauvaises dettes et ne plus recommencer!

Les mauvaises dettes, c’est quoi ça?

Les mauvaises dettes sont les dettes qui ont été engagées pour une dépense courante comme un repas au restaurant, les vêtements ou un voyage.

Une mauvaise dette peut aussi avoir servi à financer l’achat d’un bien qui perdra de la valeur, comme une automobile ou une table de cuisine.

On retrouve les mauvaises dettes sous la forme de cartes de crédit ou de prêts personnels. En général, leur taux d’intérêt est assez élevé.

Quand on décide de reprendre sa vie financière en main, les mauvaises dettes sont les dettes qu’il faut rembourser en priorité!

Il y a un bon côté aux mauvaises dettes

Peut-être que le simple fait de penser à vos mauvaises dettes vous fait déjà frémir. Soit que vous n’êtes pas fier…

Soit que vous n’aviez pas le choix. Et qu’à ce moment, c’était une façon de survivre…

Ça m’est arrivé, moi aussi. Donc, loin de moi l’idée de vous rappeler de si mauvais souvenirs et de ressasser inutilement des erreurs du passé.

En revanche, les mauvaises expériences sont quelques fois utiles!

Aussi, servez-vous de cette émotion pour avancer, pour changer quelque chose de votre vie! Je dirais même que, si vous le pouvez, rappelez-vous en toute votre vie!

Ainsi la mauvaise expérience de vos mauvaises dettes vous servira et vous aidera… à ne pas recommencer!

Comment tourner une erreur financière en apprentissage de vie?

Si vous êtes actuellement dans cette situation malheureuse, c’est peut-être que vous avez, tout comme moi avant, une certaine difficulté à bien dépenser votre argent.

Vous devrez donc apprendre à mieux consommer afin de rembourser vos mauvaises dettes. Et en apprenant, vous allez éviter de vous embourber à nouveau!

Aussi, lors de chaque paiement de cette mauvaise dette, posez-vous la question : qu’est-ce que j’aurais pu faire de plus agréable avec cet argent?

Et — tout comme moi — vous aurez un petit pincement au cœur et vous vous direz que cette foutue dette vous empêche de vous payer les petits plaisirs de la vie auxquels vous avez droit.

Dans mon cas, mes mauvaises dettes n’ont jamais atteint un niveau extrême si je les comparais à mes revenus. Aussi, tout ce que j’avais à faire en général, c’était de réduire mes dépenses pendant un ou deux mois. Le temps de reprendre le dessus.

Et je réussissais à rembourser tranquillement et surement ma carte de crédit.

Jusqu’au jour…

 

Comment j’ai éliminé mes mauvaises dettes

Jusqu’au jour où le montant de mes mauvaises dettes a atteint un niveau vraiment élevé suite à un mauvais concours de circonstances.

Ce n’était pas de ma faute!

J’avais eu des dépenses imprévues, un changement de carrière, des vacances plus chères qu’à l’habitude (elles avaient été planifiées, donc je ne les avais pas annulées!), des bris d’auto, les rénovations de ma maison qu’il fallait bien faire un jour…

Bref, on dirait que tout était arrivé en même temps!

Et là, ça explosait!

Je n’ai compris que bien plus tard que mon impulsivité était la cause de ce fardeau financier. 

Ce n’était vraiment pas le fruit du hasard!

Les 14 longs mois qui m’ont été nécessaires pour reprendre le contrôle de ma vie financière m’ont permis de travailler sur moi-même.

Et de finalement retrouver le Bonheur Financier!

Cela n’a pas été facile… Mais je suis bien plus heureux maintenant qu’à l’époque où je dépensais sans compter. 

Je sais que vous y arriverez à votre façon en changeant ce qui doit être changé dans votre façon de dépenser votre argent.

Et en vous adaptant à dépenser moins pour un certain temps, afin de finir par rembourser ces foutues mauvaises dettes. D’Ailleurs, je vous propose un plan pour aller de l’avant!

Aujourd’hui, je vis bien avec mon argent. Je dépense en fonction de qui je suis. Je ne dépense plus pour plaire ou pour bien paraître!

Bref, maintenant, je vis et j’enseigne le Bonheur Financier! 

Marc Blais CPA, CGA

En passant, j’offre le coaching Bonheur Financier en privé. Écrivez-moi!

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Économiser facilement Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

3 trucs pour retrouver l’équilibre si vous manquez d’argent

Est-ce vous manquez d’argent pour faire ce dont vous rêvez dans la vie?

Si vous manquez d’argent, vous avez surement déjà vécu le sentiment de manquer d’air. Ce sentiment qui nous prend à la gorge, comme si vous étiez votre compte en banque! Et pourtant, vous êtes loin d’être votre compte de banque!

Vous n’êtes pas votre compte de banque,

vous êtes vous!

En fait, souvent on vit ces deux terreurs à la fois, le manque d’argent et le stress d’en manquer. Et on ne sait plus quel moyen prendre pour s’en sortir…

Je suis passé par là à quelques reprises…

Je m’en suis sorti et je vais pour vous en parler.

 

Le grand défi de reprendre le contrôle de sa vie

Comment atteindre ses objectifs personnels si vous manquez d’argent?

Plusieurs de nos objectifs ne coutent pas très cher à réaliser mais quand on ne parvient pas à les atteindre, cela nous amène rapidement à la déception.

C’est très frustrant de se fixer des objectifs vitaux comme celui de mettre de l’argent de côté pour son loyer ou pour rembourser sa carte de crédit et de les rater!

Et un jour, on devient très très agacé de notre incapacité à réaliser nos buts.

Et là, on s’éloigne peu à peu du bonheur…

Enfin, notre défi au plan financier se résume souvent à réduire l’ensemble de nos dépenses pour se donner un peu d’air à respirer. Mais au plan humain, comment fait-on?

J’ai moi-même relevé ce grand défi…

 

3 trucs pour retrouver l’équilibre si vous manquez d’argent

Le livre de Marc BlaisVoici 3 trucs pour vous donner un peu d’air financièrement et psychologiquement. Ces trucs sont tirés de mon livre Le Bonheur Financier en 7 minutes par jour.

Je sais très bien que retrouver l’équilibre dans sa vie n’est pas chose facile. Et que c‘est un processus qui prend du temps. Et bonne dose de ténacité…

On se fait tous des promesses au Nouvel An, comme celles de perdre du poids ou de vivre une vie plus équilibrée financièrement et autrement.

Mais dans la vraie vie (je parle de la vie de tous les jours avec ses attaques de marketing subliminal), il est réellement difficile de garder le cap sur ses objectifs.

Et le défi est alors et toujours de dépenser en fonction de qui on est vraiment. 

Car si vous manquez d’argent pour le nécessaire comme l’épicerie et le loyer, c’est une chose mais si vous manquez d’argent pour vous réaliser comme personne, là c’est autre chose. C’est d’ailleurs le sujet de mon blogue et plus particulièrement de ceux-ci.

Être soi-même avec son argent exige une bonne dose de gestion de soi-même. 

Un des trucs est de savoir se récompenser…

 

1 Savoir se récompenser

vous manquez d'argent - savoir se récompenserJe sais (pour l’avoir expérimenté à quelques reprises) que célébrer vos petites victoires, vous mènera à une plus grande victoire!

Aussi, récompensez-vous à chaque fois que vous réaliserez une étape de votre plan de vie. SI vous n’avez pas de plan de vie, lisez cet article.Car vous avez le droit de réussir votre vie ! Et aussi de réussir votre vie financière!

Si vous décidez de perdre 20 livres. Et qu’au bout de six semaines, vous en avez perdu cinq. Ne serait-il pas le temps de prendre une petite pause? Et de vous payer une crème glacée ou un bon chocolat chaud?

N’attendez pas d’être arrivé à la fin de votre vie pour comprendre que vos efforts méritent d’être récompensés!

Permettez-vous de petites folies occasionnelles. Mais, sans mettre vos autres objectifs en péril!

Il y a quelques années, j’étais un acheteur impulsif. Et j’ai progressé par étape. Aujourd’hui, je suis devenu un consommateur équilibré

 

2 Éliminez vos cartes de crédit!

vous manquez d'argent - détruisez vos cartes de crédit Il y a très peu de gens qui utilisent intelligemment leur carte de crédit.

Selon moi, pour 8 personnes sur 10, la carte de crédit est une arme de destruction massive dans leur vie!

Si vous manquez d’argent, pensez à votre ressenti lorsque vous utilisez la carte plastifiée.

D’ailleurs, si vous portez attention aux publicités, vous constaterez qu’elles sont principalement destinées aux clients les plus sensibles à la consommation irréfléchie. Bref, à des gens comme moi. Avant!

Les institutions financières visent clairement des consommateurs qui perdent le contrôle de leurs émotions devant une occasion d’achat! Mais, vous savez, vous êtes bien plus qu’une dépense!

Lorsque j’ai compris que mon cerveau ne faisait pas le lien correct et concret entre la carte plastifiée Visa et l’argent que j’avais durement gagné, j’ai immédiatement détruit toutes mes cartes de crédit personnelles. 

Depuis, je n’utilise la carte de crédit que pour mes affaires.

Je règle maintenant toutes mes dépenses, soit en argent comptant, soit avec ma carte débit.

Considérez que les mauvaises dettes — comme celles des cartes de crédit — sont vos pires ennemis. Et vous ne vous tromperez pas!

Également, faites-vous un plan pour les rembourser au plus vite car ce sont les dettes les couteuses!

Votre pire ennemi pour réussir une vie agréable financièrement ce sont vos cartes de crédit.

Les mauvaises dettes, c’est vraiment le genre de dettes qui vous empêchent d’être libre. Et de vous réaliser.

Les soldes sur vos cartes de crédit sont à éliminer au plus tôt, car – contrairement à ce que la publicité vous enseigne – les cartes de crédit vous volent toute votre liberté!

 

Est-ce que vos dépenses vous ressemblent?

Regardez bien vos derniers relevés de cartes de crédit. Vous verrez que ces transactions sont généralement des dépenses qui et non de l’investissement! Coïncident-elles avec votre plan de vie?

Vous devrez faire de meilleurs choix de dépenses pour vivre la vie qui vous est destinée.

Que devrez-vous changer?

Devriez-vous réviser votre choix de carrière?

Joignez mon groupe Le défi d’être soi!

 

3 Faites le ménage autour de vous

vous manquez d'argent - faites le ménageFaire le ménage autour de soi, c’est faire le ménage en soi!

En faisant le tri des objets de votre logement, vous découvrirez probablement que vous avez beaucoup plus d’espace que vous ne le pensiez!

Ensuite, lorsque vous ferez votre rangement, vous découvrirez sans doute que vous possédez déjà plein de produits utiles que vous n’aurez pas besoin d’acheter pendant un certain temps!

Ça m’est arrivé et ça m’arrive encore encore aujourd’hui de découvrir des trésors cachés!

Car devenir minimaliste est un processus sans fin.

C’est ça le paradoxe: d’un côté, vous manquez d’argent et de l’autre vous avez possiblement trop de choses inutiles.

Le rangement, c’est payant!

Prenez quelques minutes et regardez attentivement le contenu de tous vos espaces de rangement.

Qu’est-ce qui s’y trouve?

Posez-vous la question franchement (pour chaque objet) : est-ce vraiment utile?

Combien avez-vous dépensé pour toutes ces choses qui ne serviront probablement plus jamais? 

Et qu’aujourd’hui vous regrettez sûrement d’avoir achetées?

Pourquoi conserver toutes ces choses inutiles qui prennent beaucoup trop d’espace?

Si elles ne vous servent plus, c’est qu’elles sont sans valeur pour vous.

Alors vendez-les, donnez-les!

 

Les vêtements

Pour le rangement des vêtements, la 1ère étape est de faire l’inventaire de vos vêtements et d’identifier ce que vous n’avez porté qu’une seule fois ou pas… encore!

Est-ce que ces achats étaient des achats réfléchis?

Dans mon cas, lorsque j’ai fait cet exercice, j’ai découvert des vêtements que je n’aurais jamais dû acheter. Je les avais achetés tout simplement parce que je les trouvais beaux!

À moins que je les avais achetés parce qu’ils étaient en solde!

En faisant mon rangement, j’ai aussi découvert des vêtements oubliés. Et je me suis retrouvé avec un inventaire fulgurant de bas, de pantalons et de chemises que j’allais maintenant pouvoir porter. Bref, j’avais découvert un inventaire de vêtements presque neufs. Un vrai magasin!

Et c’était autant d’économies pour l’avenir!

Et qu’en sera-t-il pour vous?

Regardez autour de vous… Imaginez les surprises qui vous attendent!

 

Retrouver l’équilibre dans votre vie!

vous manquez d'argentJ’espère que ces 3 trucs vous aideront à vous donner un peu d’air, si vous manquez d’argent.

Je souhaite que cette 1ère étape de votre transformation vers un mieux-être vous aide à trouver votre chemin.

Et que cela vous conduira vers ce que j’appelle le Bonheur Financier. C’est-à-dire l’équilibre entre les sept sphères de votre vie.

Aussi, si vous voulez aller un peu plus loin dans votre démarche, choisissez de relever le défi de 21 jours « Vivre le Bonheur Financier »!

C’est pourquoi j’ai conçu pour vous le programme d’accompagnement le plus humain au monde! Profitez-en!

Au plaisir de vous retrouver sur mon chemin et de vous accompagner dans ce défi.

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Votre relation à l'argent

Ai-je le droit d’être malheureux à cause de l’argent?

Tout le monde a le droit d’être malheureux! Pourquoi cette question?

C’est que la vie de tous les jours nous semble parfois difficile… Et que les défis se présentent constamment à nous et parfois, nous brusquent.

Mais ne vaut-il pas mieux croire que la vie nous donne tout ce dont nous avons besoin?

Ce serait bien mieux!

Mais…

Mais tout n’est pas toujours parfait. Et nous devons quelques fois gratter un peu pour arriver à voir l’aspect de bien dans le mal que nous vivons.

Trouver le bon côté d’un échec n’est pas toujours évident, surtout à court terme!

Accepter le bien et le mal, admettre que tous deux sont utiles, qu’on ne peut passer d’un bonheur à un autre bonheur sans subir quelques contrariétés, voilà qui est laborieux.

Une bonne nouvelle, c’est un médicament formidable, une mauvaise nouvelle, un coup de couteau, une blessure, peut-être aussi la fin, la mort.

Claude Lelouch, Le dictionnaire de ma vie

Comme dirait François LemayIt’s a process !

Dans son livre Tout est toujours parfait, il nous convainc que tout ce que nous vivons — le bon comme le mauvais — arrive car chaque évènement a quelque chose à nous apprendre.

Mais en attendant d’assimiler la subtilité de son concept et de comprendre pourquoi il faut quelques fois souffrir pour apprendre, j’aimerais pouvoir vous convaincre que notre vie matérielle n’a jamais été aussi facile!

Vraiment?

 

Notre vie de tous les jours n’a jamais été aussi facile!

Quand on regarde un peu en arrière, on comprend bien que l’effort physique qui devait être déployé par nos ancêtres, pour survivre, n’existe à peu près plus sur les continents américains et européens.

En effet, les travaux manuels hyper épuisants ont pratiquement disparu. Et on se retrouve aujourd’hui avec la possibilité de gagner sa vie sans la perdre. Physiquement du moins!

De plus, le nombre d’accidents au travail a diminué drastiquement depuis les dernières décennies.

Bref, notre vie de tous les jours n’a jamais été aussi facile!

Vous avez certainement tous regardé de vieux films qui montrent le mode de vie difficile de nos ancêtres…

Tous les appareils électroménagers qui se sont ajoutés au cours des derniers cinquante ans ont grandement facilité notre vie de tous les jours.

 

La vérité, c’est que nous dépensons trop!

Nos revenus ont aussi beaucoup augmenté depuis cinquante ans.

Et on peut malheureusement en dire autant de nos dépenses!

C’est là le cœur du problème : nos revenus ont augmenté et nos dépenses ont suivi!

Dans la tête de plusieurs, c’est comme s’il fallait tout dépenser notre argent pour être heureux!

Heureusement, il y a ceux qui (comme moi!) ont graduellement compris que dépenser ne rend pas si heureux. Certains ont donc adopté le minimaliste.  En effet, la vie peut-être si simple et agréable sans que l’on ait à tout acheter ce que l’on nous offre!

Mais pour plusieurs d’entre nous, l’argent c’est aussitôt reçu, aussitôt dépensé! Et même que certains mois, nous dépensons plus que nous recevons…

Quel paradoxe de voir que ce qui nous rend malheureux et tristes, c’est le stress financier et le malêtre que l’on vit, souvent en permanence.

C’est d’ailleurs ce qui nous fait croire que la vie est vraiment difficile! Puisque plusieurs études démontrent que le stress est causé en grande partie par le stress financier.

 

C’est la faute à l’argent!

Se révolter contre l’argent ne donnera rien!

Se répéter plusieurs fois par jour:  maudit argent ne changera rien à votre vie, à votre détresse.

Pas plus que de tenter de se convaincre que de se foutre de l’argent vous aidera à améliorer votre réalité et votre plaisir de vivre.

Alors, que faire sinon comprendre la chance que l’on a…

 

Mieux comprendre la chance que l’on a

Ce qu’il faut, c’est mieux comprendre la chance que l’on a!

Quelle chance?

Je vous explique ça en quelques chiffres seulement!

Statistiquement, les pays riches d’Europe, le Canada, les États-Unis, l’Australie et le Japon représentent moins d’un milliard de personnes. Arrondissons et disons que cela représente 10 % de la population mondiale.

Et vous faites partie de ce 10%!

Et maintenant, si je vous disais que puisque vous faites partie de la grande classe moyenne:

vous faites partie des 5 % des gens les plus riches du monde!

Oui, vous êtes bien plus riche que vous ne le pensez! Puisque vous avez plus de ressources financières que 95 % des habitants de notre planète!

Ce n’est pas rien ça!

Oui, oui, je sais. L’envie de vous comparer avec plus riche que vous ne manque pas…

C’est humain! On ne manque jamais de se comparer avec un plus riche, un plus beau, un plus instruit, un plus chanceux que nous!!

Mais on n’a pas le droit d’être malheureux pour ça!

Tu n’as pas le droit d’être malheureux, car tu as déjà plus. Tu as déjà plus que la majorité des gens qui t’entourent mais tu en veux encore plus!

Des études en psychologie décrites dans le livre de Sonja Lyubomirsky ont d’ailleurs montré nos faiblesses comportementales en ce qui concerne l’argent. Imaginez-vous que si on nous donne le choix entre gagner plus d’argent que la moyenne nationale ou de gagner plus que notre entourage immédiat, on préfèrera gagner plus que nos semblables!

C’est ridicule! Mais, c’est humain…

 

Je n’ai pas le droit d’être malheureux!

Vous comprenez maintenant que se plaindre tous les jours lorsqu’on fait partie du premier 5 % de la population, c’est se plaindre le ventre plein!

En choisissant le titre mon article: Et si on n’avait pas le droit d’être malheureux, je n’ai pas voulu vous choquer, bien au contraire!

Toutefois, mon but était de vous faire prendre conscience de l’importance d’apprécier ce que l’on a plutôt que de focaliser sur ce qui nous manque dans notre vie. C’est d’ailleurs tout simplement ce qui vous rendra vraiment heureux!

Alors… si vous croyez (comme moi, et Einstein!), que quand quelque chose ne va pas, il faut changer quelque chose dans notre vie, alors changez-le!

Êtes-vous prêt à relever ce défi?

Au plaisir,

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Votre relation à l'argent

Pourquoi vouloir être millionnaire quand je peux vivre l’abondance!

Êtes-vous de ceux qui croient qu’être millionnaire et vivre l’abondance, c’est la même chose?

Et que feriez-vous si vous aviez à faire un choix entre les deux?

Vous n’êtes pas seul à confondre les deux… J’ai dû réfléchir et faire quelques recherches pour répondre à cette question et clarifier ces deux concepts que l’on associe souvent.

C’est que j’ai constaté au fil des années, que plusieurs croient qu’un millionnaire peut se permettre de tout dépenser sans compter, tout le temps! Et que ce serait ça la définition de l’abondance. Avoir assez d’argent pour tout s’acheter et vivre la vie que l’on aime à chaque instant. Sans contrainte. Et surtout sans aucune contrainte financière!

Pourtant, je sais (comme comptable) que c’est complètement impossible.

Personne ne peut se permettre de tout dépenser sans compter. Personne!

En fait, tous ceux qui ont essayé ont tout perdu… Même Johnny Depp!

Je veux être millionnaire

On me dit souvent: Moi ce qui m’intéresse c’est d’avoir assez d’argent pour…

Et aussi, il y a cette phrase qui revient souvent: en autant que j’ai assez d’argent pour… aller en vacances, sortir, payer mes dettes, je suis très heureuse!

La réalité pour la très grande majorité d’entre nous est que devenir millionnaire n’est d’aucun intérêt!

Ce qu’on veut c’est d’atteindre un but, un état.

En termes de priorité, bien d’autres intérêts personnels arrivent bien avant la volonté de devenir millionnaire!

Pour la plupart, nous avons un objectif général de vie très simple comme celui de demeurer en santé, vivre à la campagne, s’adonner à la lecture et à la musique. Nous voulons une vie et éventuellement, une retraite tranquille, simple. Et donc ce que nous recherchons est une vie peu couteuse…

La simplicité de la vie est le signe de la vraie prospérité.

Swâmi Râmdâs

Mais devenir millionnaire, c’est pour qui?

Quand on considère le revenu moyen et le niveau des impôts en Europe et en Amérique, on constate qu’un objectif d’accumulation de 1M$ dans une vie est chose possible, mais rarissime. Comme le prouve cette étude sur le nombre de millionnaires dans le monde.

Aussi, on se demande bien comment atteindrons-nous cet objectif, ce rêve presque inatteignable que réalise seulement 2% de la population.

Également, comment y arriver avec des responsabilités financières déjà importantes et des revenus qui n’augmentent que très peu? On voit bien qu’à moins d’y canaliser ses énergies, le rêve de devenir millionnaire va continuer de demeurer une exception dans nos sociétés.

Alors, pourquoi rêve-t-on de devenir millionnaire si ce n’est pour le sentiment d’être heureux?

Et pourquoi ne pas chercher à y arriver à moindre coût?

Il est bien plus facile d’économiser pour une cause précise qui nous stimule vraiment (comme une nouvelle voiture, l’éducation de nos enfants, un nouvel ameublement, notre décoration intérieure…) que pour amasser du pognon!

Personnellement, contempler mon compte en banque ne me sourit pas autant que de réaliser ce pourquoi j’existe.

Pourquoi vivre l’abondance?

Être millionnaire ou non n’est pas si important en fait car en réalisant nos rêves un à un au cours de notre vie, nous vivons l’abondance.

Donc, je décrirais l’abondance plutôt comme une sensation que comme un chiffre. L’abondance ce serait cette sensation d’avoir tous les jours suffisamment de tout. De tout ce qui nous convient.

Et de toute façon (c’est aussi vrai pour le millionnaire que le milliardaire), personne ne peut tout acheter ce qu’il désire. C’est impossible, même pour un milliardaire!

Il y a des limites à l’argent. Il y a des limites à ce que l’argent peut acheter.

Aussi, j’aime penser que mon plaisir à apprécier la nature et les gens qui m’ entourent n’est pas fonction de l’argent que je possède. Ou l’argent que je dépense!

Je ne nie pas qu’avoir de l’argent aide pour beaucoup de projets. Mais la quête de l’argent pour l’argent contribue peu à la quête du vrai bonheur.

Donc, il vaut mieux vivre en fonction de réaliser nos rêves.

Et chercher à devenir qui nous sommes vraiment!

C’est combien vivre l’abondance?

Ultimement, vivre l’abondance c’est ce sentiment, cette certitude en la vie que j’ai aujourd’hui et que j’aurai  encore demain, tout l’argent qu’il me faut pour vivre ce que j’ai à vivre.

Ce qui veut dire que la meilleure façon de réussir sa vie c’est de se fixer des objectifs élevés qui nous touchent vraiment. Et surtout, personnellement.

En fait, nos objectifs financiers doivent toujours être reliés à notre raison de vivre. Autrement, nous perdrions notre motivation!

Si je tente, par exemple, de perdre du poids pour faire plaisir à quelqu’un (c’est-à-dire pour être aimé), ce sera bien plus difficile d’y arriver que si je le faisais pour mon bienêtre personnel. Car lorsque j’ai une vraie raison, une raison forte, j’atteins la cible!

En fait, perdre du poids et épargner, c’est un peu la même chose…

Si je me dis que j’aimerais prévoir une somme d’argent suffisante pour un voyage d’un an en Asie pour mes 50 ans, mon rêve prend forme. Car je sais que j’ai 5 ans devant moi. Que c’est un rêve d’enfance que de faire un tout d’éléphant… Aller en Asie est un objectif concret!

Et là, j’ai la sensation de vire l’abondance! Je me prépare, je le vis tous les jours davantage ce voyage…

Surtout, c’est beaucoup plus stimulant que de passer une vie à surveiller un chiffre dans un compte de banque!

Puisque c’est un objectif clair basé sur un rêve de vie.

Chacun de nous a des rêves à réaliser et une raison d’être qu’il nous importe de réaliser.

Cessez donc de rêver et passez à l’action!

Autrement, vous serez au même point lorsque vous relirez cet article dans deux ou trois ans!

Est-ce ce vraiment ce que vous voulez?

Comment vivre l’abondance

Vivre l’abondance, c’est donc vivre sa propre abondance. Et non celle de son voisin!

Il y a autant de raisons d’être qu’il y a d’individus sur la planète. Vous avez la vôtre!

L’abondance, ce plaisir de vivre, d’apprécier ce cumul de petites choses qui font que la vie est belle, c’est un mode de vie à conquérir tous les jours explique Lilou Macé.

L’erreur que nous commettons tous à un moment où à un autre, c’est de chercher les réponses à l’extérieur de nous.

La peur de ce qu’on va trouver, de ce qu’on va devoir faire si on trouve notre raison d’être nous ralentit dans cette quête d’être soi. C’est pas à pas, jour après jour, que je découvre ce qui est bon pour moi!

Pour dépasser la peur, le truc c’est la gratitude!

Lilou Macé

Il n’y aura jamais 100% de satisfaction. Du moins, cela ne durera pas longtemps. Le temps que la vie nous enseigne autre chose, à sa façon. Sinon, pourquoi vivre?

Vivre l’abondance, ça n’existe pas à long terme.

Vivre l’abondance, c’est à l’instant, comme en ce moment. Je m’arrête et je regarde la montagne au loin… Puis je dis MERCI.

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Top 10 Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Être riche et célèbre vous rendrait-il plus heureux?

On désire tous être riche et célèbre! Et on rêve même d’avoir plus d’argent, beaucoup plus d’argent!

Pourtant, on ne sait pas vraiment (encore) ce qu’on en ferait de cet argent!

Soyons honnêtes, nous n’avons pas la moindre idée de ce qu’on ferait d’une grande richesse (trop) subitement héritée. Ou de beaucoup de trop de célébrité qui nous tomberait dessus d’un coup! (Cela me fait tout à coup penser au film Superstar!)

En ce moment, vous vous dites sans doute que vous sauriez bien vous y faire à être riche et célèbre!

Mais, il  se pourrait bien qu’Einstein ait raison lorsqu’il parle de la quête du bonheur par le pouvoir, la célébrité et l’argent.

Et s’il te faut de l’argent pour être heureux, ta quête du bonheur ne se terminera jamais.

Albert Einstein

Le paradoxe de vouloir être riche et célèbre

Tout le monde rêve de plus d’argent! Et pratiquement tout le monde est attiré par le mode de vie d’une personne riche et célèbre.

Bien que peu de gens ne s’imaginent vraiment ce que c’est que de vivre avec beaucoup d’argent. Je ne plains pas les gens riches, je dis simplement qu’il y a des contraintes évidentes à être riche.

Mais effectivement, être très pauvre est bien pire!

D’ailleurs je précise que cet article s’adresse à ceux qui ont suffisamment d’argent pour combler leurs besoins fondamentaux et qui veulent toujours avoir plus d’argent. Comme moi il y a quelques années!, avant de décider de vivre avec moins et de découvrir le minimalisme!

Le problème en est un de perception. C’est que souvent, la seule image que nous ayons des gens riches est celle que l’on retrouve dans les revues de stars ou lors des fameux tapis rouges...

C’est que ces gens que l’on admire affichent en public un sourire permanent! Ils portent des vêtements haut de gamme exclusifs et très chers! Et ils possèdent des voitures chics et des maisons construites sur des sites grands comme des terrains de foot!

Pour nous, la classe moyenne, c’est clair que les gens riches n’ont jamais de problèmes!

Aussi on se les imagine vivre dans la facilité absolue, entourés d’amour et de biens matériels. Car, bien sûr, ils n’ont jamais mal à la tête malgré le champagne qui coule à flots. Et ils ne sont jamais fatigués non plus. De même leurs enfants, leurs conjoints et leurs amis interagissent avec eux, toujours en parfaite harmonie…!

 

Cameron Diaz, une riche et célèbre

Voici le témoignage surprenant de Cameron Diaz:

 I am not famous, I am me!

 « Si vous recherchez la célébrité, vous ne serez jamais heureux… (voyez sa vidéo si vous ne me croyez pas!) »

Cameron Diaz

Dans cette vidéo, Cameron Diaz explique pourquoi vouloir être comme elle n’est pas la solution à votre bonheur.

En résumé, elle dit que:

  • Être célèbre ne signifie pas être heureux!
  • Être heureux c’est être authentique, c’est d’être vrai avec soi-même…
  • Vous devez chercher à accomplir quelque chose qui vous donnera un sentiment d’accomplissement personnel!

 

Être riche et célèbre vous rendrait-il plus heureux?

Évidemment, la vie des gens riches et célèbres est différente de la nôtre:

  • Même s’ils se lèvent en retard un matin, il y aura toujours quelqu’un pour conduire les enfants à l’école.
  • S’ils tombent malades, ils auront accès aux meilleurs médecins et aux meilleurs hôpitaux disponibles.
  • Et ils ont aussi la possibilité de déléguer toutes les tâches qui leurs déplaisent.

Ce sont de vrais avantages qui améliorent grandement la qualité de la vie en général. En revanche, vous seriez surpris de constater que la majorité des vrais millionnaires ne vivent pas tous comme des vedettes du jetset!

Et le bonheur dans tout ça?

Selon le psychologue Marc Vachon :

À force d’être bombardé dans les médias par la vie des gens riches et célèbres, on pourrait finir par croire que c’est dans la richesse et la renommée que l’on trouve le bonheur.

Mais une recherche du Journal of Research in Personality démontre, si vous ne le saviez pas déjà, que cela ne contribue pas à être heureux.

Ce qui rend plus heureux, c’est la réalisation de soi comme personne, le fait d’avoir des relations avec des gens qu’on aime et qui nous aiment et le sentiment de contribuer à la communauté.

L’argent contribue au bonheur

Selon plusieurs études, il est certain que l’argent contribue au bonheur. Mais, jusqu’à un certain point!

J’aime d’ailleurs dire que:

L’argent ne fait pas le bonheur, mais en manquer non plus!

Malheureusement, on s’imagine souvent que l’argent seul peut rendre heureux. Et qu’il a en plus le pouvoir de nous attirer le respect et la gloire… Ah, ce grand besoin de reconnaissance que nous possédons tous!

Pourtant, cette psychologue américaine et bien d’autres études ont démontré qu’il y a une limite à la contribution que l’argent peut avoir au bonheur.

Pour le prix Nobel d’économie Angus Deaton, l’argent fait le bonheur, mais pas au-delà de 75.000 dollars bruts (en 1990), soit environ 66.000 euros, par foyer et par an.

Chacun aura son chiffre en tête et on peut être d’accord ou pas avec. Mais pour Deaton, 75.000 dollars est un seuil au-delà duquel des hausses de revenus n’améliorent plus la capacité des individus à faire ce qui compte le plus pour leur bienêtre émotionnel, comme de passer du temps avec ceux qui leur sont chers, éviter la douleur et la maladie, et profiter de leurs loisirs.

Pour arriver à cette conclusion, les deux experts se sont appuyés sur un sondage de l’institut américain Gallup-Healtways qui a interrogé, en 2008 et en 2009, pas moins de 450.000 Américains. Cette étude n’est pas récente, mais elle a le mérite d’avoir étudié ce que j’appelle la contribution marginale au bonheur. C’est-à-dire, de connaitre dans quelle mesure, 1 000$ additionnels de revenu vous rendrait plus heureux.

 

Se fabriquer un plan de vie

Je crois qu’un des facteurs essentiels au bonheur c’est notre capacité à le désirer. Par exemple, si vous faites déjà 60 000$ par an, je suis certain que 5 000$ additionnels feraient bien votre affaire!

La raison est que vous avez probablement déjà imaginé ce que vous feriez avec ce 5000$.

Comme quoi le fait d’imaginer et de rêver à quelque chose nous préparerait à l’accepter. Et aussi, à l’atteindre!

Voici pourquoi se fabriquer un plan de vie est génial!

 

Être riche et célèbre, et être heureux!

Et les millionnaires, comment font-ils pour être heureux?

Quelle serait votre réaction si vous gagniez 1 000 000$ à la loto?

D’abord, vous seriez trop joyeux et surtout très énervé!

Ensuite, vos idées deviendraient éparpillées et vos décisions aussi! (C’est ce qui arrive chez plus de 95% des grands gagnants de la loto.) Les gagnants adoptent rapidement un niveau de vie exagéré et dépensent comme si 1 000 000$ était une somme d’argent illimitée… Pourtant, comme vous le savez maintenant, personne ne peut se permettre de dépenser sans compter, même pas Johnny Depp!

Aussi, quelques années plus tard, ces gagnants se retrouvent perdants. Puisque presque tous se retrouvent avec un patrimoine moins élevé qu’avant d’avoir gagné leur gros lot!

Bref, contrairement à ce que certains croient, on n’échoue pas sa vie si on ne devient pas millionnaire!

Ceux qui ne travaillent pas 80 heures par semaine pour s’enrichir ont peut-être tout simplement compris les limites d’avoir plus d’argent!

Enfin, paradoxalement, je vous partage cette surprenante citation d’un des plus grands économistes de tous les temps:

L’amour de l’argent comme objet de possession, qu’il faut distinguer de l’amour de l’argent comme moyen de se procurer les plaisirs et les réalités de la vie, sera reconnu pour ce qu’il est : un état morbide plutôt répugnant.

John-Maynard Keynes, économiste.

 

Mais les millionnaires n’ont rien compris?

Est-ce que cela veut dire que les millionnaires n’ont rien compris?

Bien sûr que non!

En fait, ceux que je connais et qui semblent heureux (je crois qu’ils le sont vraiment!) ont une grande motivation pour accumuler et conserver un patrimoine élevé. Et il ne faut pas leur en vouloir d’avoir cette façon de se surpasser car pour eux, c’est un jeu!

C’est comme les joueurs de foot, les stars de cinéma et tous les athlètes que vous applaudissez et qui se battent tous les jours de leur vie pour accumuler des trophées et des records!

Pour eux, être riche et célèbre fonctionne car ils sont alignés avec leur mission de vie

 

Il y a plein de façons de vivre le bonheur sans être riche et célèbre

Il existe des milliards de façons d’être heureux. Et chacun a la sienne. Comme vous avez la vôtre.

Est-ce que vous l’avez trouvé ?

Sinon, il est encore de trouver ce qui vous ferait vibrer dans votre vie et d’éviter que l’argent vous limite. Cliquez ici pour relever le défi de 21 jours!

Et surtout, Merci de partager cet article qui aidera vos amis à se sentir mieux!

Au plaisir!

Marc Blais