Catégories
Avoir plus d'argent Devenir minimaliste Être soi dans la vie Le défi d'être soi Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Vous pouvez être riche sans le savoir!

Vous pouvez être riche sans le savoir, vous savez! 

– « Être riche », ça va mais « sans le savoir », ne n’est pas possible ça! Car si j’étais riche, je serais bien le premier à le savoir!

– Hum… cela dépend de ta définition de la richesse! Si, par exemple, être riche veut dire faire la vie que tu aimes, alors peut-être es-tu déjà riche?

 

Est-il possible d’être riche sans le savoir ?

Eh oui ! J’ai déjà appris à plusieurs personnes qu’ils étaient millionnaires !

Évidemment, ils ont réagi avec surprise. Car ils n’avaient jamais fait le calcul de leur patrimoine auparavant.

Incroyable!

 

Être millionnaire ou être riche?

En outre, être millionnaire ne veut pas toujours dire être riche car cela dépend de vous et non pas du chiffre: un million!

Comment ça ?

Récemment, lors d’un coaching, une personne me partageait son objectif financier :

– Je veux être indépendant financièrement à l’âge de 50 ans, me dit-il.

OK super ! Et qu’est-ce que ‘l’indépendance financière » veut dire pour toi ? (Cette question fait toujours réfléchir. Et la réponse diffère grandement d’une personne à l’autre…).

Certains me répondent spontanément : ne manquer de rien !  Alors je dois leur demander de préciser:  mais qu’est-ce que cela veut dire pour toi, « ne manquer de rien »?

Quelques fois, la réponse est trop simple, comme: pouvoir acheter tout ce que je veux quand je le veux. 

Je leur réponds alors que c’est impossible car même les ultras riches (les milliardaires) ne peuvent pas dépenser sans compter! 

Puisque s’ils agissaient ainsi, ils redeviendraient pauvres rapidement !

La vérité, c’est qu’il n’y a aucune fortune qui ne puisse être dépensée.

 

Comment être riche sans le savoir?

D’abord, vous n’avez sans doute pas autant besoin d’argent (et de biens) que vous ne le pensez.

Ensuite, il est prouvé que quand on a un plan de vie, on augmente grandement nos chances… d’être heureux !

Combien coûtent vos rêves?

Faites le calcul.

Vous serez surpris du résultat!

Un plan de vie, c’est seulement trois colonnes:

  1. Quel est votre but?
  2. Quand voulez-vous l’accomplir?
  3. Combien ça coute?

Si vous voulez fixer clairement vos objectifs, référez vous au chapitre 1 de mon livre.

Pourquoi faudrait-il être riche pour être heureux?

 

Se comparer pour être heureux ?

Cet article de Oxfam parle des 62 personnes les plus riches qui possèdent autant que 50% de la population mondiale.

Au-delà du discours social entourant ces chiffres, la question que je me pose est: pourquoi nous comparons-nous aux autres ?

Le bonheur n’a pas besoin de comparaison!

 

Il est où le bonheur?

Ceux qui ne savent pas encore comment et où trouver le bonheur, la tentation est d’imiter ceux qui semblent avoir réussi.

Imiter?

Comment ça imiter l’autre?

C’est que je suis unique moi!

Tu sais quand tu essaies d’imiter ton voisin en achetant tout ce que ton voisin (ou ton ami) achète… (Au Québec, on parle alors de « voisin gonflable » ou de « beau-frère gonflable »!)

Il y a aussi ceux qui se disent que s’ils étaient en couple avec l’épouse ou le mari de l’autre…. Alors là, ils seraient vraiment heureux! Mais ils oublient que le secret de la relation est dans le mot relation.

En fait, il y a une différence entre tenter de vivre la vie superficielle de l’autre et sentir son énergie, son état d’esprit dans différentes situations pour apprendre d’eux!

 

Vous aussi, vous pouvez être riche sans le savoir !

Maintenant que vous savez que vous pouvez être riche matériellement, ou autrement, sans le savoir, vous vous dites peut-être : bof, ce n’est pas mon cas !

Pourtant, vous pouvez  être déjà riche sans le savoir, autrement si:

  • Vous êtes en amour.
  • Vous avez des relations de qualité avec les autres.
  • Votre vie spirituelle vous épanouit.
  • Votre travail vous aide à vous réaliser.
  • Vous êtes utile aux autres.
  • Etc.

 

Vous pouvez être riche de différentes manières!

Vous pouvez être riche matériellement, si vous avez suffisamment d’argent pour être heureux.

Ou vous pouvez être riche socialement, si vous êtes entourés de super amis et d’une belle famille.

Et vous pouvez être riche d’amour, si vous êtes chanceux en amour ou si vous savez simplement apprécier vos relations avec votre conjoint et vos enfants.

Aussi, vous pouvez être riche de votre talent en partageant vos dons à votre travail ou bénévolement afin de faire grandir vos valeurs.

Tout comme vous pouvez être riche de votre santé.  Et riche de votre générosité à des causes qui aident les autres; même des inconnus.

 

Vivre le bonheur financier

Il est clair que l’on s’habitue rapidement à tout ce qu’on possède matériellement ou autrement.

Bref, on en veut toujours plus.

C’est en pensant que le bonheur est à l’extérieur de nous que nous continuons d’y chercher la satisfaction.

Et c’est alors que, sans savoir ce qui nous rend vraiment heureux, on continue à accumuler des biens (et des dettes). Puis on consomme plus. Et on l’attend encore et encore ce fameux bonheur, cet avenir merveilleux que l’on envie tant!

Pourtant, le bonheur n’existe pas sous cette forme!

Vous êtes déjà riche sans le savoir.

Le bonheur est là, en vous, saisissez-le !

livre-de-marc-blais-reprenez-le-controle-de-votre-vie-financiere

Êtes-vous prêt à passer à l’action ?

Puis-je vous suggérer mon livre?

Vous y apprendrez comment être plus heureux avec l’argent que vous avez déjà, et cela sans augmenter vos revenus!

Parcourez mon blogue, vous y apprendrez plein de nouvelles façons de penser pour atteindre le Bonheur Financier!

À bientôt,

Marc

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Comment ne plus jamais travailler pour de l’argent ?

Et si tu n’avais plus à travailler pour de l’argent, que ferais-tu?

C’est une bonne question, une question que l’on ne se pose pas ou pas assez souvent.

Peut-être que l’on a un peu peur des réponses que l’on obtiendrait?

Ne plus jamais travailler pour de l’argent

Peu importe ton âge et même si tu es aux études, pose-toi la question: s’il n’en tenait qu’à moi et de mes goûts personnels, quel travail ferais-je?

T’es-tu déjà posé la question? Es-tu prêt à y répondre, maintenant?

L’erreur serait de te dire Bof, je verrai ça plus tard!  

Car plus tard arrivera de toute façon… et tu te diras peut-être encore:  plus tard.

Jusqu’à quand continueras-tu ainsi?

L’argent qui motive

L’argent motive… un certain temps.

Je dirais que la quarantaine est souvent le moment de vérité chez ceux et celles qui ont choisi de travailler pour de l’argent plutôt que de vivre leurs passions.

Souvent, dans la vingtaine et la trentaine ils s’achèteront tout ce qu’ils veulent et ils espèreront combler ce grand vide d’une passion contournée qu’ils croiront réaliser plus tard. Bien sûr!

Et dans la cinquantaine, ils se diront qu’il est un peu trop tard pour changer… de voie.

Et c’est alors qu’ils constateront que même en dépensant plus d’argent pour compenser ce vide, ils n’y arrivent plus…!

En fait, ils n’arrivent plus à être heureux.

Ils n’arrivent même plus à faire semblant.

Et ils se disent alors qu’il est peut-être temps de trouver un sens à leur vie!

Es-tu tanné de travailler pour de l’argent?

Ça m’est arrivé!

Je m’étais pourtant juré…

Et pourtant, un jour je me suis réveillé en me disant que ce travail dont j’avais tellement rêvé, je l’avais enfin!

Je faisais ce dont je rêvais depuis des années. Quel accomplissement! Quelle satisfaction d’y être arrivé! J’avais un poste important, je me sentais apprécié, j’étais bien payé. En plus, on m’enviait!

Et pourtant…

Et pourtant, je me suis surpris à me dire: « j’aimerais tellement changer de tr… «

– Heu, comment?!!

– Tu aimerais changer de travail?, me dis-je.

– Tu as tout et maintenant tu veux quitter tout ça?

– Heu nouuuui…

Bref, après plusieurs péripéties et quelques années intenses de questionnement j’y suis arrivé. J’ai pris ma décision. J’ai changé de travail.

Ça n’a pas été facile de trouver ma mission, de me créer une 3e carrière…

Mais je suis content . J’ai eu la clairvoyance de quitter ma 1ère et aussi ma 2e carrière alors que ma passion diminuait tout doucement … Plutôt que t’attendre de ne plus en avoir du tout!

Tout compte fait, j’aurais fait plus d’argent si j’étais resté dans ma toute première passion. Mais dans quel état serais-je aujourd’hui?

Et surtout, qui serais-je devenu?

*

Comme le décrit Gail Sheehy dans son livre les passages de la vie, nous changeons passablement d’une décennie à l’autre.

Ton choix de carrière, ton métier idéal que tu as choisi dans la vingtaine ne te convient peut-être plus dans la quarantaine ou la cinquantaine!

Mais tu n’auras pas nécessairement à passer de médecin à plombier (ou l’inverse).

Toutefois, ton travail doit suivre ton évolution. Tu es ici pour expérimenter. Et quand tu as compris ou réalisé ce que tu avais à vivre, tu es prêt à passer à autre chose…

La vérité, c’est que ta vie est en changement. Ton travail, aussi!

Travailler pour de l’argent, le paradoxe

Je côtoie des gens qui génèrent d’excellents revenus. Et qui les méritent grandement, car leurs semaines de travail ont souvent plus de 80 heures!

Mais lorsque je leur demande ce qu’ils feront après, leur visage change, les tensions s’effacent sur leur visage et ils me disent des choses comme: j’aimerais bricoler, je m’achèterai une petite maison à la campagne et je ferai de l’agriculture bio…

Toutefois, ils n’arrivent pas à décider quand ils feront tout ce dont ils rêvent.

Et meurent souvent avant d’avoir accompli ce pour quoi ils sont ici.

Et là – pour les faire réfléchir à MAINTENANT -, je leur demande: c’est combien … ton rêve?

Neuf fois sur dix, la réponse est: pas très cher… (Sous-entendu: je pourrais me le payer facilement dès aujourd’hui…)

Et je fais Ahhhh… (Sous-entendu: tu attends quoi?)

Et alors que j’ajoute : moi je l’ai fait!

Et toi, quels regrets aimerais-tu ne pas avoir en fin de vie?

Catégories
Coaching Exécutif Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Mission de son entreprise Top 10 Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie

L’entreprise de tes rêves: l’as tu trouvé?

Aimerais-tu pouvoir t’exprimer au sein de l’entreprise de tes rêves? Et enfin te créer (ou trouver) une vie qui te ressemble?

As-tu l’impression (des fois) que les autres réussissent mieux que toi ?

Que ces autres (ceux qui t’entourent) ont très peu de difficulté dans leur vie. Ou que tout le monde (sauf toi) a trouvé sa mission sur terre!

C’est possible que tu te demandes ce qui ne va pas dans ta vie…

Tu as suivi plein de formations, tu t’intéresses à ceux qui réussissent. Tu suis leur vie sur les médias sociaux. Bref, tu cherches à comprendre comment ils font. Et tu tentes peut-être de faire comme eux…

Mais tu n’y arrives pas vraiment…

Qu’est-ce qui ne va pas?

 

Mais il est où, il est où mon X ?

Il est difficile de se réinventer !

Bien que sûr que c’est difficile car il faut savoir se remettre en question. Parfois, il faut même aller jusqu’à se perturber l’esprit pour s’ouvrir à l’inconnu !

Ah, cet inconnu…

Si je pouvais être certain de pouvoir être heureux en changeant une seule chose, ce serait laquelle?

Mais comme je ne peux pas savoir si ça marchera. Alors est-ce que ça vaut la peine d’essayer?

En somme, à quoi bon me titiller l’esprit sans fin si je ne peux être certain du résultat? Aussi, je devrais me contenter de ma vie actuelle, bien qu’imparfaite. Car au moins, dans celle-ci je sais.

Je sais que je souffre. Je sais aussi de ce que je souffre. Et je sais aussi combien je souffre…

Oui, oui, la souffrance, ça se compte.

Je reconnais que souvent, quand j’y pense… Et j’y pense (presque) tout le temps ; ça me fait mal !

Tous les matins quand je me réveille, je prends conscience du chemin, de l’embranchement de vie que je devrais prendre pour être heureux et même si je sais que je le peux, je dis à la vie quelque chose comme: fais-moi souffrir, mais pas trop quand même !

Puis les jours suivants seront identiques, je le sais…

Je sais que l’avenir ne pourra qu’être un peu mieux ou un peu pire que ce que je vis présentement. À moins que…

À moins que tu changes quelque chose, que tu prennes une décision ; LA décision. Celle qui te fera avancer d’un coup sec!

Mais avant, tu dois en accepter la douleur.

Ou subir encore un peu celle que tu connais tant.

On s’habitue. On s’habitue à sa souffrance.

 

Agis pour te découvrir et tu trouveras l’entreprise de tes rêves!

Quand on décide d’avancer, on ne sait qu’une chose…

Tu sais juste que tu ne seras plus jamais la même personne après! Car dès que tu acceptes l’incertitude de ta décision, tu avanceras d’un pas. Et ce pas en sera un qui sera énorme dans ton parcours de vie!

Mais pour y arriver, que dois-tu abandonner ?

Quelle certitude, quelles relations, quel travail et quelle dépendance dois-tu laisser aller ?

À qui et à quoi es-tu redevable ?

Qui décide?

On est tous liés, prisonnier de quelqu’un ou de quelque chose…

Et le reconnaître, c’est un peu commencer à s’en libérer.

 

Créer ou trouver l’entreprise de tes rêves…

Pour créer ou trouver l’entreprise de tes rêves, tu dois savoir pourquoi !

Désirer faire de l’argent, ce n’est pas assez! Car l’argent ne sera jamais une motivation suffisante pour te faire avancer, pour te réveiller avec le sourire. Et pour que tu aies le goût de te dépasser sur le long terme, au travail et dans ta vie. Il te faudra devenir un leader conscient…

Car l’argent est un moyen de t’accomplir, pas une fin !

Si tu n’es pas si heureux à ton travail, c’est sans doute que tes valeurs et ta raison d’être ne coïncident pas avec celles de ton entreprise ou avec celles de ton employeur.

Et ton patron lui, il ne te le dira pas ! Il te laissera aller, en espérant que tu ne craques pas, du moins, pas tout de suite !

C’est que, vois-tu, soit que ton employeur s’en fout ou soit il est dans la même situation que toi… Et qu’il cherche à survivre en attendant de trouver sa mission de vie (et d’entreprise)!

Selon plusieurs études, 40% (et plus) des employeurs ne considèrent pas important que leurs employés soient heureux au travail!

 

Trouve ton pourquoi!

Le défi c’est de Commencer par pourquoi, l’excellent livre de Simon Sinek. La mission de Simon Sinek est d’aider les gens à faire ce qui les passionne.

En somme, Sinek a remarqué que les entreprises qui performent sur le long terme sont généralement celles qui embauchent des personnes passionnées. Et qui correspondent au pourquoi de l’entreprise, à sa cause et à ses valeurs.

Aussi, je te pose la question :

Quel est ton pourquoi ?

Ne te stresse pas si tu ne le sais pas encore… Car la presque totalité des gens ne sait pas !

Car répondre à cette question, c’est un peu comme répondre à la grande question existentielle : qui suis-je ?

Ceux qui, comme moi, ont cherché intensément leur pourquoi, arrivent généralement à le trouver avec un peu d’efforts… Mais tous les autres qui n’en font pas une priorité meurent malheureusement sans vraiment se connaître.

Moi, mon pourquoi, c’est : je crois qu’un individu ou une organisation qui connait sa raison d’être est invincible ! 

Mais toi, s’il te manque une bonne raison de te lever le matin, si tu veux la trouver cette bonne raison, essaie de penser à ta place dans le monde. À ce que tu peux apporter aux autres par ton talent! Et ça, ça commence idéalement par : je crois…

À quoi crois-tu fermement ?

Que voudrais-tu faire pour les autres ?

Et que veux-tu changer?

 

Veux-tu vraiment créer l’entreprise de tes rêves ?

Tu as besoin de ton pourquoi si tu veux créer l’entreprise de tes rêves ou si tu veux transformer et faire croître celle que tu gères actuellement.

Et tu as besoin de trouver ta mission de vie pour trouver la mission de ton entreprise.

Voici un résumé de mon article 3 façons originales pour trouver ta mission de vie:

  1. Regarde ce qui te met régulièrement en colère dans ta vie. Il y a là une source d’insatisfaction que tu peux canaliser vers l’offre d’une solution à la fois équitable pour le client et rentable pour toi.
  2. Casse-toi la tête, remets-toi en question, bref, perturbe-toi. Change ta façon de voir ce qui t’entoure, demande-toi «et si je pensais différemment…., et si je changeais de méthode… »
  3. Demande-toi vraiment ce que tu peux faire pour les autres à partir de tes talents et de tes compétences. Commence par voir qui tu peux servir… Et comment tu peux les servir ? Ensuite, regarde à quel prix et vois ce qui peut être rentable ou non…

Car si ton pourquoi est bien défini, tu pourras définir facilement l’entreprise de tes rêves!

Et je peux t’aider à trouver, à clairement préciser avec toi, ce qui te fera à la fois briller intérieurement et, rayonner vers les autres.

Si tu veux, reçois gratuitement 3 stratégies pour trouver ta mission.

 

Es-tu de type « pourquoi » ou de type « comment »?

Tu peux soit être une personne de type pourquoi ou une personne de type comment. Il n’y a pas de bonne réponse. Il y a ta réponse.

Et la beauté, c’est que chacun a besoin de l’autre pour réussir !

Les gens de type POURQUOI sont des visionnaires à l’imagination hyperactive. Ils ont tendance à être des optimistes qui croient que tout ce qu’ils imaginent peut vraiment se réaliser.

Les personnes de type COMMENT vivent davantage dans le moment présent. Elles sont réalistes et possèdent un sens plus clair du côté pratique des choses.

Simon Sinek

En fait, la plupart des gens sont du genre COMMENT.

Comme je le disais, il n’y a pas de mal à être d’un type ou de l’autre. D’ailleurs selon Simon Sinek ; bien que plusieurs entrepreneurs s’imaginent être des visionnaires, dans les faits, ceux qui réussissent le mieux sont des gens de type COMMENT.

Donc, tu n’as pas à choisir, tu n’as qu’à te connaitre. Tu n’as qu’à être toi-même. Et à te reconnaitre !

L’entreprise de tes rêves t’attend (en dedans de toi!).

Marc Blais

Catégories
Avoir plus d'argent Économiser facilement Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Être soi et être libre financièrement !

Des fois, on veut tellement devenir quelqu’un que l’on confond ce besoin avec celui d’être libre financièrement!

On préfère dépenser et avoir des biens qui nous font bien paraitre plutôt que d’être soi.

 

Être libre financièrement sans effort!

La majorité des gens a trop d’engagements financiers à long terme.

Le pire, c’est que maintenant, ils doivent faire face au stress financier que représentent leurs frais fixes! Et que cela durera encore plusieurs semaines, mois et années à venir!

C’est que la pression sociale exerce sur nous un besoin de se valoriser qui se traduit en à la longue, en pression financière…

J’ai fait ça moi aussi.

On tombe (presque) tous dans le piège. En fait, on tombe dans notre propre piège…

Rappelez-vous comment vous vous sentiez heureux le jour de la signature de votre nouveau bail, de votre nouvelle maison ou de votre nouvelle voiture!

Mais maintenant… ouf!

On doit apprendre à vivre avec tous les paiements fixes qui ne nous lâchent plus!

On dit souvent que des frais fixes trop élevés tuent les entreprises. Et c’est pareil pour nous!

 

Et si tu simplifiais ta vie!

Si ta situation personnelle était simplifiée au maximum, comment serait ta vie?

C’est la question que je me suis posée il y a quelques années…

C’est très simple.

Comme tu sais, certaines de tes dépenses sont fixes et obligatoires, comme ton loyer.

Et d’autres sont variables et à ta discrétion; comme tes vêtements, tes loisirs et tes restaurants.

Mais tu dois évidemment t’assurer qu’il en reste assez pour faire face aux imprévus.

Car il y a toujours des imprévus!

Tu t’es peut-être créé un problème. Car si une trop grande partie de tes revenus est automatiquement affectée à tes paiements fixes; comme l’hypothèque ou le loyer, l’automobile, les emprunts personnels et tes cartes de crédit, tu ne peux pas être libre financièrement.

Dans ce cas, une baisse imprévue, même minime, de tes revenus aura des répercussions graves sur ton bonheur financier!

Si tu veux être libre financièrement, tu dois revoir certaines de tes actions.

Tu dois te demander si ce que tu fais de ton argent est vraiment en harmonie avec tes valeurs personnelles.

 

Peux-tu être libre financièrement si tu as trop de frais fixes?

La réponse est clairement: non!

Si tu veux être libre financièrement et retrouver une vie financière qui te donne le plaisir de vivre et de dépenser à ton goût, revois tes dépenses fixes.

Et demande-toi si ces dépenses sont encore en harmonie avec la personne que tu es devenu.

J’ai personnellement vécu trop années dans cette situation de stress où je dépensais pour des biens qui ne me convenaient plus!

À la fin, mon auto et ma maison n’étaient plus à mon service, c’est moi qui étais à leur service!

Un jour, j’ai pris conscience que le stress que je vivais dépendait de l’ampleur de mes frais fixes.

J’ai pris environ deux ans à m’en sortir…

***

Je sais que ce n’est pas facile de se questionner sur nos actions passées, de s’intérioriser pour découvrir qui on est et ce qu’on veut vraiment faire dans la vie et avec notre argent.

Mais cet un exercice est tellement positif que je le refais régulièrement pour m’assurer que je suis en adéquation avec mon vrai moi. Et non, avec une image de moi que l’on veut me faire croire!

Alors, si tu veux être libre financièrement, te libérer de tes frais fixes est ta solution pour retrouver ta liberté perdue.

 

Est-ce que cela correspond à mes valeurs?

Être forcé de remettre en question son mode vie n’est pas chose facile. Mais certaines personnes le font.

Et ceux qui l’ont fait se sont donné une marge de manoeuvre à la fois pour faire face aux imprévus de la vie. Et aussi pour combler les besoins qui correspondent à leurs vraies valeurs dans la vie. Y compris le grand besoin de tous les humains de contribuer au bonheur de l’autre; donner!

Remettre en question ses frais fixes est un processus qui peut prendre de 2 à 5 ans. Cela consiste à réviser une à une chacune de tes obligations à long terme, avant l’échéance de chaque obligation que tu as. Et à te poser la question pour chaque dépense : est-ce que cela correspond à mes valeurs?

Tes obligations à long terme sont la conséquence des décisions que tu as prises antérieurement. Par exemple:

  • Un contrat de location ou d’emprunt automobile.
  • Un bail pour ton logement ou une hypothèque sur ta résidence.
  • Les assurances et les taxes foncières et scolaires de ton immeuble.
  • Les assurances et les immatriculations de ta voiture.
  • Les réparations de ton immeuble et de ta voiture.

Si tu avais le choix de repartir ta vie à zéro, est-ce que tu referais les mêmes choix aujourd’hui? (J’en parle au chapitre 7 de mon livre Le bonheur financier en 7 minutes par jour.)

Remettre en question tes frais fixes, c’est en quelque sorte remettre en question ton mode de vie pour réaliser tes objectifs.

Quel choix feras-tu?

Être libre financièrement  = vivre avec peu ou pas de dépenses fixes!

Libère-toi de tes frais fixes, il n’est jamais trop tard pour bien faire et réaliser ton plan de vie!

Marc 

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Top 10 Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Le cycle Être-Faire-Avoir changera votre vie!

Cette façon de penser, si vous en avez le courage, changera votre vie et votre vie financière!

Récemment, je réfléchissais à l’argent. Car j’ai l’impression que notre bonheur est assombri par une perception. C’est-à-dire que nous avons constamment l’impression que nous serions automatiquement heureux si nous avions plus d’argent!

C’est comme si tout ce dont nous manquons dans notre vie, nous l’attribuons (sans doute, faute d’une meilleure explication) au manque d’argent!

Et je me disais; il doit bien y avoir une façon de régler ce problème si commun qu’est le manque d’argent… Qu’est-ce qui ne va pas à propos de notre relation à l’argent?

En réfléchissant, je suis arrivé à la conclusion que l’on faisait fausse route quelque part…

Et qu’il y avait sûrement une meilleure façon de répondre à la question existentielle: il est où le bonheur ?

Si bien que j’ai découvert que notre vision de la vie était basée sur le modèle:

Faire-Avoir-Être.

 

Faire-Avoir-Être

Mais le problème quand je suis ce modèle, c’est que je travaille dans le but de gagner de l’argent. Et que je crois que l’argent que je gagne, me permettra d’être heureux. Évidemment. C’est tout simple!

Mais ce cycle ne semble pas du tout fonctionner pour la majorité d’entre nous, ainsi que pour moi! Aussi, je me suis questionné. Je me suis demandé ce qui arriverait si on changeait quelque chose…

La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.

Albert Einstein

Et en jonglant un peu avec la trilogie « faire-Avoir-Être », je me suis dit; et si on inversait tout simplement notre façon de penser, d’agir et de vivre pour arriver à:

Être-Faire-Avoir.

 

Être-faire-Avoir

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment, un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir…

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau

Paroles de Yves Duteil

Faire

Il y a une question que l’on se pose, plus ou moins, à partir de l’adolescence et qui continue souvent de nous titiller une bonne partie de notre vie. En fait, plusieurs seront hantés par cette question existentielle toute leur vie !

Cette question est : mais qu’est-ce que je vais faire de ma vie?

Combien de fois vous êtes-vous posé ces questions :

  • Dans quoi suis-je bon ?
  • Quels sont mes plus grands talents ?
  • Comment pourrais-je aider les gens ?
  • Quelles sont mes passions ?

Et les années ont passé…

Vous avez changé d’emploi, de patron et de lieu de travail. Et chaque fois, vous aviez espoir d’avoir enfin trouvé ce que vous cherchiez…

Mais en vain!

Vous avez 35 ans, 45 ans, 55 ans. Mais vous cherchez toujours.

C’est toujours la même question qui revient: que vais-je faire de ma vie?

 

Avoir

Pendant longtemps, j’ai cru que; ce que l’on possède nous définit comme personne!

Et j’avais raison.

Car nos biens nous définissent, socialement.

D’ailleurs, si j’ajoute ce que je possède à ma notoriété professionnelle, je devrais être plus que comblé dans la vie.

Dans la vie, oui. Normalement il me semble que quand tu arrives à avoir une famille, avoir une maison, avoir deux voitures, tu devrais être heureux, non ?

En fait, je ne dois pas être aussi normal que les autres! Car depuis quelques années, mes biens ne suffisent plus.

À me rendre heureux.

Et puis réussir dans la vie, ne me parle plus. Ce que je veux, c’est réussir ma vie!

 

Faire-Avoir-Être

 

Pendant longtemps, j’ai mis en pratique le cycle Faire-Avoir-Être en croyant que mon travail aller me procurer à la fois l’argent et la notoriété pour être heureux. Ainsi, je serais quelqu’un dans la vie. Et aux yeux des autres.

Je me disais que si je devenais quelqu’un aux yeux des autres, je le deviendrais aussi à mes yeux.

Une évidence.

Mais cette évidence qui n’a pas fonctionné pour moi.

Alors, je me suis remis en question, questionné, re-questionné et re-re-questionné.

Et un jour, je me suis dit : et si j’inversais ce cycle de malheur?

 

Le cycle Être-Faire-Avoir changera votre vie

Être-Faire-AvoirComment serait ma vie si je fonctionnais complètement à l’inverse, selon le modèle « Être-Faire-Avoir »?

Si je commençais par tenter d’être ?

Par tenter d’incarner qui je suis…

Ensuite, il me suffirait d’exister. Et donc de faire les choses et un travail en lien avec mon être.

Car quand je suis connecté, je fais ce qui doit arriver et j’obtiens ce qui doit être.

Une personne axée sur l’être réagira différemment d’une personne focalisée sur l’avoir:

Aussitôt qu’elle a un désir quelconque, elle s’assure qu’il répond à un besoin de son ÊTRE. Pour ce faire, elle se demande, le fait d’obtenir ce que je désire m’aiderait à ÊTRE et me SENTIR comment? Lise Bourbeau

Qui êtes-vous ?

Aimeriez-vous le découvrir ?

Aimeriez-vous vivre de plus en plus en accord avec qui vous êtes vraiment ?

Ainsi, votre travail sera en lien avec votre mission de vie. Et vous gagnerez assez d’argent pour continuer à vous accomplir et à servir les autres!

Appliquer le cycle « Être-faire-Avoir » changera votre vie et votre vie financière. L’argent changera de sens pour vous.

Vous allez vous faire vibrer. Vous allez vibrer votre vie !

C’est à se demander pourquoi nous continuons à faire le contraire.

Est-il vraiment plus facile de continuer à vivoter sans se poser de questions que d’apprendre à se connaitre, à se respecter, à se faire respecter?

 

Le défi d’être soi

Reste toujours un enfant. Ne t’arrête jamais de goûter, de sentir, de voir et d’être enthousiasmé par ces grandes choses que sont le ciel, les moteurs et les rayons de soleil qui t’éclairent. Porte bien ton petit masque, si c’est nécessaire, afin de protéger l’enfant du reste du monde, mais si tu laisses cet enfant disparaître, mon pauvre, tu ne seras plus qu’un adulte autant dire que tu seras mort.

Richard Bach

Avec qui serais-je en conflit, si je changeais ma vie, si je devenais moi?

Est-ce que je perdrais mes amis?

Mes parents, mes frères et soeurs m’aimeraient-ils autant?

Comment réagiraient mes confrères de travail, mes patrons?

Il y a un risque.

Mais ce risque est-il réel?

Si ce n’est pas vous, qui changera votre vie?

Marc Blais

Catégories
Des livres pour être soi Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouver sa mission de vie

Pour sortir du labyrinthe et avancer!

Depuis des mois, tu n’y arrives plus, tu cherches seulement à sortir du labyrinthe…

Tu veux vraiment de sortir de là. Mais tu ne sais même pas ce qui ne va pas!

Et si c’était toi qui as changé, qui veut/ne veut plus certaines choses?

Tout ce que tu sais, c’est que ça ne va plus.

En fait, rien ne va plus comme… avant!

Pourtant, tu fais autant d’efforts qu’avant de réussir, même plus! Mais les résultats ne sont plus les mêmes qu’avant.

Alors, que s’est-il passé?!

 

Avant… de sortir du labyrinthe

On parle beaucoup de changement ces temps-ci! En effet, autour de nous, il est évident que les choses changent.

En fait, les gens, les idées, les structures, les modes, les méthodes de travail, la technologie, les mentalités; tout change!

Constamment.

Et si je te demandais:

***

– Et toi, est-ce que tu changes?

– Euh, moi? Je suppose que oui, je change aussi…

– Tu supposes?

– C’est que par définition, si tout le monde change, je change aussi!

***

 

Est-il possible que parmi tous ces changements de ta vie, il y en ait quelques-uns que tu aies échappés?

Volontairement ou non, as-tu choisi de faire fi de certaines réalités dans tes choix?

T’es-tu respecté ou as-tu décidé de te laisser aller avec le courant, en espérant que le temps replace les choses pour toi?

Te serais-tu éloigné de ta mission de vie, par hasard?

Ou pire encore, tu ne connais pas ta mission ? Si oui, je te suggère ces 3 façons originales pour trouver ta mission de vie!)

Bref, avant de pouvoir sortir du labyrinthe, il faut prendre conscience qu’on y est prisonnier! Et c’est malheureusement une situation inconfortable.

Mais, il faut vivre certains blocages pour avancer. Pour évoluer…

 

Le piège

Ce n’est pas notre ignorance qui nous attire des ennuis, mais nos fausses certitudes.

Mark Twain

sortir du labyrinthe - cycle de la vie

De façon générale, la vie évolue cycliquement en suivant les étapes suivantes: début, croissance, exaltation, maturité et déclin.

Que ce soit en amour, à un nouveau produit, à la santé physique, à notre travail, les étapes de ce cycle s’appliqueront.

Le paradoxe, c’est que nous les humains, on aime croire que tout est permanent.

Alors que tout change!

Le piège pour moi au travail a été de croire que les périodes d’exaltation et de maturité allaient se poursuivre indéfiniment…

C’est que, apparemment, je suis très à l’aise, durant ces deux périodes!  En fait, je n’ai plus peur…

Car au cours des périodes d’exaltation et de maturité, je deviens confortable avec ma nouvelle fonction, mon nouvel environnement de travail, les gens qui m’entourent, les techniques, etc.

Et je m’imagine, à tort, que tout cela est maintenant stable et établi. Pour toujours!

Mais, quand le déclin se produit, je n’y crois pas. Et je me dis que c’est impossible

Si bien que je résiste.

Et je me dis que ce n’est pas vrai, que c’est temporaire. Et que tous ces signes qui clignotent pourtant devant moi ne sont peut-être pas vrais!

Bref, j’attends.

Et je me morfonds en soufrant. En silence.

De plus, en attendant un dénouement miraculeux, je m’occupe l’esprit en me faisant croire que j’ai raison d’attendre que quelque chose se produise. Aussi, je me raconte des histoires… En blâmant les autres.

De toute façon: ça ne peut pas être moi le problème!

La vérité, c’est que je ne peux pas accepter de voir, de comprendre que:

Les choses ont changé.

Mais pas moi!

 

Le déclic

Le déclic, c’est ce que Spencer Johnson, l’auteur de Qui a piqué mon fromage, décrit dans son dernier livre Sortir du labyrinthe.

Mon sort est entre mes mains. Je ne puis compter que sur moi-même.

Ce n’est pas avec de vieilles certitudes que l’on trouve le nouveau…

Spencer Johnson

J’aime bien ces deux citations. Car elles reflètent bien toute la difficulté que nous vivons face à une période, une croyance ou une réalité à laquelle nous sommes attachés. Mais qui ne nous sert plus!

Quand on se sent bloqué, notre vie est bloquée. On ignore pourquoi on n’avance plus… Et pourquoi on était bon et qu’on ne l’est plus?

En fait, on ignore totalement ce qui a changé. Et ce qui ne va plus dans notre vie! On est perdu et sans solutions…

C’est là qu’il faut avoir assez d’espoir dans la vie.

Et demander de l’aide, lâcher-prise pour mieux voir sa propre réalité…

 

Laisser-aller… pour sortir du labyrinthe

Même pour moi, c’est difficile. Je suis meilleur pour les autres!

Mais j’ai développé un mécanisme. Je me demande: qu’est-ce que je laisserais aller qui me permettrait d’avancer?

Et qu’est-ce que je gagnerais?

Par ailleurs, c’est là que l’on dépense le plus d’énergie à tergiverser…

C’est la période sombre.

On se demande vraiment ce qui se passe en nous. Et on n’a de cesse de se rappeler d’embellir le bon vieux temps du cycle de notre ancienne vie qui est sur le point de se terminer.

C’est que le doute et ses sous-produits (le manque d’énergie, la dévalorisation et… la perte de temps) nous dominent encore trop pour pouvoir passer à l’action.

En conséquence, deux forces s’affrontent en nous: la contraction de nos idées reçues et acceptées comme vraies et la volonté d’avancer!

Qui gagnera ce combat?

Pour avancer, il faut accepter de se délester de quelque chose que l’on considérait important, l’instant précédent.

Sinon?

 

Briser la résistance

Je crois que l’humain déteste le changement!

Sauf moi. Par contre, je sais apprécier le changement… chez les autres. Mais pour moi!

D’ailleurs, quand je me surprends à me dire à moi-même: moi, c’est différent!, là je m’arrête et je réfléchis! (Des fois, le coach a besoin d’un coach!)

Le paradoxe, c’est que d’un côté, on aimerait aller mieux. Et de l’autre, on aimerait tellement retourner en arrière. Et retrouver sa vie d’avant!

Mais comment briser ce paradoxe ?

Et comment abréger sa souffrance?

On peut rester longtemps prisonnier de ses idées, de ses certitudes, dit le Dr Spencer Johnson.

Car nos idées nous définissent, nous assurent notre identité. Aussi, les changer, les remettre en question serait risquer de se perdre. De ne plus être soi-même.

Et ça, on ne le veut surtout pas!

Une certitude est une idée que l’on tient pour vraie.

On peut être prisonnier de ses certitudes.

Spencer Johnson

Et maintenant, si tu penses à tes croyances, lesquelles te sont (encore) utiles?

Et enfin, lesquelles te sont nuisibles?

 

Sortir du labyrinthe

La clé, c’est d’arriver à se remettre en question, de savoir se perturber (comme dirait Simon Sinek) pour se dépasser.

En fait, une portion de mon travail de coaching consiste à vérifier la valeur d’une résistance, d’une vérité. Par exemple; « je ne peux pas parce que moi je n’ai pas… ».

Car en utilisant certaines approches, ce qui était considéré comme vrai s’élimine comme un mur qui s’effondre! Et alors, la décision d’aller de l’avant se prend enfin. Et le changement apparait!

C’est qu’un changement peut être radical au point où, dans certains cas, on en oublie même ce qui nous empêchait d’avancer! (Ça m’est souvent arrivé.)

Et dire que pendant tout ce temps (perdu), j’avais avait l’impression d’être honnête avec moi!

Le docteur Johnson avait raison!

Débarrasse-toi de ce qui ne marche plus.

On n’entreprend pas une nouvelle quête avec de vieux bagages.

Dr. Spencer Johnson

Pour sortir du labyrinthe, il y a malheureusement une zone d’inconfort à vivre. Et c’est celle qui ouvre au changement.

Marc Blais

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Comment trouver et vivre ses passions?

Vivre ses passions est certainement le rêve de tous. Mais y parvenir ne semble pas si facile!

Pour ceux qui me lisent pour la première fois, mon blog traite de mission de vie et de votre bonheur financier, sous toutes ses formes.

Pour moi, le bonheur financier et parvenir à réaliser ses passions sont deux conditions nécessaires pour réussir sa vie.

Les gens qui vivent leurs passions sont des gens heureux!

Et celui qui n’arriverait pas à vivre ses passions?

Tu n’es peut-être pas si loin du but… Tu verras!

 

Pourquoi est-il difficile de vivre ses passions ?

D’abord, tout le monde a des passions, même ceux qui croient ne pas en avoir!

C’est que ceux qui disent ne pas avoir de passions en ont aussi… Mais ils les rejettent, les repoussent, les reportent… à plus tard.

Beaucoup plus tard…

Mais pourquoi donc ?

Ils n’ont pas le temps ou ils n’ont pas (encore) l’argent pour le faire…

Est-ce que ce sont vraiment de bonnes raisons pour s’éloigner de son but, pour ne pas vivre ses passions?

Oui et non…

Oui, car décider de vivre ses passions, c’est choisir de vivre pleinement notre raison d’être, notre mission de vie !

Non, car si c’est une question d’argent, il est toujours possible de trouver de faire d’autres choix et de faire moins cher.

On rêve souvent d’une vie idéale sans penser qu’on peut y arriver par étape. On doit commencer quelque part.

Débuter dans sa passion à temps partiel est une belle étape pour vivre ses passions!

Car même si on n’a pas tout l’argent qu’il faut, quand on le veut ardemment, on découvre des façons d’arriver à faire ce dont on rêve le plus dans la vie.

Et commencer est plus facile que l’on n’aurait pu imaginer!

 

Vivre ses passions, mais quand ?

Il y existe une période dans notre vie où nos obligations professionnelles et familiales nous empêchent temporairement de tout laisser pour nous tourner fermement et résolument vers nos passions.

Mais cette période ne dure pas toute la vie!

Et il existe des façons de rester en contact avec le monde qui nous captive. Que ce soit l’art, l’écriture, le théâtre, la gestion, les communications, etc.

Aujourd’hui, il est possible d’accéder à des sites et pages spécialisés qui nous permettent de baigner dans notre passion d’un seul clic.

Tu veux te réaliser? J’ai créé le groupe FB Le défi d’être soi pour toi!

Si tu as des enfants et que tu ne veux pas les négliger, c’est bien mais voir son parent heureux a aussi une certaine valeur éducative pour eux!

Des fois, il est bon de se rappeler qu’on est beaucoup plus libre qu’on le croît.

Pense au temps…

Si tu te dis: il ne me reste que 33 ans à travailler, là il y a un problème!

Et ce problème peut simplement être que ta perception du mot travail est erronée…

Dans plusieurs familles, travailler est considéré une chose pénible, une obligation, une simple façon de gagner sa vie!

99% d’entre nous doivent travailler pour vivre. Mais je crois qu’il est possible de s’ouvrir, de choisir un métier qui soit aussi une passion!

Dans ma 1ère carrière (de comptable), un travail agréable était un travail pour lequel 1/3 du temps était carrément passionnant, 1/3 plutôt intéressant et le dernier 1/3, disons, moyennement agréable!

Ma seconde carrière (en gestion) était 75% du temps plutôt inspirante.

Et maintenant que je sais quelle est ma mission de vie, je dirais que seules quelques tâches administratives me rendent la vie moins agréable.

Si tu veux découvrir ta mission de vie, clique ici!

 

Vivre ses passions: dans les rêves ou dans la vraie vie?

Crois-tu vraiment qu’il est impossible d’être payé pour faire ce que tu aimes?

Comment fais-tu pour savoir que tu vis une passion?

Par exemple, j’ai choisi d’écrire le premier jet de cet article le jour de mon arrivée à Paris vers les 19h (13h à Montréal). J’avais 6 heures de décalage dans le corps et je n’avais pas dormi depuis 29 heures…

Et j’ai fait ce choix car j’avais du plaisir!

Tous les jours, je lis plein d’articles et de livres sur des sujets reliés au développement personnel et surtout à la découverte de sa mission, de sa raison d’être dans la vie.

Je lis souvent le soir, plutôt que de regarder la TV! Et je ne sens aucune frustration de me priver de ce que plusieurs considèrent leur vie. Car je le fais par choix. Et pour mon propre plaisir.

Quand un travail est une passion, le temps, le lieu n’existent pas.

Il n’y a que le plaisir!

 

Vivre ses passions, mais lesquelles?

Je t’invite à réfléchir aux activités que tu fais trop peu à ton goût… Et qui te rendraient vraiment plus heureux.

Si tu veux, fais-en une liste immédiatement:

1

2

3

4

5

6

7

8

Maintenant que c’est fait. Demandez-toi quel métier tu pourrais éventuellement faire en lien avec tes passions.

Je dis « éventuellement », car tu as plein d’empêchements et d’obligations, n’est-ce pas ?

Plusieurs ont des tonnes d’obligations!

Des vraies et des moins vraies…

Tes obligations familiales, financières, morales ou autres ne devraient jamais t’empêcher de vivre tes passions et à les partager avec d’autres.

Tu peux débuter par une heure ou deux par semaine.

Commence donc dès aujourd’hui!

Vis au moins une de tes passions maintenant que tu as ta liste!

Tu vas commencer à vivre plus richement.

Et tu auras le loisir de tester si cette passion peut éventuellement devenir ton nouveau métier… Et ce, sans risquer ta chemise!

 

Tes passions, plus tard ou maintenant ?

Il y a trois ans, j’ai fait mon plan de vie.

En finances personnelles, on appelle ça un plan financier. 

Moi, j’appelle ça faire ton plan de vie!

C’est très simple au fond, cela consiste à faire la liste de tes envies et de tes rêves, c’est-à-dire de tes passions. Comme tu viens de faire…

Et de transformer tes passions en objectifs de vie, en y ajoutant une date et un prix.

En faisant cet exercice, je me suis immédiatement rendu compte que:

  1. Je pouvais réaliser presque tous mes objectifs de vie dès aujourd’hui.
  2. Je pourrais probablement réaliser mes autres objectifs si je trouvais un moyen moins dispendieux d’y arriver. Et croyez-moi, il est toujours possible d’atteindre un objectif en dépensant moins!

Et maintenant, que penses-tu de la possibilité de vivre tes passions?

Si tu veux, écris-moi ce qui te limite présentement. Je te dirai comment je peux t’aider à créer ta vie!

C’est pour maintenant ou pour plus tard ta réussite?

Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve.

Antoine de Saint-Exupéry

Marc Blais, expert en mission de vie.

Catégories
Devenir minimaliste Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Le leader inspirant au travail Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie Votre relation à l'argent

Être soi-même au travail et dans la vie

Pourquoi être soi-même au travail et dans la vie est-il difficile?

Je crois que nous partageons presque tous ce triple défi :

  • Être soi dans la vie de tous les jours,
  • Être soi-même au travail et
  • Vivre en harmonie avec son argent.

Et quoi qu’on en dise, ces trois défis font très souvent vie commune. En ce sens qu’une personne qui n’est pas lui-même dans ses rapports avec les autres aura généralement des rapports distorsionnés et biaisés dans son travail et avec son argent.

Lorsque je présente ma conférence « Être soi dans la vie et avec son argent », je tente de répondre à deux questions :

  • La question à la fois basique et complexe: qui suis-je ?
  • Et la seconde, guère plus simple, qui concerne ma raison de vivre ; pourquoi j’existe ? 

 

Qui suis-je ?

Pour être soi-même au travail, dans la vie, avec ses amis et avec soi, il faut d’abord savoir clairement qui on est !

Et savoir qui on est vraiment n’est pas si évident!

Car plusieurs évènements de notre vie, depuis notre naissance, sont venus biaiser notre vraie nature.

C’est qu’en plus de certains moments précis qui nous ont marqués, il y a des mots, des paroles et des évènements que nous avons perçus d’une certaine façon, voir négativement.

Et nous avons été blessés. Consciemment ou non. Pour la vie.

Aussi, nous vivons notre vie, en traînant avec nous, une ou deux blessures importantes parmi les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même que Lise Bourbeau appelle aussi les 5 blessures de l’âme:

  • Le rejet
  • L’abandon
  • L’humiliation
  • La trahison
  • L’injustice

Au moins une de ces blessures devrait vous avoir fait réagir (simplement en la lisant). Intérieurement, vous pourriez avoir ressenti un truc désagréable, anormal ou même violent.

C’est tout à fait normal. Cette ou ces blessures viennent et reviennent régulièrement dans nos vies…

Le pire c’est qu’en plus de nous faire souffrir quand les conditions propices se présentent, nos blessures personnelles dicteront nos actions, à notre place.

C’est ainsi que nous pouvons avoir une réaction inexplicable et exagérée à une situation qu’une autre personne n’ayant pas la blessure pourrait ignorer complètement.

On appelle ça l’égo !

Et puis, cette distorsion de notre comportement nous fait sortir de nous, de notre essence véritable dès qu’un déclic amené par un certain souvenir se présente…

 

Pourquoi j’existe ?

Tu ne peux être heureux si tu oublies ta raison d’être.

Lise Bourbeau

On a tous une raison d’être !

Pour moi, chaque individu est ici pour quelque chose…

Car dans la nature, toute chose a sa raison d’être.

Sinon, elle n’existerait pas !

Pourquoi j’existe est la question déterminante à laquelle chacun de nous doit parvenir à répondre au cours de sa vie.

On se plaint souvent de l’absence d’éducation financière dans nos écoles, je crois qu’il n’est absolument pas normal que l’on n’enseigne pas à mieux se connaître et à améliorer sa vie !

En plus, bien que ce soit frustrant qu’une question en apparence si simple, comme pourquoi j’existe, soit si difficile à répondre, la vérité, c’est que découvrir pourquoi j’existe est très difficile.

Car cela nécessite un travail sur soi, pas toujours agréable…

Et on sait que s’analyser soi-même est beaucoup moins palpitant que de dire aux autres comment solutionner leurs problèmes. C’est vrai pour moi, en tout cas !

Qui n’a jamais vécu de tels moments de questionnements existentiels importants ?

Aussi, le paradoxe, c’est que d’une part, on se pose tellement souvent la question ! Et que d’autre part, on n’ose pas (ou peu) en parler, s’en parler. À soi.

Jusqu’au jour où l’on constate que l’on sent que l’on a perdu le fil de son existence, que l’on est déconnecté de notre essence…

Quelques fois, il faut savoir se perdre pour se retrouver !

Bref, il faut trouver ce bout de fil manquant qui fait toute la différence dans une vie, dans NOTRE vie. Et qui pourra influencer positivement, jusqu’à la vie des autres.

Car la vérité, c’est que nous sommes responsables de nous. Et des autres.

Trouver sa mission, c’est partager ses talents.

 

Je ne sais pas encore pourquoi j’existe…

Si vous faites partie de la majorité qui ne sait pas encore, mais que vous êtes de ceux qui aimeraient bien un jour, le savoir (!), je vous invite à suivre ces trois étapes simples qui vous aideront sûrement à trouver un sens à votre vie !

C’est certain qu’à la longue, on peut se sentir diminué de ne pas avoir encore trouvé sa réponse.

En revanche, ce n’est pas comme si la réponse était simple!

En fait, la réponse à pourquoi j’existe? – lorsqu’on l’a trouvé – est très simple, mais c’est le parcours pour y arriver qui est tumultueux !

En fait, la pire chose à faire, c’est de se comparer! Car quand on regarde aller les autres autour de nous, sur les médias sociaux ou à la télé, on peut avoir la fausse impression que tout le monde réussit sa vie.

Tout le monde… sauf nous!

Serait-ce que l’on ne voit que le succès des autres, ceux que l’on admire le plus?

Et aussi ceux que l’on envie…

La vérité c’est que les gagnants de notre société nous cachent plusieurs de leurs échecs !

C’est qu’ils parlent peu de toutes leurs tentatives ratées. Car ils savent bien qu’on préfère penser qu’ils sont des gagnants, des gens particuliers qui n’échouent jamais ou très peu ! Ce qui est faux.

En fait, les gagnants parlent peu de leurs échecs, car ils savent qu’on ne s’intéresse qu’à leurs succès. Ils avent bien se vendre…

Et c’est pourquoi se comparer avec les autres ne serait pas honnête.

Alors, pourquoi ne pas arrêter ça ? Tout de suite.

 

Comment trouver un sens à sa vie ?

Lorsque nous traitons notre personne avec la dignité qui lui revient, lorsque nous nous aimons, nous allons de découverte en découverte, nous comprenons ce que nous sommes et ce qu’il importe que nous aimions.

Carl Jung

Pour trouver un sens à sa vie, pour découvrir pourquoi j’existe?, votre défi est de poursuivre, oui, de poursuivre votre quête.

En vous rapprochant un peu plus chaque jour, de votre objectif, de votre vraie mission ; vous allez un jour sentir votre raison d’être vous envahir.

Ce ne sera pas un miracle, ce sera simplement le fruit d’un cheminement qui vient souvent avec une décision simple difficile : celle de sortir de votre zone de confort ! 

Aussi, soyez à l’écoute du bienêtre que vous ressentez lors de certaines de vos actions. Ce sera un signe que vous cheminez, dans la bonne direction.

Ces choses prennent le temps… Leur temps.

Et votre rôle est de continuer… à être honnête avec vous.

Et à chercher en vous.

 

Qu’est-ce qui vous motive à vivre?

Je vous invite à répondre à la simple question suivante :

Qu’est-ce qui vous plait lorsque vous aidez l’autre ?

___________________________________

(Quelle émotion venez-vous de ressentir ?)

C’est un signe.

Suivez cette piste, elle vous mènera vers… vous. Puis, vers votre vérité.

 

Devenir un entrepreneur à succès…

Vous vous demandez sûrement: comment vais-je monnayer mon talent?

Dans un premier temps, imaginez seulement que vous serez utile, que vous saurez bientôt de quoi vous parlez. Devenez pleinement compétent!

Et un jour, on vous reconnaitra pour cette petite niche, si utile, que vous occuperez.

Car plus vous serez clair avec vous-même et en lien avec votre niche d’entrepreneur, plus vous attirerez le succès.

Trouver votre mission dans la vie peut vous amener à devenir entrepreneur et peut-être à souffrir financièrement un certain temps…

Car devenir entrepreneur, ne veut pas nécessairement dire que vous deviendrez millionnaire dans six mois, ni même dans six ans.

Le succès peut venir de différentes sources. Et, en pratique, le succès d’être soi dans la vie prend effectivement différentes formes…

 

Pas facile de trouver sa raison d’être

La vérité, c’est que ce n’est pas si facile de trouver pourquoi j’existe. 

Car une de ces raisons est que chaque étape et chaque évènement important que la vie nous amène provoquent son lot de changements, à l’intérieur de nous.

C’est alors l’occasion de perdre de nos vieilles convictions…

Et d’en gagner de nouvelles, qui sont en fait des messages quant à notre destinée.

Par conséquent, celui qui a choisi son métier ou sa profession en croyant que son choix était définitif sera très déçu de constater que son choix n’était, en fait qu’une étape de sa longue vie.

Car souvent, un choix n’est qu’une simple marche sur l’escalier de son existence que nous escaladons inconsciemment vers notre raison d’être.

 

Marc Blais

Catégories
Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Trouver sa mission de vie

J’ai réussi à vaincre mes peurs et à avancer!

J’ai réussi à vaincre mes peurs!

J’ai vécu des expériences traumatisantes que j’ai réussi à surmonter à force de volonté, de foi, d’espoir, de persévérance. Et aussi, beaucoup grâce à l’aide de la médecine, de la psychiatrie, de la psychologie et de la spiritualité.

Marlène Leblanc

Comment je suis arrivée à vaincre mes peurs

Je vous partage quelques-uns de mes trucs qui m’ont aidé à vaincre mes peurs telles que la claustrophobie et la peur des foules.

Je ne sortais plus de chez moi!

Moi qui ne sortais plus de chez-moi, j’ai commencé à prendre l’autobus avec un chapelet dans le creux de ma main.

Ce qui pour moi représentait une sécurité, puisque j’avais maintenant la foi en Dieu.

J’avais peur de l’ascenseur!

J’ai commencé à prendre l’ascenseur en commençant par monter un étage. Et redescendre par l’escalier jusqu’à ce que je puisse me rendre au dernier étage d’un édifice.

J’avoue que ce fut difficile mais petit à petit, j’y suis arrivée.

À force de persévérance et de volonté, j’y suis parvenue!

Aller à un spectacle était impossible pour moi!

Aller à un spectacle dans une salle de concert était impossible car je devais sortir en pleine représentation!

J’étouffais et je croyais que j’allais perdre conscience…

C’était la même chose dans les endroits clos (même au resto)…

Et dans une file d’attente ou au supermarché, je devais partir avant de tomber dans les pommes!

Ma solution au début a été d’accepter de prendre une médication pour m’aider à réduire l’anxiété. Ensuite, j’ai suivi plusieurs thérapies et j’ai eu de l’aide psychologique. Et j’ai participé à des groupes de soutien.

Des organismes aussi m’ont aidée en me procurant un sentiment d’appartenance, de compréhension et d’espoir d’un bonheur possible un jour.

 

Les 5 étapes que j’ai suivies pour vaincre mes peurs

Pour arriver à vaincre mes peurs, j’ai suivi les étapes suivantes :

  1. D’abord, il faut accepter que la vie a été difficile pour soi.
  2. Ensuite, il est indispensable de demander de l’aide extérieure (psychologue, groupes de soutien, atelier de croissance personnelle, être suivi par un médecin (possibilité de médication temporaire ou permanente, selon le cas).
  3. Il est bon de rechercher en soi le contact avec le divin qui sommeille en nous, souvent à notre insu.
  4. Et développer une spiritualité par des conférences sur l’Amour de Soi, de groupes de soutien spirituel, des lectures spirituelles qui deviennent une nourriture pour l’esprit et l’âme. Le contact avec la nature est également très apaisant et guérisseur.
  5. Enfin, se trouver une personne de confiance, ami ou conseiller à qui on peut tout révéler sans rien devoir omettre de nos peines ou nos blessures profondes. Et pouvoir partager les moins beaux moments où l’on s’est laissé aller à détester et à maudire la vie et les autres à cause d’un trop grand manque d’amour. Ou si on s’est servi de la manipulation, de la pitié – faire pitié pour attirer l’attention des autres (les proches surtout) – afin de se sentir aimé. Même si tous ces comportements n’apportaient que des résultats temporaires…

 

Le mécanisme de la peur

Les peurs proviennent des blessures subies.

BLESSURES (Peurs) PROVOQUENT
Abandon Dépendance
Rejet Manque
Humiliation Compensation
Injustice Isolement
Trahison Solitude
Amour Anxiété
Amitié Angoisse
Les peurs Panique

Le travail sur soi, sur ses blessures ouvre la porte vers l’Amour de soi. Ça prend un grand ménage, un nettoyage des vieilles émotions et des peurs qui ont été camouflées, qui ont été enfouies au plus profond de soi parce que ça faisait trop mal.

Car elles sont toujours présentes et font encore souffrir de toutes sortes de façon.

Dès qu’un évènement ou une situation similaire à celle qui a déjà été vécue survient, la blessure est réactivée et provoque des réactions et des émotions douloureuses.

Alors, un travail sur soi est essentiel pour retrouver l’estime de soi, la confiance en soi, la joie, la paix, le pardon, etc.

Ce travail de longue haleine se fait au fil du temps et il n’y a pas de plus belle et grande VICTOIRE!

 

Comment je suis parvenue à vaincre mes peurs

Mes peurs ont été provoquées par des blessures de l’enfance et de l’adolescence.

J’ai vaincu mes peurs en les confrontant au fur et à mesure. À petits pas, un jour à la fois.

Mes principales peurs étaient :

La peur d’être abandonnée, la peur du rejet, la peur des foules, la peur des endroits clos, la peur des hauteurs, la peur d’être remarquée, la peur de parler en public, la peur que l’on m’adresse la parole et la peur de ne pas être aimée.

Mais ma plus grande PEUR à ce moment-là était qu’on fasse attention à moi! Car il aurait fallu que je réponde quelque chose et je ne sentais rien!

Je me sentais inutile, inexistante car j’ai cru les mots que l’on m’avait dit toute petite…

Je m’étais coupée de toutes émotions à cause de trop de souffrance, sans en être consciente, bien sûr.

Alors, il a fallu d’abord que je pose des gestes de désespoir comme tenter de mettre fin à mes jours…

Ces évènements ont mis sur ma route un médecin compatissant qui m’a fait comprendre que j’avais besoin d’une aide immédiate et qu’il allait faire le nécessaire pour me secourir.

Et cette fois, j’ai accepté d’être secourue…

Ensuite, je suis entrée en thérapie, en clinique où j’ai été confrontée à mes démons intérieurs.

Il a d’abord fallu que je subisse l’étape de désintoxication. Car j’abusais depuis longtemps de médicament contre l’anxiété et de somnifère. J’en prenais en grande quantité et la cure de désintox a été très éprouvante et difficile.

J’ai vécu des souffrances physiques intenses mêlées d’hallucinations et de panique. Bref, pour moi, cela a été un passage obligé.

Ensuite, il y a eu la période de thérapie intensive faite de confrontation, de questionnements et de colère.

 

J’avais à faire un choix!

Et enfin, d’acceptation de me reprendre en main et de comprendre. Surtout, d’intégrer que lorsque j’étais une enfant, je n’avais pas le choix de me soumettre alors que devenue adulte, j’avais à faire un choix.

Soit je resterais une victime ou bien je me servirais de mes expériences de vie comme d’un tremplin pour aller plus loin!

C’est le choix que j’ai fait et la vie est devenue plus supportable pour moi.

Après cette thérapie que j’ai appelée Thérapie par la raison et qui a duré plus de deux ans. J’avais en moi toujours ce vide… Ce manque au fond de moi qui n’était pas comblé.

J’avais la connaissance, la compréhension de ce qui m’était arrivée. Mais il y avait quand même ce vide. Donc, j’ai recommencé à consommer des médicaments pour alléger mon anxiété, mon manque d’Amour…

Et un jour, alors que j’étais attablée dans un bar et que j’étais à nouveau désespérée, un homme s’est approché de moi et m’a dit : tu sembles triste, ton esprit, tu le nourris comment?

J’étais étonnée et même abasourdie que l’on me pose cette question.

Je n’ai pas répondu et il a insisté:  ton esprit, tu le nourris comment?….

– Ton corps a besoin de nourriture pour vivre et ton esprit aussi, alors, tu le nourris comment?

J’ai levé la tête et il avait disparu…

 

Mon réveil, mon éveil

Ouf! Quel réveil j’ai reçu à ce moment-là!

Je suis retournée chez moi à l’instant et en arrivant à la maison, j’ai ouvert une bible que j’avais reçue en cadeau il y avait plus de 20 ans de cela et que je n’avais jamais ouverte…

Et là, je suis tombée sur une parole de Jésus qui disait : venez à moi, vous tous qui ployez sous le fardeau et je vous soulagerai.

Cette parole m’a sauvé la vie…

J’ai pleuré toute la nuit à gros sanglots. Et au matin, j’ai vécu une libération de cette angoisse qui m’étreignait depuis si longtemps. Et de là j’ai commencé à cheminer.

Pour connaître et entendre parler d’Amour, je me suis tournée vers Dieu.

En premier lieu, j’ai recommencé, comme quand j’étais petite à aller à l’église, à écouter des sermons, à faire des séminaires de la vie dans l’Esprit.

J’ai été bénévole dans une maison de prières pendant plusieurs années jusqu’à ce que je comprenne que la religion n’est pas nécessairement la spiritualité.

Je me suis alors tournée vers l’Amour universel, sans restriction, sans dogme ni contrainte.  Et là j’ai été comblée au-delà de mes espérances!

Et depuis, j’ai fait des formations et des formations et des formations…

Pour enfin me connaître, savoir qui je suis et quelle est ma plus grande force, quelle est ma mission sur cette planète.

Et maintenant, ce qui m’habite en permanence c’est l’Amour inconditionnel.

Marlène Leblanc, conseillère en relation d’aide.

Catégories
Des livres pour être soi Devenir un leader inspirant Être soi dans la vie Le défi d'être soi Mission de son entreprise Trouve ton pourquoi et deviens un entrepreneur à succès! Trouver sa mission de vie

Trouve ton POURQUOI et deviens un leader inspirant!

Le secret du succès personnel et professionnel se trouve en toi: trouve ton pourquoi!

En fait, c’est comme chercher le bonheur…

De même, on se demande souvent comment une personne ou une organisation arrive à performer au-delà de la normalité.

Aussi, on se demande comment une idée, un slogan ou une croyance se propage tant dans un cas et très peu (ou trop peu) pour d’autres personnes ou entreprises.

Pourtant, lorsque l’on constate un grand succès, ce succès était souvent imperceptible au tout début. Tellement le départ a été humble et avec peu de moyens. Je pense aux débuts de Apple et à toutes les startups qui démarrent avec peu, en apparence.

Car une entreprise qui démarre, c’est le rêve d’une personne, au départ. D’une personne qui a la conviction d’un monde meilleur. Une cause.

Quelle est la tienne?

Une personne doit changer quelque chose pour que le monde change!

 

Trouve ton pourquoi et deviens invincible!

En effet, tous les grands de ce monde ont su rallier des millions de personnes à leur pourquoi. Leur force a été de partager sans cesse leur vision et … d’attirer des adeptes.

En fait, on a tous des valeurs fortes.

Et un match se produit quand une ou plusieurs de nos valeurs importantes recoupent celles de Martin Luther King, Apple, Oxfam ou de notre employeur!

Alors, on embarque! Et on restera embarqué tant que ceux en qui on croit resteront de bons défendeurs de notre croyance. S’il arrivait qu’ils nous déçoivent, alors on quitterait le bateau à la recherche de quelqu’un d’autre ou d’une organisation plus pure.

Imagine si tu pouvais te lever le matin en sachant pourquoi tu existes!

Ceux qui connaissent leur pourquoi, le savent! Les gens (clients, employeurs, membres) vont à eux pour cela; ils partagent le même pourquoi!

C’est en lisant le livre de Simon Sinek, Commencer par pourquoi, que m’est venue cette certitude: mon pourquoi.

Je crois que la personne ou l’organisation qui connait sa raison d’être est invincible!

Je m’étais dit: si je trouve mon pourquoi, j’aurai réussi ma vie!

Vivre sans savoir pourquoi est difficile et démotivant.

Le trouver te fera rayonner, de l’intérieur vers l’extérieur.

 

Commencer par pourquoi avec Simon Sinek

Il y a des dirigeants et il y a des leaders.

Les dirigeants occupent une position de pouvoir ou d’influence. Les leaders nous inspirent. Qu’il s’agisse d’individus ou de sociétés, nous suivons les leaders non parce que nous y sommes obligés, nous les suivons pour nous-mêmes.

Simon Sinek

Dis-toi que si tu es ici, c’est qu’il y a une place pour toi!

Car dans la nature, tout a sa raison d’être. Même toi…

Tu te trouves différent des autres? C’est normal. Car TU ES différent!

Puisque même une fleur n’est pas pareille à une autre fleur. Chez la même espèce, dans la même famille, il y a des différences… C’est ton cas aussi?

En somme, c’est ton unicité qui fait ta richesse.

Laquelle, justement?

Celle qui te fait vibrer.

C’est pourquoi je présente différentes méthodes dans mes articles et je peux aussi t’aider en personne ou en atelier, si tu as besoin.

Ton besoin de changement vient du fait que tout change dans la vie. Ça change en toi et autour de toi!

Aussi, le travail que tu avais choisi et qui te nourrissait (dans tous les sens du mot) il y a quelques années ou quelques mois à peine, ne (te) convient plus!

Tu dois, de nouveau, te questionner. Et c’est pas facile car se questionner coute cher en questionnement, en crainte, en peur de l’avenir. C’est que là où tu es, ou n’es plus, tu as (avais) une certitude en tes moyens. Tu étais reconnu. Et tu te reconnais dans ce rôle…

Trouve ton pourquoi même si tu entrevois la peur et le doute.

En fait, la vie te dit de chercher un bonheur à ta hauteur!

 

Le pourquoi, le comment et le quoi

Dans son livre, Simon Sinek insiste fortement sur le fait que les gens n’achètent pas ce que tu fais, mais la raison pour laquelle tu le fais.

Donc, il doit exister une concordance entre toutes tes actions et ta conviction, ta cause, ton pourquoi.

Car c’est bien beau d’avoir un pourquoi sous la forme d’un slogan. Mais si l’entreprise qui t’emploie ne le reflète pas dans toutes ses actions, ce sera foutu!

En fait, c’est une question de temps avant qu’elle perde la confiance de ses clients et de ses employés (tu connais?). Et cette entreprise devra compenser son manque de crédibilité par une tonne de publicité très couteuse, plutôt que de solliciter ses adeptes, elle cherchera constamment des clients…

 

Le comment

Le comment, ce sont les actions en lien avec les valeurs et les principes qui te guident pour FAIRE les choses.

Bref, c’est un peu comme le principe de l’ÊTRE-FAIRE-AVOIR. En somme, tu commences par trouver qui ÊTRE. Ensuite, quoi FAIRE devient plus facile et surtout, plus intuitif!

Donc, les façons de FAIRE et les systèmes (d’une personne ou d’une entreprise) devraient toujours découler de ses valeurs.

Vous devez être discipliné au point de ne jamais perdre de vue votre cause et agir de manière responsable; c’est le plus difficile. S. Sinek

Et Sinek conseille d’utiliser des verbes plutôt des mots pour définir nos valeurs.

Car les verbes nous mettent dans l’action, nous forcent à agir. Parler d’innovation n’est pas la même chose que d’examiner le problème sous un angle différent.

 

Le quoi

Le quoi, ce sont tes résultats; tes produits, tes services, ton marketing, tes relations publiques, ta culture d’entreprise et tes employés.

Toutes vos paroles et vos actions doivent refléter ce en quoi vous croyez.

S. Sinek

 

Le leader authentique

Le leader d’équipe authentique est d’abord un leader de sa propre vie.

Geneviève Desautels

Être vrai au travail, représenter à la fois les valeurs de l’entreprise auxquelles on adhère, tout en respectant les siennes, est un défi.

En revanche, lorsque ce défi devient trop grand, cela nous amène à nous questionner sur notre avenir!

T’es-tu récemment demandé: mais qu’est-ce que je fais ici?!

À l’inverse, quand tes paroles et tes actions coïncident avec ta mission de vie, la roue tourne. Et elle attire plein de gens avec toi (clients, fournisseurs, collaborateurs).

Tu connais certainement des gens et des entreprises qui sont en rupture avec ce qui précède.

Les bottines doivent toujours suivre les babines…

 

Trouve ton pourquoi si tu veux t’inspirer… et inspirer les autres!

Dès que tu auras trouvé ta cause, tu auras l’énergie qu’il te faut pour passer à l’action; changer de travail, demander une promotion, mieux te former.  Et te transformer pour … inspirer les autres autour de toi!

Les recruteurs le disent souvent: on embauche sur la compétence et on congédie sur l’attitude.

Le jour où tu te réveilleras tous les matins avec une vision claire de la raison pour laquelle tu vas travailler, tu ne travailleras plus! Tu seras en mission!

Les gens et les entreprises t’approcheront pour que tu t’associes à eux.

En terminant, je veux te proposer d’adhérer à mon groupe Facebook pour inspirer le leader en toi… Joins-toi ici, je l’ai appelé; Le défi d’être soi!

Pour avancer, découvre qui tu es. Et surtout, trouve ton pourquoi !

Marc Blais