Catégories
Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

Comprendre l’économie mondiale, c’est comme faire du pain!

Bien comprendre l’économie mondiale

Dans cet article, je démystifie ce qui se passe actuellement dans l’économie mondiale. Mon but est de montrer comment agissent nos gouvernements pour nous donner l’illusion que tout va bien même si on est toujours en crise financière.

J’ai donc pensé à cette analogie avec la préparation du pain!

Le pain?

Oui, en fait je réfléchissais – tout en pensant à mes vacances ! – à comment l’économie est gérée actuellement. C’est à dire artificiellement.

Je m’explique.

Pour faire du pain, il faut de la farine, du lait et de la levure. Trois ingrédients.

Ce sont les ingrédients de base.

On peut, bien sûr, remplacer le lait par de l’eau. Ça n’aurait pas le même goût mais ça deviendrait quand même du pain. Pourquoi de l’eau? C’est moins cher. Mais, c’est aussi moins bon!

Et la farine et la levure? Il y a plusieurs sortes de farine et de levure et là aussi, on peut varier pour le plaisir et le goût. Et le prix aussi!

Où je m’en vais avec ma levure?

J’y arrive.

Mais avant, j’aimerais ajouter que pour faire un pain plus sophistiqué, on peut ajouter – comme vous savez – des noix, du fromage, des fruits et … Et ça deviendra un super bon pain!

***

Bien comprendre l’économie mondiale et vos investissements

– Je t’ai perdu Marc!

Et l’économie mondiale dans tout ça? Quel est le lien avec les noix? Les allergies peut-être?

– Tu brûles!

L’économie mondiale est présentement gérée par des gens qui testent des nouvelles théories.

Ces recettes – ou plutôt ces anciennes recettes ont souvent fait leur preuve -, mais comme vous savez les recettes d’antan demeurent très bonnes en autant que l’on utilise les même bons ingrédients d’antan!

L’inflation, c’est comme la levure, il n’en faut pas trop car sinon le pain lèvera beaucoup trop et il y aura trop d’air et pas assez de substance. Et tout le monde y perdra …

Les taux d’intérêt, tout comme la farine, on a tendance à en mettre le moins possible pour baisser les coûts – du crédit – pour vendre plus de pains à un meilleur prix et ainsi stimuler l’économie…

Mais le problème actuellement, c’est que comme c’est moins nourrissant, le consommateur n’en consomme pas plus. Il se détourne de la consommation et de l’investissement, en attendant…

– En attendant quoi ?

– En attendant que quelque chose se produise.

– Comme ?

– Il attend que l’économie reprenne pour de bon, solidement. Que l’on trouve la bonne recette. Pour ça, il faut que le consommateur ait VRAIMENT des euros et des $ en surplus …

– C’est foutu, donc! On est tellement loin de l’objectif … Et en plus, on ne peut rien faire, on a pas le contrôle de la classe politique et de ce que font les gouvernements…

– C’est vrai. On a seulement le contrôle de ce que l’on fait avec notre argent. Mais ça on l’a! Et c’est déjà beaucoup!

– C’est suffisant ?

– Oui!

Faites votre propre pain! Reprenez le contrôle de vos investissements!

Tandis que les politiciens des cinq continents essaient de voir jusqu’où on pourra aller en ajoutant toujours plus d’eau dans un pain – c’est-à-dire en imprimant de l’argent -, nous on peut tout simplement mieux comprendre l’économie mondiale.

Et si on comprend que l’on est en toujours en crise financière 10 ans après la crise de 2008-2009, il est temps de réviser ses investissements…

Surtout, on ne doit pas attendre de voir si la prochaine recette de pain diluée des gouvernements américain, européen ou canadien va lever … ou non.

Préférez-vous attendre de voir si la prochaine fournée sera meilleure, sachant que les gouvernements y mettront encore plus d’eau – en proportion de la farine et de la levure – et que cela va (encore) diluer la valeur de votre argent, ce qui augmentera encore plus votre coût de vie?

– Ben là, je suis vraiment perdu!

– Si tu choisis de contrôler ce que tu peux contrôler, c’est-à-dire d’investir intelligemment, toi et ta famille vivrons sûrement mieux que tous ceux qui attendent tout des autres et des gouvernements!

– Qu’en penses-tu?

 

Si vous connaissez quelqu’un qui ne comprend pas encore que la crise financière et l’état de l’économie mondiale, partagez-lui cet article!

Merci de me lire!

Marc
Crédit photo: 123rf

Catégories
Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement !

La bourse vous empêche de dormir?

Trouver ce qui cloche lorsque la bourse vous empêche de dormir n’est pas si évident!

Il est possible que le choix de vos investissements ne soit plus optimum pour vous, que votre vie ait changé…

Mais ce n’est pas toujours aussi simple! Et j’ai souvent constaté que la plupart des investisseurs vivent ce que j’appelle le paradoxe de l’investisseur.

 

Le paradoxe de l’investisseur…

Le paradoxe de l’investisseur, c’est comme si deux versions de nous-mêmes s’affrontaient!

C’est que d’une part, nous investissons trop sur le marché boursier, sans considérer suffisamment notre capacité à faire face à la volatilité.

Et cela se produit car comme nous croyions faussement qu’à très long terme (10 ans et plus), investir à la bourse était plus rentable que d’investir dans les titres à revenu fixe (comme les obligations et les certificats de dépôts).

Si vous doutez de ce qui précède, je vous invite à lire Investir en bourse, c’est toujours le plus rentable! Vraiment? 

D’autre part, il y a ce qu’on appelle tout simplement; la peur!

Car oui, dans notre vie de tous les jours, nous avons peur! Nous avons peur que des évènements négatifs viennent affecter notre avenir.

La vérité, c’est que nous ne sommes pas tous également aptes à vivre un grand changement de valeur en un court laps de temps.

Surtout quand nos rendements tournent rapidement au rouge!

C’est alors dans le drame que l’on découvrira notre vraie tolérance à la volatilité. Et non celle que nous croyions avoir!

Notre tolérance à la volatilité est différente de toutes les autres personnes. Nous sommes uniques. Et c’est la raison pour laquelle on ne peut pas se comparer…

 

Mesurer notre tolérance à la volatilité…

Techniquement, vous pouvez mesurer votre tolérance à la volatilité grâce à des tests plus ou moins scientifiques.

Mais vous devez aussi savoir que le résultat que vous allez obtenir grâce à ce type de test sera imprécis.

C’est que, selon moi, il n’y a que votre propre expérience d’investisseur qui vous guidera vraiment à déterminer le pourcentage d’actions que vous devriez posséder dans vos différents portefeuilles d’investissement.

C’est un exercice que vous devriez d’ailleurs faire pour chacun de vos portefeuilles.

Sans quoi, il se pourrait que la bourse vous empêche de dormir!

 

La bourse vous empêche de dormir?

La volatilité se définit comme étant la variation de valeur dans le temps.

Et c’est cette volatilité non désirée qui fait peur autant aux petits investisseurs que nous sommes qu’aux grands investisseurs institutionnels.

De plus, j’ai pu vérifier à maintes reprises nous sommes tous pareils, petits ou grands investisseurs!

Mais comment savoir si vous avez trop investi en bourse?

Si vous êtes très préoccupé par vos investissements et que la bourse vous empêche de dormir, c’est probablement que vous avez trop investi en bourse.

Pour investir intelligemment sur les marchés boursiers, il faut être à l’aise avec la grande volatilité de la bourse.

C’est en quelque sorte le prix à payer pour profiter d’un bon rendement à très long terme.

 

Et si vous n’étiez pas fait pour investir en bourse!

Un retraité me confiait l’an dernier qu’il avait complètement quitté la Bourse après le krach de 2008-2009.

A-t-il bien fait?

Regardons ce qui s’est passé depuis.

D’un côté, la bourse canadienne (TSX), la bourse américaine (Dow Jones) et la bourse française (CAC 40) ont repris plus que le terrain perdu après une baisse généralisée de 50 % en 2008-2009.

Donc, mon ami retraité aurait été avantagé de conserver son portefeuille boursier! Au lieu de cela, il a réalisé un rendement 2% à 6 % par an en revenu d’intérêt, à la banque ou encore en investissant dans des obligations.

Quelle différence!

Mais au-delà des chiffres, car il est très facile d’analyser tout ça après coup, mon ami s’est sécurisé et il dort mieux!

Être confortable avec ses investissements, ça n’a pas de prix!

Et bien dormir, non plus!

Investir en bourse offre l’énorme avantage de participer directement à la croissance économique et aux profits des entreprises. La question est de savoir si on est vraiment en croissance économique ou si la crise de financière de 2008 se continue sous une autre forme.

Il y a aussi un autre avantage à investir sur le marché boursier qu’on oublie souvent, c’est qu’il offre une protection de notre portefeuille contre l’inflation. En effet, l’inflation se traduit dans le chiffre d’affaires ainsi que dans les profits des bonnes entreprises listées en bourse, ce qui augmentera leur valeur boursière.

Investir en bourse nous permet donc de protéger notre capital et aussi de maintenir notre pouvoir d’achat comme consommateur.

Retraité ou non, ça c’est important!

 

Pourquoi tolérer que la bourse vous empêche de dormir?

Investir en bourse nous est vendu comme la bonne décision à prendre pour atteindre un rendement plus élevé sur le long terme.

Mais même si c’est vrai au cours de certaines périodes, il faut savoir que le prix à payer pour ce rendement est la volatilité des marchés et la peur qui en résulte!

Investir en bourse ne convient donc pas à tous et à toutes les situations.

Et si la peur vous empêche de dormir, aussi bien être honnête avec vous-même et investir moins ou pas du tout sur les marchés boursiers. Car se sentir bien et bien dormir la nuit, ça n’a pas de prix!

J’espère que vous avez apprécié mes réflexions!

Pour en savoir plus sur ce sujet, je vous suggère mon livre.

Marc Blais