Catégories
Des livres pour être soi Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Les livres du Bonheur Financier Top 10 Votre relation à l'argent

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Qu'est-ce qui nous rend vraiment heureux?Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Le livre de Sonja Lyubomirsky

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?, c’est le titre du livre de Sonja Lyubomirsky, cette psychologue américaine d’origine russe qui a étudié la question pendant 20 ans.

Eh oui, 20 ans!

Serait-ce la preuve que ce qui nous rend vraiment heureux est un état qui n’est pas plus simple à comprendre qu’à vivre?

Selon moi, il nous faut apprendre à nous réjouir de notre vie présente plutôt que de rêver inutilement à une vie impossible ou à nous comparer aux autres.

Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux?

Dans son livre, Sonja Lyubomirsky nous motive, études à l’appui, à effectuer quelques changements dans nos vies.

1 Dépenser son argent en expériences plutôt qu’en possessions

D’abord, dit-elle, l’argent que l’on dépense pour une expérience, comme une sortie ou un voyage, nous rendra bien plus heureux que l’acquisition de biens matériels (pensez laveuse-sécheuse!). Et en plus, le plaisir subsistera plus longtemps!

Sonja Lyubomirsky nous explique de façon très convaincante qu’il est possible d’être plus heureux en consommant moins.

Il suffit de dépenser son argent en expériences plutôt qu’en possessions. Une promenade en famille apporte plus de satisfaction qu’une télévision grand écran dernier cri.

2 « Je serai heureux quand j’aurai payé mon hypothèque… »

Ensuite, le fait de se répéter « je serai heureux quand … « ne mènera à rien de bon!

Par exemple, « je serai heureux quand j’aurai payé mon hypothèque » ne fonctionne pas. Quand vous aurez payé votre hypothèque, vous développerez une autre excuse… (Je le sais, je l’ai essayé!)

Que se passe-t-il si nous comprenons que nous avons apparemment tout, au moins en théorie, mais que nous ne sommes quand même pas heureux? Parce que nous sommes la proie du présupposé selon lequel une fois que nous aurons la fortune ou le succès, où ce dont nous rêvons en général, nous serons enfin heureux, et quand ce bonheur s’avère insaisissable ou éphémère, nous éprouvons des émotions mêlées, de l’abattement et même de la dépression. Ces expériences sont regrettables, parce qu’elles sont évitables.

(Dans le livre, il est expliqué comment éviter ces moments de crise.)

3 Avoir de la gratitude

Et enfin, si, vous êtes une personne reconnaissante, c’est-à-dire que si vous avez de la gratitude pour ce qui tout ce qui vous arrive de bien dans votre vie, – en pensant le moins possible à ce qui vous arrive de moins bien! – vous augmenterez de beaucoup vos chances de vivre heureux!

L’auteur de ce livre super bien vulgarisé m’a grandement fait réfléchir! Car, bien que je croyais avoir déjà assez longuement réfléchi sur le sujet du bonheur et du bonheur financier, Sonja Lyubomirsky remet en question plein d’idées reçues « … pour aider à prendre un meilleur recul sur nos vies et nos ambitions souvent déçues ».

De plus, elle remet en question nos croyances souvent erronées à propos de l’argent, du bonheur, de la vie de couple et de notre travail.

4 Le piège de l’argent

Nos fantasmes sur notre premier million ou sur notre villa sur le bord de la mer ne sont presque jamais aussi palpitants dans la réalité que dans notre imagination, et même quand ils le sont, leur surcroît de plaisir ne dure jamais très longtemps. 

La réussite financière, selon les études de Sonja Lyubomirsky, ne serait qu’un court bonheur, rien de plus!

Pourquoi? Parce que nous ne pouvons jamais réitérer l’expérience d’une première fois. Telle est la vérité essentielle lorsqu’on arrive en haut d’une montagne ou de sa hiérarchie professionnelle. Les moments, les semaines ou les années qui conduisent jusqu’à ce sommet peuvent être épuisants, mais exaltants. 

Quand notre rêve est sur le point de se concrétiser, cela nous inspire à la fois ivresse, assurance et témérité.

Quand nous atteignons le succès: c’est merveilleux, mais pour un temps seulement.

Les êtres humains sont programmés pour désirer, pas pour apprécier, et pour vouloir plus, pas pour se contenter de ce qu’ils ont.

 

5 Plus d’argent ne rend pas plus heureux!

Pour beaucoup d’entre nous, l’argent et le succès ne font qu’un. L’aisance peut avoir de nombreux atouts – outre la possibilité d’acheter plus, elle nous aide à rencontrer le partenaire potentiel et nous offre sécurité et stabilité -, mais un fait inévitable est que l’on s’y habitue.

Les économistes ont montré que les deux tiers des avantages d’une hausse de revenus s’effacent au bout de tout juste un an, en partie parce que nos dépenses et nos nouveaux « besoins » augmentent en parallèle et parce que nous commençons à fréquenter des gens qui, eux aussi, gagnent plus. 

Même si avoir plus d’argent nous rend plus satisfait de la vie, cela n’a pratiquement aucun impact sur les émotions positives et négatives au quotidien et sur les hauts et les bas que nous connaissons.

L’individu moyen est plus soucieux de comparaison sociale, de statut, de rang et de signes extérieurs de richesse que de la valeur absolue de son compte en banque ou de sa réputation. 

Une étude réalisée en 1998 a montré que les gens préfèrent vivre dans un monde où ils touchent un salaire annuel de 50,000$ (quand les autres gagnent 25,000) plutôt que toucher un salaire annuel de 100,000$ (quand les autres en gagnent 200,000).

Il semble que ce que gagnent nos semblables détermine notre bonheur, plus encore que ce que nous gagnons, si confortables que soient nos revenus.

 

6 Devenir minimaliste?

Plus nous gagnons de l’argent, plus nous nous y habituons, et plus nous voulons en gagner. Cette réalité a deux conséquences potentiellement néfastes.

Premièrement, nous ne profitons pas de notre richesse autant que nous le devrions.

Deuxièmement, notre désir d’acheter et de posséder toujours plus pour atteindre le même niveau de plaisir peut nous conduire sur la voie du matérialisme effréné, nous inciter à dépenser de plus en plus pour en tirer de moins en moins de bonheur.

Des masses de recherches ont montré que le matérialisme nuit au bonheur, menace la satisfaction que nous inspirent nos relations, nuit à l’environnement, nous rend moins chaleureux, moins aimables et moins compatissants, et moins susceptibles d’aider les autres et d’oeuvrer pour notre communauté.

Serait-ce une raison de plus pour éviter les excès du matérialisme et pour devenir minimaliste? Et pour dépenser notre argent afin de vivre plus heureux?

 

7 Les six plaisirs de l’argent

Comment l’argent rend vraiment heureux?

La psychologie suggère six principes à respecter si nous voulons tirer le maximum de plaisir de notre argent:

  1. Dépensez votre argent en expériences plutôt qu’en possessions!
  2. Séparez vos expériences dans le temps!
  3. Dépensez votre argent en activités qui satisfont vos besoins d’épanouissement!
  4. Dépensez de l’argent pour les autres, pas pour vous!
  5. Vous pouvez dépenser maintenant, mais attendez avant d’en profiter!
  6. Dépensez votre l’argent pour vous offrir du temps!

C’est la dépense sociale qui cause le plus grand bonheur!

 

 8 Dépenser son argent en activités qui satisfont nos besoins

Qu’est-ce que cela veut dire satisfaire nos besoins?

C’est certain que quand on dépense, on vise à satisfaire nos besoins, sinon, on ne dépenserait pas!

Sonja Lyubomirsky est plus précise et nous fait voir nos lacunes à ce sujet.

Si l’argent ne nous rend pas heureux, c’est sans doute que nous le dépensons afin d’être à égalité avec nos voisins, afin de valider notre richesse ou d’étaler notre beauté, notre puissance et notre statut social.

Le problème n’est pas alors dans l’argent, mais dans notre façon de l’utiliser.

Le moyen le plus direct et le plus fiable pour maximiser le bonheur et l’épanouissement que nous tirons de l’argent est peut-être de satisfaire nos besoins, par exemple, en dépensant notre capital pour notre propre développement humain, pour progresser, en l’investissant dans les connexions interpersonnelles.

Les dépenses qui génèrent le plus de bénéfices émotionnels sont celles qui satisfont au moins les trois besoins fondamentaux qui suivent:

  1. La compétence. Par exemple, investir dans une formation qui vous fera sentir plus compétent, capable ou expert dans un domaine.
  2. La connexion. Comme choisir une activité qui vous permettra de vous sentir relié aux autres, d’aider une communauté.
  3. L’autonomie. Toute activité qui vous donne le sentiment de maîtriser votre vie!

La recherche a montré que ces activités apportent le bonheur et, fait tout aussi important, ne suscitent pas les désirs addictifs croissants.

 

8 Devenez le maître de votre vie!

C’est en changeant vos croyances que vous arriverez en devenant graduellement le «maitre», le maître de votre vie! 

Et en vous libérant des pièges de l’argent en vous. Et autour de vous.

Pour découvrir ce que j’appelle: l’heureuseté, cet état de bonheur permanent dont je parle ici: lisez ce magnifique livre de Sonja Lyubomirsky!

Et pour être heureux, sans avoir à gagner plus d’argent, profitez de mes ateliers de croissance et apprenez à vivre délibérément!

Au plaisir de vous rencontrer,

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir un leader inspirant Économiser facilement Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Top 10 Votre relation à l'argent

Quel est ton plan de vie?

Pourquoi faire un plan de vie ?

Es-tu une personne qui se cherche?

Aimerais-tu découvrir une façon d’atteindre tes objectifs de vie?

Connais-tu réellement tes buts?

Bref, ce qui te rendrait heureux?

As-tu l’impression d’être ou de faire des choses qui ne sont pas tout à fait ce que tu devrais faire?

Si oui, faire un plan de vie est ta solution!

Qu’est-ce qu’un bon plan de vie?

C’est utile un plan de vie?

Bien sûr que oui!

Car si je te demandais : où voudrais-tu être dans un an ou dans 5 ans, qu’est-ce que tu me répondrais?

Peut-être quelque chose comme:

  • J’aurai réalisé mon voyage de rêve à…
  • Je serai reconnu pour mon expertise. Et j’aurai un travail qui me fera grandir.
  • J’aurai ma maison ou mon condo à moi.
  • Je serai chef d’entreprise ou je dirigerai mon équipe.
  • J’aurai remboursé plusieurs de mes dettes…
  • Mon conjoint et moi aurons réalisé quelques-uns de nos voyages de rêve.
  • Etc.

Donc, tu as déjà quelques idées de ce que tu aimerais réaliser dans un horizon de un an à 5 ans.

Et par conséquent, tu as une certaine vision de ton avenir, de ta vie de couple ou familiale, de ta vie professionnelle et sociale. Et aussi de ta vie financière.

Le plan de vie et l’argent

Pourquoi l’argent?

L’argent est un outil qui t’aide à réaliser ton plan de vie!

Je suis de ceux qui ont de la difficulté à épargner. Pour moi, épargner sans avoir un but ne fonctionne pas.

Par contre, si je sais qu’un de mes rêves est de partir en voyage l’an prochain, je saurai prendre les moyens pour réduire certaines dépenses non prioritaires et atteindre mon objectif.

C’est cette approche qui fera toute la différence pour toi. Car entre dépenser n’importe comment sans te soucier du lendemain et réussir ta vie, il n’y a que ta décision! Et le goût de vivre ta vie à ton goût!

Certains voient le fait d’avoir de l’argent comme un statut social et financier. Mais être plus riche que l’an dernier sans avoir de buts précis ne veut rien dire pour moi. Il faut savoir ce que l’on fera de cet argent!

En effet, si tu espères que tu seras plus prospère l’an prochain que tu ne l’es aujourd’hui, mais que tu ne t’es pas donné un but précis, les chances sont que tu n’atteindras aucun but!

Tu dois décider où tu veux aller, quelle cible tu veux atteindre!

Dans la liste de tes objectifs, espérer être plus à l’aise financièrement est un objectif bien trop vague. C’est pourquoi il est rarement atteint!

En fait, plusieurs énoncent leurs objectifs de la mauvaise façon et ne les réalisent que rarement. C’était mon cas, mais j’ai compris que je devais être plus précis et audacieux dans l’élaboration de mes objectifs.

Aussi, ce changement a été quelque chose de fondamental pour réussir ma vie.

A goal is a dream with a deadline.

 (Un objectif est un rêve avec une date limite.)

Napoleon Hill

Un plan de vie est primordial pour réussir ta vie!

Il y a quelques années, la prestigieuse Université Harvard s’est intéressée à savoir pourquoi une petite minorité de ses étudiants réussissait beaucoup mieux que les autres.

Alors qu’ils soupçonnaient des facteurs de réussite tels que les moyens financiers, le lieu de résidence, le sexe et la race, etc., ils ont été surpris des conclusions de leur enquête.

Une étude d’un groupe de chercheurs de Harvard a démontré que les tops 3 % de leurs finissants sont ceux qui ont mis leurs objectifs de vie par écrit.

Alors, c’est clair que plus vite tu décideras des objectifs que tu veux atteindre, le plus vite tu écriras tes objectifs de vie, le plus rapidement tu les atteindras!

Et un plan de vie financier?

Est-ce qu’un plan de vie financier est nécessaire?

D’abord, un plan de vie financier t’aidera dans la mesure où tu as déjà réfléchi à ton plan de vie.

Car un plan de vie financier est tout simplement un outil de réflexion très utile pour réussir ta vie et ta vie financière.

Le terme plan financier est souvent utilisé par les planificateurs financiers et les conseillers en placement pour estimer combien vous aurez besoin pour votre retraite, dans 30 ans.

Décide de ton plan de vie (financier) !

Mais un plan de vie financier a un objectif beaucoup plus global et personnel.

Et préparer ton plan de vie pourra t’éviter de vivre plusieurs des erreurs financières les plus communes, comme :

Bref, un plan financier personnel c’est bien plus qu’un truc plein de chiffres pour t’emmerder!

Pour moi, c’est une occasion de bien réfléchir à tes désirs, à tes rêves.

Pour réussir ta vie!

C’est quoi un plan de vie financier?

Un plan de vie financer:

  • C’est ni plus ni moins réfléchir à ton avenir…
  • C’est penser sérieusement à ce que tu veux accomplir financièrement. Et autrement dans ta vie.
  • Et c’est aussi te donner une vision de l’avenir!

De plus, c’est beaucoup plus simple que tu ne le penses!  Puisque le plus difficile pour toi sera de faire des choix en fonction de tes limites de temps et d’argent.

Aussi, je te suggère de commencer tout de suite avec ce petit travail.

livre-de-marc-blais-reprenez-le-controle-de-votre-vie-financiereSur une feuille, écris tout ce que tu veux faire d’ici, un an, d’ici cinq ans et d’ici dix ans. C’est la première étape d’un plan financier tel que je traite dans le premier chapitre de mon livre.

D’ici un an, je…

D’ici cinq ans, je…

Et d’ici dix ans, je…

Tu dois aussi tenir compte qu’au cours des prochains mois et années, tu auras à faire des choix financiers importants qui affecteront ta vie et ton patrimoine.

D’ici ta retraite, plusieurs évènements peuvent se produire :

  • Une naissance.
  • Une union de fait ou un mariage.
  • Un congédiement.
  • Un congé maladie.
  • Une réorientation professionnelle.
  • Une séparation.
  • Une année sabbatique.

Réussis ta vie!

Quand il est question de réussir sa vie, l’argent est un des cinq aspects indissociables avec la famille, la santé, l’amour, la communauté, le travail et la spiritualité.

Et lorsqu’un de ces cinq éléments est manquant, ton équilibre de vie est affecté.

Et si c’est l’argent, alors ta vie devient plus difficile, plus fragile…

Alors qu’avec un bon plan financier, tu seras plus heureux!!

Puis le fait de préparer ton plan financier te donnera des ailes. Tout comme les tops finissants de Harvard, tu réussiras ta vie bien mieux que les autres!

Il n’est jamais trop tard pour décider de ton plan de vie !

Marc

Catégories
Coaching Exécutif Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Mission de son entreprise Top 10 Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie

L’entreprise de tes rêves: l’as tu trouvé?

Aimerais-tu pouvoir t’exprimer au sein de l’entreprise de tes rêves? Et enfin te créer (ou trouver) une vie qui te ressemble?

As-tu l’impression (des fois) que les autres réussissent mieux que toi ?

Que ces autres (ceux qui t’entourent) ont très peu de difficulté dans leur vie. Ou que tout le monde (sauf toi) a trouvé sa mission sur terre!

C’est possible que tu te demandes ce qui ne va pas dans ta vie…

Tu as suivi plein de formations, tu t’intéresses à ceux qui réussissent. Tu suis leur vie sur les médias sociaux. Bref, tu cherches à comprendre comment ils font. Et tu tentes peut-être de faire comme eux…

Mais tu n’y arrives pas vraiment…

Qu’est-ce qui ne va pas?

 

Mais il est où, il est où mon X ?

Il est difficile de se réinventer !

Bien que sûr que c’est difficile car il faut savoir se remettre en question. Parfois, il faut même aller jusqu’à se perturber l’esprit pour s’ouvrir à l’inconnu !

Ah, cet inconnu…

Si je pouvais être certain de pouvoir être heureux en changeant une seule chose, ce serait laquelle?

Mais comme je ne peux pas savoir si ça marchera. Alors est-ce que ça vaut la peine d’essayer?

En somme, à quoi bon me titiller l’esprit sans fin si je ne peux être certain du résultat? Aussi, je devrais me contenter de ma vie actuelle, bien qu’imparfaite. Car au moins, dans celle-ci je sais.

Je sais que je souffre. Je sais aussi de ce que je souffre. Et je sais aussi combien je souffre…

Oui, oui, la souffrance, ça se compte.

Je reconnais que souvent, quand j’y pense… Et j’y pense (presque) tout le temps ; ça me fait mal !

Tous les matins quand je me réveille, je prends conscience du chemin, de l’embranchement de vie que je devrais prendre pour être heureux et même si je sais que je le peux, je dis à la vie quelque chose comme: fais-moi souffrir, mais pas trop quand même !

Puis les jours suivants seront identiques, je le sais…

Je sais que l’avenir ne pourra qu’être un peu mieux ou un peu pire que ce que je vis présentement. À moins que…

À moins que tu changes quelque chose, que tu prennes une décision ; LA décision. Celle qui te fera avancer d’un coup sec!

Mais avant, tu dois en accepter la douleur.

Ou subir encore un peu celle que tu connais tant.

On s’habitue. On s’habitue à sa souffrance.

 

Agis pour te découvrir et tu trouveras l’entreprise de tes rêves!

Quand on décide d’avancer, on ne sait qu’une chose…

Tu sais juste que tu ne seras plus jamais la même personne après! Car dès que tu acceptes l’incertitude de ta décision, tu avanceras d’un pas. Et ce pas en sera un qui sera énorme dans ton parcours de vie!

Mais pour y arriver, que dois-tu abandonner ?

Quelle certitude, quelles relations, quel travail et quelle dépendance dois-tu laisser aller ?

À qui et à quoi es-tu redevable ?

Qui décide?

On est tous liés, prisonnier de quelqu’un ou de quelque chose…

Et le reconnaître, c’est un peu commencer à s’en libérer.

 

Créer ou trouver l’entreprise de tes rêves…

Pour créer ou trouver l’entreprise de tes rêves, tu dois savoir pourquoi !

Désirer faire de l’argent, ce n’est pas assez! Car l’argent ne sera jamais une motivation suffisante pour te faire avancer, pour te réveiller avec le sourire. Et pour que tu aies le goût de te dépasser sur le long terme, au travail et dans ta vie. Il te faudra devenir un leader conscient…

Car l’argent est un moyen de t’accomplir, pas une fin !

Si tu n’es pas si heureux à ton travail, c’est sans doute que tes valeurs et ta raison d’être ne coïncident pas avec celles de ton entreprise ou avec celles de ton employeur.

Et ton patron lui, il ne te le dira pas ! Il te laissera aller, en espérant que tu ne craques pas, du moins, pas tout de suite !

C’est que, vois-tu, soit que ton employeur s’en fout ou soit il est dans la même situation que toi… Et qu’il cherche à survivre en attendant de trouver sa mission de vie (et d’entreprise)!

Selon plusieurs études, 40% (et plus) des employeurs ne considèrent pas important que leurs employés soient heureux au travail!

 

Trouve ton pourquoi!

Le défi c’est de Commencer par pourquoi, l’excellent livre de Simon Sinek. La mission de Simon Sinek est d’aider les gens à faire ce qui les passionne.

En somme, Sinek a remarqué que les entreprises qui performent sur le long terme sont généralement celles qui embauchent des personnes passionnées. Et qui correspondent au pourquoi de l’entreprise, à sa cause et à ses valeurs.

Aussi, je te pose la question :

Quel est ton pourquoi ?

Ne te stresse pas si tu ne le sais pas encore… Car la presque totalité des gens ne sait pas !

Car répondre à cette question, c’est un peu comme répondre à la grande question existentielle : qui suis-je ?

Ceux qui, comme moi, ont cherché intensément leur pourquoi, arrivent généralement à le trouver avec un peu d’efforts… Mais tous les autres qui n’en font pas une priorité meurent malheureusement sans vraiment se connaître.

Moi, mon pourquoi, c’est : je crois qu’un individu ou une organisation qui connait sa raison d’être est invincible ! 

Mais toi, s’il te manque une bonne raison de te lever le matin, si tu veux la trouver cette bonne raison, essaie de penser à ta place dans le monde. À ce que tu peux apporter aux autres par ton talent! Et ça, ça commence idéalement par : je crois…

À quoi crois-tu fermement ?

Que voudrais-tu faire pour les autres ?

Et que veux-tu changer?

 

Veux-tu vraiment créer l’entreprise de tes rêves ?

Tu as besoin de ton pourquoi si tu veux créer l’entreprise de tes rêves ou si tu veux transformer et faire croître celle que tu gères actuellement.

Et tu as besoin de trouver ta mission de vie pour trouver la mission de ton entreprise.

Voici un résumé de mon article 3 façons originales pour trouver ta mission de vie:

  1. Regarde ce qui te met régulièrement en colère dans ta vie. Il y a là une source d’insatisfaction que tu peux canaliser vers l’offre d’une solution à la fois équitable pour le client et rentable pour toi.
  2. Casse-toi la tête, remets-toi en question, bref, perturbe-toi. Change ta façon de voir ce qui t’entoure, demande-toi «et si je pensais différemment…., et si je changeais de méthode… »
  3. Demande-toi vraiment ce que tu peux faire pour les autres à partir de tes talents et de tes compétences. Commence par voir qui tu peux servir… Et comment tu peux les servir ? Ensuite, regarde à quel prix et vois ce qui peut être rentable ou non…

Car si ton pourquoi est bien défini, tu pourras définir facilement l’entreprise de tes rêves!

Et je peux t’aider à trouver, à clairement préciser avec toi, ce qui te fera à la fois briller intérieurement et, rayonner vers les autres.

Si tu veux, reçois gratuitement 3 stratégies pour trouver ta mission.

 

Es-tu de type « pourquoi » ou de type « comment »?

Tu peux soit être une personne de type pourquoi ou une personne de type comment. Il n’y a pas de bonne réponse. Il y a ta réponse.

Et la beauté, c’est que chacun a besoin de l’autre pour réussir !

Les gens de type POURQUOI sont des visionnaires à l’imagination hyperactive. Ils ont tendance à être des optimistes qui croient que tout ce qu’ils imaginent peut vraiment se réaliser.

Les personnes de type COMMENT vivent davantage dans le moment présent. Elles sont réalistes et possèdent un sens plus clair du côté pratique des choses.

Simon Sinek

En fait, la plupart des gens sont du genre COMMENT.

Comme je le disais, il n’y a pas de mal à être d’un type ou de l’autre. D’ailleurs selon Simon Sinek ; bien que plusieurs entrepreneurs s’imaginent être des visionnaires, dans les faits, ceux qui réussissent le mieux sont des gens de type COMMENT.

Donc, tu n’as pas à choisir, tu n’as qu’à te connaitre. Tu n’as qu’à être toi-même. Et à te reconnaitre !

L’entreprise de tes rêves t’attend (en dedans de toi!).

Marc Blais

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Top 10 Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Le cycle Être-Faire-Avoir changera votre vie!

Cette façon de penser, si vous en avez le courage, changera votre vie et votre vie financière!

Récemment, je réfléchissais à l’argent. Car j’ai l’impression que notre bonheur est assombri par une perception. C’est-à-dire que nous avons constamment l’impression que nous serions automatiquement heureux si nous avions plus d’argent!

C’est comme si tout ce dont nous manquons dans notre vie, nous l’attribuons (sans doute, faute d’une meilleure explication) au manque d’argent!

Et je me disais; il doit bien y avoir une façon de régler ce problème si commun qu’est le manque d’argent… Qu’est-ce qui ne va pas à propos de notre relation à l’argent?

En réfléchissant, je suis arrivé à la conclusion que l’on faisait fausse route quelque part…

Et qu’il y avait sûrement une meilleure façon de répondre à la question existentielle: il est où le bonheur ?

Si bien que j’ai découvert que notre vision de la vie était basée sur le modèle:

Faire-Avoir-Être.

 

Faire-Avoir-Être

Mais le problème quand je suis ce modèle, c’est que je travaille dans le but de gagner de l’argent. Et que je crois que l’argent que je gagne, me permettra d’être heureux. Évidemment. C’est tout simple!

Mais ce cycle ne semble pas du tout fonctionner pour la majorité d’entre nous, ainsi que pour moi! Aussi, je me suis questionné. Je me suis demandé ce qui arriverait si on changeait quelque chose…

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

Albert Einstein

Et en jonglant un peu avec la trilogie « faire-Avoir-Être », je me suis dit; et si on inversait tout simplement notre façon de penser, d’agir et de vivre pour arriver à:

Être-Faire-Avoir.

 

Être-faire-Avoir

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment, un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir…

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau

Paroles de Yves Duteil

Faire

Il y a une question que l’on se pose, plus ou moins, à partir de l’adolescence et qui continue souvent de nous titiller une bonne partie de notre vie. En fait, plusieurs seront hantés par cette question existentielle toute leur vie !

Cette question est : mais qu’est-ce que je vais faire de ma vie?

Combien de fois vous êtes-vous posé ces questions :

  • Dans quoi suis-je bon ?
  • Quels sont mes plus grands talents ?
  • Comment pourrais-je aider les gens ?
  • Quelles sont mes passions ?

Et les années ont passé…

Vous avez changé d’emploi, de patron et de lieu de travail. Et chaque fois, vous aviez espoir d’avoir enfin trouvé ce que vous cherchiez…

Mais en vain!

Vous avez 35 ans, 45 ans, 55 ans. Mais vous cherchez toujours.

C’est toujours la même question qui revient: que vais-je faire de ma vie?

 

Avoir

Pendant longtemps, j’ai cru que; ce que l’on possède nous définit comme personne!

Et j’avais raison.

Car nos biens nous définissent, socialement.

D’ailleurs, si j’ajoute ce que je possède à ma notoriété professionnelle, je devrais être plus que comblé dans la vie.

Dans la vie, oui. Normalement il me semble que quand tu arrives à avoir une famille, avoir une maison, avoir deux voitures, tu devrais être heureux, non ?

En fait, je ne dois pas être aussi normal que les autres! Car depuis quelques années, mes biens ne suffisent plus.

À me rendre heureux.

Et puis réussir dans la vie, ne me parle plus. Ce que je veux, c’est réussir ma vie!

 

Faire-Avoir-Être

 

Pendant longtemps, j’ai mis en pratique le cycle Faire-Avoir-Être en croyant que mon travail aller me procurer à la fois l’argent et la notoriété pour être heureux. Ainsi, je serais quelqu’un dans la vie. Et aux yeux des autres.

Je me disais que si je devenais quelqu’un aux yeux des autres, je le deviendrais aussi à mes yeux.

Une évidence.

Mais cette évidence qui n’a pas fonctionné pour moi.

Alors, je me suis remis en question, questionné, re-questionné et re-re-questionné.

Et un jour, je me suis dit : et si j’inversais ce cycle de malheur?

 

Le cycle Être-Faire-Avoir changera votre vie

Être-Faire-AvoirComment serait ma vie si je fonctionnais complètement à l’inverse, selon le modèle « Être-Faire-Avoir »?

Si je commençais par tenter d’être ?

Par tenter d’incarner qui je suis…

Ensuite, il me suffirait d’exister. Et donc de faire les choses et un travail en lien avec mon être.

Car quand je suis connecté, je fais ce qui doit arriver et j’obtiens ce qui doit être.

Une personne axée sur l’être réagira différemment d’une personne focalisée sur l’avoir:

Aussitôt qu’elle a un désir quelconque, elle s’assure qu’il répond à un besoin de son ÊTRE. Pour ce faire, elle se demande, le fait d’obtenir ce que je désire m’aiderait à ÊTRE et me SENTIR comment? Lise Bourbeau

Qui êtes-vous ?

Aimeriez-vous le découvrir ?

Aimeriez-vous vivre de plus en plus en accord avec qui vous êtes vraiment ?

Ainsi, votre travail sera en lien avec votre mission de vie. Et vous gagnerez assez d’argent pour continuer à vous accomplir et à servir les autres!

Appliquer le cycle « Être-faire-Avoir » changera votre vie et votre vie financière. L’argent changera de sens pour vous.

Vous allez vous faire vibrer. Vous allez vibrer votre vie !

C’est à se demander pourquoi nous continuons à faire le contraire.

Est-il vraiment plus facile de continuer à vivoter sans se poser de questions que d’apprendre à se connaitre, à se respecter, à se faire respecter?

 

Le défi d’être soi

Reste toujours un enfant. Ne t’arrête jamais de goûter, de sentir, de voir et d’être enthousiasmé par ces grandes choses que sont le ciel, les moteurs et les rayons de soleil qui t’éclairent. Porte bien ton petit masque, si c’est nécessaire, afin de protéger l’enfant du reste du monde, mais si tu laisses cet enfant disparaître, mon pauvre, tu ne seras plus qu’un adulte autant dire que tu seras mort.

Richard Bach

Avec qui serais-je en conflit, si je changeais ma vie, si je devenais moi?

Est-ce que je perdrais mes amis?

Mes parents, mes frères et soeurs m’aimeraient-ils autant?

Comment réagiraient mes confrères de travail, mes patrons?

Il y a un risque.

Mais ce risque est-il réel?

Si ce n’est pas vous, qui changera votre vie?

Marc Blais

Catégories
Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement ! Top 10

Pourquoi investir dans les trois grandes catégories d’actif ?

Le principe d’investir dans les trois grandes catégories d’actif

Dans le domaine de l’investissement, il est convenu qu’il existe trois grandes catégories de placement: les liquidités, les actions et les obligations.

Peu importe la taille de votre investissement total, vous devriez en répartir le montant dans les trois catégories d’actif. Par exemple :

 

[table id=3 /]

 

Les liquidités

Les liquidités se composent de placements bancaires (ou d’autres titres liquides tels que les fonds monétaires) qui vous font gagner de l’intérêt et qui ont une durée de moins d’un an.

Bien que les liquidités rapportent généralement un faible taux d’intérêt, elles vous sont nécessaire lorsqu’il sera le temps de :

  • Retirer des fonds pour combler le besoin pour lequel vous avez épargné (études, voyage, retraite, etc.)
  • Profiter d’occasions. Par exemple, le marché boursier a récemment baissé de 20 % et vous voulez y investir une partie de vos liquidités. Lisez Les corrections boursières : pourquoi elles sont les amies de Warren Buffet? 
  • Trouver une solution à un problème urgent tel qu’un problème de santé ou la perte d’un emploi.

 

Les actions (le marché boursier)

La catégorie des actions se compose généralement des titres de compagnies listées en bourse.

On y retrouve différents types d’actions. Et on peut donc choisir de se diversifier dans les :

  • Actions de différents secteurs d’activité
  • Actions de petite et moyenne capitalisation
  • Fonds d’actions spécialisés

La catégorie des actions est la plus volatile. Mais elle peut aussi être la plus rentable des trois catégories d’actif si vous savez y investir.

Note: On croit faussement que le rendement à très long terme des actions est plus élevé que celui des obligations. Mais en réalité, investir dans le marché boursier n’a pas été vraiment aussi rentable qu’on le dit. Et qui peut vraiment prédire l’avenir des marchés boursiers?

Pour choisir dans quelle société cotée en bourse investir, il vous faut analyser plusieurs aspects:

  • Sélectionner les bons secteurs d’activité,
  • Étudier la situation financière de la société
  • Et aussi, connaître l’équipe de direction de plusieurs compagnies en bourse.

Donc, à moins que vous ayez déjà beaucoup d’affinité avec le secteur dans lequel vous voulez investir, il vaut mieux laisser ce travail aux meilleurs gestionnaires de portefeuille sur le long terme.

J’en cite quelques uns dans mon livre: Investir intelligemment Penser autrement.

C’est que quelques excellents gestionnaires de fonds seulement, obtiennent des rendements qui surpassent les indices de référence sur le long terme.

 

Les obligations (ou titres à revenu fixe)

On distingue trois types d’obligations : les obligations gouvernementales, municipales et corporatives.

Le détenteur d’obligations reçoit des intérêts sur une base mensuelle, trimestrielle, bisannuelle ou annuelle.

Et le capital est garanti par l’émetteur.

En revanche, le risque d’investir dans certaines obligations peut-être plus ou moins élevé si l’émetteur de l’obligation est plus ou moins solvable. En effet, le risque de détenir des obligations peut quelques fois être plus grand que de détenir des actions. C’est le cas de certaines obligations corporatives et gouvernementales insolvables…

La crise de 2008 a laissé des séquelles qui n’ont pas été entièrement réparées… Et cette crise financière perdure depuis!

Ce n’est donc pas si simple de bien investir dans les trois grandes catégories d’actif car on ne peut plus bêtement se fier sur le passé. Tout change très rapidement; l’économie, la politique, la démographie…

C’est pourquoi il vaudrait mieux que votre capital soit géré par les meilleurs!

 

Pourquoi investir dans les trois grandes catégories d’actif

Le grand avantage de la répartition d’actifs est de pouvoir stabiliser votre rendement annuel au cas lorsqu’une des trois catégories d’actif (le marché boursier par exemple) ne fluctue de façon imprévue.

Vous n’aimeriez certainement pas vivre une baisse boursière importante juste avant d’avoir besoin de votre argent!

Et si au cours de l’année en cours, la bourse baissait de 25 %, vous seriez certainement heureux de n’y avoir investi que 40 % de vos investissements plutôt que 100 %!

Plutôt que d’avoir un rendement annuel de -25 %, vous auriez obtenu -3 % :

 

[table id=2 /]

 

Votre rendement annuel de -3 % serait calculé comme suit : (10%X1%)+(40%X-25%) +50 % X6%).

Qu’allez vous faire maintenant?

Ne vaut-il pas la peine de réévaluer votre approche, dès maintenant?

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Top 10 Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Être riche et célèbre vous rendrait-il plus heureux?

On désire tous être riche et célèbre! Et on rêve même d’avoir plus d’argent, beaucoup plus d’argent!

Pourtant, on ne sait pas vraiment (encore) ce qu’on en ferait de cet argent!

Soyons honnêtes, nous n’avons pas la moindre idée de ce qu’on ferait d’une grande richesse (trop) subitement héritée. Ou de beaucoup de trop de célébrité qui nous tomberait dessus d’un coup! (Cela me fait tout à coup penser au film Superstar!)

En ce moment, vous vous dites sans doute que vous sauriez bien vous y faire à être riche et célèbre!

Mais, il  se pourrait bien qu’Einstein ait raison lorsqu’il parle de la quête du bonheur par le pouvoir, la célébrité et l’argent.

Et s’il te faut de l’argent pour être heureux, ta quête du bonheur ne se terminera jamais.

Albert Einstein

Le paradoxe de vouloir être riche et célèbre

Tout le monde rêve de plus d’argent! Et pratiquement tout le monde est attiré par le mode de vie d’une personne riche et célèbre.

Bien que peu de gens ne s’imaginent vraiment ce que c’est que de vivre avec beaucoup d’argent. Je ne plains pas les gens riches, je dis simplement qu’il y a des contraintes évidentes à être riche.

Mais effectivement, être très pauvre est bien pire!

D’ailleurs je précise que cet article s’adresse à ceux qui ont suffisamment d’argent pour combler leurs besoins fondamentaux et qui veulent toujours avoir plus d’argent. Comme moi il y a quelques années!, avant de décider de vivre avec moins et de découvrir le minimalisme!

Le problème en est un de perception. C’est que souvent, la seule image que nous ayons des gens riches est celle que l’on retrouve dans les revues de stars ou lors des fameux tapis rouges...

C’est que ces gens que l’on admire affichent en public un sourire permanent! Ils portent des vêtements haut de gamme exclusifs et très chers! Et ils possèdent des voitures chics et des maisons construites sur des sites grands comme des terrains de foot!

Pour nous, la classe moyenne, c’est clair que les gens riches n’ont jamais de problèmes!

Aussi on se les imagine vivre dans la facilité absolue, entourés d’amour et de biens matériels. Car, bien sûr, ils n’ont jamais mal à la tête malgré le champagne qui coule à flots. Et ils ne sont jamais fatigués non plus. De même leurs enfants, leurs conjoints et leurs amis interagissent avec eux, toujours en parfaite harmonie…!

 

Cameron Diaz, une riche et célèbre

Voici le témoignage surprenant de Cameron Diaz:

 I am not famous, I am me!

 « Si vous recherchez la célébrité, vous ne serez jamais heureux… (voyez sa vidéo si vous ne me croyez pas!) »

Cameron Diaz

Dans cette vidéo, Cameron Diaz explique pourquoi vouloir être comme elle n’est pas la solution à votre bonheur.

En résumé, elle dit que:

  • Être célèbre ne signifie pas être heureux!
  • Être heureux c’est être authentique, c’est d’être vrai avec soi-même…
  • Vous devez chercher à accomplir quelque chose qui vous donnera un sentiment d’accomplissement personnel!

 

Être riche et célèbre vous rendrait-il plus heureux?

Évidemment, la vie des gens riches et célèbres est différente de la nôtre:

  • Même s’ils se lèvent en retard un matin, il y aura toujours quelqu’un pour conduire les enfants à l’école.
  • S’ils tombent malades, ils auront accès aux meilleurs médecins et aux meilleurs hôpitaux disponibles.
  • Et ils ont aussi la possibilité de déléguer toutes les tâches qui leurs déplaisent.

Ce sont de vrais avantages qui améliorent grandement la qualité de la vie en général. En revanche, vous seriez surpris de constater que la majorité des vrais millionnaires ne vivent pas tous comme des vedettes du jetset!

Et le bonheur dans tout ça?

Selon le psychologue Marc Vachon :

À force d’être bombardé dans les médias par la vie des gens riches et célèbres, on pourrait finir par croire que c’est dans la richesse et la renommée que l’on trouve le bonheur.

Mais une recherche du Journal of Research in Personality démontre, si vous ne le saviez pas déjà, que cela ne contribue pas à être heureux.

Ce qui rend plus heureux, c’est la réalisation de soi comme personne, le fait d’avoir des relations avec des gens qu’on aime et qui nous aiment et le sentiment de contribuer à la communauté.

L’argent contribue au bonheur

Selon plusieurs études, il est certain que l’argent contribue au bonheur. Mais, jusqu’à un certain point!

J’aime d’ailleurs dire que:

L’argent ne fait pas le bonheur, mais en manquer non plus!

Malheureusement, on s’imagine souvent que l’argent seul peut rendre heureux. Et qu’il a en plus le pouvoir de nous attirer le respect et la gloire… Ah, ce grand besoin de reconnaissance que nous possédons tous!

Pourtant, cette psychologue américaine et bien d’autres études ont démontré qu’il y a une limite à la contribution que l’argent peut avoir au bonheur.

Pour le prix Nobel d’économie Angus Deaton, l’argent fait le bonheur, mais pas au-delà de 75.000 dollars bruts (en 1990), soit environ 66.000 euros, par foyer et par an.

Chacun aura son chiffre en tête et on peut être d’accord ou pas avec. Mais pour Deaton, 75.000 dollars est un seuil au-delà duquel des hausses de revenus n’améliorent plus la capacité des individus à faire ce qui compte le plus pour leur bienêtre émotionnel, comme de passer du temps avec ceux qui leur sont chers, éviter la douleur et la maladie, et profiter de leurs loisirs.

Pour arriver à cette conclusion, les deux experts se sont appuyés sur un sondage de l’institut américain Gallup-Healtways qui a interrogé, en 2008 et en 2009, pas moins de 450.000 Américains. Cette étude n’est pas récente, mais elle a le mérite d’avoir étudié ce que j’appelle la contribution marginale au bonheur. C’est-à-dire, de connaitre dans quelle mesure, 1 000$ additionnels de revenu vous rendrait plus heureux.

 

Se fabriquer un plan de vie

Je crois qu’un des facteurs essentiels au bonheur c’est notre capacité à le désirer. Par exemple, si vous faites déjà 60 000$ par an, je suis certain que 5 000$ additionnels feraient bien votre affaire!

La raison est que vous avez probablement déjà imaginé ce que vous feriez avec ce 5000$.

Comme quoi le fait d’imaginer et de rêver à quelque chose nous préparerait à l’accepter. Et aussi, à l’atteindre!

Voici pourquoi se fabriquer un plan de vie est génial!

 

Être riche et célèbre, et être heureux!

Et les millionnaires, comment font-ils pour être heureux?

Quelle serait votre réaction si vous gagniez 1 000 000$ à la loto?

D’abord, vous seriez trop joyeux et surtout très énervé!

Ensuite, vos idées deviendraient éparpillées et vos décisions aussi! (C’est ce qui arrive chez plus de 95% des grands gagnants de la loto.) Les gagnants adoptent rapidement un niveau de vie exagéré et dépensent comme si 1 000 000$ était une somme d’argent illimitée… Pourtant, comme vous le savez maintenant, personne ne peut se permettre de dépenser sans compter, même pas Johnny Depp!

Aussi, quelques années plus tard, ces gagnants se retrouvent perdants. Puisque presque tous se retrouvent avec un patrimoine moins élevé qu’avant d’avoir gagné leur gros lot!

Bref, contrairement à ce que certains croient, on n’échoue pas sa vie si on ne devient pas millionnaire!

Ceux qui ne travaillent pas 80 heures par semaine pour s’enrichir ont peut-être tout simplement compris les limites d’avoir plus d’argent!

Enfin, paradoxalement, je vous partage cette surprenante citation d’un des plus grands économistes de tous les temps:

L’amour de l’argent comme objet de possession, qu’il faut distinguer de l’amour de l’argent comme moyen de se procurer les plaisirs et les réalités de la vie, sera reconnu pour ce qu’il est : un état morbide plutôt répugnant.

John-Maynard Keynes, économiste.

 

Mais les millionnaires n’ont rien compris?

Est-ce que cela veut dire que les millionnaires n’ont rien compris?

Bien sûr que non!

En fait, ceux que je connais et qui semblent heureux (je crois qu’ils le sont vraiment!) ont une grande motivation pour accumuler et conserver un patrimoine élevé. Et il ne faut pas leur en vouloir d’avoir cette façon de se surpasser car pour eux, c’est un jeu!

C’est comme les joueurs de foot, les stars de cinéma et tous les athlètes que vous applaudissez et qui se battent tous les jours de leur vie pour accumuler des trophées et des records!

Pour eux, être riche et célèbre fonctionne car ils sont alignés avec leur mission de vie

 

Il y a plein de façons de vivre le bonheur sans être riche et célèbre

Il existe des milliards de façons d’être heureux. Et chacun a la sienne. Comme vous avez la vôtre.

Est-ce que vous l’avez trouvé ?

Sinon, il est encore de trouver ce qui vous ferait vibrer dans votre vie et d’éviter que l’argent vous limite. Cliquez ici pour relever le défi de 21 jours!

Et surtout, Merci de partager cet article qui aidera vos amis à se sentir mieux!

Au plaisir!

Marc Blais

Catégories
Investir dans l'or et l'argent Investir dans les sociétés minières Investir en temps de crise Investir intelligemment, penser autrement ! Top 10

4 idées pour se protéger de l’inflation au cours des prochaines années

Se protéger de l’inflation?

Mais quelle inflation?!

Les taux d’inflation officiels sont de 2% en Europe et en Amérique du Nord…

On parle de quoi là?

Je vous invite à lire « Et si le vrai taux d’inflation était plus élevé? ».

Ainsi, vous pourrez vous faire une idée par vous-même. À mon avis, il est possible qu’il y ait bien plus inflation qu’on le croit dans l’économie actuelle. Et cela affecte et influence tout le système financier international.

Aussi, je crois fort possible que le taux d’inflation augmente à l’avenir.

L‘inflation d’aujourd’hui pourrait bien s’aggraver pour devenir l’hyperinflation de demain!

Car imprimer de l’argent – ce qu’on appelle techniquement; la création monétaire – constitue une prise de risque énorme qui se transforme immanquablement en une mesure très inflationniste.

Depuis la crise de 2008, les banques centrales expérimentent plusieurs nouvelles techniques dont le dosage est minutieusement calculé pour contrôler l’économie. Mais certaines de ces mesures, comme les taux d’intérêt négatifs, ainsi que le mix de ces techniques n’ont jamais été testés auparavant.

On est clairement en terrain inconnu!

Et malgré toute la force et l’habilité déployé en relations publiques autour du succès apparent de ces mesures, personne ne sait vraiment comment cette crise se terminera.

Quoiqu’il advienne des politiques monétaires à court terme des banques centrales à l’avenir, une hausse du taux réel d’inflation est sans doute le résultat le plus probable à moyen et long terme.

Il existe heureusement certaines catégories d’actif qui vous aideront à protéger votre patrimoine contre l’inflation.

Évidemment, elles ont toutes leurs limites, leurs avantages et leurs inconvénients.

Je vous partage maintenant quelques-unes de mes idées et réflexions.

1 Les marchés boursiers 

Tous les investisseurs sont conscients que les ratios cours/bénéfices des principaux marchés boursiers du monde sont actuellement très élevés en comparaison à leur moyenne historique.

Toutefois, plusieurs considèrent que des ratios P/E élevés sont normaux en raison des bas taux d’intérêt dictés par les banques centrales.

Mon opinion est qu’effectivement, il est normal que les investisseurs se tournent vers d’autres marchés – comme la bourse, les cryptomonnaies et l’immobilier – pour obtenir un rendement plus décent.

Mais bien que ce soit normal de rechercher un meilleur rendement, ce n’est pas une bonne raison pour prendre beaucoup plus de risque que notre tolérance normale.

En conséquence, je considère que les Fonds Négociés en bourse (FNB) basés sur le rendement moyen des indices boursiers et les fonds de placement en actions diversifiés sont beaucoup trop chers en ce moment.

En fait, tant que la bourse montera, on sera content…

Mais le risque d’une correction boursière et même d’un krach boursier augmente de jour en jour.

Aussi, si vous décidez tout de même d’investir ou de rester investi sur le marché boursier, il vaudrait mieux rechercher des secteurs et des sociétés vraiment très sous-évaluées.

Ou, vous pourriez tout simplement attendre une correction!

Rappelez-vous: Cash is King!

2 L’immobilier

L’immobilier est la protection classique pour se protéger de l’inflation. L’histoire des crises impliquant une hyperinflation a clairement prouvé son efficacité. 

Mais, il faudra se méfier de la hausse inévitable des taux d’intérêt qui fera baisser la valeur marchande de tout le secteur immobilier (et celle de votre résidence!). 

Il y a aussi l’état actuel de l’économie mondiale et le revenu disponible des ménages qui affectera les revenus locatifs de l’immobilier résidentiel et commercial.

Les bas taux d’intérêt dictés par les banques centrales ont créé une bulle immobilière à l’échelle mondiale. Aussi, presque toutes les régions du monde sont touchées: le Canada (surtout à l’ouest), les États-Unis, la Chine et l’Europe.

Toutefois, je maintiendrais certainement un certain pourcentage de mes avoirs dans l’immobilier. Même si le risque d’une hausse des taux d’intérêt est en vue.

Trop posséder d’immobilier serait une erreur, en posséder trop peu aussi!

À vous de doser votre répartition d’actif à votre satisfaction.

L’immobilier, ça reste du concret!

3 L’or pour se protéger de l’inflation

vrai taux d'inflation - la monnaie c'est l'or

L’or, c’est la monnaie. Tout le reste, c’est du crédit!  JP Morgan

L’or et l’argent physique sont des actifs de première qualité pour protéger son capital et faire face à la crise financière actuelle. 

Heureusement, il existe des solutions alternatives et moins risquées que de détenir des contrats à terme de vente d’or. En voici une: investir dans les pièces en or.

Si vous désirez explorer l’idée d’investir dans l’or ou dans les sociétés minières, vous êtes libre de recevoir gratuitement mon guide Comment investir en début de cycle minier!

La reflation de l’énorme montant de dettes détenu par les banques centrales ne sera possible qu’avec une inflation des dettes et une inflation monétaire. Ce qui sera très douloureux pour les épargnants, les retraités et la plupart des investisseurs!

Aussi, les monnaies sans dettes comme les métaux précieux seront des actifs de qualité à privilégier pour traverser cette crise…

Les métaux offrent une bonne protection contre l’inflation et la déflation. Cette propriété découle de leur statut de valeur réelle. Une position en or dans un portefeuille offre une certaine protection contre les risques systématiques du marché. Le temps.

4 Les minières

Le secteur minier est de tous les secteurs du marché boursier, le plus volatile au monde.

Aussi, la question est: quel est le meilleur moment pour investir dans les minières?

Voyons d’abord l’état du marché actuel…

On sait que le secteur minier n’a fait que baisser à partir de 2011. Mais le GDXJ (Un ETF de minières à capitalisation moyenne) a considérablement augmenté depuis le 1er janvier 2016.

protéger son patrimoine GDXJ 2018-2018

Quand on regarde la hausse rapide en début d’année 2016, on a vraiment l’impression d’avoir manqué le bateau! La hausse a été de plus de 100% en quelques mois seulement. Le marché s’est ensuite consolidé pour se stabiliser par la suite. Trop! Car je crois que les fondamentaux sont excellents pour une hausse additionnelle au cours des prochaines années.

Donc, vous ne devriez pas penser avoir raté le prochain cycle minier haussier. Le nouveau cycle haussier ne fait que commencer… Investir dans de bonnes minières sera peut-être non seulement une excellente façon de se protéger de l’inflation, mais aussi de faire croitre votre patrimoine.

Voici pourquoi.

Un nouveau cycle minier haussier

En fait, très peu d’investisseurs ont vraiment profité de la hausse extraordinaire de 78% du GDXJ (calcul arrondi de 18$ à 32$) depuis le 1er janvier 2016, jusqu’au 31 mars 2018.

Et il faut savoir que tous ceux qui avaient investi AVANT le 1er janvier 2016 et après 2011 on soit gagné très peu ou ils ont nettement perdu de l’argent.

Ce qui veut dire qu’à moins d’avoir été excellent pour sélectionner de bons titres miniers individuellement, la majorité des investisseurs miniers ont perdu de l’argent entre 2011 et 2016!

Il fallait avoir du timing pour trouver le point d’entrée idéal du 1er janvier 2016!

Mais pratiquement personne – même pas  Rick Rule que j’ai eu en entrevue exclusive – n’a pu profiter du début du nouveau cycle minier haussier. (Rick Rule est reconnu comme étant un des meilleurs investisseurs miniers au monde.)

La bonne nouvelle, c’est que ce nouveau cycle minier haussier devrait se prolonger sur quelques années additionnelles. L’autre bonne nouvelle, c’est que dans un bon cycle minier, il est possible d’atteindre des ten baggers! C’est-à-dire de multiplier par 10 votre investissement, si vous choisissez bien vos titres.

C’est d’ailleurs personnellement mon but!

Se protéger de l’inflation et de la crise

Prenez donc le temps de bien réfléchir à ce qui précède. Car une répartition d’actif adaptée à votre personnalité est cruciale pour se protéger de l’inflation et de la crise financière!

Ensuite, il vous restera à choisir des titres de qualité pour chacune des catégories d’actif…

Merci de me lire!

Marc

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Être soi dans la vie Le défi d'être soi Top 10 Votre relation à l'argent

Arrêtez de dépenser trop d’argent, vous n’êtes pas ce que vous possédez!

Vous est-il déjà arrivé d’acheter un objet dont vous n’aviez pas vraiment besoin?

C’est tellement difficile d’être raisonnable tout le temps. N‘est-ce pas?

Mais pourquoi est-ce si difficile de se contrôler malgré toutes nos bonnes intentions? Souvent nous achetons de nouvelles choses même quand notre compte bancaire est presque vide…

Dites-vous que s’il était si facile de faire les boutiques sans acheter, personne n’aurait de solde impayé sur ses cartes de crédit et l’endettement des ménages n’existerait pas.

Et surtout, ce blogue n’existerait pas! Car je suis un survivant de la surconsommation…

J’ai arrêté de dépenser trop d’argent pour des choses inutiles

Aujourd’hui, j’ai passé l’étape de surconsommer, je suis guéri. Je ne suis plus un acheteur compulsif (en fait, j’étais plutôt un acheteur impulsif!). Bref, je suis devenu minimaliste.

Et j’avoue que c’est un réel plaisir (maintenant) de me promener dans un centre commercial et de faire du lèche vitrine. J’apprécie vraiment toutes ces belles choses, que je n’achète pas!

Les espaces commerciaux sont conçus et pensés pour vous convaincre d’acheter maintenant.

Le plaisir de magasiner en regardant les vitrines pour se distraire tranquillement ou pour repérer ce qui vous intéresse est donc un pari risqué!

Les magasins dépensent des millions en recherche marketing afin de stimuler l’instabilité émotionnelle de leurs clients et de les obliger à oublier toute raison.

Dans certaines circonstances, n’importe qui peut être amené à faire une acquisition « dans le feu de l’instant », qu’il regrettera plus tard.

Michael Breus, psychologue

La surconsommation chez les femmes, et les hommes?

Si cela vous intéresse, le psychologue Michael Breus explique la surconsommation chez les femmes.

Selon un sondage réalisé auprès de 443 femmes âgées de 18 à 50 ans, celles qui étaient en phase lutéale de leur cycle*exerçaient beaucoup moins de contrôle sur leurs dépenses et leurs achats impulsifs que celles en phase folliculaire ou en phase d’ovulation. De plus, elles ne regrettent même pas ces achats plus tard, si bien que la culpabilité et le regret ne les incitaient jamais à se contrôler.

Dépenses impulsives + permissivité = endettement. Ce n’est pas un jugement, mais la pure vérité.

 

*La phase lutéale représente la période entre l’évolution et les menstruations

(Note : les hommes vivent certainement quelque chose de semblable, mais cela n’a pas – encore – été étudié!)

Toutefois, ce qui est prouvé, c’est qu’autant les hommes que les femmes sont plus enclins à dépenser trop d’argent quand ils sont joyeux. Et c‘est alors qu’on achètera sur un coup de tête! Sans réfléchir!

C’est la raison pour laquelle les centres commerciaux et certains sites web de vente ont créé des environnements euphorisants qui excitent tous nos sens.

On y est alors beaucoup plus facilement distrait. Ce qui explique pourquoi on dévie beaucoup plus facilement de notre budget et de notre liste d’achats.

Plusieurs études démontrent que plus un environnement est excitant, plus on aura tendance à dépenser trop d’argent.

Le conseil d’un psy pour arrêter de dépenser trop d’argent

Michael Breus est un psychologue, spécialisé en chronobiologie, et auteur du livre Vivez au bon rythme. Il nous éclaire sur les causes de la surconsommation affective.

Il confirme dans son livre (études à l’appui à la page 294) que nous sommes beaucoup plus vulnérables à la surconsommation quand nous avons faim. Tout le monde sait bien que l’épicerie coûte beaucoup plus cher quand on est affamé.  Mais j’ai été surpris d’apprendre que cela jouait aussi sur tous nos autres achats!

En fait, des chercheurs de l’Université du Minnesota ont clairement prouvé que la faim poussait également les consommateurs à acheter davantage de produits non alimentaires.

 Les chercheurs qui ont interrogé les clients à la sortie d’un magasin ont trouvé que :

Les consommateurs affamés avaient acheté davantage d’articles non alimentaires et dépensé presque deux fois plus que ceux qui n’avaient pas faim (quelles que soient leur humeur ou la durée de leurs courses).

 Imaginez : on dépenserait deux fois plus quand on a faim! C’est bon à savoir…

Dans son livre, Michael Breus traite des meilleurs moments de la journée – en fonction de votre personnalité – pour se rendre au magasin et ne pas dépenser trop d’argent. Au début de son livre, il vous propose d’ailleurs un questionnaire pour que vous puissiez déterminer votre type de personnalité.

Mes trucs pour éviter de dépenser trop d’argent ?

Comme je dis souvent :

Magasiner n’est pas un passetemps!

L’équilibre est important dans votre processus de décision. Sachez vous retirer et prenez une pause si vous sentez l’excitation monter au point où vous percevez que vous perdez le contrôle de vos émotions. Cela s’apprend, je l’ai fait!

Le représentant (le vendeur) mettra de la pression en vous disant que ce prix est seulement pour aujourd’hui… Et comme souvent le magasin a une politique de remboursement, vous vous dites qu’au pire, vous le rapporterez n’est-ce pas? Le problème c’est que souvent la gêne fait qu’on ne le fera pas.

Combien d’objets ainsi dorment dans vos placards ?

Vous l’aurez compris, lorsque vous devez faire vos courses, faites-les à un moment paisible. À un moment où vous sentez que vous êtes en équilibre et de préférence après avoir bien mangé.

Éviter de faire les boutiques quand vous êtes déprimé. Car il y a de fortes chances que vous cherchiez à compenser votre déprime par des achats que vous regretterez. Ce qui ajoutera à votre stress financier actuel.

En tant que psychologue, je me sens obligé de vous prévenir : vous n’êtes pas ce que vous possédez. Au bout d’un moment, acheter des biens pour valider votre statut social par rapport aux autres vous semblera creux. Michael Breus

Marc Blais, Auteur et coach financier

Livre de Marc Blais Reprenez rapidement le contrôle de votre vie financière

Référence : Vivez au bon rythme, Michael Breus, Ph.D.

Crédit photo: 123rf

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Être soi dans la vie Le défi d'être soi Top 10 Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Pourquoi j’existe ? Je trouve le sens de ma vie…

Pourquoi j’existe ?

Quelle question!

Le fait de vivre devrait me suffire.

Je vis et c’est tout!, je ne me pose pas cette question! Et de toute façon, je n’ai pas la réponse…

Pourtant, à un moment ou à un autre de notre vie, on se la pose sérieusement la fameuse question; mais pourquoi j’existe?

Exister seulement.

Sans se poser de questions.

Est-ce vraiment suffisant pour être heureux?

Chaque personne, chaque plante, chaque animal et chaque évènement a sa raison d’être.

Sinon, rien de cela n’existerait.

Et à quoi servirait-il de naître et de grandir?

Pour simplement mourir, enfin?

Cela n’aurait aucun sens!

Alors, quel est ce sens?

Le sens de la vie?

Le sens de votre vie?

Il doit bien y avoir plus que venir au monde et mourir…

La vie est bien plus que de vivoter tranquillement d’une semaine à l’autre, d’une saison à l’autre et d’une génération à une autre!

Il doit bien y avoir plus… 

Une vie, pour ressembler au bonheur, doit être plus!

Et ce plus, c’est notre raison de vivre.

Sinon, pourquoi chercherions-nous tant une raison de vivre, une raison d’être, tout au long de notre vie?

Car à chaque étape de notre vie, ce même questionnement revient nous hanter.

Il y a plusieurs années, en lisant le livre Les passages de la vie de Gail Sheehy, c’est devenu clair pour moi.

Nous avons une mission à remplir.

Mais pourquoi j’existe, moi?

Pourquoi j’existe ?

C’est la question déterminante à laquelle chacun de nous doit parvenir à répondre ?

C’est frustrant qu’une question (en apparence) si simple soit si difficile à répondre!

La vérité, c’est que découvrir pourquoi j’existe est très difficile.

Cela nécessite un travail sur soi, pas toujours agréable.

Et on sait que s’analyser soi même est beaucoup moins palpitant que de dire aux autres comment solutionner leurs problèmes…. (C’est vrai pour moi, en tout cas).

Qui n’a jamais vécu des moments de désespoirs et de questionnements importants?

La réalité c’est que tout le monde se demande fréquemment pourquoi j’existe ?

On se la pose tellement cette question!

Mais, personne n’ose s’en parler. À soi.

Peut-être parce que peu d’entre nous aimeraient se vanter d’être à la recherche de soi.

Mais si on a perdu le fil de son existence, que l’on se sent déconnecté…

Il faut trouver ce bout de fil manquant qui fait toute la différence dans une vie. Et dans la vie des autres.

Car trouver sa mission, c’est pour partager ses talents. Avec l’humanité!

Je ne sais pas encore pourquoi j’existe

C’est certain qu’à la longue, on peut se sentir diminué de ne pas avoir encore trouvé sa réponse.

Comme si la réponse était simple!

En fait, la réponse à pourquoi j’existe ? – lorsqu’on l’a trouvé – est très simple. C’est le parcours pour y arriver qui est tumultueux!

La pire chose à faire, c’est de se comparer.

Quand on regarde aller les autres autour de nous, sur les médias sociaux ou à la télé, on peut avoir l’impression que tout le monde réussit sa vie. Tous… sauf nous!

Serait-ce que l’on ne voit que le succès des autres que l’on admire? Que l’on envie aussi.

La vérité c’est que les gagnants de notre société nous cachent plusieurs de leurs échecs! Toutes leurs tentatives ratées. Ils en parlent peu!

C’est pourquoi se comparer avec les autres ne serait pas honnête.

Pourquoi ne pas arrêter ça, tout de suite?

Pour trouver un sens à sa vie?

Pour trouver un sens à sa vie, pour découvrir pourquoi j’existe ?, votre défi c’est de poursuivre votre quête.

En vous rapprochant peu à peu de votre objectif, de votre mission, vous allez la sentir vous envahir. Ces choses prennent le temps. Leur temps. Et le vôtre!

Continuez à être honnête avec vous, continuez à chercher en vous.

Qu’est-ce qui vous motive à vivre?

Qu’est-ce qui vous plait lorsque vous aidez l’autre?

Aussi, en vérité, ce n’est pas si facile de trouver pourquoi j’existe. 

Une de ces raisons est que les étapes de la vie amènent leur lot de changement à l’intérieur de nous. On perd de vieilles convictions et on en gagne de nouvelles avec les années!

De plus, ceux qui auraient choisi leur métier ou leur profession en croyant que ce choix était définitif seraient bien déçus de constater que ce choix n’était qu’une étape de leur vie. Une simple marche de l’escalier de son existence. De sa raison d’être.

Trouver un sens à sa vie en trois étapes?

J’ai hésité avant d’écrire ces lignes, car une réponse vraiment articulée pourrait faire l’objet de tout un livre. C’est une idée…

Mais comme mon but est de vous aider en quelques mots, je vais tenter de choir les bons. Mais ne m’en voulez pas d’avoir essayé!

Vous êtes prêt? Je vais vous faire travailler un peu.

Je vais vous demander de fermer les yeux quelques secondes après avoir lu l’étape 1.

Étape 1 : Ce que vous aimez

Faites une liste rapide de tout ce que vous aimez.

Ne réfléchissez pas et faites-le rapidement (en un maximum de 60 secondes).

Notez tout ce qui vous vient à l’esprit.

Faire …

Aider à…

Ou être…

Cela vous sera utile pour la prochaine étape.

Étape 2 : Vos actions

Fermez de nouveau les yeux après avoir lu ce qui suit.

Et demandez-vous comment vous pourriez faire pour vivre la vie de vos rêves, celle qui vous fait vibrer.

Si je n’avais pas si peur, je serais…

Je ferais…

Je deviendrais…

Et notez aussi les moyens financiers pour y arriver.

Étape 3 : Détaillez vos actions et vos besoins financiers pour les prochains mois et années

À cette étape, vous êtes prêt à détailler vos actions.

Écrivez une ligne pour chacune de vos actions futures.

Et sur chaque ligne, ajoutez la date à laquelle vous voulez avoir réalisé et finalisé cette action.

Vous avez maintenant un plan de vie!

Maintenant, veuillez ajouter le besoin financier correspondant, au bout de la ligne.

À la fin, chacune de vos actions futures correspondra à une date et à un besoin financier.

Vous allez ensuite pouvoir concrétiser votre plan financier personnel.

Ce sera un outil essentiel à votre bonheur.

À votre bonheur financier.

Solutionnez vos blocages

Il est fort probable que vous ayez des blocages à partir de l’étape 2, lorsque vous tenterez de lister vos actions. Ne vous inquiétez pas, c’est très normal!

Car autrement, vous y seriez déjà arrivé tout seul à trouver un sens à votre vie!

Il vous faut savoir que cet exercice ne vous donnera peut-être pas magiquement de réponse magique à pourquoi j’existe ?, mais il vous aidera à vous orienter dans la forêt qui vous entoure pour le moment.

J’espère vous avoir aidé – grâce à cet article – à reprendre le contrôle de votre vie.

À cette fin, je lancerai bientôt le défi de 21 jours, inscrivez-vous et vous verrez tous les outils qui pourront se mettre en place dans votre vie.

De plus, je vous invite à télécharger gratuitement le chapitre 1 de mon livre Reprenez rapidement le contrôle de votre vie… financière qui traite de comment créer votre propre bonheur sans soucis financiers.

N’hésitez pas à partager cet article et je vous invite à communiquer avec moi en privé si vous avez des questions.

Marc Blais, coach financier

NB: Vous vous demandez peut-être pourquoi un coach financier écrit un article sur l’importance de trouver un sens à sa vie, plutôt que de vous parler d’argent? C’est qu’un coach financier, c’est d’abord un coach et la vie financière, c’est d’abord la vie!