fbpx

Y aurait-il une différence entre la tolérance au risque et la tolérance à la volatilité?

Pourtant, les deux sont souvent traités de façon similaire.

Même par les experts!

Tout d’abord, définissons ces deux termes.

 

La tolérance au risque

Le risque, c’est tout simplement la probabilité de perdre son capital investi.

Warren Buffett

Ici, on parle de perte définitive de son capital investi.

Et non de variation temporaire de valeur…

Si j’investis dans cinq startups et que deux d’entre elles font faillite, comment vais-je réagir?

Ici, le risque est de perdre 40% de ma valeur.

Combien suis-je prêt à perdre en valeur de mes placements sans remettre en question ma stratégie de placements? Telle est ma tolérance au risque!

Car si j’investis 1000 euros dans une startup, les chances (en %) de perdre définitivement mon argent sont plus grandes que si j’investissais dans une société à grande capitalisation qui génère des profits  stables, comme Coca-Cola.

Mais si le total de mes avoirs est de 300,000$, perdre définitivement 2000$ peut ne pas affecter mes émotions au point de devenir insécure.

Donc, si je connais assez bien un secteur en particulier et que j’y investis un certain pourcentage de mes avoirs, ma tolérance au risque sera grande pour cette tranche de mon portefeuille.

Mais ce serait totalement différent pour quelqu’un qui y investirait 60% de ses avoirs sans avoir les compétences.

 

La tolérance à la volatilité

La volatilité n’est qu’une simple fluctuation du prix des titres (actions, obligations, fonds, fnb, etc.) achetés et vendus tous les jours sur les marchés.

D’ailleurs, une fluctuation négative sur le marché boursier (comme une correction boursière) peut être une bonne occasion d’acheter des titres boursiers de qualité à moindre prix.

On parle souvent de tolérance à la volatilité sur les marchés boursiers, mais celle-ci s’applique également à vos placements obligataires, immobiliers, à vos fonds et même à certaines liquidités.

 

Pourquoi cette confusion entre risque et volatilité?

Votre tolérance au risque et votre tolérance à la volatilité sont deux concepts différents.

Le risque, ce n’est pas la même chose que la volatilité!

 Warren Buffett

S’il y a cette confusion qui persiste – même dans le milieu de la finance – entre la tolérance au risque et la tolérance à la volatilité, c’est peut-être qu’il s’agit de la même peur.

Car quand les marchés boursiers baissent subitement, la peur s’empare de nous!

Et cette peur se transforme rapidement en une émotion de survie qui nous fait croire que nous allons tout perdre!

Et c’est cette peur qui nous empêche de réfléchir rationnellement, au point de nous empêcher de dormir…

D’ailleurs, c’est la même peur qui nous protège des risques physiques. Par exemple, lorsque nous traversons la rue et que soudainement nous voyons arriver une voiture qui fonce sur nous!

Bien que le risque financier n’est pas d’ordre physique (lorsqu’il s’agit de la bourse!), le cerveau ne fait pas la différence et une peur physique s’installera. Et cette peur peut nous harceler au point de devenir vraiment désagréable!

Je peux bien me dire que ce n’est pas grave, qu’il y a eu bien d’autres corrections avant, mais lorsque je dépasse mon niveau de tolérance à la volatilité, je ne raisonne plus!

Il est trop tard!

Toutefois, la bonne nouvelle, c’est que cette peur qui peut se manifester lors d’une correction boursière peut être mesurée de différentes façons.

Il existe entre autres des tests de tolérance à la volatilité.

Ces tests vous permettent de savoir à l’avance comment vous réagiriez face à une baisse de votre portefeuille de l’ordre de 10 %, 20 %, 30 %…

N’est-ce pas intéressant de savoir d’avance, non pas ce qui arrivera avec la bourse mais comment vous réagirez à une baisse ?

 

3 raisons de connaître votre tolérance à la volatilité

En fait, il s’agit de mieux vous connaître pour investir à votre façon; c’est-à-dire, selon votre personnalité, vos gouts et vos objectifs!

Si cela vous intéresse, je vous invite à joindre mon groupe Facebook: investir à sa façon.

Selon moi, il existe trois raisons pour lesquelles mieux vous connaître vous sera bénéfique:

  1. Pour vous éviter une situation de panique qui vous ferait vendre tous vos titres au pire moment!
  2. Pour que vous puissiez vous sentir zen financièrement! Et ce, même en cas de baisse importante des marchés et lors d’une crise financière comme en 2008.
  3. Et aussi pour éviter qu’une baisse des marchés ne se produise au pire moment de votre vie!

Par exemple?

Disons que vous avez épargné durant plusieurs années pour les études de vos enfants et qu’un mois avant le début des études universitaires d’un de vos deux enfants, un krach boursier se produit!

Oups! Du coup, votre portefeuille en actions perd 20 % de sa valeur, comme lors du krach d’octobre 2008… Vous vous souvenez?

Mais comment éviter que cela vous arrive?

Tout simplement en retestant votre tolérance à la volatilité pour chacun de vos comptes d’investissement. Vous devriez déjà posséder un compte d’investissement pour chacun de vos grands objectifs de votre plan de vie financier.

C’est simple, non?

Avec le temps, vous devriez avoir constitué des comptes d’investissements distincts pour:

  • La retraite de monsieur et de madame (ensemble ou séparément).
  • Les études des enfants.
  • L’achat de votre future maison ou les rénovations majeures de votre maison.
  • Les vacances annuelles ou un voyage planifié à long terme.
  • Une nouvelle voiture.
  • Une résidence secondaire.
  • etc.

 

En conclusion vous devez investir à votre façon !

Pour chacun de vos comptes d’investissement, il est important de vous poser très sérieusement la question de la tolérance à la volatilité tout en considérant dans combien de temps vous aurez besoin de votre argent.

L’avez-vous fait récemment?

En terminant, si vous arrivez à trouver quel investisseur vous êtes, vous arriverez à choisir le type d’investissement qui vous convient.

Et de là, il ne vous restera qu’à choisir parmi les meilleurs gestionnaires de portefeuille au monde dont je parle dans mon nouveau livre L’art d’investir à sa façon.

Bon investissement à votre façon!

Marc Blais